74 / 100

Moi (me levant en souriant Il a été surpris de me voir ainsi vu que ceci est comme un mystère pour toute personne qui me connaît dans la vrai vie ou qui me voit dans des journaux…je ne souris jamais) : je sais docteur Bachir et vraiment merci de m’avoir faire venir jusqu’ici. (Suite de votre histoire d’amour)

” Amour sincère” Chapitre : 3

Du côté de Cheikh.

Vous connaissez ce moment non? Ce moment où l’on se demande si nous sommes dans un rêve ou dans une réalité ,tellement que la chose inattendue qu’on voit nous laisse perplexe . Je m’attendais à tout , je savais qu’elle etait vivante et j’étais conscient que je la retrouverai un jour, mais sûrement pas aujourd’hui.

Elle est bien là, vivante couchée sur ce petit lit d’hôpital. Elle est Chétif avec le corps un plus blanchit sûrement à cause de la maladie mais je peux la reconnaître cette jeune fille, Je peux reconnaître la fille qui fait ma joie de vivre… à des milieux de kilomètres.

Nous sommes liés elle et moi , je me suis mis à pensé à elle dès que mes pieds ont touchés le sol de cet hôpital. La connexion forte entre nous a fait battre frénétiquement mon cœur. Je savais. Dis-je en m’avançant plus près d’elle avec une main posée sur mon cœur qui a triplé son battements frénétique.

Je savais que ce petit voyage allait me rendre quelques choses ou me fait perdre quelques choses vu qu’une chose au fond de moi m’a poussée à le faire. Ceci n’est pas un hasard non , mais plutôt le coup du destin. Le grand temps est arrivé pour moi d’être enfin heureux, de m’amuser , d’aimer quelqu’un de toute mes forces. Tida ne va pas y croire , elle me donnera raison quand j’entrerai avec ma dulcinée, la future mère de mes enfants.

Elle me dira , tu avais raison depuis tout ce temps d’être insistant sur le fait , qu’elle est vivante, que tu sens sa présence dans le monde. Dis-je encore en tirant une chaise pour m’asseoir près de ma perle. Elle dort paisiblement comme la petite princesse qu’elle est.

Je veux la serrée jusqu’à qu’elle ressente vraiment ce qui se trouve à l’intérieur de mon cœur, mais je ne veux pas la dérangée dans son sommeil paisible. Je vais attendre qu’elle se réveille et qu’elle me voit assis tout près d’elle. Je suis devenu fou je sais vu comment je parles et sourit tout seul .Ne m’eprennez pas , n’importe qu’elle personne à ma place réagira de la même façon que moi ou pire encore.

Je me suis mis à la contemplée jusqu’aux orteils, je la dévore des yeux comme si je ne veux pas qu’elle disparaisse sous mes yeux. J’étais à fond dans ma contemplation quand la porte de la salle s’ouvre sur un docteur Bachir le visage triste qui s’est directement viré d’interrogatoire me voyant tout près de Binta.

-Lui ( s’avançant vers moi ) : c’est pas elle la fille dont je t’ai parlé au téléphone.

-Moi (me levant en souriant Il a été surpris de me voir ainsi vu que ceci est comme un mystère pour toute personne qui me connaît dans la vrai vie ou qui me voit dans des journaux…je ne souris jamais) : je sais docteur Bachir et vraiment merci de m’avoir faire venir jusqu’ici.

-Lui ( secouant la tête ) : ah…je vois. La fille même vient de rendre l’âme à l’instant même. Moi qui m’en voulait de t’avoir faire venir inutilement jusqu’ici en sachant que la fille peut cassé le pond d’un moment l’autre … mais te voir dans cet état me prouve que tu es plutôt heureux d’être ici.

-Moi ( me tournant vers Binta avec un sourire) : oui docteur, ma venue jusqu’ici est un appel du destin. Je suis désolé pour la fille et pour la famille éplorée.

-Lui (prenant place sur le petit lit ) : je voulais tellement sauvé la vie de cette jeune fille comme je l’avais fait avec elle.

-Moi : tu es un docteur vraiment généreux avec un grand coeur. Merci de l’avoir sauvée la vie. Je suis sûre qu’elle est ou qu’elle était resté pendant longtemps dans le coma.

-Lui ( levant les yeux sur moi) : tu la connais donc ? Tu connais cette patiente qu’on ignore tous sa famille et elle pareillement vu qu’elle ne se rappelle même plus de son propre nom.

– Moi ( m’avançant vers la grande fenêtre avec un sourire en coin) : Vous, vous êtes demandés comme tout le monde d’ailleurs pourquoi Cheikh ne sourit jamais n’est ce pas?

-Lui : tu n’as même pas idée combien je me suis posé tout seul cette question.

-Moi ( me tournant pour le faire face) : et , bien elle etait la raison de cette tristesse sur mon visage. Le soulèvres ne se forme aux lèvres que quand le coeur est heureux et moi durant ces cinqs dernières, je n’ai jamais…

-Lui ( me coupant) : tu étais triste à cause de sa disparition mystérieuse n’est ce pas?

-Moi ( fixant à nouveau ma Binta) : oui , elle est ma raison de vivre. J’avais un fort espoir en moi de la retrouvée un jour et c’est cet espoir qui m’a aidé à grimpper plusieurs échantillons de la vie. Cet espoir m’a aidé à ténir le coup durant ces cinqs pénibles années de ma vie. Binta est toute ma vie.

-Lui ( me fixant tristesse) : et si elle ne se rappelle plus de toi ? ou de vos moments passés ensemble? parce que son accident a grave eu des séquelles sur sa tête qui a été la plus touchée , c’est pour cela qu’elle a aussi durée dans le coma.

Le terrible coup qu’elle avait reçu lors de l’accident risque de semé des troubles dans sa mémoire durant le restant de sa vie. Quand elle s’est réveillée du coma, son état vraiment stable et je l’avais même conduise chez moi pour qu’elle retrouve rapidement sa mémoire vu que nous étions tous convaincu qu’elle était guérit, mais c’est d’après les derniers analyses qu’on a découvert qu’elle deviendra folle dans pas longtemps.

-Moi (un pincement au coeur) : ce qui nous lies elle et moi fera revenir sa mémoire ,je suis sûr et certain à %100.

-Lui ( serrant sa mâchoire) : j’y crois pas Cheikh. Oublie la et refait ta vie… tu es jeune et riche donc profite de cela et oublie cette fille qui ne se rappelera plus jamais de toi ou de sa propre famille qui sait. Elle est condamnée à resté vivre éternellement ainsi.

Non , mais je rêves encore ou docteur Bachir aussi est tombée amoureux de ma Binta? Je lui dis qu’elle est toute ma vie et il me sort de l’oublier. Même si elle devient folle dans le proche avenir, je serai toujours avec elle. Je m’en contre fiche de sa santé ou autre chose , tout ce que je veux c’est l’avoir à mes côtés pour le restant de ma vie .

Sans elle à mes côtés, je ne suis qu’un homme mort à l’intérieur. Sa touchée sur mon épaule m’a fait tiré de mes pensées. Je respecte grave docteur Bachir c’est pourquoi j’essaye de prendre garde sur moi , si c’était un autre médecin à sa place qui m’avait sorti ces mots , de oublier ma raison de vivre , je l’aurai cassé la gueule sans hésitation. Il a fini de dire ce que les analyses ont démontrés mais pas ce que le tout puissant a prévu pour Binta et moi.

-Lui ( sourire) : je suis désolé de te dire ça mais tu dois l’oublier pour ton bien. Tu es parmis les plus grand hommes d’affaires de l’Afrique de l’ouest à ton jeune âge, te voir avec une femme mentalement instable ne sera pas bien vu. ( s’éloignant un peu de moi ): c’est l’heure de son médicament, je le lui donne et on aille voir le corps de la jeune fille à la morgue d’accord ?

A Lire aussi https://bonheur-explosif.com/histoire-damour-fanny-la-senegalaise-partie-38/

Je ne peux pas lui laissé la donnée cette injection qu’il prépare là ,je n’ai plus confiance en lui.

-Moi : Docteur, vous faites quoi avec cette injection?

-Lui ( sourire) : je la lui donne Cheikh

-Moi : cette injection….

-Lui : t’inquièt , c’est pour son bien. Elle est très malade Cheikh.

– une infirmiere ( faisant son entrée dans la salle) : je suis venue voir si elle s’est réveiller. Mais ,Docteur Bachir, qu’est ce que vous faites ? Dit-elle en s’approchant de lui.

-Lui : j…je…lui donne son médicament.

-Elle: ma…cette injection on lui donnait quand elle était en coma non? Elle est réveillée pourquoi la même ? Ne la donnez pas ça, sinon ça risque de la faire retomber dans…

-Lui ( s’emportant) : fermez la!!, on vous embauches et vous dictes à votre employeur ce qu’il doit faire. Contentez-vous de n’est pas être viré la dernière fois que vous l’avez fait perdre connaissance à cause de votre inexpérience. ( criant) : hors de ma vie.

Cela a fait sursauter Binta dans son sommeil. Je suis resté à l’écart pour voir sa réaction quant elle me verra.

-Elle ( frottant ses yeux avec les dos de ses mains) : pourquoi vous lui criez dessus docteur Bachir?. Dit-elle d’une petite voix.

-Lui ( fermant puis réouvert ses yeux ) : pour rien ma belle. Comment tu te sens?

-Elle ( essayant de se levée du lit) : bie…

-Lui ( l’aidant directement à se retouchée) : restes allongé ma belle, ton état ne te permet pas à faire beaucoup de br…

-Elle ( rire) : arrêtez de me traités comme si je suis mourante slvp. Je vais bien et combien de fois je suis obliger de vous le rappelez. ( fronçant ses sourcils): c’est pour qui ce piqûre ?

-Lui (se plaçant entre nous) : pour ma petite malade .

-Elle : je ne suis pas malade. Dit-elle se levant puis reste stoïquée sur place en me voyant. Je n’ai rien forcé, je suis resté juste tranquille et elle à réagi toute seule à ma vue. Sans que je ne m’attende, elle s’est jeté dans mes bras et l’injection qu’il tenait docteur Bachir à glisser de sa main.

-Elle ( me serrant très fort en pleurant ) : pourquoi tu m’a abandonné Cheikh? pourquoi tu m’a abandonné durant toute ses années? ( me donnant des petits coups sur mon torse en pleurant) : je te détestes , je te déteste.

-Moi ( retenant ses mains dans les miennes ) : tu te rappelle de moi?

-Elle ( me fixant avec ses gros yeux de Biches) : je peux oubliée tout le monde sauf toi. ( avec rage) : tu m’as déçu en m’abandonnant Cheikh , tu m’as tellement déçu en m’abandonnant.

-Lui ( intervenant entre nous) : elle délure Cheikh. Viens ma belle…

-Elle ( tirant sa main de la sienne ) : je ne suis plus ma belle docteur Bachir, mais Fatoumata Binta Sow…

-Lui ( ouvrant grand sa bouche) : ah han, t…tu te rappelle maintenant de ton passée ? Dit-il n’en croyant pas.

-Elle ( s’installent sur le lit) : j’ai perdu la mémoire mais je l’ai jamais oublier lui (me fixant ) : il était toujours dans mes rêves, je ne savais pas exactement le lien qui nous liait , mais je savais qu’il était quelqu’un de spécial dans ma vie. ( prenant son visage dans ses mains puis éclate en sanglote) :

Jai essayé de m’approcher d’elle mais docteur Bachir a bloquer le passagr puis me repousse en arrière.

-Lui ( d’un ton méconnaissable) : tu ne vois pas que tu l’as assez faire souffrir comme ça!! elle était tranquille avant que tu ne viennes perturber sa tranquillité d’esprit. Sors sltp. Je vais te faire une injection qui t’aidera à oublier tout ça d’accord.

-Elle ( levant ses yeux sur moi) : je veux lui parlé docteur, je veux savoir pourquoi il m’a pas rechercher durant toute ses années alors qu’il était censé m’aimer comme je l’aimais et que je continue à l’aimer malgré mon état.

-Lui ( caressant sa main ) : tu n’es pas obliger de lui parler si tu ne te sente pas prêtes et en plus toute ses pressions n’est pas bon pour toi. Cheikh peut revenir un autre jour si tu veux.

Je ne sais pas d’où j’ai trouvé cette patiente et ce calme de n’est pas cacher la gueule de cet Imbécile. Pourquoi il s’interpose entre nous? Binta n’est plus en sécurité avec lui , il risque de la faire retomber dans le coma ou efface toute sa mémoire pour l’avoir juste à ses côtés. Parfois on croit connaître quelqu’un mais en réalité non. L’amour peut poussé l’homme a faire l’irréparable et c’est ça qui risque d’arrivé si je n’éloigne pas Binta de lui.

-Moi : je tai jamais abandonné Binta, si tu savais combien j’ai souffert durant ces cinqs dernières années , tu ne diras pas cela.

-Elle ( caressant la main de docteur Bachir) : vous pouvez nous laissés seul sltp ? Dit-elle en baissant la tête.

-Lui : tu es sûre de lui parler ?

Elle opine de la tête avant de murmurer un oui. Il m’a défié du regard avant de déserter la salle à contre coeur. Tanpis pour lui , dis-je en serrant fort ma raison de vivre dans mes bras, puis la couvre des bisous.

Du côté de Docteur Bachir.

Je sors de la salle furieux comme jamais puis part m’enfermer à double tour dans mon bureau. C’est pas possible, dis-je en écrasant le verre d’eau posé sur mon bureau. C’est voir le sang jaillir de ma paume que je me suis ressaisi. Mais cette douleur n’est vraiment pas comparable à ce que je ressens à l’intérieur.

Des idées noirs ont commencés à se bousculer dans ma tête. L’heure n’est plus au regret, c’est fini, ils se sont retrouvés. J’ai su depuis le début de quel Cheikh elle me parlait sans cesse, vu que le numéro de cet dernier qu’elle m’a donné se trouve dans mon téléphone.

Je voulais tellement sauvée la vie de cette jeune fille que j’ai oublié qu’ils pouvaient se revoir. J’ai pas pesé la gravité de mon idiotie et il va me coûté la femme que j’aime et que je comptes épouser à tout prix. J’ai soigné ma paume avant de sortir m’occuper l’esprit avec les patients le temps que le verdict ne tombe sur ma tête parce que je suis sûr qu’il ne la laisserai plus ici. J’ai inventé tout genre de chose pour qu’il abandonne ,j’étais sur le point d’y arrivé et cette idiote est venu tout foutre en l’air.

Je me suis directement dirigé vers son bureau pour la foutre le camps de notre hôpital.

-Elle ( se levant ) : j…je peux vous aidez docteur ? Dit-elle en jouant avec ses doigts.

-Moi ( d’un ton glacial) : oui , faites-moi plaisir de foutre le camps de cet hôpital avant que je ne le fasse à votre place. Dis-je en la fixant méchamment.

-Elle ( soutenant mon regard noir) : pas de problème docteur Bachir, je quitterai cet hôpital avec fierté et la tête haute d’avoir être viré parce que je vous ai en empêchés de faire retomber une patiente dans le coma. Vous vouliez faire revivre cette pauvre fille ,le cauchemar qu’elle a réussi à surmonté.

Que Dieu vous pardonnes ainsi que tous les docteurs mauvais de votre genre. ( me fixant dans les iris ) : je suis au courant de tous vos trafic d’organes humains, vous faites le père Gabriel devant les pauvres gens qui vous prend pour tel alors qu’au fond vous être pire que Lucifer lui-même.

Je serai enchanté de dire à la famille de cette pauvre fille morte mystérieusement aujourd’hui ce que vous l’aviez faite dans le bloc opératoire. Dit-elle en rangeant ses affaires dans un carton.

J’ai patienté le temps qu’elle finisse avant d’appeler l’un de mes hommes de mains. Cette idiote doit la fermée, oui , elle doit la boucler à tout jamais.

Sans attendre , j’ai avisé le grand Chef ainsi qui les autres de la situation et ils étaient tous du même avis que moi. Ne soyez pas surpris, j’ai sauvé cette pauvre fille parce qu’elle me plait et vous ne savez pas combien je regrettes. Sois à moi ou à personne d’autre sinon je serai son pire cauchemar, elle se dira pourquoi je suis pas resté dans le coma.

Du côté de Djamila.

J’ai passée plus de deux heures dehors à attendre que cet idiot se montre avec les clés vu que j’ai laissée les miennes chez moi. Cet idiot censé venir me réchauffer pour me faire oublier ma terrible journée d’aujourd’hui m’a posé un lapin et le pire me faisant planté devant mon propre appartement comme une conne.

Il vient de touché à l’intouchable. Je sais où lui trouvé et je crain vraiment le jour où je mettrai main sur lui. je lui ai ramassé dans une poubelle cet idiot, je lui ai blanchit , je lui ai vêti, lui nourri pour qu’il devient mon bonus et qu’est ce qu’il m’a donné comme recompense de tout ces bienfaits ?il m’a trahi en me fuyant.

J’ai quittée l’appartement avec la mort dans l’âme. Une fois chez moi , j’ai garé la voiture dans le parking puis descend de la voiture avec la rage. J’ai trouvée la boniche en train de montrer au jardinier comment faire son travail. Cette veille mégère me saoule et je dois vraiment en finir avec elle.

Du côté de Zenab.

Je suis meurtrie dans mon âme , je ne cesses de me blâmer en disant que si je savais, que si je savais que ma vie se résumera de telle sorte avec lui , jamais je ne l’aurai épouser, je préférai avaler mes sentiments pour lui pour attendre celui qui m’aimera à ma juste valeur.

Je me suis jetée dans la gueule du loup et à qui en parler vu que je suis la seule fautif. C’est moi qui lui ai collé dessus, c’est moi lui a imposer ce mariage en lui disait que c’était le souhait de notre défunte meilleure amie de nous voir unir par le lien sacré du mariage. Je l’aimes mais je regrette mon choix , je l’aimes mais je veux être libre de tout ça. Il me touche pas , il me calcule pas en tant que sa femme à quoi bon de resté dans ce ménage.

Je suis assise devant la télé mais je ne vois aucun image, je suis perdu et désemparer. Je ne pleure même plus vu que mes larmes ont taries à force de les versés tous les jours. J’étais assise dans cette position ,quand j’ai reçu un smake sur mes lèvres, j’ai sursauté.

-Moussa ( souriant) : comment était ta journée mon amour.

Mon amour ?

-Moi ( sourire forcé) : b.. Bien et la tienne.

-Lui (reposant un autre baisé sur mes lèvres ) : ça été sauf que tu m’as manqué. Mets la table sltp , je vais prendre une douche rapide.

Mais , est ce qu’il va bien ? Me questionne toute seule en le voyant monter les marches. J’ai rapidement fait ce qu’il m’a demander de faire avant de monter le rejoindre en chambre.

Je l’ai trouvé habillé en un simple shorty en train de séché son corps à l’aide d’une petite serviette. J’ai avalé ma salive puis m’approche de lui avec le coeur battant. Disant, que c’est avec un pouvoir surnaturel que j’ai pu contrôler mon avis de lui sauté dessus

-Moi ( sans le quitté des yeux) : ça va Moussa ?

-Lui ( se tournant pour me faire face) : oui , pourquoi cette question?

-Moi ( opinant de la tête) :r…rien. Dis-je en me dirigeant vers son dressing pour l’aider à faire sortir ses vêtements quand sa voix m’a arrête.

-Moussa : je suis désolé Zenab.

Mais larmes ont coulés toute seule sans que je ne me rendre compte. Ah , donc il sait qu’il me fait bien du tort?

Du côté de Hadiara.

Je suis tellement désolé d’avoir lever la main sur cette fille, je vous jures que son physique ne ressemblait vraiment pas à celui d’une malade. Sauf la voir inerte que je m’étais rendu compte qu’elle était sérieusement malade. Je ne suis pas mauvaise mais c’est juste que je ne fais plus confiance à mon mari depuis qu’il a engrossé ma servante.

J’avais appris cela deux semaine avant qu’on ne vienne m’annoncer la mort de cette dernière. Mon mari a profité de de cette occasion pour me jurer qu’il ne lavait pas touché, Il avait juré en se jettant à mes pieds que la fille mentait. je l’aimes de toute mes forces c’est pourquoi j’avais fait l’aveugle pour lui croire mais au fond , c’était autre chose.

Il n’est jamais à la maison , toute sa vie c’est l’hôpital et quand je me plaint, il me sort que je ne manques de rien dans ma maison. Je manque de tout , à quoi ça sert d’être marier si ton mari n’est jamais à la maison? Les femmes vivante dans mon situation souffre hein et je pries pour que Dieu nous viennes en aide.

J’enlevai les tresses de ma fille quand il a fait son rentré dans le salon avec les nerf à vif vu son visage. Je ne saurai vous décrire le regard noir qu’il m’a lancé avant d’entre en furie dans notre chambre.

Le bandage sur sa main a attiré mon attention. Depuis que j’ai battu cette fille , il m’adresse plus la parole , il mange plus ma nourriture et cela me consume vraiment. Ma soeur qui m’aide toujours dans ce genre de situation refuse catégoriquement de repondre à mes appels.

-Djamila : pourquoi il est fait fâché papa?

-Moi : ne tais-je pas dit de n’est plus jamais ouvrir ta petite bouche pour me sortir des chottises Djamila!!

-Djamila ( baissant sa tête) : je suis désolé maman.

-Moi ( me levant) : tu as intérêt. Vas révisée avec ton frère dans sa chambre.

J’ai trouvé mon mari assis sur le lit , la respiration saccadée , et le visage rouge de colère. Le voir dans cet état m’a vraiment fait froid au d’eau et comme il est mon mari , c’est mon droit de lui demandé ce qui ne va pas.

-Moi ( touchant son épaule) : ça va mon amour?

-Lui ( me repoussant violemment ) : ne me touche pas idiote!!.

Il m’a laisser par terre puis entre dans la douche en claquant avec fureur la porte

Je viens de me rappeler que j’ai jamais connus mon mari après dix longues année de mariage. Qui es-tu Bachir? Dis-je en éclatant en sanglot.

Du côté de Aïcha.

Je suis rentrée chez moi après avoir accompagné le russe à l’aéroport. Voir Cheikh jaloux aujourd’hui m’a encore donnée plus d’espoir que les s’améliora bien entre nous. Il était grave jaloux en voyant cet homme me dragué ouvertement.

Comme il est mignon quand il est comme ça. Dis-je en sautant dans mon lit comme une petite folle. Une fois calmée, jai raclée ma gorge, puis lancer son numéro et il était hors de la zone. Mais c’est bizarre ça. Dis-je en retentant à nous nouveau mais toujours la même chose. Et , comme je connaîs le numero de Tida, je lui ai donc appelé.

Cette vieille femme, je l’aimes pas du tout tchiiip, je fais semblant de la supporter pour juste être prêt de Cheikh.une fois que je serai marié à lui , je la foutrai le camps de cette maison.

-Moi ( grimaçant ) : bonsoir Tida, Tida.

Je crois qu’elle m’aime pas assez non plus tchiiip.

-Elle ( d’un ton froid) : ça va.

Même pas et toi Tchiiiip. Tanpis pour elle.

-Moi : tu ne sais pas si Cheikh est rentré ou…

-Elle ( me coupant) : il est parti en voyage.

En voyage ? Elle sérieuse quoi? Cheikh ne fait rien sans m’aviser.

-Moi ( sortis tout seul) : c’est une blague n’est ce pas?

-Elle ( d’un ton méchant) : j’aimes blaguer mais pas avec ma bouche. Passe une bonne nuit. Clik.

Nonnnnn, rhok, je détestes cette sorcière.

Mais attendez , Cheikh en voyage ?

Cela m’inquiète un peu , ce n’était pas prévu dans son emploi qu’il a un voyage à faire aujourd’hui. Et , si cette idiote est viva…

Non ( secouant ma tête) : je dois chassée cette pensée de ma tête, Cheikh n’osera pas me faire ça.

À suivre…

Share this:

Laisser un commentaire