Il m’a attendu dehors et moi je suis entrée avec le coeur battant comme pas possible. Avoir un enfant est une bénédiction mais là, j’ai vraiment pas envie de rajouter un autre problème à mes problèmes actu… (Suite de l’histoire: amour Sincère).

‘ Amour sincère ” Chapitre : 5

Du côté de Hadiara.

Comme c’est bizzare. Dis-je en posant une main sur mon coeur qui bat frénétiquement comme s’il voulait sortir de sa case. si j’ai une bonne mémoire , cela date des années que j’ai pas vomi de la sorte, j’ai cessée de vomir depuis le début de ma dernière grossesse. À la pensée que je suis peut être enceinte me fait flipper sur place. J’ai comme l’impression à cet instant que le ciel entier me tombe dessus , rien ne va plus dans ma vie comme je l’ai toujours pensé. Je sors de la douche avec le tsumani à l’intérieur.

Pixabay

Et si ça s’avère que je suis à nouveau enceinte? qu’est ce qu’elle dira encore de moi? Ma soeur m’a tellement réprimandée lors de ma dernière grossesse et elle à même voulut couper des ponts avec moi tellement qu’elle était en colère, elle m’a traité de pondeuse et là si je le suis encore elle me tuera avec ses mots blessant c’est sûre. Cela ne doit pas s’attendre , je dois m’en rassuré que c’est le stress qui m’a fait tourner l’estomac comme ça.

Sans entendre , j’ai grimpée les marches en courant porté quelques chose de confortable dans ma chambre. J’ai enfilée une robe longue en coton noir , puis attache vite un foulard, m’accapare de ma porte monnaie. J’ai même pas pris la peine de vérifier l’heure qu’il fait et j’ai sorti en courant comme une personne pourchassé par un loin. J’ouvrai le grand portail quand une voix provenant dernière m’a stoppée dans mon élan, je ne me suis pas retourner mais j’ai entendue les pas de la personne s’approcher vers moi.

-Lui : bonsoir madame.

Je me suis retournée , puis fait face à un jeune homme tellement beau , je lui donnerai une vingtaine d’année pas plus.

A Lire aussi https://bonheur-explosif.com/chroniques-du-web/

-Moi ( soupirant fort) : bonsoir.

-Lui : où comptez-vous y aller seule à cette heure tardive de la nuit ? il fait presque 23h. Dit-il en jeté un coup d’œil sur sa montre au poignet.

-Moi : j’ai même pas pris la peine de vérifier l’heure. Je dois sortir achèter quelque chose et c’est urgent. Dis-je en essayant à nouveau d’ouvrir le portail.

-Lui : je vous accompagnes alors , ce n’est pas prudent que vous sortez toute seule si tard dehors.

J’ai vraiment besoin que quelqu’un m’accompagne là. Il m’a donc ouvert le portail et nous sortîmes

-Moi ( en marchant la tête ailleurs) : je n’ai pas l’habitude de te voir chez moi , tu es le nouveau portier vu que le vieux ne sent pas bien dernièrement?

-Lui : je suis son fils et comme il ne se sent pas bien dernièrement, il m’a donc demandé de venir le remplacer le temps qu’il récupère.

-Moi : ah , je vois . J’espère qu’il n’est pas aussi malade que ça !

-Lui : non , pas vraiment. Je crois qu’avec un peu de repos , il vous reviendra en super forme. On marche là depuis plus de 10minutes et vous ne m’avez toujours pas dit où on va .

Après quelques minutes de silence.

-Moi : à la pharmacie.

-Lui : mais….et votre mari?

-Moi : il n’est pas encore rentrer de l’hôpital.

-Lui : ah. Dit-il tout simplement en me montrant une pharmacie que je nai même pas vu du doigt.

Il m’a attendu dehors et moi je suis entrée avec le cœur battant comme pas possible. Avoir un enfant est une bénédiction mais là, j’ai vraiment pas envie de rajouter un autre problème à mes problèmes actu…

-Une jeune fille ( rangeant bien sa lumette) : bonsoir madame.

-Moi ( d’une voix fébrile) : bonsoir.

-Elle : que puisse faire pour vous.

-Moi ( bégayant) : je… J…peux a…avoir un test de grossesse.

-Elle : oui bien-sûr.

-Moi ( ouvrant ma porte monnaie) : combien coûte t-il ?

-Elle : dix-mille franc guinéen.

J’ai ouvert ma porte monnaie et je n’avais que quelques billets de 1000frg.

-Moi (hésitante) : je reviendrai acheté le test demain… j’ai oubliée de prendre l’argent en sortant de chez moi.

-Elle : pas de problème. Dit-elle sèchement en se reconcentrant son téléphone.

J’ai sorti tout doucement de la pharmacie et trouve le jeune homme à la même place.

-Lui : vous avez eu ce que vous cherchiez ?

-Moi (soupirant) : je reviendrai demain, j’ai oubliée de prendre l’argent.

-Lui : qu’est ce que vous vouliez achetés ?

-Moi : allons y , je reviendrai demain. Dis-je le devançant.

-Lui ( m’arrêtant par le bras) : dites le moi slvp.

-Moi ( m’emportant ) : tu es vraiment un portier toi? Comment oses-tu me toucher
?

-Lui : non , je ne suis chez-vous que pour aider mon père. Je suis désolé pour ce manque de respect, je voulai juste vous donnez un coup de pousse vu que…

-Moi ( agacée) : allons-y sltp.

Sans m’écouter il est entrer à son tour dans la pharmacie puis ressorti avec un petit sachet en main.

-Lui ( me tendant le sachet) : tenez.

-Moi : mais tu es sérieux d’aller…

-Lui : allons-y slvp. Il se fait super tard.

Il m’a laissé planté, puis tourne les talons. Je l’ai suivi dernière en me demandant que est réellement ce jeune homme. Il est audacieux hein.

Chez moi, je lai remercié avant de courir éclairer mes doutes.

À peine le test fait que les deux traits s’est présenté sous mes yeux apeurés. Je me suis sur la porte de la salle de bain et me mettre à pleurer comme une Madeline. En me demandant se qui sera désormais ma vie.

Du côté de Djamila.

Merci bien de voyager sans m’en informer mon chèr fils, cela te coûtera tellement cher que ça te fallaira des mois avant que tu ne t’en remettre de ma surprise. Une occasion en or pour faire le premier pas bien reçu dans ma vengeance. Je serai enchanté de dire à tes chers collaborateurs que tu trames dans des affaires louches. Ahaha , tu es un génie Djamila Barry, un vrai.

J’ai déjà mon petit idée qui nuira à tout jamais sa carrière mais par contre , le fait de n’est pas savoir où il est allé si soudainement m’inquiète vraiment. Je ne cesse de me poser la même question depuis. Nous ne sommes pas aussi proche comme le sont les autres mères et fils mais il me respect beaucoup , il ne part jamais en voyage sans me le dire en premier. J’ai passé par tous les moins pour que cette sorcière de Tida m’ouvre sa gueule pour me dire où il est parti mais elle fait comme à son habitude de n’être au courant de rien.

J’ai encore tenté pour la nième fois de lui joindre mais son numero reste toujours hors de la zone. Où pouvait il être putain de merde!

J’ai sombré avec la mort dans l’âme et plusieurs d’autre question sans réponse qui se bouscule dans ma tête.

Le lendemain matin.

pour me vanger de la sorcière, je l’ai fait faire la cuisine plus de dix fois en jetant à chaque fois sa nourriture avec des mots blessant. Elle était à bout de souffle même si elle fait la femme forte devant moi. Je prenai mon petit déjeuner vu que la faim a fini par me gagner, quand la sonnerie de mon téléphone à retenti. C’était ma soeur Hadiara.

-Elle : tu as enfin daigner prendre mes appels.

-Moi : je suis désolé ma soeur , j’étais tellement charger ses derniers temps. Comment tu vas ?

-Elle ( pleurant) : super mal ma soeur.

-Moi : arrêtes de pleurer et dis-moi ce qui ne va pas encore.

-Elle : j…je suis enceinte.

Me levant d’un bond avec les mains tremblantes de dégoût. Encore , Mais ma soeur est-elle normal dans sa tête ?

-Elle ( sanglotant) : je suis désolé.

-Moi (furieuse) : dis désolé à toi-même , c’est ta vie pas la mienne, fait d’elle comme bon te semble Hadiara, moi je n’ai rien à cirer tu entends? De toute les façons , Tu n’es bonne qu’à pondre des enfants comme une poule c’est pourquoi ton mari n’a aucune considération envers toi. Tu n’es qu’une idiote qui n’a aucune ambition dans sa vie. Va te faire foutre avec ta grossesse et n’ose plus jamais rappeler ce numéro. Tu me dégoûté, idiote!!.

Je l’ai raccroché au nez avec les nerfs a vif. Je me demande bieb si cette idiote est réellement ma soeur.

Du côté de Bachir.

je n’arrive toujours pas à croire que c’est cette idiote qui a osée m’en poignarder de la sorte… moi docteur Bachir qui lui à sauvée la vie. Elle a enfoncer le couteau dans ma paume que j’ai blessée à cause d’elle en plus. Je voulai faire l’homme fort mais la douleur devient de plus en plus insupportable et le sang aussi coule à flot. Même si je crains aux questionnement de la personne dont je suis sur le point d’appeler, mais il me faut de l’aide avant que la douleur ne m’emporte.

Mon ami est venu s’occuper de moi quelques minutes en me posant des tas de questions différente. J’ai inventé des trucs pour juste l’échapper.

-Lui : ta paume on dirait que…

-Moi : sltp Tall, garde tes questions pour un notre jour , là je souffre vraiment et tu le vois aussi donc laisse-moi me reposer. Merci pour ton aide.

-Lui : de rien. Je ne vois pas ta patiente préférée.

-Moi : elle est sorti de l’hôpital dans la journée.

Il est sorti me laissant dans mes pensées noires.

Elle me payera tellement cher cet affront.

Du côté de Moussa.

– Moi ( la tenant par dernier) : pardonne-moi sltp.

Elle a laissé tomber se qu’elle faisait puis se retourne pour me faire face.

-Elle : ah , tu es donc conscient de tout ce que tu me fait endurer dans cette maison ? Tu sais donc que je souffre par ta faute ?

-Moi : je suis désolé.

-Elle( pleurant) : c’est au ce que tu trouves à me dire? Pourquoi l’amour fait autant de mal? si c’est pour me traité comme tu le fais, pourquoi tu m’as épouser? Pourquoi moi ?

-Moi : je t’aimes mais j’avais un soucis et une boule au fond de ma gorge qui m’empêchait d’être à l’aise dans toute chose que j’entreprends.

-Elle ( essuyant ses larmes du revers de sa main ) : tu n’arrives toujours pas à oublier la mort de Binta.

-Moi ( sursautant) : non , ne redis plus jamais ça, Binta n’est pas morte.

-Elle ( snif) : c’est ça qu’on pense depuis des années mais elle n’a toujours pas réapparu dans nos vie Moussa. ( sanglotant) : tu sais pas combien je m’en veux pour sa disparition.

-Moi ( la prenant dans mes bras) : ne te culpabilise pas , on est pas responsable de ce qu’ils font nos proches. Binta va bien d’accord ?

Elle opiné de la tête en resserrant super fort son étreinte.

Je voulais l’annoncer la bonne mais Binta m’en à formellement interdit. Donc je suis obligé de respecter sa décision prise.

Du côté de Cheikh.

Je viens de rentré chez moi après deux pures semaines de Bonheur au près de ma bien aimée. Elle est redevenue plus rayonnante qu’elle ne l’était déjà. Je voulais qu’on reste encore un peu mais elle n’a pas accepter vu que sa ma famille lui manquait atrocement. Et pour n’est pas être égoïste, nous sommes rentrés. Je lui ai conduise dans l’un de mes appartement en à lembayi le temps que la ville s’en dort pour la ramenée chez elle. À 00h pile, on a quitté l’appartement pour nous rendre chez sa famille.

Elle stressait beaucoup , mais j’ai trouvé les bons mots pour la mettre en confiance. Arrivé devant sa cour , elle a sangloter en prenant son visage dans ses mains. J’ai coupé le moteur , puis le serre fort dans mes bras pour la réconfortée à nouveau. Je savais ce qu’elle pensait et j’ai partagé ce moment avec elle. Nous nous restés dans cette position jusqu’elle se décide descendre de la voiture. Le grand portail de leur cour n’était pas fermé, donc on s’est directement dirigé vers la maison. Elle tremblait dans mes bras comme une feuille. J’ai toqué et c’est sa mère qui nous ouvert la porte après quelques minutes de patiente. Sans un mot , elle s’est retourner à l’intérieur.

-Binta ( inquiète) : ma t-elle vu ?

J’ai passé mon bras sur son dos.

-Moi : allons à l’intérieur , elle est juste sous le choc et c’est normal.

Dans le salon , on a trouvé sa mère sur sa natte de prière les mains levées vers le ciel. Elle remerciait le bon Dieu avec la voix cassée par ses pleures.

Binta est allée la serrée très fort dans ses bras en pleurant.

-Sa mère ( caressant son visage) : je savais que tu es vivantes ma fille , mon coeur de mère n’a jamais cessé de pensé à ce jour qui est enfin arrivé.

-Binta ( pleurant ) : grâce à tes douwas, je me suis en sorti vivante dans un coma de 5 ans. Où est Malik ?

-Sa mère : il est dans sa chambre. (Levant les yeux sur moi ) : Merci vraiment mon fils, Tu m’as promis de la retrouvée et la voilà. Que Dieu te bénisse.

-Moi : merci maman. Votre fille est la plus belle chose qui me soit arrivée dans ma vie. Je l’aimes sincèrement.

-Elle : et moi plus que le mot. Merci pour tout Cheikh. Je t’aimes. Tu m’accompagne dans la chambre de mon frère ? Dit-elle se levant.

-Moi ( la tendant ma main ) : allons-y.

On a trouvé son frère endormi, la photo de Binta sur son torse. Cette image l’a encore fait pleurer de plus bel .

-Moi : tu dois te ressaisir Binta.

-Elle : je sais , mais c’est plus fort que moi.

Elle s’est approché de son lit , puis s’installe et se mis à caresser sa tête.

Il s’est réveillé tout doucement puis saute du lit en voyant sa soeur.

-Binta ( sourire) : je suis de retour mon frère chéri. Ta soeur est de retour.

Il voulait parlé mais me voyant au seuil de la porte , il a soupiré.

-Binta ( pleurant) : je suis vivantes Malik.

-Malik ( s’approchant doucement d’elle) : t…tu es vivante ? ( criant) : maman , maman, vient voir ma soeur est vivante.

-Sa mère ( entrant en souriant avec un calebasse rempli d’eau dans ses mains) : je l’ai toujours su mon fils.

Couple amoureux Photo: elisejulliard-photographies

Il a serré super fort sa soeur dans ses bras en pleurant comme une fille. Comme c’est chanceux d’avoir une famille aussi solidaire que celle de Binta. Depuis plus de dix ans si je me rappelle bien , c’était la premier fois que je vois mes larmes ruisselaient sur mes joues tellement que l’émotion de ce grand retrouvaille inattendu etait alléguant.

Sa mère s’est courber à ses pieds, puis les laves dans le calebasse rempli d’eau avant d’emmener le calebasse sur ses lèvres et bois de l’eau dans la calebasse.

Jamais je n’ai vu une chose pareille de toute ma vie mais s’il le faut que je fasse aussi pour ma Binta, je le ferai sans hésitation.

Tard dans la nuit , à contre coeur , j’ai décidé rentrer chez moi en promettant Binta de revenir tôt le matin.

Je suis arrivé Chez moi avec un sourire radieux aux lèvres, mes gardes m’ont salués chaleureusement puis me souhaitent également la bienvenu, je les ai remerciés en chœur chose que je ne fais jamais. Ils étaient tous surpris de ma bon humeur.

A Lire aussi https://bonheur-explosif.com/vie-de-couple-mes-paroles-ont-tue-mon-mari/

Je montai les marches qui mène vers mon appartement quand la voix de ma mère m’a arrêtée dans mon élan. J’ai d’abord jeté un coup d’œil sur ma montre Rolex au poignet avant de me retourner pour la faire face. Qu’est ce qu’elle fait encore debout à cette heure de la nuit ? Me pose cette question puis descend la rejoindre en bas des marches.

-Moi : bonsoir ma…

Le reste de ma phrase ce fait mourir par une gifle monumentale qu’elle a assène sur ma jour droite.

Mes yeux ont virés de rouge mais je me suis raviver pour n’est pas lui riposter sa gifle. Cette bonne femme à toujours eu le don de faire de ma vie un véritable en fer.

À suivre…. #bonheur_explosif

Une réflexion sur “ Histoire d’amour: Amour sincère (Chapitre 5)

Laisser un commentaire