Suite de l’histoire d’amour: Bon, nous étions toujours collée l’un contre l’autre, la chaleur de son corps me faisait du bien, et cela m’aidait dans quelques sortes à oublier mon passé tragique.

PARTIE 17 • FANNY LA SÉNÉGALAISE •

Depuis ce jour-là, je n’ai jamais eu une conscience tranquille, je ne me suis jamais sentie à l’aise, c’est pour cela qu’il pleuve ou qu’il neige, je me vengerai d’Ismaël et sa bande.

J’avais toujours voulu me venger depuis longtemps en portant plainte contre ces criminels, mais ma situation de pauvreté, donc la situation sociale dans laquelle ma famille affrontait ne m’avait pas permis d’engager un procès, car engager un processus judiciaire demande beaucoup d’argent. Mais nonobstant cela, je jure que Fatou, Ismaël et toute leur bande, le paieront très cher.

Bon, nous étions toujours collée l’un contre l’autre, la chaleur de son corps me faisait du bien, et cela m’aidait dans quelques sortes à oublier mon passé tragique.

Comme on était déjà 8h 30, je me suis réveillée pour faire la vaisselle, le petit déjeuner, et puis les autres travaux de la maison.

Freddy est si mignon quand il a les yeux fermés, je l’aime vraiment. Bon, il peut dormir, il a besoin de repos, je vais attendre sagement jusqu’à ce qu’il va se réveiller, mais pour l’instant, je m’en vais à la cuisine pour faire le petit déjeuner. Donc, je me suis levée, et puis je me suis dirigée à la cuisine. Je vais faire quelques crêpes et aussi des pâtes, ces sont les plats préférés de Freddy.

Une fois à la cuisine, j’ai commencé par faire chauffer de l’eau dans une marmite, quand l’eau a commencé à bouillir, j’ai mis un morceau de beurre dedans, et une fois qu’il a fondu, j’y ai versé les pâtes. J’ai coupé les oignons, tomates, poivron, piments, carottes, quelques feuilles de basilic, puis j’ai coupé les blancs de poulets en petits morceaux. Je les ai nettoyer, et les ai mis au feu, avant de commencer à faire les pâtes de crêpes.

30 minutes plus tard, mes pâtes sont sorties du feu, et pareil pour mes blancs de poulets. J’ai versé ensuite mes pâtes dans une passoire pour filtrer l’huile utilisée pour la cuisson de mes poulets, et une fois que j’ai filtré, je l’ai renversé dans une marmite vide que j’ai mise sur le feu avant de renverser tout ce que j’avais découpé, sauf les feuilles basilic et les tomates.

En suite je les ai mélangé avec une cuillère pour que tous prennent l’huile, puis j’ai mis trois cuillères de tomate écrasée et une petite cuillère du sel, avant de les mélanger encore, ajouter un verre d’eau, et refermer la marmite.

J’ai surveillé sans arrêt pendant 15 minutes, j’y ai ajouté un peu d’eau, les tomates découpé et les blancs de poulets frites. 5 minutes après, j’ai ajouté les pâtes, j’ai bien melangé le tout et j’ai refermé la marmite. Après tout ça, je me suis lancée dans la préparation des crêpes, et j’ai fini de faire la cuisine vers 11h du matin. Puis j’ai rangé un peu, j’ai même fait la table, et je ferai la vessaille après.

Quelques minutes après, j’ai reçu l’appel d’Aïcha, il y avait 5 autres appels en absence.

—Moi:« Allô ma puce ».

—Aïcha:« Depuis là tu ignores mes appels, c’est maintenant que tu me connais ? Je suis déjà énervée ».

—Moi: « Ne te fâches pas ma louloute ».

—Aïcha:« Dégage !».

—Moi:« Arrêtes de me bouder ma puce, j’étais à la cuisine en train de faire le petit déjeuner quand tu m’as appelé ».

—Aïcha:« Je m’en fou !»

—Moi en souriant:« Vous les peuls, vous êtes trop sauvages ».

—Aïcha:« Et vous les wolofs, vous êtes moins sauvage ? Imbécile » Elle le disait en souriant aussi.

—Moi:« Mdr. Bon d’accord, je suis desolée ma chérie, mais si tu savais… J’ignore même pas où commencer ».

—Aïcha:« Quoi ? Dis-moi ! ».

—Moi:« Humm…. J’ai parlé à Freddy à propos de “eux” ».

—Aïcha:« Eux ? »

—Moi:« Eux de la douche ».

—Aïcha :« Mais Fanny, je t’ai déjà dit que eux n’existe pas !. Donc tu as piqué une crise chez le pauvre enfant d’autrui, toi aussi !».

—Moi:« Mais… »

—Aïcha:« Waouh attends j’arrive là-bas, la conversation à distance là n’est pas bon ».

—Moi:« Ne viens pas chez moi pour m’engueuler hein ! ».

—Aïcha en riant:« C’est déjà chez toi ? Imbécile ».

—Moi :« Tchip.. ».

—Aïcha:« J’arrive tout de suite madame Freddy ».

Puis elle a raccroché après avoir dit ça, et juste après quelques minutes, quelqu’un a toqué à la porte. Je suis allée ouvrir croyant que c’était Aïcha, mais je suis plutôt tombée sur Marlène.

—Moi:« Salut Marlène ».

—Marlène:« Salut ma chérie. Waouh ! tu viens de te réveiller ? ».

—Moi:« Non, pourquoi ?»

—Elle:« Tu as toujours ta robe de nuit !».

—Moi:« Waouh En fait, je me suis réveillée il y a quelques minutes, mais j’étais en train de faire le petit déjeuner ».

Elle est venue me faire un petit câlin, puis nous sommes allées nous asseoir au salon.

Aïcha nous a rejoint quelques minutes plus tard. Quand elle est arrivée, Marlène la regardait genre “c’est qui cette fille ? ”.

—Marlène:« Eh Bonjour ».

—Aïcha:« Bonjour, tu es jolie, tu dois être la petite sœur de Freddy, c’est ça ?»

—Marlène:« Oui »

—Moi:« Surprise Marlène ! Je te présente mon amie Aïcha ».

—Marlène en souriant : « Enchantée Aïcha ».

—Aïcha : « Moi de même Marlène ».

Nous avons commencé à parler toutes les trois, c’était magnifique, elles me faisaient rire, puis à un moment donné, Marlène m’a demandé,

—Marlène : « Est-ce mon frère est là ».

—Moi:« Il dort encore, il se repose ».

—Aïcha en souriant :« Il est presque midi, Freddy dort toujours ? Donc c’était chaud cette nuit. Le pauvre Freddy ,madame Fanny ne l’a pas laissé se reposer cette nuit, je pense que le combat s’est fait sans pause ».

—Moi :« Ferme ta bouche ! Impolie »

—Marlène:« Aïcha a raison, même moi en venant ici au Sénégal, j’ai cru que vous seriez déjà en couple ».

—Aïcha en criant:« OH !!! Oui oui… »

Elle a sauté sur Marlène et s’est mise à lui faire plein de bisous sur les joues.

—Aïcha:« Merci merci merci… tu es géniale ! ».

—Marlène:« Pourquoi ? »

—Aïcha:« Je lui répète depuis tellement longtemps que c’est Freddy qui lui est destiné, mais elle fait la sourde ».

—Moi:« Tchip… »

—Marlène en souriant:« Fanny je t’ai déjà posé la question, mais je vais la reposer encore: tu n’as jamais pensé à te mettre en couple avec mon frère ? »

—Moi:« Nonnn…»

—Aïcha:« Sur un plateau en or on t’offre l’homme de ta vie tu refuse ».

—Moi:« Pardon, tais-toi hein ! ».

—Marlène:« Mais pourquoi Fanny ?, vous êtes si beaux, tu n’as pas vu comment il te regarde ? Je lis l’amour dans ses yeux, hier quand nous étions ici, je l’observais, il te regardait par moment, quand on faisait les brochettes il était là à t’observer avec un petit sourire, il devait sûrement se dire: “elle est tellement mignonne”,et toi tu rejettes un mec en or comme lui ? Pourquoi ? ».

—Moi:« Je ne me suis pas encore lavée, je vais répondre à cette question quand je vais me laver ».

—Aïcha:« Tchip… ».

—Marlène:« Bon, comme tu compte prendre ta douche, nous on va se promener. Aïcha va me faire visité la ville de Dakar ».

—Moi:« Ok, À bientôt mes chéries ».

—Aïcha : « Arrêtes ! je ne suis plus ta chérie, je le serai quand tu te mettras en couple avec Freddy ».

—Moi en souriant : « Humm… tu te fatigueras toi-même ».

—Marlène:« Bon, tu diras à mon frère qu’on revient bientôt, Aïcha me fait visiter la ville ».

—Moi:« Ok, bisous ».

Elles sont parties, puis j’ai fait le ouf de soulagement avant de me diriger vers ma chambre. J’étais déjà presque devant ma porte, quand quelqu’un m’a salué.

A Lire aussi:

—…..:« Bonjour Fanny ».

Quand je me suis retournée, c’était Freddy.

—Moi :« Bonjour Freddy, tu t’es bien réveillé ? ».

—Freddy:« Oui, mais j’ai faim, tu as déjà fait le déjeuner ?»

—Moi:« Oui, j’ai fait des pâtes et des crêpes »

—Lui:« Sérieux ? »

—Moi: oui oui, je sais que ces sont tes plats préparés ».

—Freddy:« C’est super, dans ce cas, je vais prendre rapidement mon bain, puis nous irons manger ».

—Moi:« Ok, dans ce cas, allons prendre le bain ensemble ».

—Freddy:« Quoi ? Tu dis quoi ?».

—Moi:« Je dis, allons prendre le bain ensemble, car je comptais aussi aller me laver ».

—Freddy:« Non Fanny ! C’est impossible, je te rappelle que je suis un homme ».

—Moi:« Tu as honte de moi ?»

Il m’a regardé pendant un moment, avant de me dire,

—Lui:« Bon, allons-y..».

Du coup, je suis allée chercher ma trousse de bain, et puis nous sommes allés dans la douche.

Je me suis déshabillée lentement pendant qu’il m’observait avec beaucoup d’attention, j’étais complètement nue devant lui, puis je suis allée l’aider à se déshabiller aussi. Je lui ai enlevé la chemise premièrement, le pantalon, puis les sous-vêtements.

Son truc était déjà débout, il était vraiment obèse, beau et il faisait peur comme un chien méchant. Mdr

Bon, j’ai ouvert le robinet d’eau, puis on a commencé à nous lavé. Il me frottait le savon sur les épaules, ses mains étaient électrisantes, donc j’avais des sensations étranges quand il me frottait.

Du coup, il m’a attiré dans ses bras et m’a embrassé, ce fut un baiser possessif comme s’il voulait me marquer avec la surprise, il m’a maintenu fermement dans ses bras et a approfondi son baiser.

j’avais commencé à ressentir du plaisir, je lui ai offert mes lèvres pour qu’il aille plus loin, et quand il a senti que je m’abandonnais, son baiser s’est fait plus doux. C’était super, ce baiser était intense, plein de fougue et de tendresse à la fois, puis il a commencé à me caresser les seins petit à petit, avant de me dire….

À SUIVRE..

Share this: