Histoire d’amour: Fanny la sénégalaise (partie 19)


couple-reseau

Suite de l’histoire d’amour; Il est revenu me faire un bisou et il est sorti me laissant là au salon toute seule, j’étais vraiment excitée.
Bon, j’ai enfilé mon peignoir et suis allée le trouver à la cuisine, il était assis là, en train de boire un verre de lait.

PARTIE 19• FANNY LA SÉNÉGALAISE •
 INTERDIT AUX MINEURS 

—Freddy:« Fanny, je suis prêt à assumer ce que je ressens pour toi, je ne sais pas où ça nous mènera mais, je t’aime. Je t’aime énormément, je veux que tu sois mienne, je veux vivre avec toi, et je te promets que dorénavant je te traiterai comme une rose, je t’aime ma chérie ».

Je ne l’ai pas répondu, je me suis juste contentée de l’embrasser. Nous nous sommes embrassés pendant un moment, avant d’aller une fois de plus prendre le bain ensemble. Je suis sortie de la salle de bain avant lui et je suis allée me coucher.

—Freddy:« Lèves-toi, et allons voir un film au salon ».
—Moi:« …. »
Je n’ai rien dit, et puis il est venu me transporter comme un bébé.

—Moi:« Mais qu’est-ce que tu fais ? ».
—Freddy:« Comme tu ne veux pas descendre, je vais te faire descendre ».
—Moi:« Oh ! Mais, laisse moi descendre toute seule, je vais marcher ».
—Lui:« D’accord mon ange ».
Soudain, il m’a déposé par terre, et nous sommes descendus pour aller voir la télé. On était en train de suivre une série télévisée, quand Freddy m’a encore dit,

—Lui:« Je t’aime ».
—Moi:« Moi aussi je t’aime Freddy ».
—Freddy:« Après 4 ans !»
—Moi:« C’est de ta faute hein »
—Lui:« Comment ça ?»

—Moi:« Durant toutes ces années, tu ne me disais rien, c’était comme si je ne t’intéressais pas !. Sais-tu ce que j’avais fini par me dire ? ».
—Freddy:« Quoi ? ».
—Moi:« Que tu me connaissais trop pour vouloir de moi ».
—Lui:« C’est-à-dire ? »

—Moi:« C’est-à-dire que j’étais une pute, une fille qui n’a rien d’autre à donner à part son corps, donc j’ai pensé que tu refoulais tes sentiments parce que tu ne voulais pas te mettre en couple avec une salope, une fille que … ».

Du coup, il m’a coupé la parole en me disant,
—Freddy:« Chut….. Arrêtes de te dénigrer ! Tu n’es pas une prostituée, on s’en fou des autres, c’est toi que j’aime, je t’aime réellement et je ne veux pas que tu en doute, Ok ?».
—Moi:« Hummm… d’accord ».

Il s’est rapproché, m’a fait un bisou sur mon front, et m’a encore dit,
—Lui:« Je t’aime, tu es ma petite rose ».
—Moi en souriant :« Je t’aime aussi ».

Tout à coup il s’est emparé de mes lèvres, il les embrassait délicatement, lentement, et puis j’ai senti ses mains se promener sous mon t-shirt. Il m’a embrassé sans repos, puis il est descendu au niveau de mon cou où il a posé des baisers doux. Il a plongé sa tête sous mon t-shirt, j’ai senti sa langue tourner autour de mon nombril, et mes yeux étaient juste fermés savourant ce bon moment.

Il a embrassé mon ventre, sa langue parcourait la piste menant à mes tétons, et puis il s’est arrêté pendant un moment pour me retirer les vêtements, tout mes vêtements, même ma petite culotte. Il s’est baissé en suite pour sucer mes magnifiques seins, il les mordillait, les léchait, puis j’avais commencé à faire des petits gémissements.

Je ne sais comment, ni à quel moment il a passé sa tête entre mes jambes, il faisait des bisous sur mon pubis, et c’était génial, ça m’avait vraiment excitée. J’avais commencé à trembloter et à gémir très fort, et puis j’ai mis un oreiller sur mon visage, car je gémissais très forts.

Personne ne m’avait jamais fait sentir aussi bien, et pourtant j’ai déjà collectionné plusieurs partenaires, donc Mamadou, François, et les autres, personne ne m’avait jamais fait ça.

Bon, en suite sa langue a franchi la barrière, elle est entrée en moi, c’était terriblement excitant, c’était majestueux, et du coup, j’ai déchiré mon oreiller, je l’ai réduit en miette. Freddy était tellement doué, ce n’est pas possible, il faisait tournoyer sa langue à l’intérieur de mon intimité, j’ai perdu le contrôle, et puis je me suis tordu de plaisir, mon coeur battait si vite.

Il s’est mis a me faire des bisous là-bas, des bisous sucré, il pressait mes fesses, et me caressait les seins. Son corps était chaud, son érection était déjà à cent pourcent, j’ai levé les yeux vers lui, son visage était magnifique, et ses lèvres était si exceptionnelles. Il s’est enfin pendu à mes lèvres, il me les embrassait avec beaucoup des tendresses, et puis il s’est éloigné de moi.

—Moi:« Où vas-tu ? ».
—Freddy:« Mais on a terminé ».
—Moi:« Quoi ?».

—Lui:« J’ai besoin d’un verre de lait, je descends ».
Il est revenu me faire un bisou et il est sorti me laissant là au salon toute seule, j’étais vraiment excitée.
Bon, j’ai enfilé mon peignoir et suis allée le trouver à la cuisine, il était assis là, en train de boire un verre de lait.

—Moi:« Tu veux faire quoi au juste ? ».
Il ne m’a pas répondu, il s’est juste levé, a pris un autre verre pour reverser du lait dedans et me le tendre,
—Freddy:« Bois ! ».

—Moi:« Arrête moi ça, pourquoi tu m’as laissé comme ça ?.»
—Freddy:« ……… »
—Moi:« Tu n’as pas droit de me faire ça, j’ai vu ton érection, je sais que t’en a envie aussi, donc je veux que tu continue ».

Du coup, il m’a transporté, et m’a déposé sur la table de la cuisine, il était en face de moi, et il me regardais droit dans les yeux.

—Lui:« On part se coucher ? »
—Moi:« Non, je ne monte pas avec toi, tu me maltraites ».
—Freddy:« Comment ça ? »
—Moi:« Après tout ce que tu m’as fait là, tu te lèves carrément et tu sors ? Tu es sérieux ? »

—Lui:« Humm… Ne sois pas pressée mon amour, on a tout notre temps, tous les jours de notre vie, et puis je n’ai pas encore vu ta mère ».
—Moi:« On ira là-bas le dimanche ».
—Lui:« Je sais ma chérie ».

—Moi:« Mais pourquoi tu me torture comme ça ? »
—Lui en souriant:« Pour t’apprendre à contrôler tes sentiments ».
—Moi:« Donc là, tu es en train de me rééduquer ?».
—Freddy:« Oui, c’est le cas ma cherie. Allez on y va !».
Il m’a transporté une fois de plus, et nous sommes allés nous coucher. C’était waouh

Deux jours après, ce fut le dimanche, donc nous sommes allés chez ma mère comme prévue. Quand on est arrivé, on l’a trouvé à la maison, et comme d’habitude elle était avec Tante Awa.

—Nous:« Bonjour maman, bonjour tante Awa ».
—Maman:« Eh ! Bonjour mes enfants ».
Puis elle nous a serré dans ses bras, elle était heureuse de nous voir, et tante Awa également.

—Tante Awa :« Fanny ça fait longtemps hein !, regarde toi, tu es magnifique ma chérie ».
—Moi:« Merci tata, comment tu vas ? ».
—Elle:« Nous sommes bien mes enfants, je suis contente de vous revoir »
—Maman:« Venez ! je vais vous présenter la nouvelle maison ».
—Moi:« Oui… C’est génial ».

Tout a coup nous nous sommes levés pour aller visiter la nouvelle maison, elle était énorme, je ne m’y attendais pas, elle était peinte en rose foncée et la barrière était peinte en blanc ainsi que l’intérieur de la maison.

Il y avait deux salons, un avec des canapés en cuir noir, et l’autre ressemblait beaucoup plus à un coin pour enfants, maman dit que c’est pour accueillir tous ses petits enfants. Mdr

On a visité d’autres chambres, et enfin on a visité la cuisine, elle était très spacieuse, il y avait deux grands frigos, une grande gazinière, et une grande table, donc c’était fantastique.

Après cette visite, nous sommes tous allés nous asseoir à la terrasse, on a bavardé longtemps, rigolé, puis je les ai dit,
—Moi:« Au fait maman et tante Awa, j’ai quelque chose à vous annoncer ».
—Maman:« Quoi ma fille ?».

—Moi:« Humm… Je sais que je n’ai pas toujours été une fille très correcte, respectueuse et tout ça, mais j’ai rencontré quelqu’un. Cette personne je l’aime de tout mon cœur, et donc j’ai décidé de vous le présenter comme le veut notre tradition ».
—Tante Awa :« Et vous vous connaissez depuis assez longtemps ? ».
—Moi:« Oui oui.. ».

Puis maman a demandé à Freddy,
—Maman:« Freddy dites nous, tu connais cet homme ? Peut-il bien s’occuper de ma fille ?»

Du coup, Freddy a pris ma main dans la tienne et a dit,
—Freddy:« C’est moi maman, c’est moi cet homme. Je veux que Fanny soit ma femme, je l’aime de tout mon cœur, et je profite de cette occasion pour vous demander sa main en mariage ».

Maman est restée calme pendant un moment, elle a commencé à pleurer, et puis elle lui a dit en pleurant….

À SUIVRE…

Share this:

2 thoughts on “Histoire d’amour: Fanny la sénégalaise (partie 19)”