Histoire d’amour: Fanny la sénégalaise (partie 28)

68 / 100

Suite de l’histoire d’amour: C’est moi qui dois lui annoncer qu’elle est enceinte, mais il faut d’abord qu’elle se remet de sa maladie. Je profiterai de la même occasion pour lui annoncer notre rupture, ça fait mal de nous séparer, mais ça vaut la peine, je ne veux plus vivre des problèmes chaque jour.

PARTIE 28 • FANNY LA SÉNÉGALAISE

On s’est étonné au même moment, puis Freddy s’est levé et est sorti de la pièce en claquant la porte derrière lui.
—Docteur:« Qu’est-ce qui ne va pas avec lui ? Ce n’est pas lui le fiancé de Fanny ?».

—Moi:« Si, c’est lui son fiancé ,mais nous craignons tous que la grossesse ne soit pas sienne ».
—Docteur :« Dans ce cas, il faut faire le test d’ADN pour déterminer la paternité de l’enfant ».
—Karim:« Mais docteur qu’est-ce que vous attendez pour faire ce fameux test d’ADN ?»
—Docteur:« Sa grossesse est encore au stade embryonnaire mes amis, donc pour le moment le test est irréalisable; l’embryon est en pleine organogénèse ».

—Moi:« Alors quand est-ce que ce test sera réalisable ?».
—Docteur:« Ça sera au deuxième trimestre de sa grossesse, car à ce moment-là, on n’aura plus à faire à un embryon mais à un foetus ».
—Moi:« Waouh. Mais Fanny n’est pas encore prête d’avoir un enfant docteur, car elle-même en est une; donc vous ne pouvez pas la faire avorter s’il vous plaît ? ».

—Docteur:« Non désolée mademoiselle, je suis également une femme, donc je comprends parfaitement votre inquiétude, mais ici aux États-Unis l’avortement est interdit. D’ailleurs il est préférable pour elle de garder cette grossesse, car en essayant d’avorter elle pourrait devenir stérile où mourir carrément ».

—Karim:« Vous devez faire quelque chose s’il vous plait docteur, vous devez agir… S’il vous plait faites quelque chose, elle a déjà subi plusieurs traumatismes, donc pitié docteur !».
—Docteur:« J’ai cette volonté de vous aider monsieur, mais malheureusement je ne peux pas aller à l’encontre de la déontologie médicale. Bon, j’ai d’autres patients à consulter, donc à plus tard ».
—Moi:« Ok, est-ce que nous pouvons aller la voir ? ».
—Docteur:« Oui, si vous voulez, mais il ne faut pas l’informer de la grossesse ».

—Karim:« Mais quand est-ce que nous pouvons le lui informer ?»
—Elle:« Quand elle s’établira completement ».
—Moi:« Merci docteur ».
—Docteur:« Merci, courage et à plus tard mes amis ».
—Nous:« D’accord, au revoir docteur ».
Du coup on est sorti dans son cabinet, puis nous sommes allés chercher Freddy dehors.

On l’a trouvé dans le couloir de l’hôpital en train de pleurer.
—Karim:« Courage Frangin, pourquoi tu pleures ? Tu n’es pas content qu’elle soit enceinte ?».

—Freddy:« Ce n’est pas moi qui suis l’auteur de cette grossesse de merde… ».
—Karim:« Comment ça ? Vous n’avez jamais fait l’amour avec Fanny ? ».
—Moi:« Freddy ne sois pas pessimiste, parce qu’on n’a pas encore fait le test de paternité, il pourrait se faire que tu sois l’auteur ».

—Freddy:« Je vous assure que cette grossesse n’est pas mienne, car nous avons déjà normalement fait l’amour qu’une seule fois, et ce jour-là j’avais le préservatif ».
—Moi:« Nous sommes désolés si tel est le cas ».
—Karim:« Oui nous sommes désolés mon frère, mais courage, Fanny a besoin de toi maintenant que jamais, s’il te plaît ne l’abandonner pas ».
—Freddy:« Non, cette relation me dégoûte déjà, je vais rompre quand elle s’établira complètement ».

—Moi:« Non, s’il te plaît Freddy ne faites pas cela, parce que sinon elle pourrait se suicider. D’ailleurs elle n’est pas tombée enceinte volontairement ! ».
—Freddy:« Hummm… Je vais y réfléchir ».

—Karim:« Ok, il faut prendre une bonne décision mon frère, Fanny a besoin de toi »
—Freddy:«Hummm… Bon, comment et qui doit lui annoncer sa grossesse ?».
—Karim:« Calme-toi mon cher, on lui annoncera une fois qu’elle s’établira »
—Moi:« Bon, il faut qu’on aille la voir ».
—Karim:« Oui, allons-y… ».

Tout à coup nous nous sommes dirigés à sa chambre. Je sais que Freddy aime vraiment Fanny mais qu’il est pour le moment dépassé par les évènements.
Ça se vois qu’il a énormement mal de tout ceci: La voir allongée sur ce lit d’hôpital inerte, et par dessus tout enceinte d’une grossesse qui ne lui appartient pas. Je ne sais pas comment ils vont surmonter ceci, et je pense que Freddy aura du mal à supporter cette grossesse sûrement. 

FREDDY:

Je n’arrivais plus à garder mon sang froid, je n’arrivais plus à me calmer, car ma femme est enceinte de son agresseur. Tout ceci me fait mal, je ne suis pas certain de pouvoir gérer ça, je ne serai pas à la hauteur, je n’arriverai jamais à m’occuper de cet enfant, non seulement parce qu’il n’est pas le mien ,mais en plus il est issu d’un viol.

Les enquêtes continuent, donc jusque là nous ne connaissons pas encore l’identité de celui qui a commis cette atrocité, celui qui a violé ma Fanny et qui a gâché notre harmonie conjugale par la même occasion. Je ne suis pas sûr que je vais continuer à aimer Fanny comme auparavant, car cette situation me dégoute sérieusement.

Qui peut accepter d’épouser une femme qui a déjà mis au monde un enfant issu d’un viol ? Je pense qu’aucune personne, et moi je ne suis pas prêt d’être le premier à le faire, jamais…

Bon, une fois dans sa chambre, nous l’avons trouvé coucher sur son lit les yeux ouverts, elle regardait dans le vide, elle était sûrement donc en train de penser.
Safi et Karim se sont approché d’elle; tandis que moi, je suis resté loin d’elle. Je n’ai pas eu le courage de m’approcher d’elle.

—Safi:« Comment tu vas ma chérie ? Tu m’as tellement manqué ».
Elle le lui disait en souriant, puis elle a posé sa main sur la joue de Fanny et elle la regardait avec beaucoup de tendresse, on dirait une grande soeur.
Ça se voyait qu’elle avait également mal comme moi, qu’elle voulait pleurer, mais qu’elle retenait ses larmes.

—Safi:« J’ai tant attendu ce moment, j’ai tant attendu que tu te réveilles, tu ne peux pas savoir à quel point je suis heureuse de te voir ».
Fanny n’a rien répondu, puis ses yeux ont fait le tour de la pièce avant de se poser sur moi. Elle ne disait rien, ses yeux étaient tout simplement fixés sur moi, et puis elle m’a fait les yeux doux, les yeux de la Fanny que je connaisse. Ça m’a fait mal au coeur, je ne savais pas quoi faire, je ne savais pas comment lui annoncer sa grossesse, et juste en l’observant on pouvait voir qu’elle souffrait énormément, et lui annoncer va la faire encore plus souffrir.

—Safi:« Freddy aussi est là, tu veux le voir ? ».
Quand elle a entendu mon prénom, elle a tout de suite fermé ses yeux et elle ne bougeait plus.

—Safi:« Fanny parle nous s’il te plait, tu ne veux pas voir ton lion ?»
—Fanny:« …….. ».
Elle ne parlait toujours pas, du coup je me suis approché d’elle et me suis assis de l’autre coté du lit. J’ai pris une de ses mains dans les miennes, et puis je lui ai dit,
—Moi:« Bébé ! On va bientôt rentrer ».

—Safi:« C’est vrai Fanny… Tu sais, Freddy et moi on est déjà ami, on a fait un effort de se réconcilier et ça a fonctionné. Tu n’es pas contente ? ».
—Fanny :« …… ».
Elle ne parlait toujours pas, puis je l’ai supplié en disant,
—Moi:« Parle nous s’il te plait ma tigresse. Exprime-toi même si tu dois nous insulter, fais-le ,mais je t’en prie de ne pas garder le silence ».
Une fois que j’aie fini mon allocution, elle a levé son regard vers moi et m’a fixé droit dans les yeux, mais sans toujours rien dire. 

FANNY: 

À mon réveil de l’hôpital, j’ai eu tellement peur car je pensais que j’étais toujours dans ces toilettes en train de me faire violer par Lamine. Je n’ai pas perdu la mémoire, je me souviens correctement de ce qui s’est passé ce jour-là, je sais qu’une fois de plus j’ai tout gâché, je sais qu’une fois encore tout est de ma faute, je suis fautive et responsable de mes malheurs. J’ai l’impression d’être créée pour souffrir, mon destin est déjà scellé et je ne peux pas m’y échapper.

Freddy, Karim et Safi étaient venus me voir, mais je n’arrivais pas à me réjouir de leur présence ici, je n’arrivais pas à sourire, et j’avais envie de disparaitre. Je voulais aller très loin, loin des autres, loin de leur regards et de leur pitié. Je pensais que j’allais tout reprendre a zéro et devenir une meilleure personne, une femme modèle; mais non, tout ça était sans compter le fait que j’ai commis beaucoup d’erreurs dans le passé.

J’ai mal, non seulement physiquement mais aussi psychologiquement. J’ai honte de regarder Freddy, je ne sais pas quoi lui dire, j’ai peur d’affronter son regard, et je suis sûre que je le dégoûte certainement.
Mon coeur saigne parce que je suis impure, je suis vraiment sale, et le bonheur n’est pas fait pour moi. 

FREDDY : 

Deux jours plus tard, nous sommes rentrés à la villa, j’ai fini par l’acheter au lieu de la louer, ça m’a couté la peau des fesses, mais bon, ça vaut la peine.
Depuis que nous sommes là, Fanny n’a prononcé aucun mots, elle n’a rien dit, elle ne quitte son lit que pour se laver, et elle n’a rien avalé à part ses médicaments.

C’est moi qui dois lui annoncer qu’elle est enceinte, mais il faut d’abord qu’elle se remet de sa maladie. Je profiterai de la même occasion pour lui annoncer notre rupture, ça fait mal de nous séparer, mais ça vaut la peine, je ne veux plus vivre des problèmes chaque jour.

—Moi:« Coucou ! Ça va ? »
—Fanny:« …….. »
Elle n’a rien répondu, puis je lui ai dit en souriant,
—Moi:« Je t’ai déjà fait à manger, Safi et Karim sont allés faire quelques courses, donc nous ne sommes qu’à deux ici ».
Elle ne disait toujours rien, puis j’ai ajouté,

—Moi:« Depuis tout ce temps tu n’as rien avalé chérie, il faut que tu te nourisses, tu ne vas pas rester comme ça s’il te plait, mange même un tout petit peu sinon tu risques de tomber encore malade. Tu prends des médicaments, donc tu dois manger ma tigresse ».
Elle m’a regardé pendant un moment, avant de me demander,
—Fanny:« Pourquoi trois de mes boites de médicaments sont pour femme enceinte ?»

—Moi:« Hummm… Je ne sais pas, je ne suis pas médecin moi !».
—Elle:« Freddy ne t’avise pas de me mentir, réponds-moi !»
—Moi:« …… »
Je n’ai rien répondu, j’ai juste baissé la tête, et du coup, elle m’a demandé en pleurant,
—Fanny:« C’est pour ça que vous me regardez tous comme ça ? ».
—Moi:« Calme-toi Fanny !, ne pleure pas chérie ».

—Elle en pleurant:« Lâche-moi Freddy !. C’est mon corps, vous pensiez que je ne me rendrais pas compte que je suis enceinte ? »
—Moi:« Fanny écouté, ne nous en veut pas… ».
Du coup elle m’a coupé la parole en me disant,
—Elle:« Tais-toi Freddy ! C’est pour ça hein ?! C’est pour ça que tu me regarde comme ça ?. Je te dégoûte c’est ça ?».

—Moi:« Mais pourquoi tu dis ça Fanny ?!. Ne t’inquiète, je t’aime toujours ».
—Fanny en pleurant :« Tu mens Freddy, tu me le dis juste pour me faire plaisir, mais j’ai l’impression que tu ne m’aimes plus. Depuis que je me suis réveillée, depuis que j’ai ouvert les yeux, il n’y a que Safi et Karim qui font l’effort de me montrer que je ressemble quand même à un être humain malgré mon aspect monstrueux… 

Toi tu me regarde bizarrement, tu me déteste ,tu penses que je suis aveugle pour ne pas voir cela ?! Hein?! Tu penses que je ne vois rien ?! Tu ne m’as même pas montré que tu es content de me voir, et tu ne m’as même pas fait des câlins comme d’habitude, rien du tout !!!.

Tu me regardes comme si j’étais une étrangère, pourquoi tu me fais ça Freddy ? Je ne suis plus la même Fanny que tu as aimé parce que je suis tombé enceinte involontairement ? Réponds moi ! »
Je suis resté calme pendant un moment, tête baissée, avant de soulever mon regard vers elle et lui dire….

À SUIVRE…

Share this: