Histoire d’amour: Fanny la sénégalaise (partie 29)


dispute-de couple

66 / 100

Histoire d’amour: Du coup, je suis allé m’asseoir sur le lit et je l’ai pris dans mes bras. Elle n’arrêtait pas de pleurer, je sais que je suis distant avec elle ces derniers temps, mais c’est difficile pour moi, et je n’arrive pas à croire qu’elle possède une grossesse qui n’est pas mienne

PARTIE 29• FANNY LA SÉNÉGALAISE •

Je suis resté calme pendant un moment, tête baissée, avant de soulever mon regard vers elle et lui dire,
—Moi:« Ne m’en veux pas Fanny, tu ne sais pas comment ça me fait mal de te voir ainsi ».

—Fanny:« Tu te fiche de moi Freddy, tu sais très bien que je n’ai pas besoin de plusieurs choses, mais tout ce que je te demande c’est d’être normal, d’être le Freddy que je connaisse, je veux que tu arrêtes de me regarder comme si j’étais un monstre, tu me dévisages, donc je ne veux plus que tu me regardes comme ça !».

—Moi:« Écoute, je suis assez stressé ces derniers temps, je suis désolé si je t’ai donné l’impression que tu es monstrueuse. Tu ne l’es pas, je suis désolé, je vais changer d’attitude ».

Du coup, je suis allé m’asseoir sur le lit et je l’ai pris dans mes bras. Elle n’arrêtait pas de pleurer, je sais que je suis distant avec elle ces derniers temps, mais c’est difficile pour moi, et je n’arrive pas à croire qu’elle possède une grossesse qui n’est pas mienne. Ce n’est pas mon enfant, ce n’est pas mon sang, j’ai du mal à m’y faire, je ne sais pas si j’aurai la force de m’occuper de lui.

—Fanny en pleurant:« Freddy, je ne veux pas être enceinte, je ne veux pas porter ce bébé… Je me sens sale et si bête. Comment ai-je pu tomber enceinte ?! Pourquoi il a fallu que ça m’arrive ? ».
—Moi:« Bon, tu ne peux pas avorter ma chérie ».

—Elle:« Si, je ne veux pas de lui, je ne veux pas être enceinte Freddy !».
Elle me le disait toujours en pleurant, puis je lui ai répondu,
—Moi:« Le médecin a dit que tu ne peux pas avorter, sinon tu risques de devenir stérile ou même tu peux mourir ».

—Fanny:« Je ne veux pas de ce bébé, je ne veux pas être enceinte de Lamine… Pitié  »
—Moi:« Pardon ?. C’est Lamine l’ami de Nancy qui t’a violé ?».
Elle a hoché la tête pour dire oui, puis je lui ai dit en criant, car j’étais vraiment choqué et dépaysé par la nouvelle.

—Moi:«Comment ça ? Éxplique-moi !»
—Fanny:« Je suis désolée mais je ne peux pas, c’était horrible Freddy »
—Moi:« Fanny s’il te plait parle moi ! Pourquoi ce con de Lamine t’a violé ? ».
—Elle:« Hummm… C’est mon ex, il m’a violé parce que je l’avais combiné avec Mamadou, son père ».
—Moi:« Quoi ? Tu dis quoi ?».
—Elle:« …… ».

Elle n’a rien répondu, elle s’est replongée dans un silence de mort. Elle était toujours aussi perdue, elle ne me répondait plus, les larmes coulaient sur son visage, et elle regardait dans le vide.

Bon, nous rentrerons à Dakar la semaine prochaine pour que je débute mon boulot, et une fois là-bas, Fanny ira vivre chez sa mère parce que j’en ai marre d’elle et de notre relation.

KARIM: 

Moi c’est Karim le meilleur ami de Freddy, j’ai 26 ans, célibataire, et je vis ici à Miami il y a quelques années, mais ma famille vit chez nous à Dakar.

Eh ben ! Comme vous le voyez, la situation entre Freddy et Fanny est vraiment critique, Freddy est en pleine crise de panique, il est toujours comme ça quand il ne sait pas par où commencer pour gérer une situation.

Tout lui est tombé sur la tête d’un coup, il ne sait pas comment ça va se passer, il ignore tout de l’avenir et il ne digère pas cela. Il a du mal à accepter que Fanny soit enceinte d’un autre alors qu’ils sont ensemble, et depuis qu’elle est rentrée à la villa, il s’approche d’elle rarement, parce que même si il ne le dit pas, il éprouve beaucoup de dégoût pour l’enfant qu’elle porte.

Il ne veut pas être le père de cet enfant, il ne veut rien avoir en commun avec lui. La présence de ce petit être est un choc pour nous tous, mais pour Freddy c’est une abomination, et si on ne fait pas attention, il va détériorer sa relation avec Fanny. Freddy n’arrive plus à prendre Fanny dans ses bras, et pour lui, cette grossesse est une condamnation.

Ce bébé est l’être qui fera le plus souffrir la pauvre Fanny, car en lui, elle verra toujours son violeur.
Freddy n’est pas en colère contre Fanny, c’est contre lui même qu’il l’est sauf que tout ça a des répercutions sur son comportement envers la pauvre fille, elle ne comprend pas pourquoi il est si distant, elle ne parle pas, mais je l’ai vue grandir donc même sans l’entendre ce n’est pas difficile pour moi de savoir ce qu’elle pense.

Mais dans tous les cas, l’enfoiré qui a fait ça ne perd rien pour attendre, il verra dans quel bois on se chauffe.

—Safi:« Euuhh… Karim.. Ça fait une minute que je te parle !».
—Moi:« Pardon Safi, j’étais en train de penser ».
—Safi:« Euuhh.. En fait, je voulais savoir si c’est nécessaire d’acheter tout ce qui est sur la liste alors que nous rentrons tous au Sénégal la semaine prochaine ».

—Moi:« Ouais tu as raison, achetons les strictes nécessaire ».
—Safi:« Oui, d’accord Karim ».
Tout à coup, elle a tourné les talons et a continué à remplir le chariot.
Safi est tellement sexy, et elle m’excite fort; donc je suis déjà tombé à son charme.

Safi est l’amie de Fanny que Freddy hait, il hait cette fille à un haut niveau, elle lui a même présenté ses excuses ,mais il a catégoriquement refusé; il ne la calcule même pas, et il ne reste jamais dans la même piece qu’elle. Elle a fini par laisser tomber, car la pauvre Safi en a eu marre de le supplier. Ça fait mal, j’avoue que Freddy exagère, il exagère sûrement.

Eh ben !, après les courses nous sommes rentrés à la villa, nous avons trouvé Freddy au salon en train de prendre l’alcool, et apparemment il n’était pas à son premier verre, donc je lui ai demandé en criant,
—Moi:« Mais qu’est-ce que tu fais ? Tu es fou ?!»
—Freddy:« Lâche-moi ! Laisse-moi tranquille Karim !».

—Moi:« Ecoute Fteddy, ce n’est pas en te saoulant comme un imbécile que tu trouveras une solution, donc ressaisis-toi mec !»
—Freddy:« ….. ».
Il n’a rien répondu, il continuait juste de boire sans même nous regarder, il a vidé son verre, s’est levé assez difficilement et a pris la route qui mène à sa chambre. Il ne partage plus la même chambre que Fanny, il devrait, mais il ne veut pas.

—Safi en criant:« Tu es un salaud, un vrai salaud. Tu es con, tu es un lâche Freddy !»
—Freddy:« Ferme ta bouche connasse ».
—Safi:« Non ! Je ne vais pas la fermer, depuis que nous sommes ici tu n’arrête pas de déprimer et de te comporter comme si tu étais seul dans cette histoire, qui t’a demandé de tout porter sur tes épaules ? Hein ?! Qui ? ».

—Freddy:« La Ferme !!!»
Il lui répondait en criant, du coup il l’a lancé le verre qu’il avait dans sa main; le verre que Safi a eu heureusement le réflexe d’esquiver.

—Moi:« Mais tu es fou ?! Elle a raison Freddy, comporte toi comme un homme !»
—Freddy en souriant:« Ahahaha… voilà, tu couche avec elle maintenant ?»
—Safi:« Pardon ? Freddy pour qui tu te prends ? ».
—Moi:« Calme-toi Freddy, j’en ai marre de toi ! ».

—Freddy:« Mais réponds moi, pourquoi tu ne réponds pas hein?! Tu donnes raison maintenant à ta catin, et c’est moi qui suis devenu fou maintenant ?»
—Moi:« Bon, Safi laisses nous, monte, vas voir Fanny ».
—Safi:« D’accord Karim ».

Du coup, elle est montée, puis je me suis tourné vers Freddy, et je lui ai dit,
—Moi:« Qu’est-ce qui t’arrive Freddy ? Pourquoi tu bois comme ça ? ».
—Freddy:« Laisses-moi tranquille ! je ne suis pas ton fils ».
—Moi:« Freddy mon frère, Fanny n’a pas besoin de ça en ce moment, elle a besoin que tu la soutienne dans cette situation; car, ce n’est pas de sa faute qu’elle est enceinte !».

—Freddy:« Non, je ne saurais pas, je vais rompre avec elle, j’en ai marre de cette relation, et je regrette amèrement de m’être mis en couple avec une pute ».
—Moi:« Tu es un lâche Freddy, un vrai lâche !. Bon, si tu n’es plus capable de l’aimer, rentre à Dakar et apprête déjà tes affaires pour bouger à Paris, au lieu de continuer à la faire souffrir.

Elle se sent déjà très mal, mais toi tu te comportes toujours comme ça, comment veux tu qu’elle se sente ? ».
—Freddy:« Fanny, Fanny, Fanny… J’en ai marre, tu m’entends ?».
—Moi:« ….. ».
Je n’ai rien répondu, je me suis juste contenté de le regarder, puis il a ajouté,

—Freddy:« Cette relation est une échec total… Tu ne peux pas savoir à quel point cette grossesse m’énerve, elle me dégoûte, et je ne veux pas avoir à éduquer cette chose !»
—Moi:« Et Fanny ? Tu as pensé à elle ?! ».
—Freddy:« Si elle m’avait écouté pendant longtemps, tout ceci ne serait jamais arrivé, elle continuait à se prostituer jusqu’à combiner un père et son fils ».

—Moi:« Quoi ?».
—Freddy:« Elle s’est faite violer par Lamine, le fils aîné de Mamadou ».
—Moi:« Est-ce le même Mamadou que tu m’avais parlé ? L’homme qui couchait avec Fatou, et qui avait gâché votre relation ?»
—Freddy:« Oui, c’est bien lui. Bon, mon frère à plus tard ».
—Moi:« …. »

Je n’ai rien répliqué, je l’ai laissé monter dans sa chambre, car j’en ai marre de son comportement, il pense qu’il doit tout gérer seul alors que nous sommes là également pour les aider.

Bon, après qu’il soit parti, je suis monté dans la chambre de la pauvre Fanny, je les ai trouvé avec Safi qui essayait de la convaicre de manger, mais comme d’habitude elle refusait.

—Moi:« Coucou… »
—Safi en souriant:« Regarde ! Karim est là, il vient d’arriver ».
Elle ne m’a pas répondu, puis je l’ai demandé,
—Moi:« Tu refuses toujours de te nourrir ?. Il faut que tu mange c’est important si tu veux vite te rétablir ».

—Safi:« Il a raison hein ! Bientôt ça sera ton universitaire, il faut que tu te nourrisse pour que tu te rétablisse rapidement ».
—Moi:« Accepte au moins de te nourrir, s’il te plait Fanny !»
—Fanny:« Je vous ai entendu…. »

Du coup, Safi lui a rompu la parole en réclamant,
—Safi: « C’est génial !! Ma Fanny a enfin parlé, j’attendais ça avec impatience !. Je suis contente ma chérie… »
—Elle:« Hummm… »

—Moi:« Alors comment tu vas ? ».
—Fanny:« J’ai mal au ventre, au visage, et au cou ».
—Moi:« Euuhh….. Le médecin nous a dit que ça se passerait ainsi si tu ne prend pas tes médicaments ».

—Safi:« Donc tu devrais prendre tes médicaments et te nourrir. Karim et moi cuisinerons pour toi tous les jours… ».
—Moi:« Ouais ! On te fera de la bonne cuisine, OK ? »
—Fanny:« …. »

—Safi:« S’il te plait Fanny ne dis pas non, s’il te plait pense à Aïcha, à ta mère, à ta tante, et à tous ce qui t’aiment, OK ma chérie ? ».
—Elle:« Hummm… Et vous ? Vous m’aimez ?»
—Moi:« Oui, on t’aime beaucoup ma chérie ».
—Safi en souriant:« Alors tu es d’accord ? ».

—Fanny:« Oui, je suis d’accord ».
—Safi:« Merci ma chérie ».
—Moi:« Qu’est-ce que tu veux manger ? ».
—Elle:« Je ne sais pas… ».
—Moi:« Bon, on va te faire un truc rapide ».

Soudain, on est parti cuisiner, je suis vraiment content, enfin elle a ouvert la bouche, elle nous a parlé, c’est trop top. Bon, on va faire un bon plat, elle va se régaler, on l’aidera à s’assumer, à accepter cette grossesse, et à s’en occuper vu que nous ne pouvons pas compter sur Freddy.

Elle ne demande jamais grand chose, le plus souvent elle aime qu’on la cajole, qu’on soit attentionné, présent, elle veut juste une épaule; mais Freddy n’est apparemment plus disposer à le faire.

Bon, Safi et moi sommes allés en cuisine ensemble, on a décidé de lui faire du riz rouge et du poisson, on a pris une pomme, des raisins et une grande bouteille d’eau.

—Safi:« Fanny, on est là !. Riz rouge et poisson frit ».
—Fanny:« Merci mes chéris »
Elle le disait en nous faisant un petit sourire, et puis je lui ai répondu,
—Moi:« De rien, on sera content quand tu auras mangé tout ».
—Elle:« Humm…. ».

—Safi:« Alors, on va te faire manger ».
Du coup, Safi a pris le plat du riz et lui a donné à manger, elle ne discutait pas, elle mangeait, mais elle mâchait la nourriture lentement.
30 minutes plus tard elle avait terminé son assiette de riz, puis Safi lui a dit,
—Safi:« C’est bien mon coeur ! ».

—Moi:« Je t’ai découpé la pomme en petits morceaux ».
—Fanny en souriant :« Je ne suis pas une petite fille ».
—Safi en souriant:« Non, tu es déjà vieille ! Mais pourtant tu es notre bébé d’amour ».

—Moi en souriant:« Avale ça ! Tu as droit à quelques raisins et à de l’eau »
—Safi:« Ensuite on te fera prendre tes médicaments !»
—Elle:« Hummm… ».
—Moi:« Tu es enceinte, il faut manger et prendre tes médicaments rapidement ma chérie ».

C’est après avoir dit ça, que je me suis rendu compte que ma langue venait de fourcher, car on ne voulait pas parler de sa grossesse maintenant, mais bon, c’est déjà arrivé.

Safi a baissé la tête, et Fanny est restée calme avant de nous dire,
—Fanny:« Vous savez, je sais que je l’ai bien mérité, je sais que tout est de ma faute, et je sais que c’est toujours moi qui gâche tout »
—Safi:« Arrête s’il te plait Fanny, arrête… !»

—Elle:« Si Safi, tu n’as jamais été responsable de mon comportement, tu ne m’as jamais poussé à être pute, tout le monde le pense, mais toi et moi savons que non. Je suis moi-même responsable de tout mes malheurs, c’est moi qui avais choisi le chemin de la débauche, et maintenant ça a des répercussions sur ma vie, je pense que je n’aurais jamais une vie épanouie à cause de mon passé impure».

A Lire aussi:

On a rien dit, on a juste baissé nos têtes, et puis elle a ajouté en pleurant,
—Fanny:« Je ne veux pas garder cette grossesse, je ne veux pas, je me sens punie, je sais que je mérite une bonne punition ,mais pas celle-ci. Je ne veux pas garder un enfant qui me rappellera ce que je suis jusqu’à ma mort, je ne veux pas. snifff… 

S’il vous plait, rammenez-moi à l’hopital, je ne veux pas garder cet enfant, je ne veux pas qu’il reste dans mon ventre…. »
—Safi:« Écoute Fanny, je sais que tu ne veux pas le garder; mais nous, on ne peut pas te laisser faire cela ! ».

—Fanny en pleurant:« Mais pourquoi ? Pourquoi je ne peux pas ? Pourquoi vous ne voulez pas que j’interrompe ça ? Sniff… Je ne peux pas le garder, pitié…, je ne veux pas… ».
—Moi:« Écoute, si tu le fais, tu mouras ou tu seras stérile, et nous on ne peut pas te laisser faire cela ! Tu comprends ? ».

—Elle:« pitié… Sniff. Pitié je vous en supplie… Je vous en supplie… Ramenez moi à l’hopital, je refuse de le garder, je ne veux pas le garder… »
—Safi:« C’est fini ma cherie, ne pleure pas. On t’aidera à t’en occuper, cet enfant n’a pas demandé à exister tu sais ?. Je te comprends parfaitement, mais tu vois, la vie est ainsi faite ».
—Moi:« C’est vrai, on ne te jugera pas !. Tu auras notre soutien, tu ne merites pas tout ceci, et arrête de prendre cette grossesse pour une punition ».

—Elle:« Et comment je dois considérer ceci ?. Vous pensez que je suis bête ?. Je sais que Freddy va me fuir, il s’eloignera de moi, il me laissera toute seule, il va me larguer… Sniff sniff »
—Moi:« Si il s’en va c’est qu’il ne te mérite pas ».

—Fanny en pleurant:« Non ! C’est juste qu’il réalise que je ne le mérite pas. Il comprends qu’il mérite mieux, il comprends qu’il a perdu son temps en se mettant en couple avec une fille impure comme moi. Qu’est-ce que je vais faire ?! Snifff Je ne veux pas qu’il s’en aille, je ne veux pas qu’il me laisse toute seule. Snifff. Je suis désolée, je m’en veux énormément ».

—Safi:« Non Fanny, s’il te plaît arrêtes de dire du n’importe quoi, on commet tous des erreurs, l’important c’est de se corriger ».
—Moi:« C’est vrai, arrêtes de t’en vouloir pour ça !. Laisses le temps faire les choses, tu ne peux pas tout le temps t’en vouloir, s’il te plait Fanny, donc arrêtes… ».

Elle s’est calmé un moment ,avant de continuer à pleurer, puis je l’ai pris dans mes bras, et avec Safi on a fait un câlin collectif.
Elle pleurait sans arrêt, elle avait mal, très mal même, et on y peut rien pour l’instant. Si Freddy ne se corrige pas il va la tuer, elle va tuer cette pauvre fille qui est folle amoureuse de lui. Fanny est enceinte et deprimée, c’est dur. Elle a besoin de tout le monde c’est vrai ,mais surtout elle a besoin de son Freddy, de son lion, comme elle le surnomme.

À SUIVRE…

Share this: