Histoire d’amour: Fanny La Sénégalaise (Partie 38)


un couple marié qui consomme le mariage par une relation d'intimité

61 / 100

Je n’ai rien répondu, puis il a bondi sur moi et s’est remis à m’embrasser. Il me mordillait les lèvres, et me caressait les seins.
J’ai écarté mes jambes, ses mains étaient sur mes fesses, et je sentais la tension monter. Il pressait mes fesses sans pitié, mais avec passion. Il a retiré mon string, je suis bien rasée, bien clean, puis il a embrassé mon pubis doucement. (Suite de votre histoire d’amour)

PARTIE 38 • FANNY LA SÉNÉGALAISE •

—Moi en gémissant:« Hummm… Ah…papaaaa… Mamannn… ».

Il ne s’arrêtait pas, et d’ailleurs je ne voulais pas qu’il s’arrête.

—Lui:« Fanny ?»
—Moi:« hmm ? »
—Lui:« Je reviens ».
—Moi:« Ah! Non Freddy ».
—Lui:« Je ne te laisse pas comme ça chérie, je reviens. Promis ».
—Moi:« Si tu me fais ça ! Freddy, aujourd’hui toi et moi… ».
—Lui:« Je reviens, ne t’enflamme pas ».

Du coup, il est sorti puis je suis rentrée sous ma couverture espérant bien-sûr qu’il revienne.
Quelques minutes plus tard, il est revenu, il avait des préservatifs à la main.

—Lui:« Je suis là ma rose ».

Je n’ai rien répondu, puis il a bondi sur moi et s’est remis à m’embrasser. Il me mordillait les lèvres, et me caressait les seins.
J’ai écarté mes jambes, ses mains étaient sur mes fesses, et je sentais la tension monter. Il pressait mes fesses sans pitié, mais avec passion. Il a retiré mon string, je suis bien rasée, bien clean, puis il a embrassé mon pubis doucement.

—Moi en gémissant:« Aasshhhhh… Hummmm ».

Soudain, il m’a introduit un doigt, puis 2 et 3…

—Moi:« Freddy…….. Hmmm maman….. ».

Après ses doigts, il a passé sa tête entre mes jambes et m’y a introduit sa langue.

—Moi:« Ohhmm….. Ne t’arrête pas, ne t’arrête pas…… Aaahh ».

Il était à fond, je sentais sa langue frôler à l’intérieur de moi. Il a répété cela un long moment puis il m’a redressé et s’est glissé en moi en douceur.
Rien que le sentir en moi, sentir sa queue à l’intérieur de moi, la chaleur de Freddy se mêlait à la mienne, Oh ! c’était trop bon mes amis.

Il a démarré ses va-et-vient avec un méchant coup de rein. Je criais, je hurlais, et je me tordais de plaisir; il a écarté davantage mes jambes et a continué ses va-et-vient. Quand je gémissais, il accélérait de plus en plus la cadence, je ne demandais que ça, je voulais qu’il aille plus vite, qu’il me fasse très mal.

Moi qui jusque-là tirais la couverture me voilà maintenant en train de le griffer, je sais plus quoi faire, j’ai de plus en plus chaud, il va de plus en plus loin dans mon intimité, Putin… Il est né avec une bite de cheval sérieux.
Il grognait, il râlait mais toujours en mâle dominant, c’était bon. Il a ralenti peu à peu la cadence et s’est arrêté mais ne s’est pas retiré en moi.

—Moi:« Eeehh ne sors pas pitié, je vais me sentir vide et puis je n’ai pas encore éjaculé ».

Il m’a embrassée lentement et doucement, il me caressait tendrement. En suite il m’a mis à califourchon sur lui, je n’ai rien dit, j’ai juste savouré.
Je ne sais pas comment vous expliquer, d’ailleurs même je ne veux pas vous expliquer, en tout cas, quand il s’est introduit à l’intérieur de moi, je me suis mise à gémir, c’était fantastique. Là c’est moi qui mène la danse, il a posé ses mains sur mes hanches, et moi je bougeais.

Je ne sais pas d’où je sors ça hein, je n’ai jamais bougé comme ça; j’ai juste le sentiment d’être possédée par quelque chose qui me dépasse. J’ai enclenché un nervé déhanchement, Je gémissais de plus belle, je le caressais la poitrine; Je lisais une grande satisfaction dans ses yeux. Il souriait, c’est comme s’il se disait: “c’est tout ce que tu sais faire?”. Mdrr

Il s’est levé brutalement et m’a jeté sur le lit, je me suis retrouvée en position animalière, comme une chienne.

—Moi:« Freddy ne me…. Aaaaarrrrggg ».

Il venait de me pénétrer sans prévenir, et puis il a placé ses mains de part et d’autre de mon corps afin d’être en équilibre; il est désormais derrière moi et bien collé à mon dos.
Il a approché sa tête à mon oreille et m’a dit :
—Lui:” « Je n’ai pas besoin de te la mettre à l’arrière pour te faire connaitre mes performances ».

Je n’ai même pas eu le temps de répondre qu’il avait lancé le game, plus il faisait les va-et-vient plus je serrais les draps, je hurlais de plaisir, ça ne faisait ni mal ni bien. Il ne s’arrêtait pas, il continuait à me culbuter, et ses mouvements étaient de plus en plus rapides, brutaux et sauvages.

J’ai eu des sensations étranges, je venais d’avoir l’orgasme, puis il a éjaculé. J’ai senti la puissance de son jet, il s’est raidi derrière moi comme un soldat au garde à vous, s’il n’avait pas porté de préservatifs, plein de choses ce seraient melangées là dedans.

J’étais trop fatigué et lui également, je ne sentais plus mes membres, je savais qu’il est doué mais pas à ce point.

—Lui:« je suis mort là! ».
—Moi:« Oouff… ».
—Lui:« …. ».
—Moi:« Tu n’es pas négligeable du tout ».
—Lui:« Tu me prends pour qui ? Attends que je me repose tu sauras ».
—Moi en souriant:« Humm… ».

—Lui:« Et puis tout à l’heure j’ai falli mourir de rire, comment tu peux faire le loup au lieu de gemir comme tout le monde ? ».
—Moi en souriant:« Je suis fatiguée, c’est pourquoi je ne te frappe pas ».
—Lui:« Tu devrais être tout le temps fatiguée alors, car tu auras un époux terrible ».

Du coup il s’est levé, a rangé un peu le lit, avant de me porter sans difficulté et se coucher correctement avec moi dans ses bras comme si j’étais un nouveau-né prematuré.
Il nous a couvert et on a dormi. Ça c’était ma nuit, elle était parfaite, magnifique, géniale et sensationnelle; je me sentais trop bien, et surtout j’étais comblée.

 FREDDY :

A Lire aussi

https://bonheur-explosif.com/accueil/vie-de-couple/au-nom-de-lamour/fanny-la-senegalaise/

Le jour suivant, je me suis réveillée à 6h mais il est déjà 8h, Fanny dort toujours. Elle ne va certainement pas se lever tout de suite et je n’ai pas envie qu’elle rentre donc j’ai décidé d’aller chercher Ally, ils vont passer le week-end ici. J’ai pris une douche rapide, j’ai fait la table pour le petit déjeuner et suis parti.

J’ai envie de rester avec elle quelques temps, ces derniers jours j’ai eté très occupé, trop occupé, on ne se voyait plus même se parler s’était un problème, maintenant que j’ai un peu de temps, je vais le lui consacrer.

Mon patron n’a pas fini de me faire transpirer, je n’ai pas envie de me plaindre, quand j’en aurais marre je vais juste démissionner, ce n’est pas à cause d’un petit million que je vais ruiner ma santé.

—Moi:« Bonjour maman Mariam »
—Elle:« Ça va mon fils ? ».
—Moi:« Oui oui et toi ? ».

—Elle:« Bien je suis là. Mais c’est tôt, tu viens déjà déposer Fanny ?».
—Moi:« Eeuhh non, elle dors encore. En fait, je suis venu te demander si tu avais besoin d’elle ici. J’aimerai bien passer le week-end entier avec elle ».
—Elle en souriant:« Eheheh c’est bien ça. Non oh! je n’ai pas besoin d’elle.

Attends je t’emmène Ally et ses affaires, ainsi que quelques affaires de Fanny ».
—Moi:« Merci Maman ».
—Elle:« Mais de rien mon fils, amusez vous bien. Bon, j’arrive ».

Elle est partie en courant et est redescendue 20minutes plus tard avec Ally et 3 sacs.

—Elle:« J’ai tout préparé pour une semaine ».
—Moi:« Mais… ».
—Elle:« Shuuuut… Je sais que tu veux les avoir près de toi. Je te l’accorde. Il y a les affaires de Fanny et d’Ally, vous avez absolument tout là ».

—Moi:« Merci beaucoup Maman ».
—Elle:« De rien mais file maintenant, garde bien ma fille et mon petit-fils hein »
—Moi:« Ok, ne t’inquiète pas maman ».

Elle m’a aidé à mettre les affaires dans la voiture et à installer Diaw Ally; j’ai demarré après lui avoir fait deux bises.

Une fois arrivé à la maison, j’ai trouvé ma femme débout devant la porte de la maison, elle est vraiment sexy. Elle portait un debardeur blanc et une petite Culotte noire aux carreaux blancs. Un petit bout de femme avec un tout petit corps et des formes extraordinaires, c’est la seule que je désire toujours autant même après l’avoir mise dans mon lit deux fois; ça prouve que je suis vraiment fou d’elle.

Ça aurait été une autre fille, après la nuit dernière elle serait déjà rentrée chez elle et je ne l’aurais plus jamais cherché mais elle, c’est different, c’est la femme de ma vie. Elle a le visage bien amarré, elle s’est mise à sourire lorqu’elle a vu Ally, puis elle a couru jusqu’à nous et l’a pris dans ses bras.

Aussitôt, Ally s’est reveillé et s’est mis à hurler. Sans m’adresser un seul mot, elle a fait demi tour et est retournée dans la maison. Je l’ai suivie en silence et Abdoul mon gardien était derrière moi avec les affaires, il les a deposé à l’intérieur et est ressorti.

Je suis allé embrasser madame, elle ne s’est pas fachée, elle ne m’a pas repoussé, mais elle ne me regardait pas. Elle allaitait le bébé.

—Moi:« Que se passe t-il bébé ? Pourquoi tu es silencieuse comme ça ? ».
—Elle:« je n’ai rien à dire ».
—Moi:« C’est tout ? ».
—Elle:« Bah oui ».

—Moi:« Pourquoi tu ne me regarde pas ? Tu as honte? Tu es gênée ? ».
—Elle:« non non, pas du tout ».
—Moi:« Si, tu as honte ».
—Elle:« Mais non oh, ce n’est pas la première fois qu’on couche ensemble ».
—Moi:« si, c’est la première fois que tu baises normalement avec moi, autre fois je plaisantais simplement ».

—Elle:« Tchup.. ».
—Moi:« pourquoi tu me boude ? ».
—Elle:« Je ne te boude pas Oh ! Attends que je finisse de nourrir Ally, après on va discuter ».
—Moi:« Humm.. Ok ».

Quelques instants plus tard, elle a fini de lui donner à manger, je l’ai aidé à roter et il s’est rendormi. On l’a fait coucher dans sa chambre et nous sommes allés dans la nôtre.

—Moi:« Bon, dis moi alors ».
—Elle:« Oh ! Freddy, il n’y a rien. Mais j’ai eu un peu peur, juste un peu ».
—Moi:« Peur de quoi ? Raconte »
Elle est assise entre mes cuisses la tête sur mon torse; elle a changé les draps de lit, avant de me dire :
—Elle:« En fait, ce n’est pas que je pense que t’en est capable hein, c’est juste un réflexe… Une habitude ».

—Moi:« Tu crois que je vais t’abandonner ?».
—Elle:« Non, mais j’ai paniqué à mon réveil quand j’ai remarqué ton absence ».
—Moi:« Je te comprends, ne t’inquiète pas, je ne compte pas partir comme ça du jour au lendemain. Ça c’est quelque chose que je te promets ».
—Elle:« Je sais, merci ».

—Moi:« De rien, et puis je ne peux pas te laisser partir comme ça quand même. Diaw Freddy Gracia t’aime de tout son cœur ».
—Elle:« Oh! Toi aussi ».

—Moi:« Biensûr, et puis commence à donner le biberon à Ally hein. On ne va pas sucer les mêmes choses, tes seins n’appartiennent ».
—Elle:« Tchupp.. Tu es fou ».
—Moi en souriant:« krkrkrkr je suis aussi fou de toi ».
—Elle:« N’importe quoi. Parles encore, je vais piétiner et écraser ton truc là »
—Moi:« C’est toi qui souffriras ».
—Elle:« J’irai voir ailleurs ».
—Moi:« Hummm… Tu me connais mal alors, tu n’as pas peur hein ? ».
—Elle:« Mais non, je sais que quoi qu’il arrive, tu n’oserai jamais me faire du mal ».

—Moi:« Mais je ne te ferai aucun mal, je vais simplement te torturer ».
—Elle:« En me laissant en chien ?»
—Moi:« Non, tu le sauras. Pour l’instant contente toi de ça ».

—Elle:« Hummm… J’ai eu peur quand tu es sorti de la chambre oh ».
—Moi:« Mdr, j’étais allé chercher des préservatifs ».
—Elle en souriant:« Je t’aime Freddy ».
—Moi:« Je t’aime aussi mon ange ».

Du coup, j’ai posé ma main sur son ventre et je l’ai embrassée. Elle a de jolies petites lèvres, et quand elle se met à trop parler ,elles deviennent pointues. Fanny est une vraie perle, je l’aime de tout mon cœur. Quand on ne la connait pas on la jugera toujours mal,mais moi qui sais ce qu’elle est et ce qu’elle vaut, je compte bien faire ma vie avec elle.

À SUIVRE…

Share this: