Histoire d’amour: Fanny La sénégalaise (partie 4)


Histoire d'amour: Fanny La sénégalaise (partie 4) 1

66 / 100

Histoire d’amour: Après avoir garé ma voiture dans le parking, j’ai entendu directement la musique. Plus je m’approchais, plus je sentais cette odeur qui m’est familière, cette odeur qui m’attire toujours et me fait sentir bien

PARTIE 4 • FANNY LA SÉNÉGALAISE •

On se dit tout Aïcha et moi, et pour la décrire, je dirais que c’est une fille d’environ 1m 65 avec un visage joufflu, claire de peau, avec de jolies lèvres roses bonbons quoi. Et elle est tellement belle.

Le jour suivant, vers 19H une de mes collègues m’a téléphoné, c’était Safi. Safi et Marianne sont mes alliées, on bouge avec eux presque chaque jour. Elles sont les filles d’un grand investisseur pétrolier au Maroc.

—Moi:« Allô, Safi ?»

—Safi:« Oui cherie, ça va ? »

—Moi:« Je vais bien, vous êtes déjà à quel niveau ? ».

—Safi:« Nous on démarre dans environ trente minutes et toi ? »

—Moi:« Ehhhh…, je sort à peine de la douche, je vais démarrer dans 1heure de temps ».

—Safi:« Hmmm, ok, mais sinon, pour ce mec là tu me dis quoi ? ».

—Moi:« Hmmm, on en parlera de vive voix »

—Safi:« Ok cherie »

—Moi:« Bon, à plus tard hein, tu as déja bouffé trop de minutes dans mon temps ».

—Safi:« Mdr, ok ohh, il faut m’excuser ».

—Moi: « Bisous ».

Puis j’ai raccroché.

Bon, on devait se trouver dans une boîte de nuit comme d’habitude. Safi et Marianne sont totalement différentes d’Aïcha, Aïcha elle, n’est pas prostituée comme nous.

Bon, je portais une minie culotte, un top et une paire de pieds nus blanche. Je me suis maquillée très légèrement, rouge à levre, crayon de beauté et mascara. J’ai fait enfin un chignon sur ma tête et voilà suis prête.

Ma caisse est sortie du garrage il y a deux jours, heuresement hein, sinon j’aillais être obligée de prendre un taxi.

Je pense que je ne vous ai pas encore dit, j’ai une belle maison au quartier Hann Maristes. Maman et tante Awa ne sont pas au courant.

Cet appartement et la voiture sont des cadeaux de François, un type avec qui j’ai eu une relation de trois semaines, je ne sais pas dans quoi il bossait mais, il avait énormement d’argent. Il était français, marié, et il m’avait vraiment kiffé. Pendant les 3 semaines qu’il a passé ici au Sénégal, c’est moi qui me suis occupée de lui, il m’a promis qu’il reviendrait.

Il m’a offert une voiture et cet appartement dans lequel je vis, mais comme ma vraie maison avec mes parents c’est au fin fond de Dakar, c’est rare que je sois ici.

Je suis arrivée au lieu du rendez-vous à 21h, normalement je devais arriver à 20h 15, mais je m’en contrefiche complètement.

Après avoir garé ma voiture dans le parking, j’ai entendu directement la musique. Plus je m’approchais, plus je sentais cette odeur qui m’est familière, cette odeur qui m’attire toujours et me fait sentir bien.

Hmmmm, ça sentait l’alcool, ça sentait plein de chose ,mais le parfum qui m’a attiré, qui m’attire le plus souvent appartient à Freddy. Freddy est un mec assez reservé, mignon, une perle rare je dirais. Il est trop sexy, mysterieux, le genre qui se rend à une teuf ,mais ne se mélange jamais avec les putes.

—Moi:« Hey ».

—Freddy:« Ah c’est toi ? ».

—Moi:« ouiiiii, ça va ? »

—Freddy:« Oui et toi ? ».

—Moi:« trop cool ».

—Freddy:« C’est l’odeur du chanvre qui t’a attiré, c’est sûr ».

—Moi:« Tu as tout compris ».

—Freddy:« Tu ne te serais pas approchée sinon »

—Moi:« ohh, ne le prends pas mal, tout le monde sais que tu ne te mélange pas avec la populace ».

—Freddy:« Mais toi tu n’es pas la populace, tu es ma louloute et tu le sais ».

—Moi en souriant :« Je sais, tu m’aide à rouler une tige ? ».

—Freddy:« La soirée débute à peine, donc non ».

—Moi: « ohhh s’il te plaît ».

—Freddy:« Bon ok ».

Contrairement à ce que vous pensiez, parce que je sais que vous le pensiez, Freddy c’est mon meilleur ami, il n’y en a pas deux comme lui dans ma vie. Il est grave sympa, c’est un mec assez réservé ,mais avec moi il n’est pas comme ça, il est très ouvert, drôle, c’est un emmerdeur profond. Quand il s’y met il devient tellement énervant, je l’ai même giflé une fois à cause de ça.

On s’enttend si bien, je me sens vraiment bien avec lui, et à sa présence j’ai l’impression d’être une fille ordinaire qui a le droit d’être heureuse.

Il m’a roulé une minuscule tige du chanvre, c’est ça ou rien, il déteste que je fume ,mais comme je suis têtue je le fais toujours.

On a fumé, discuté, rigoler, puis il m’a accompagnée dans la maison. Là-bas il y avait beaucoup plus de monde que prévu, des bouteilles d’alcool vides et des préservations utilisés partout par terre, la fumée partout, c’est le bordelle hein.

Marianne la sœur de Safi était toute nue dans un coin du salon. Elle ne m’a même pas vue, j’ai continué ma route avec Freddy, ça se sent que Freddy est très embêté, car il déteste ce genre d’endroit.

—Freddy:« Je n’aime pas cette ambiance, cet atmosphère, tu ne préfère pas que je t’emmène au Bowling ?. On se fera quelques parties et on rentrera, hmm ?».

—Moi:« Ah non hein, moi je n’aime pas les endroits ordinaires comme ça ».

—Freddy:« Hmmm… C’est à cause de toi et uniquement à cause de toi que je suis ici. Alors ne fume avec personne, ne suis personne dans une chambre ou dans une piece vide, ok ? »

—Moi:« Ok »

—Freddy:« En cas de pépins, je suis au bord de la piscine, viens me retrouver là ou appelle moi, ok ? ».

—Moi:« ok mon lion ».

Il m’a prise dans ses bras et m’a fait un bisou sur la joue, il sent si bon mon lion. Il est parti et je suis allée retrouver Safi.

On a bu quelque verres ensemble, je n’ai pas fumé parce que Freddy a refusé ,mais dire que je n’étais pas ivre est faux. J’avais vraiment bu ce soir là. Coca, fanta, djino, orangina, jack puis le reste….. Je ne sais plus.

FREDDY :

Après avoir laissé Fanny avec Safi, j’ai décidé de retourner dehors. Si je suis là, c’est uniquement parce que Fanny est là, je ne veux pas qu’elle reste seule ici, elle ne connait pas réellement ces gens, oui ce sont ses amis ,mais on ne sais jamais. Je suis là uniquement pour elle, pour veiller sur elle, je n’aime pas cet environnement ce n’est pas approprié pour elle.

Je ne suis pas un saint, mais la vie de Fanny est mauvaise, je ne veux pas qu’elle continue comme ça. Cette Safi, je ne l’ai jamais aimé, jamais…. Elle est manipulatrice, je ne lui fais pas du tout confiance, une bisexuelle sans aucun scrupule, c’est elle qui a encouragé Fanny et l’a emmenée à fréquenter des hommes plus vieux.

Elle a même voulu la brancher avec des filles, mais Fanny sais que je la tuerais si elle ose.

Je sais que vous vous dite que Safi ne l’influence pas et que Fanny est maitresse de son destin ,mais avec son vécu, elle ne peut être différente. Fanny est une âme en peine, perdue, triste et prèsque morte à l’interieur,et Safi en profite juste.

Fanny est très naïve, elle se laisse toujours berner, du haut de ses 18ans, elle est influençable, elle est restée bébé dans sa tête, c’est pourquoi je la suis partout. Je suis un peu son ombre. Je ne peu la sortir brusquement de son petit monde, c’est pourquoi jusqu’à lors elle est toujours comme ça.

Euh au fait, moi c’est Freddy 25 ans, j’ai terminé mes études l’année dernière ,mais je ne travaille pas encore, j’ai besoin de repos avant de me lancer dans les affaires.

—…..: « Tu es là ?. Je pensais que tu ne vennais pas à ce genre de fête ».

—Moi:« Suis là pour surveiller Fanny ».

—Elle:« Donc moi je te demande de venir tu refuse ,mais quand c’est elle là tu cours ?. Est-ce que tu sais que c’est moi ta femme ?»

—Moi:« On est en relation libre, Fatou tu ne comprends pas ça ?. En plus c’est toi même qui l’a décidé ».

—Fatou:« Et alors ? C’est la raison pour laquelle vous êtes proches comme ça ? ».

—Moi:« Bon écoute, déjà, tu n’es pas ma femme ok ?. On est plus vraiment ensemble, tu passes ta vie aux boîtes,aux soirées sales que vous aimez là, cette relation n’a rien de serieux, je ne te touche plus depuis 5ans déjà. Tu me parles de quoi? Toi même tu as decidé de cette relation libre parce que tu voulais ta liberté ,donc ne me casse pas les couilles et retourne te faire enfiler ».

—Fatou:« Pourquoi tu me parle comme ça Freddy ?. Mon amour, après tout ce qu’on a vécu ?. Tu m’en veux depuis tout ce temps à cause d’une toute petite erreure, et je le sais ».

Elle s’est approchée de moi, j’ai reculé instantanément, je ne veux pas qu’elle me touche, elle me dégoutte cette fille.

On a rompu plusieurs fois, au début, je retournais toujours vers elle, je l’aimais, je l’aimais à mourir, je ne vivais que pour elle, je courrais après elle comme un chien, je ne l’ai jamais trompé.

Puis un jour elle a commis l’irreparable, elle m’a trompé avec un vieil homme.

Fatou la femme de ma vie, celle pour qui j’avais le plus grand respect, cette femme si belle, sexy, la prunelle de mes yeux, la 2ème femme dans mon coeur après ma mère, avait couché avec un vieil homme du nom de Mamadou. Mamadou ?. C’est ce sale type qui s’est permis de s’en prendre à Fanny.

Fatou couchait avec lui, elle pratiquait des rituels bizarres avec ce type, elle faisait partie d’un cercle étrange, cette femme que j’aimais follement prévoyais même de me livrer à sa secte.

Tout ceci m’était tombé sur la tête, je ne savais plus ou j’en était, j’ai sombré dans la dépression. Je ne voulais plus rien savoir d’elle ,mais elle revenait à chaque fois vers moi, même si maintenant je ne ressent plus rien pour elle.

À cette époque je l’aimais, quand elle est revenue, je n’ai pas eu la force de la rejeter, on s’est remis ensemble ,mais en relation libre. Comme je l’aimais et je ne voulais pas rester loin d’elle, j’ai alors accepté cette condition.

Maintenant ce n’est plus fusionnel entre nous, je ne l’ai plus touché, j’ai essayé mais mon corps ne reagissait plus à elle, c’est comme si il en était allergique, même completement nue elle n’attirais plus mon regard.

À SUIVRE…

Share this: