Spread the love

Je suis restée là, je ne disais rien, j’étais juste assise sur ma chaise tetanisée, je ne savais ni quoi dire ni quoi faire.
Je sentais mon coeur battre rapidement, ma vision était devenu trouble et les larmes coulaient sur tout mon visage. (Suite de votre histoire d’amour)

PARTIE 43 • FANNY LA SÉNÉGALAISE •

AÏCHA:

Trois ans plus tard, il était 11h quand je suis descendue du taxi avant d’emprunter le chemin qui mène chez mon homme.

Vous savez, ça fait déjà deux bonnes années que j’ai une sensation étrange, une douleur profonde qui se fait de plus en plus présente, elle siffle à mon oreille, me bouscule et me menace parce que j’ai l’impression qu’Ibrahim se fiche de moi et qu’il me trompe.

L’autre jour j’ai trouvé un string dans son lit, je sens parfois un parfum de femme dans la maison, mais je ne m’y attarde jamais.

Bon, lorsque je suis arrivée chez Ibrahim, le gardien m’a salué comme d’habitude, puis je suis entrée dans la maison. Lorsque je suis entrée, je l’ai aperçu descendre torse nu; il est tellement sexy.

Du coup, il s’est arrêté quand il m’a vu et m’a demandé :
—Ibrahim:« Chérie, tu ne m’as pas dit que tu venais ?».
—Moi en souriant:« surprise… !!!»
—Lui:« …. ».

—Moi:« Qu’est-ce que tu as ? Ça ne va pas ?».
—Ibrahim:« Euuh si si, en fait je suis surpris ».
—Moi en souriant :« Tu allais où comme ça ? Prendre le petit déjeuner ?».
—Ibrahim:« Euuh en fait… Euuh.. Allons à la cuisine ».
—Moi:« D’accord ».

Je l’ai suivi, mais il était assez bizarre.

—Lui:« Tu as déjà mangé ?»
—Moi en souriant:« Oui oui… ».
—Ibrahim:« Humm… ».
—Moi:« En fait, si je suis là c’est parce que j’ai à te parler. Tu es occupé ? Tu as du travail ? ».

—Lui:« Euuh oui oui, en fait je suis très occupé ».
—Moi:« Tu n’as même pas une petite heure ?».
—Ibrahim:« Humm ! C’est super important ?».
—Moi:« Oui quand même. Ça nous concerne ».

—Lui:« Humm… Moi aussi j’avais à te parler mais bon je…. ».
—…..:« bebeeeee! Tu es où ?».
C’était la voix féminine, tout à coup, Ibrahim m’a dit en bégayant:
—Lui:« Euuh je reviens Aïcha, s’il te plait je reviens ».

Je n’ai rien répondu, j’étais juste choquée autant que lui.
Il se dirigeait déjà vers la sortie quand une certaine demoiselle est entrée dans la cuisine; elle l’a embrassé longuement et a posé sa main sur son pantalon à l’endroit de son machin.

Je suis restée là, je ne disais rien, j’étais juste assise sur ma chaise tetanisée, je ne savais ni quoi dire ni quoi faire.
Je sentais mon coeur battre rapidement, ma vision était devenu trouble et les larmes coulaient sur tout mon visage.
J’étais toujours assise et silencieuse et la fille en question me regardait dans les yeux avec dédain, comme si j’étais sale.

—Ibrahim:« Mélodie est-ce que tu peux monter ? S’il te plait je te rejoins tout à l’heure ».
—Mélodie en souriant: « Oui mon amour je t’attends dans la chambre, ne traîne pas oh!».

Puis elle s’est tournée vers moi et m’a dit en souriant, c’était un sourire moqueur.
—Elle:« Je sais qui tu es, tu es la fille qu’Ibrahim est censé larguer pour moi. Je le laisse avec toi parce que je sais qu’il ne se passera rien. C’est mon homme, game over tu as perdu ».

—Ibrahim:« Mélodie s’il te plait vas t’en ! ».
—Mélodie:« Bébé, j’ai un mot à dire… Bah, En tout cas vous avez 30min ».

Du coup, elle lui a donné un cou aux fesses accompagné d’un sourire coquin et a disparu dans le couloir. Moi j’étais toujours assise là, les yeux pleins de larmes.
—Qu’est ce que j’attends ? Pourquoi suis-je encore là ? Ce que j’ai vu n’est-il pas suffisant ? Pourquoi mon coeur exige t-il des explications ? Me suis-je demandée intérieurement.

Ô mon Dieu, j’avais tellement mal, je me sentais si ridicule et honteuse. Il a même parlé de moi avec elle, il lui a dit qu’il va me larguer. Oh! Ibrahim pourquoi ?.

—Ibrahim:« Bon écoute, je vais t’expliquer ».
—Moi:« ….. ».
—Lui:« Je suis désolé, je comptais t’en parler depuis mais les mots me manquaient ».
—Moi:« ….. ».

Je ne disais rien, je me contentais juste de faire couler les larmes comme une madeleine.

—Lui:« Je m’excuse, je ne voulais pas te faire pleurer, je tiens à toi tu le sais, mais… ».
—Moi:« Mais quoi ? Tu ne plus amoureux de moi depuis combien de temps ? ».
Il a baissé la tête avant de me dire :
—Lui:« 3ans et demi ».

Lorsqu’il a dit ça mon coeur a laché, mon coeur s’est brisé; j’étais totalement déçu. J’ai vécu avec lui pendant 5ans, cinq longues années de ma vie à idéaliser Ibrahim et aujourd’hui voilà, aujourd’hui j’en suis reduite à néant. Je l’ai aimé dans les pires et bons moments, je l’avais aimé de tout mon cœur malgré qu’il fût encore étudiant, mais voilà que je suis aujourd’hui déçue.


—Ibrahim:« Aïcha je suis désolé, j’aurais dû t’en parler ,mais à chaque fois ce n’était pas le moment. J’allais t’appeler la semaine prochaine mais tu as debarqué aujourd’hui ».

Je ne disais rien, j’étais toujours silencieuse et les larmes coulaient d’elles-mêmes; j’étais totalement blessée mes amis.
Les femmes qui me lisent et qui ont déjà une fois été déçues comme moi, comprennent comment cela fait mal au coeur; j’avais vraiment mal au coeur mes amis.

—Ibrahim:« ça fait longtemps que ça ne va plus de mon coté, je t’aime bien tu es une fille sympa, mais je n’arrive plus à te regarder comme ma petite amie ».
—Moi:« …. ».

—Ibrahim:« Je suis en couple avec Mélodie depuis maintenant 3ans et demi, et elle s’est installée avec moi il y a maintenant 8 mois ».
—Moi:« Ô mon Dieu !»

—Lui:« Je me sens bien avec elle. Les 14 premiers mois avec toi étaient parfaits je te rassure, mais je me suis très vite rendu compte que je ne pouvais pas vivre comme ça. Pas de sexe pendant tout ce temps, tu as fait la part des choses je le reconnais, mais ça ne suffisait pas. Avec Melodie je me sens bien, elle me convient ».

—Moi:« ….. ».
—Lui:« Aïcha je suis desolé ».
—Moi:« (sourire) ».

J’ai juste souri, c’était un sourire douloureux, puis je me suis levé, avant de prendre mon sac et m’en aller. J’avais envie de tout casser, de hurler, j’avais envie de les tuer tous les deux, mais ma mère ne m’a pas élevée ainsi. Je comprends maintenant pourquoi Fanny jouait tant avec les hommes.

Ils sont tellement méchants, mon géniteur à abandonné ma mère et est parti chez lui au Mali pour aller épouser une de son pays, Ismaël a abusé de Fanny, des hommes mariés ont trompé leurs épouses avec elle, son oncle l’a violé et pas qu’une fois alors qu’elle n’avait que 10 ans.

J’avais tellement mal, Je n’avais jamais ressenti ça avant, je me sentais déchirer de partout à l’interieur. Je savais désormais que l’amour n’est pas le pain au chocolat. Ibrahim venait de me détruire entièrement, il venait de m’achever, donc je suis morte à cause de mon amour pour lui, je suis morte dans mon idiotie.

Bah, je souriait toujours comme une folle et mes larmes coulaient de plus en plus. Et puis Je me suis dirigée lentement vers la sortie en espérant qu’il me dise qu’il plaisantait, mais non, il était sérieux. Ô mon Dieu ! Ibrahim m’a tué.

FANNY :

Il y a maintenant 4ans que nous sommes ensemble avec Freddy, et notre relation se porte à merveille. Aujourd’hui j’ai décidé d’aller chez Aïcha, ça fait un bon moment qu’on s’est vue et elle m’a dit qu’elle a parlé avec Ibrahim et qu’il l’aime vraiment et qu’il a projeté de la demander en mariage car il a déjà terminé ses études en droit.

—Moi en souriant:« Ma copine… ».
—Aïcha:« Oh! Fanny, même pas me prévenir que tu arrives ?!»
—Moi en souriant:« Est-ce qu’on prévient quand on rentre à la maison ? ».
—Elle:« Hummm… Tu as raison mon amie ».

—Moi:« Pourquoi tu as maigri comme ça ? ».
—Elle:« oh! Les examens mon amie ».
—Moi:« Fais attention oh! Je ne veux pas que tu meurs à cause des études hein ».

—Elle:« Non, ça ira mon amie ».
—Moi en souriant:« Tu es toute pâle, il y a un problème ? ».
—Elle:« Mais non Fanny ».
—Moi:« Ibrahim va bien ? ».
—Elle:« Oui oui, il va bien ».
—Moi:« Oh! l’amour ».

—Elle en souriant:« krkrkr… ».
—Moi:« Tu es vraiment pâle, tu as déjà mangé ? ».
—Elle:« Pas depuis ce matin ».
—Moi:« Allons cuisiner alors !. Ou bien attends, je vais cuisiner et je reviens ».
—Elle:« Humm… ».

Je suis allée dans la cuisine il y avait du manioc et tout, donc j’ai fait un bouillon de poulet. Quand j’ai terminé, je suis allée la retrouver au salon. Elle avait la tête posée sur la main et je voyais bien qu’elle pleurait silencieusement.

—Moi:« Tu as quoi Aïcha ? Pourquoi tu pleures ?».
—Elle:« Bon, en ce moment j’ai trop de travail, et ça me déprime ».
—Moi:« Tu mens Aïcha, tu mens ».
—Elle:« Non je ne te mens pas, c’est la vérité ».
—Moi:« Humm… Donc c’est l’école qui te fait pleurer ?! ».

—Elle:« Toi aussi, si j’avais quelque chose j’allais te dire ».
—Moi:« Bah ok. Mangeons alors ».
—Elle en souriant:« Mercii… ».
—Moi:« Et sèche tes larmes pardon. Je n’aime pas te voir comme ça ».
—Elle:« D’accord mon amie ».

Elle a essuyé son visage et on a mangé. Après on a bien bavardé, on n’arrêtait pas de rigoler, elle surtout, elle riait sans arrêt.

—Moi:« Ris bien, tu risques de t’étouffer ».
—Elle en riant:« Je m’en fou oh !»
—Moi:« ah ça !»
—Elle:« Au fait, je ne t’ai même pas demandé comment va Freddy ».
—Moi:« Il va bien, depuis qu’il a été nommé DG, il me traite comme si j’étais sa poupée ».

—Elle:« Je te jure que je suis trop fière de vous deux, vous formez un bon couple ».
—Moi en souriant:« Toi bientôt Ibrahim va te passer la bague au doigt ».
Du coup, elle a baissé la tête, avant de me dire :
—Elle:« ouais ».

—Moi:« C’est comment, le mariage ne te plait plus ?!».
—Elle:« Si bien sûre, ça me plaît ».
—Moi en souriant:« On attend aussi le tour de Safi et Karim ».
—Elle:« Ouaiiii »
—Moi:« Ouiiiii »
—Elle en souriant:« Fanny ?»
—Moi:« hmm? ».

—Elle: « L’amour c’est dur hein ».
—Moi:« Bah oui, c’est dure. Mais ça dépend aussi ».
—Elle:« Et si Ibrahim n’est pas celui qu’il me faut ?».
—Moi:« L’avenir te le dira ».

—Elle:« Si Freddy s’en va un jour comme par magie, tu feras quoi ?».
—Moi:« Je ne sais pas Aïcha, mais je n’y pense pas, je ne vois pas pourquoi il s’en irait ».
—Elle:« Si il ne t’aime plus ?»
—Moi:« J’en souffrirai énormément, mais je n’y pense pas, je sais qu’il ne s’en ira jamais ».

A Lire aussi: https://bonheur-explosif.com/histoire-damour-fanny-la-senegalaise-partie-38/

Elle est restée calme pendant un long moment, avant de me dire:
—Elle:« Ouff, il est déjà 19h oh, Ally est sans sa mère, il ne faut pas qu’il me gifle parce que je te garde ici ohh! ».
—Moi:« Tu as raison, je vais déjà rentrer chez nous, peut-être mon fils ou ma mère a besoin de moi ».

—Elle:« Hummm… Je suis fière de toi. Allons-y je t’accompagne prendre le taxi ».
—Moi:« Et tu vas revenir seule ?».
—Elle:« Ah! quitte, allons y ».
—Moi en souriant:« Oh! la meuf d’Ibrahim est très agressive ».
—Elle:« krkrkr.. En tout cas allons-y ».

Elle m’a raccompagné, j’ai vite trouvé un taxi, avant de me diriger chez ma mère; mon bébé m’y attend avec son petit visage tout mignon.
La journée que je venais de passer avec Aïcha était tout simplement géniale, mais j’ai comme l’impression qu’Aïcha me cache quelque chose.
— Qu’est-ce qui ne va pas avec elle ? A-t-elle un problème avec Ibrahim ? Me suis-je interrogée intérieurement.

À SUIVRE…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recipe Rating