Histoire d’amour: Fanny La Sénégalaise (Partie 47)

65 / 100

Un fois dans le bureau, on s’est installés. Ma secrétaire a été toujours opérationnelle, elle m’avait déjà apporté tous les dossiers necessaires, donc elle me servait dignement je vous assure (Suite de votre histoire d’amour)

PARTIE 47 • FANNY LA SÉNÉGALAISE •

FREDDY:

Fanny est venue vivre chez moi depuis le jour où je l’ai donné la bague de fiançailles. J’aime cette fille de tout mon cœur mes amis.

Bah, quelques jours plus tard, c’était mon dernier jour de travail, et après, je devrais partir en congés de deux mois.

—Myriam en souriant:« Bonjour DG ».
—Moi:« Bonjour ».

Myriam est une collègue, c’est une mère célibataire, et elle travaille à la communication et marketing de l’entreprise.

—Myriam:« Qu’est-ce que tu as ? Ça ne va pas ? ».
—Moi:« Si si ça va très bien, je suis juste pressé ».
—Elle:« D’accord, je ne te ferai pas perdre trop de temps, je tiens juste à t’informer qu’on se retrouve tous en boite tout à l’heure, enfin après le boulot, pour nous dire au revoir. (Sourire) Je sais que tu es en mode responsable ,mais ça me fera très plaisir que tu viennes »

—Moi:« Euuh.. Je ne pourrais pas désolé, j’ai autre chose de prévu ».
—Myriam en souriant:« Mais on peut repousser hein, comme ça tu pourras être présent ».
—Moi:« Non Myriam, amusez-vous bien ma sœur ».
—Myriam:« Hmmm… ».

Du coup, Nicole est venue nous trouver là, elle portait une robe rose moulante.

—Nicole en souriant:« Bonjour monsieur Diaw. Euuh.. Myriam excuse moi, car j’ai besoin de discuter avec monsieur dans son bureau ».
—Myriam:« Humm.. Ok.. Bon, Merci Freddy ».
—Moi:« D’accord, à la prochaine mon amie ».

—Nicole en souriant :« Comment tu vas ?».
—Moi:« Très bien et toi ?».
—Nicole:« Ça va mieux depuis un petit moment »
—Moi:« Cool ».

On parlait en nous dirigeant vers mon bureau, et une fois devant la porte de mon bureau, ma secrétaire m’a salué en souriant:
—Secrétaire:« Bonjour et bonne arrivée monsieur le Directeur ».
—Moi:« Bonjour et merci. Ça va ?»
—Secrétaire: (large sourire):« Oui ça va monsieur ».

Aussitôt elle a ajouté :
—Secrétaire:« Bonjour mademoiselle Nicole ».
—Nicole:« Nous nous sommes vues tout à l’heure !».
—Secrétaire:« C’est vrai mais nous ne nous étions pas saluées, vous étiez pressée ».
—Nicole:« Ok, bonjour. Bon, on y va Gracia ?!»
—Moi:« Oui d’accord, on y va».

Un fois dans le bureau, on s’est installés. Ma secrétaire a été toujours opérationnelle, elle m’avait déjà apporté tous les dossiers nécessaires, donc elle me servait dignement je vous assure.

—Moi:« Ok, je t’écoute Nicole. Qu’y a-t-il ? ».
—Nicole:« Rien de grave. Je t’ai sauvé la mise ».
—Moi:« Quoi à cause Myriam ?. C’est une connaissance assez sympathique ».

—Nicole:« mdrr.. je ne suis pas venue au Sénégal pour regarder des femmes tourner autour de toi comme si tu étais un rond point. Je t’ai fait part de mes intentions dès qu’on a repris contact sur internet ,mais à un certain moment tu as cessé de me répondre. Cette fille dans ta vie tu l’as épousé ? Non je le sais, alors qu’est ce qui t’empêche de poser les yeux sur moi ? ».

A Lire aussi https://bonheur-explosif.com/histoire-damour-fanny-la-senegalaise-partie-43/

—Moi:« Tu es directe hein Nicole !. Mais je le serai aussi avec toi ».
—Elle en souriant:« Humm… Je t’écoute ».
—Moi:« Je ne t’aime plus Nicole. Tu es belle je l’avoue, bien foutu et tout ce que tu veux mais tu ne m’interesse pas. On était amoureux et on était des enfants, mais maintenant nous avons grandi. Soyons serieux quand même !»

—Nicole:« Gracia je t’ai beaucoup attendu, tu sais ?!»
—Moi:« Impossible Nicole !. Je ne t’avais rien promis ».
—Nicole:« Tu n’as jamais dit à tes soeurs que c’est toi qui a été mon premier homme ? C’est toi qui m’a deviergé ?!»

—Moi:« Oui, mais c’était tout simplement pour sauver ta réputation. D’ailleurs c’est toi-même qui était venue me voir pour qu’on fasse l’amour, et je ne t’avais pas forcé à ce que je sache !. C’est toi-même qui me suivait partout malgré mon refus, et à l’âge que tu avais tu n’étais plus vierge, et par dessus tout tu étais capricieuse. Bah, tu as fini toi-même par s’éloigner de moi, je t’ai beaucoup supplié, mais tu as refusé ».

—Nicole:« Bon, ce qui est là c’est que je ne t’ai pas oublié, je ne peux pas et je ne veux pas t’oublier Gracia ».
—Moi en colère:« On travaille ensemble Nicole, n’installe pas ça entre nous, s’il te plait !».

—Nicole:« Qu’est-ce qu’elle t’a fait cette fille ? Pourquoi tu es comme ça ?».
—Moi:« Bon, si tu n’as plus rien à ajouter, je vais écourter cet entretien parce que comme tu le constate, j’ai du travail. Aujourd’hui c’est le dernier jour, et je veux tout terminer ».

—Nicole:« Ok, j’ai compris. Sois heureux avec mademoiselle et si tu veux mon avis, évite Myriam au maximum, ce n’est ni une sainte ni une joueuse de basse classe. Elle te veux, elle pourait t’avoir ».
—Moi:« Ok.. Au revoir ».

—Nicole:« J’y vais. Et désolée encore de t’avoir pris pour Gracia… Tu es maintenant Freddy, l’homme d’une autre ».
—Moi:« … ».

Je n’ai rien dit ni ajouté, puis elle s’est levée et est sortie de mon bureau en silence.
Je peux enfin travailler. J’espère qu’elle ne ramènera plus ça sur le tapis une autre fois. Ah! les femmes sont trop problématiques, et surtout celles de cette entreprise.

FANNY:

Il y a déjà plusieurs semaines que Freddy a fini ses deux mois de congés et à déjà repris le boulot. En son absence Ally va chez maman et moi, soit je reste à la maison, soit je reste avec Aïcha chez elle; elle a encore maigri et elle m’évite beaucoup.

Quant à Safi, elle est déjà rentré ici à Dakar il y a quelques mois.
Karim a déjà largué Latifa, donc il avait fini tout simplement par comprendre qu’elle était profiteuse. Il l’a largué et va tous les jours dîner chez Safi. Mais ils ne se sont toujours rien dit; apparemment Karim ne veut pas se précipiter à faire le premier pas.

—Moi en souriant:« Coucou mon lion miellé ».
Soudain, on s’est câliné, avant qu’il me demande.
—Freddy:« Ça va ? ».
—Moi:« Oui bébé ».

—Lui:« Bon, je n’ai pas beaucoup de temps, j’aimerai déjà aller au travail. Mais j’ai quelque chose à te montrer ».
—Moi:« ok j’attends ».
—Lui:« Viens !!!».

Aussitôt je l’ai suivi, puis il m’a emmenée jusqu’à ce que moi j’appelle Parking.

—Moi:« Pourquoi on vient ici bébé ?».
—Freddy en souriant:« Pour que tu vois ta voiture ».
—Moi:« Mais je n’ai plus de voiture et tu le sais très bien ».
—Lui:« si si, je le sais. C’est pour cela je t’ai acheté cette range rover là ».

Il le disait en posant les clefs de la voiture dans ma main gauche.

—Moi:« Quoi ? C’est sérieux ?».
—Freddy en souriant:« Oui, et au moins maintenant tu n’auras plus besoin de déranger Safi pour sortir quand je ne suis pas là ».

Du coup, je lui ai sauté au cou et je l’ai embrassé. Ça me faisait énormément plaisir.

—Moi:« Waouh! Merci mon amour. Ça me va droit au cœur ».
—Lui:« De rien bébé. Bon, je dois partir au boulot, au revoir ma tigresse ».
—Moi en souriant:« D’accord, merciiii… Mon lion miellé ».
—Lui en souriant:« De rien ».

Je l’ai serré très fort dans mes bras pendant un long moment, puis après, j’ai dû le laisser partir.
Freddy m’a offert une voiture de haute qualité, et je dirais qu’elle ressemble à une limousine ou à un cadillac. Mdrr
Je pense que dorénavant mes déplacements sont devenus plus faciles. Et dans quelques instants j’irai au super marché, car l’autre jour j’ai vu des jolis nounourses là-bas, donc j’y vais pour en acheter un à mon fils.

Une fois au super marché, je me promenais dans les rayon quand j’ai vu Ibrahim avec une autre fille; ils s’embrassaient.

—Moi:« Ibrahim !!! ».
—Ibrahim:« Fanny ?».
—Moi:« Imbecile ».

Du coup, je l’ai giflé; j’étais totalement énervée.
—Ibrahim:« Hey… »
—Moi:« C’est qui elle ? Reponds moi tout de suite idiot !»
—Ibrahim:« Comment ça c’est qui ?! »

—Moi:« Et tu fais quoi d’Aïcha ? Tu es fou ? ».
—Ibrahim:« Aïcha et moi ne sommes plus ensemble ça fait maintenant 3 mois ».
—Moi:« Ibrahim !!! vous n’êtes plus quoi ?? Eeeh Seigneur… ».
—Ibrahim:« Elle c’est Mélodie ma nouvelle… ».

Tout à coup, je l’ai rompu la parole en lui disant :
—Moi:« la ferme! Après 5ans tu la largue?!. Tu es fou Ibrahim ?!».
—Ibrahim:« Si tu n’etais pas une bonne amie, je t’aurais déjà bastonné ok?? ».

—Moi:« Oh! Frappe moi tout de suite enfoiré. bastonne moi ! sinon je vais règle le compte à ta pute ».
—Mélodie:« hey hey hey change de language hein.. Tu penses que ta copine là vaut mieux que moi ?. En mon absence elle est venue coucher avec mon homme ».

—Moi:« Aïcha ! Elle ne peut pas faire ça ».
—Ibrahim:« Si !».
—Moi:« Faux ».
—Mélodie:« Oh! Elle dit être ta meilleure amie ,mais elle ne te parle pas de ses secrets, elle ne te dit pas qu’elle n’est plus vierge ? C’est pathétique ».
—Moi:« …. ».

Je n’ai rien dit, je suis restée là tellement étonner par la nouvelle. Puis ils se sont retournés et m’ont laissé débout là comme une idiote.
Je n’ai même plus acheté mon nounourse, j’ai sur-le-champ décidé d’aller chez Aïcha.
Puis en cours de route, j’ai appelé Safi.

—Moi:« Allô ? Safi ?»
—Safi:« ouais chou ».
—Moi:« Tu es où ma chérie ?».
—Elle:« Je suis chez Aïcha. Tu as besoin de moi ?».

—Moi:« Oui… Mais bon, j’arrive. Sa mère est là ?».
—Safi:« Non, elle vient à peine de sortir ».
—Moi:« Parfait je viens ».
—Safi:« D’accord, on t’attend ».
—Moi:« Humm… Je serai là bientôt ».

J’ai roulé rapidement et je suis arrivée chez Aïcha quelques minutes plus tard. Safi et Aïcha étaient effectivement ensemble en train de voir la télé.

—Moi:« Bonjour ».
—Elles:« coucou ».
—Moi:« vous suivez quoi ?».
—Safi:« Nollywood ».

—Moi:« Ah! d’accord ».
—Aïcha:« Viens t’asseoir ma chérie ».
—Moi:« …. »

Je n’ai rien dit, je suis calmement allée m’asseoir à coté d’elle.

—Moi:« Aïcha si tu avais quelque chose tu nous le dirais ?»
—Aïcha en souriant:« Bien-sûr que oui, vous êtes mes meilleures amies ».
—Moi:« Alors dis nous qu’est-ce que tu as ».
—Aïcha:« Rien, pourquoi ? ».
—Moi:« … ».

Je n’ai rien dit, car elle venait totalement de me décevoir; moi qui la croyais sainte, et j’étais même prête à mettre ma tête à couper pour elle. C’était déplorable qu’elle continue à nous cacher la vérité. Et à quoi sert notre amitié si on ne peut rien se dire ?… Tout ça me donnait mal à la tête, ça m’énervait sérieusement mes amis.

—Moi:« Aïcha pourquoi tu ne nous dit pas la vérité ? Tu nous déteste ?»
—Aïcha:« Mais non. Qu’est-ce qu’il y a ?»
—Safi:« oh! Fanny. Toi aussi ».

—Moi:« Non, arrête Safi !. Tu sais ce qui m’est arrivé aujourd’hui ? Je n’y ai pas cru. Je suis sûre que c’est vrai mais je veux qu’Aïcha me le confirme »
—Aïcha:« Oh! tu as quoi Fanny ?»
—Moi:« Tu nous as caché que ta relation avec Ibrahim est terminée depuis plus de 3 mois ».

Elle est restée calme pendant un bon moment, avant de me demander:
—Aïcha:« Comment tu l’as su ?».
—Moi:« La façon dont je l’ai su n’est pas important. J’aimerais d’abord savoir que s’est t-il passé Aïcha ? Pourquoi tu t’es donnée à lui ? Pourquoi tu as donné ta virginité à cet idiot ?»

—Safi en s’exclamant:« Quoi ?! Non ce n’est pas vrai !!!»
—Moi:« Si, on s’est croisé avec Ibrahim aujourd’hui au super marché, j’y étais pour une course rapide quand je l’ai vu se bécoter avec une certaine Mélodie. Et il m’a dit qu’ils ne sont plus ensemble avec Aïcha, et qu’elle lui a donné sa virginité. Cette fille avec Ibrahim était au courant, mais pourquoi toi tu ne nous a rien dit Aïcha ?».

—Safi:« Aïcha Pourquoi? Qu’est-ce qui s’est passé ?».
—Aïcha en pleurant:« Sniff Arrêtez de me torturer.. laissez moi tranquille Sniff»
—Safi:« Mais Aïcha… !»

—Aïcha en criant:« Non foutez moi la paix !!!!».
—Moi:« Mais Aïcha nous sommes tes amies !. Nous voulons t’aider ».
—Aïcha:« Non, je n’ai pas besoin de vous !!!».
—Moi:« Non Aïcha on ne peut pas. Arrête de crier !.

Tu penses que tu es la seule à savoir crier ? hein ?… Nous sommes tes amies, on veut juste t’aider. Te laisser dans cet état serait vraiment mauvais de notre part. Tu n’es pas bien, donc nous devons te soutenir. Pourquoi tu ne nous parle pas ? Ne sommes-nous pas assez à l’écoute ?».

Du coup, elle m’a giflé avant de me dire en pleurant :
—Aïcha:« Toi là ferme !. tout ça c’est de ta faute. Tu es responsable de mes malheurs »
—Safi:« Aïcha ! Arrête de lui donner des gifles… ».

Ses gifles me faisaient mal, mais je ne savais même pas comment réagir face à tout ceci. Les larmes remplissaient son visage. Elle n’arrêtait pas de pleurer en me regardant droit dans les yeux; elle me regardait avec tant de colère et de haine…

— Aïcha qu’est-ce que tu as contre moi ? Me suis-je chuchotée intérieurement.

—Moi:« Aïcha pourquoi tu agis ainsi ? Qu’est ce que tu as ? ».
—Aïcha en criant:« Non! fiche moi la paix Fanny !. sors d’ici !!!. sors je ne veux plus te voir, tu es impure. Tu causes toujours des problèmes. j’ai fait beau de t’éviter, mais tu me cherches toujours. Pourquoi tu me torture ? Pourquoi ?».

—Safi:« Aïcha Arrête de pleurer et dis nous ce qui se passe ! ».
—Aïcha en pleurant:« Safi tu veux savoir ce qui se passe ? ce qui se passe c’est que cette connasse est responsable de tous mes malheurs… »
—Moi:« Aïcha pourquoi tu me parle comme ça ?. Si tu plaisante dis moi, je n’aime pas te voir comme ça… Aïcha s’il te plait parle nous, je t’en prie ».
—Aïcha:« ahahah…. Hmmm.. Fanny, Fanny, Fanny..! Tu as couché avec Ibrahim ?!»

—Moi:« Quoi ?».
—Aïcha:« réponds-moi!!! »
—Moi:« Comment tu peux dire ça Aïcha ?».
—Safi:« Elle n’a pas couché avec lui ».

—Aïcha:« Avocat du diable, qu’est-ce que tu en sais ?. Fanny est une pute, pute un jour pute toujours dit-on. Tout est de ta faute Fanny, et je te déteste énormément monstre. Monstre, monstre, monstre…! Tu n’es que malheur, tu es un porte malheur »

—Moi en pleurant:« Arrête Aïcha… Sniff Pourquoi tu me parles comme ça ? Pourquoi ?»
—Aïcha:« Attends, je reviens ».

Elle est allée dans la cuisine, et dès qu’elle est ressortie, c’est avec un énorme couteau.

À SUIVRE

Share this: