Histoire d’amour: Fanny La Sénégalaise (Partie 52)


Histoire d'amour: Fanny La Sénégalaise (Partie 52) 1

69 / 100

Il n’a rien dit, et puis il a tourné les talons et est parti au travail.
Bah, je ne peux pas suivre deux lièvres à la fois, je vois que l’école commence à pourrir ma vie de couple. Donc il me faut chercher un moyen pour arranger tout ceci, parce que je risque de perdre mon lion miellé. (Suite de votre histoire d’amour
)

PARTIE 52 • FANNY LA SÉNÉGALAISE •

 FANNY :

Quelques jours plus tard, on était en train de dormir, quand Freddy s’est mis à crier le nom de “Nicole” pendant son sommeil. Donc tout à coup, je l’ai réveillé.

—Moi:« Freddy! Freddy lèves toi tout de suite! ».

Aussitôt il s’est réveillé, avant de me demander :
—Lui:« Quoi ? Il y a quoi Fanny ?».
—Moi:« Pourquoi tu cries le nom de Nicole pendant ton sommeil ? »
—Lui:« Hummm… Il est quelle heure ?».

—Moi:« 4h du matin… regarde comment tu t’es excité comme une puce. Nicole Nicole Nicole !!!. Dis moi ce que tu fais avec cette fille ? Tu couches avec elle ?»
—Lui:« Mais de quoi tu parles ?»
—Moi:« Freddy réponds moi tout de suite !. Tu couches avec elle ?. Pourquoi tu n’arrêtes pas de l’appeler pendant ton sommeil ?».
—Lui:« …. ».

Il est resté calme, puis j’ai ajouté :
—Moi:« ah! monsieur ne comprend pas ?».
—Lui:« Ce que je ne comprends pas c’est pourquoi tu me reveilles à cette heure pour me parler de Nicole ?»
—Moi:« Parce que tu n’arrêtes pas de l’appeler pendant ton sommeil ».
—Lui:« Tu es sérieuse ? Moi Freddy, appelais Nicole pendant mon sommeil ?! C’est ça ?».

—Moi:« Oui. Tu veux que je te récite ce que tu disais ?! ou bien ?»
—Lui:« Bon, je m’excuse, j’ai dû faire un mauvais rêve; c’est sûrement un cauchemar ma tigresse ».

—Moi:« Hmm… Écoute Freddy, c’est vrai que je te mets de côté ces derniers temps mais je te promets de me rattraper… ».
—Lui:« Ne t’inquiète pas. Je sais que tu as besoin d’espace. Mais une fois que tu auras ton bac, tu devras aussi aller a l’Université, donc ça ne s’arrêtera pas là. Tu me mettras en l’écart jusqu’à quand ?».
—Moi:« …. ».

Je suis resté calme, et puis il a continué :
—Lui:« Je suis entièrement d’accord et content que tu fasses tes études. Mais on vit ensemble, je ne vais pas faire comme si tu n’étais pas là, donc tu peux très bien t’arranger ».

—Moi:« Tu n’as pas tord mais… »
—Lui:« Fais quelque chose Fanny… S’il te plaît ! »
—Moi:« Qu’est-ce que tu veux que je fasse ?!»
—Lui:« Tu sais depuis quand j’ai envie de passer du temps avec ma femme et non avec un fantôme ?!».

—Moi:« Euhh… Si c’est comme ça j’arrête les études ».
—Lui:« Hors de question !».
—Moi:« Mais alors ?!. D’ici là je risque d’apprendre que tu m’as trompé vu que tu ne tiens plus le coup ».
—Lui:« …. »

Il n’a rien dit, puis j’ai ajouté :
—Moi:« Je n’ai pas envie d’entendre ça Freddy. Je sais bien comment tu fonctionne et c’est pourquoi j’ai du mal à accepter le fait que tu fréquente d’autres femmes. Donc le fait que je sois distante pourrait t’emmener à faire une bêtise. Abstiens toi s’il te plait Freddy !. Il ne me reste que quelques petits mois, et après ça ira ».

—Lui:« Tu te rends compte qu’on ne se voit prèsque pas dans la même maison ?. J’aurais pu tenir si on passait du temps ensemble même un week-end sur deux ».
—Moi:« Je suis navrée bébé, je vais bientôt me rattraper »
—Lui:« Bon, laisse tomber. Il est tard et j’ai encore sommeil ».
—Moi:« Freddy… »

—Lui:« Non c’est bon. Couche toi !»
—Moi:« Tu boudes ?»
—Lui:« Non pas du tout. C’est juste embêtant. Serieux je ne tiendrai jamais 5mois ».
—Moi:« Donc….?? ».

—Lui:« Rien… ».
—Moi:« Freddy… »
—Lui:« Bonne nuit… »
—Moi:« …. ».

Je suis restée calme, du coup on s’est recouché et c’est sur cette note qu’on s’est endormi.

Le jour suivant, je me suis levée tôt pour voir comment Freddy ira au travail, mais il était un peu froid envers moi ce matin; c’est à peine s’il m’adresse la parole.

—Moi:« Tu pars sans me dire au revoir comme d’habitude ?»
—Lui:« J’ai oublié. Au revoir… »
—Moi:« Mon bisou… ».
—Lui:« ….. ».

Il n’a rien dit, et puis il a tourné les talons et est parti au travail.
Bah, je ne peux pas suivre deux lièvres à la fois, je vois que l’école commence à pourrir ma vie de couple. Donc il me faut chercher un moyen pour arranger tout ceci, parce que je risque de perdre mon lion miellé.

 FREDDY :

Aujourd’hui presque toute la journée j’étais toujours triste; Fanny veut tout simplement me torturer mes amis.

Bon bah, j’étais avec Nicole dans ma voiture; elle m’a demandé de la déposer chez elle vu que la sienne est en panne.

A Lire aussi https://bonheur-explosif.com/histoire-damour-fanny-la-senegalaise-partie-47/

—Nicole:« Gracia!… »
—Moi:« Humm ?»
—Nicole:« Tu es pâle depuis ce matin. Qu’est ce que tu as ?»
—Moi:« Rien d’important »
—Nicole en souriant:« Ta femme te fais vivre des moments difficiles ?».
—Moi:« Non, même pas ».

—Nicole:« si si.. Allez dis moi ce qu’il y a ».
—Moi:« Oublie, ce n’est pas important ».
—Elle:« Je suis ton amie, parle moi. »
—Moi:« …… ».

Je suis resté calme, puis elle m’a dit en souriant :
—Nicole:« Bon, on vient d’arriver, tu peux garer par là, et à demain DG ».

Du coup j’ai garé ma voiture devant son portail, elle est descendue et elle entrait déjà dans sa parcelle quand je l’ai appelé:
—Moi:« Nicole….».
—Elle:« Oui ?! ».

Soudain, elle est revenue vers moi; elle souriait.

—Moi:« Je peux te poser une question ?!»
—Elle:« Oui biensûr Gracia »
—Moi:« OK… Si tu vivais avec quelqu’un que tu aimes mais que cette personne n’était plus disponible.. Enfin était trop occupé pour se soucier de toi que ferai-tu ?».

—Elle:« Tu peux entrer un instant s’il vous plaît ?
—Moi:« Oui d’accord, merci… ».
—Nicole:« (sourire) ».

Elle a souri, je l’ai suivi et nous sommes entré chez elle.

—Moi en souriant:« Mine de rien c’est la première fois que je mets les pieds chez toi ».
—Elle:« Oui. Comment tu trouves ?».
—Moi:« C’est bien décoré, c’est génial »
—Elle en souriant:« Oui, ça ressemble à la plage où on jouait lorsque nous étions petits ».

—Moi:« Eh bein, tu aimes les souvenirs ».
—Elle:« Ils ont beaucoup d’importance pour moi ».
—Moi:« Ah! je vois »
—Elle en souriant:« Tu veux boire quelque chose ?».
—Moi:« Huum… »
—Elle:« Vodka coca ?»

—Moi:« Pas mal ».
—Elle:« J’ai aussi du vin ».
—Moi:« C’est beaucoup mieux ».
—Elle:« ok, je t’apporte ça … »

Elle est allée dans la cuisine et en est resortie avec un plateau dans les mains. Et pendant un moment, j’ai eu l’impression de la voir toute nue.
Bah, elle a posé le plateau sur la table et nous a servi.

—Nicole:« Bon, je reviens. Je vais me changer »
—Moi:« D’accord ».

Elle s’est levée et est allée dans sa chambre j’imagine pour ressortir dix minutes plus tard vetue d’un débardeur et d’un short; elle est bien foutue mes amis.

Tout à coup, j’ai commencé à bandé, et j’ai dû desserrer ma cravate pour ne pas m’étouffer.
De là où elle est assise, la vue que j’ai de sa poitrine est tout simplement déstabilisante.

—Elle:« Je t’écoute Gracia ».

Du coup, Je lui ai tout raconté, puis elle m’a dit :
—Elle:« Ah! ça. C’est assez compliqué. Tu as toujours voulu qu’elle passe son Bac. Elle fait tout pour reussir ».
—Moi:« Je sais ».

—Nicole:« Mais tu as toujours été un vrai mec, donc si vraiment c’est dur je pense que tu devrais… ».
—Moi:« Je devrais ?».
—Elle:« Te trouver un plan cul… ».
—Moi:« Quoi tu es sérieuse ?»

—Nicole:« Ce n’est qu’une idée hein… Enfin Tu n’es pas obligé »
—Moi:« Je ne sais même pas quoi penser ».
—Elle:« Alors ne pense pas !. Tu sais, tu ne seras ni le premier homme ni le dernier à avoir une maitresse. C’est simplement pour te dépanner ».
—Moi:« …. ».

Je suis resté calme, puis elle a ajouté :
—Elle:« Myriam par exemple. C’est une mère célibataire, et en plus tu es son chef, donc tu peux la sauter une ou deux fois et on en parle plus. Si ça te va, tu t’arrêtes mais si tu sens que ça va plus loin, trouve toi une vraie maitresse. Celle chez qui tu iras à chaque fois que tu en auras besoin. Ne les multiplie pas hein. Une seule »

—Moi:« Je ne peux pas faire ça à Fanny !. Car ça lui ferait trop mal ».
—Elle:« Elle sait bien qu’elle est en couple avec un vrai mec. Ce n’est pas parce que le lion se repose qu’il ne chassera plus. Une vraie femme ne t’en voudrait pas pour si peu ».
—Moi:« ….. »
—Elle:« Reflechis-y ».

—Moi:« bon merci, je vais y aller »
—Elle:« Ouais bien sûre. Il est vraiment tard ».
—Moi:« Humm… ».
—Elle:« Je t’accompagne à ta voiture ».
—Moi:« Non, ne te derange pas. Et puis il fait froid dehors, reste ici ».
—Elle:« OK, Bonne nuit Gracia, et à demain ».

—Moi:« Oui à demain et merci de m’avoir écouté ».
—Nicole en souriant:« De rien ».
—Moi:« (sourire) ».

J’ai souri, puis je suis rentré à la maison tout de suite, et comme d’habitude Fanny était déjà en train de dormir.
Je ne sais pas quoi penser des dires de Nicole… Elle a raison, j’ai besoin de sexe et Fanny devrait comprendre, mais elle est en train de jouer avec le feu.

À SUIVRE…

Share this: