Fanny
70 / 100

PARTIE 65

• FANNY LA SÉNÉGALAISE •

FANNY:

Je me suis réellement rétablie trois semaines après ce fameux drame. Car ce jour-là quand j’ai manqué d’équilibre et que je suis tombée à la mairie, il a fallu qu’une ambulance vienne hâtivement m’acheminer à l’hôpital, sinon j’allais carrément mourir mes amis.

Ce que Freddy m’avait fait était si horrible mes amis. Vous ne pouvez pas vous imaginer comment mon coeur s’est serré lorsqu’il a dit “non” devant tout le monde. Et à ce moment-là je me suis sentie toute sale, ridicule et nue devant tous ce gens là ! Donc c’était si blessant mes amis.

Mais ce qui me fait plus mal mes amis, ce qu’il m’a toujours dit qu’il m’aimait, qu’il voulait qu’on se marie et qu’on ait d’autres enfants, mais pourtant aujourd’hui je suis là sans lui… Sans la personne qui me tenait débout, la personne à qui j’ai donné tout l’amour que mon coeur pouvais fournir. Désormais je me sens vide, seule et exposée, donc je me sens si mal mes amis.

Ces trois dernières semaines j’ai attendu qu’il change d’idée et qu’il revienne mais il n’est jamais venu, donc il est parti et il a jeté mon coeur en chemin.

Je croyais déjà à un possible bonheur, je me disais enfin je formerai ma petite famille avec l’homme que j’aime, que j’allais enfin être heureuse pour de bon, donc je me sentais protégé et je n’enviais personne !

J’étais fière de moi parce que enfin, j’allais non seulement rendre maman fière mais aussi parce que j’étais persuadée que j’avais trouvé le père parfait pour Ally, mais malheureusement tous mes rêves se sont effondrés ; mon mariage a été un fiasco et que mon homme s’est enfui avec une autre femme.

Au début je ne comprenais pas pourquoi il m’a abandonnée. Je voulais savoir et comprendre pourquoi il a attendu le jour de notre mariage pour m’abandonner ? Pourquoi il a rapproché la date du mariage si c’était pour dire “NON” à la mairie.

Pourquoi il ne m’avait pas dit qu’il ne m’aimait pas depuis tout ce temps ? Pourquoi m’a t’il laissé imaginer ma vie avec lui si il ne voulait pas de moi ?… Toutes ces questions me taraudaient l’esprit jusqu’à ce que j’ai compris que c’est à cause de Nicole qu’il m’a abandonné.

Jamais je ne pourrai l’oublier, jamais je ne m’en remettrai, je ne peux pas oublier Freddy, c’est impossible à faire. J’ai tellement attendu ce mariage, j’ai mis toute mon énergie là dedans.

J’ai été tellement naïve et bête, je n’avais même pas vu qu’il y avait quelque chose entre Nicole et lui, pourtant c’était sous mes yeux… Je savais bien que je devais chercher à savoir mais dans ma tête c’était impossible, je ne voulais pas douter de lui alors qu’on allait se marier.

Quel mariage peut-on bâtir sur les doutes et le manque de confiance ?… Aucun !

Au début je doutais quand les gens me disaient qu’il m’a quitté pour Nicole, mais il a éclairé mes doutes en m’envoyant un texto la semaine dernière avec un numero masqué:

« Bonsoir Fanny, c’est Freddy. Je sais que tu te pose des questions, tu te demandes certainement pourquoi je suis parti… C’est parce que je me suis rendu compte que ma vie, c’est avec Nicole que je veux la faire et avec personne d’autre, certainement pas avec toi. Adieu ! ».

J’ai relu ce message un centaine de fois… Je l’ai lu et relu pour être sûre de ce qu’il disait. Il a dit que sa vie c’est avec Nicole… C’est avec Nicole qu’il se voit, pas avec moi…

Ce jour-là j’ai étouffé mes sanglots… J’ai pleuré parce que j’ai compris ce que je suis… J’ai compris que je ne peux claquer des doigts pour être heureuse, j’ai compris que le bonheur est allergique à moi, j’ai compris que si même Freddy ne veux pas de moi personne ne voudra de moi…

J’ai compris qu’à ses yeux aussi je ne suis qu’une pute avec un enfant. Donc pour la première fois de ma vie j’ai compris que malgré tous je dis bien TOUS mes efforts… Aucun homme ne voudra jamais de moi.

Safi a raison… Ally a besoin de moi, donc je n’ai pas à m’affaiblir, à me lamenter ou encore à pleurer tout le temps. Je dois recommencer à m’occuper de mon fils, commencer les cours à l’université et chercher un emploi. Je dois me consacrer à Ally, préparer son avenir, donc je ne dois vivre que pour lui et personne d’autre !

Je lui dirai que son papa a voyagé et qu’il mettra beaucoup de temps où il est… Car Je n’ai pas droit à l’erreur ; je n’ai pas intérêt à rater son éducation.

Malgré cela j’ai toujours besoin de voir Freddy et de lui parler. Mon cœur a besoin d’explications, donc j’ai besoin qu’il me parle ! Qu’il me donne une raison. Je ne merite peut-être pas qu’il se justifie mais je ne sais pas ! J’ai juste besoin de le voir, de me retrouver en face de lui et lui parler.

J’ai besoin d’entendre de sa bouche qu’il ne veut vraiment plus de moi ; je veux qu’il me le dise. Car je n’arrive pas à comprendre, je n’arrive pas à me l’expliquer… Je veux savoir, je veux comprendre pourquoi il a fallu que lui aussi me marche dessus ? Je veux qu’il m’explique pourquoi il a voulu être celui qui m’a blessé énormément ?

Freddy m’a mis plus bas que terre. Il a decidé de s’en aller avec une autre sous mes yeux.

C’est pour lui que j’ai changé de comportement, c’est pour lui que je me suis assagie, c’est le seul homme pour qui j’ai tout fait par amour, pour le rendre fier de moi, pour qu’il ne soit jamais déçu…

Je resssentais quelque chose de vrai, d’authentique et de grand, mais au final il s’est comporté comme tous les autres ; il s’est bien foutu de moi, il a fait pire que tous les autres. Il m’a abandonnée à la mairie, j’ai eu la honte de ma vie, et du coup il a donné raison aux autres.

Il m’a fait comprendre que tous les hommes sont les-mêmes. Il aurait pu me laisser tomber depuis mais non, il a préféré me porter le coup de grâce, donc il a choisi de m’abattre.

Désormais je me sens tellement conne, je n’arrive pas à oublier, je n’arrive pas à comprendre comment cela a pu m’arriver. J’ai l’impression de ne pas être faite pour vivre en societé, je n’apporte que des problèmes, je suis toujours le centre des problèmes…

Je n’ai plus envie de ça ! J’ai besoin de m’isoler, de disparaitre… J’ai envie de laisser les autres vivre et de me débrouiller seule.

KARIM:

—Elle en pleurant:« Ahahaa… MERDE J’AI MAL…. Mon DIEU ! Ça fait mal… Sniff…»

—Moi:« Je sais que tu as mal mais supporte.. Supporte encore un peu, il arrive… »

—Elle en pleurant:« MERDE… Ahahaaa…. Sniff sniff… Je vais mourir sniff… »

—Moi:« … »

Je n’ai rien dit, je transpirais juste à grosses gouttes.

Safi était en train d’accoucher notre enfant, et ça lui faisait énormément mal mes amis.

Elle avait peur, et avait du coup préféré que je sois aussi présent dans la salle d’accouchement pour pouvoir la consoler.

Ça lui faisait mal et elle pressait ma main avec force et je ne savais plus comment la consoler.

Les sages femmes et le docteur s’activaient autour d’elle, puis elle poussait fort, elle hurlait jusqu’à ce que j’ai entendu les pleurs d’un bébé.

—Docteur:« Félicitations madame. »

—Safi:« Hummm… »

—Moi:« Docteur c’est une fille ou un garçon ? ».

—Docteur:« Elle t’a donné un très joli garçon. »

—Moi:« (Sourire) »

J’avais juste commencé à sourire, puis après j’ai posé un baiser sur le fronc de ma femme avant de prendre mon fils dans mes bras ; il était si mignon mes amis.

Tout le monde était là, et même Fanny était aussi là, elle voulait soutenir son amie comme elle l’a aussi soutenu durant les moments difficiles.

Bon bah, après avoir remis mon fils à sa mère, je suis sorti en courant pour annoncer aux autres la bonne nouvelle.

Quand ils m’ont vu, tout le monde voulait savoir si elle a déjà mis au monde, et ce fut Fanny la première à se lancer dans l’eau.

—Fanny:« Quoi? Elle a accouché ? »

—Moi:« Oui… Elle a… »

Je n’avais pas encore terminé la phrase quand ils ont tous sauté de joie. Ma mère, mes petites sœurs et Marianne la petite sœur de Safi avaient commencé à chanter et danser comme on le fait souvent chez nous au Sénégal quand on donne naissance.

—Moi en souriant:« Le docteur a dit que vous pouvez monter la voir. »

—Marianne:« Oui d’acccord… Enfin mon neveu est né !»

Elles se sont toutes levées, puis nous sommes montés. Fanny marchait lentement, et malgré qu’elle riait et souriait, ça se laissait voir que Freddy l’a énormément blessé.

—Moi en souriant:« Safi la maraine est là ooh! »

—Safi:« Eh… Fanny viens prendre ton fils. »

—Fanny:« (Sourire) »

Elle a juste souri, puis elle a pris le bébé dans ses bras. Elle le regardait comme si c’était le sien, c’était exceptionnel mes amis.

—Safi en souriant:« Il s’appel Soumaïlla Diallo comme mon beau-père. »

—Moi:« (Sourire) ».

—Fanny en souriant:« Il est mignon… Vraiment mignon, on dirait une petite poupée. Felicitation à tous les deux. Je suis contente pour vous… »

Du coup tout le monde nous a félicité, puis Safi a dit:

—Safi:« Moi je me felicite parce que j’ai choisi le meilleure des maris ».

—Nous:« (sourire) »

Tout à coup nous avons tous souri, mais sauf Fanny. Elle était dans quelques sortes triste, donc elle ne nous suivait même pas. Il faut dire que ces derniers temps elle ne parle pas beaucoup et ne sourit pas trop. C’est douloureux mes amis.

—Docteur:« Messieurs, mesdames… Je pense que votre temps de visite est fini ! Alors vous pouvez nous laisser la place afin qu’on fasse tranquillement notre travail. »

—Moi:« D’accord docteur. Nous sortons déjà… »

—Fanny:« Safi repprends l’enfant. Il doit certainement avoir faim. »

—Safi:« Humm… D’accord »

Elle lui a immédiatement remis l’enfant, puis nous sommes sortis.

C’est exceptionnel mes amis, je manque les mots pour exprimer ma joie ! Enfin je suis papa.

À SUIVRE…

Share this:

1 comment

Laisser un commentaire