73 / 100

(Suite de l’histoire d’amour) Il vient de confirmer mes doutes, il va retrouver cette Myriam à Paris. Cette petite est vraiment tenace. Qu’as-t-elle bien pu faire à mon fils pour qu’il lui mange dans la main comme ça ?. Me suis-je interrogée.

ÉPISODE 54  LE DESTIN DE MYRIAM
.
Quelques semaines plus tard…

Maman Brigitte( La mère d’Erick ) : 

Erick fait trop d’aller retour entre ici et Paris à mon goût.
Il me dit que c’est pour affaire mais je n’y crois pas trop. Il peut bien travailler avec ses partenaires par téléconférence. Il faisait ça jusqu’ici sauf s’il n’avait vraiment pas le choix. Mais depuis quelques temps il fait des va et vient incessants. Qu’est-ce qu’il part chercher là-bas ou qui va-t-il y voir ?.

J’espère qu’il n’a pas retrouvé cette prostituée. Je ne comprends qu’il puisse rejeter Sarah parce qu’il aime toujours cette femme. Il lui a pardonné sans qu’elle fasse quoique ce soit alors que quand j’ai essayé de le rabibocher avec Sarah il m’a fait savoir que jamais il ne pardonnera l’adultère.

Cela ne m’étonnera que cette femme l’ait attaché à l’aide de marabout. Je suis sûre que c’est elle qu’il va voir. Il faut absolument que je fasse quelque chose avant qu’il nous la ramène. On n’a pas fait tout ça pour rien.
J’ai pris mon téléphone ,et puis j’ai composé le numéro de mon fils

-Erick :« Allô maman »
-Moi :« Bonjour chéri. Tu vas toujours à Paris demain soir ? »
-Erick:« Oui maman. J’ai des choses à y régler ».
-Moi :« Toi et tes choses ?. Tu fais quoi là-bas ? »

-Erick :« Ah maman est-ce que je te questionne quand tu t’en vas quelque part. Je ne suis plus un bébé. J’ai le droit d’aller où je veux »
-Moi :« En tout cas. Tu restes combien de temps ? »
-Erick : « Une petite semaine ».

-Moi :« Ah je peux venir avec toi alors. Ça doit faire presque quatre ans que je ne suis pas allée à Paris. Cela me ferait du bien de changer un peu d’air »
-Erick :« Ah non maman; attends une autre fois. Là je ne pourrai vraiment pas m’occuper de toi. En plus le vol est complet. J’ai eu de la chance qu’il y ait une annulation »

Histoire d’amour

-Moi :« Ton refus ne serait-il pas dû au fait que tu caches quelque chose ? »
-Erick :« Je ne cache rien du tout, maman. J’ai des choses très importantes qui m’y amènent. Je ne peux pas t’en parler maintenant mais tu le sauras bien assez tôt. Je dois te laisser. Je suis au bureau et j’ai du travail qui m’attend »

-Moi :« C’est un moyen de me dire que je te soûle »
-Erick :« Maman ! Je dois travailler pour combler mon absence de la semaine prochaine. Je te laisse. Bisou »
Il a raccroché avant que je puisse ajouter un seul mot.

Tu es mon fils Erick, je sais quand tu me caches des choses.

Il vient de confirmer mes doutes, il va retrouver cette Myriam à Paris. Cette petite est vraiment tenace. Qu’as-t-elle bien pu faire à mon fils pour qu’il lui mange dans la main comme ça ?. Me suis-je interrogée.

J’ai appelé Sarah pour le mettre au courant
-Sarah :« Allô »
-Moi :« Bonjour ma chérie. J’ai quelque chose à t’annoncer. Des doutes mais je crois qu’elles sont fondées »
-Sarah:« Vite je suis occupée là »

-Moi :« Je crois qu’Erick revoit Myriam »
-Sarah :« Quoi ? C’est une blague. Je la croyais morte celle-là »
-Moi :« Je ne suis pas sûre que c’est elle qu’il va voir mais ses va et vient entre ici et Paris m’intriguent ».

-Sarah :« Je ne la laisserai pas la reprendre. Soit il est avec moi soit il est avec personne d’autre. Tu as intérêt à m’aider sinon toi aussi tu paieras. Si je n’ai pas Erick aucune autre ne l’aura et surtout pas cette sale prostituée. Règle moi cette histoire. Si tu la laisses se remarier avec elle… »

-Moi :« Je ne peux le forcer à t’aimer. Je ne peux que t’aider à se débarrasser d’elle. Après si tu ne sais pas reconquérir un homme ce n’est point de ma faute »
-Sarah :« Je m’en fous. Occupe toi de ça. Je commence à perdre patience.

Je connais tous tes secrets, tout ce que tu lui caches à lui et à toute ta famille. Ne l’oublie pas. Je peux être très méchante »
-Moi :« Je t’interdis de me menacer »
-Sarah :« Je ne te menace pas. Je te mets juste en garde contre un éventuel ».
Elle a raccroché et je regardai mon téléphone ahuri.

C’est moi qu’elle menace après tout ce que j’ai fait pour elle. Je l’ai toujours soutenu et c’est de cette manière qu’elle me remercie. Que sait-elle exactement ?. Non elle ne peut pas savoir ça. Il n’y a que deux personnes au courant . Le premier est mort il y a plus de trois ans et le second c’est moi.

Myriam : 

A Lire aussi:

C’est une chaleur étouffante qui m’a accueillie quand j’ai foulé le sol d’bidjan pour la première fois depuis plus de trois ans.
Je suis partie d’ici abattue avec une aucune envie de vivre et j’y reviens plus en paix avec moi-même et avec un bébé grandissant dans mon ventre. Il se voyait maintenant même si j’arrive à le dissimuler sous des vêtements plus larges.

Je ressentais ce sentiment que seul le chez moi nous procure. Abidjan m’avait manqué.

J’avançais vers les contrôles avec mon homme après qu’on ait récupéré nos innombrables valises. Le contrôle s’est passé bien malgré tout ce que j’avais là.
On n’eut pas de problème grâce à Dieu.

Jordan nous attendait dehors quand on est sortis. Je lui ai sauté au coup quand je suis arrivée devant lui, puisl m’a serré dans ses bras avant de me faire tournoyer et de me reposer au sol.

-Moi en souriant :« Tu m’as trop manqué mon amour ».
-Jordan:« Tu m’as manqué aussi ma petite femme. C’est bon de t’avoir à nouveau avec nous. Toujours aussi belle à ce que je vois. Tu embellis avec l’âge dis donc »

-Moi :« J’espère que ce mensonge est vrai. Toi aussi tu es plus beau que dans mon souvenir. lice s’occupe bien de toi à ce que je vois. C’est si bon de te revoir mon chéri. C’était tellement atroce de vivre sans vous tous »
-Jordan :« C’est fini maintenant.

Tu as eu raison de partir et Alice le comprend mieux. Tu verras par toi même. Félicitations pour le bébé ».
-Moi :« Merci c’est gentil mon chou »
-Jordan:« Allez venez, ma voiture est de ce côté »
Je l’ai suivi les épaules entourées par les bras d’Erick.

Ils ont bataillé pour mettre toutes les valises dans le coffre et heureusement que Jordan a un 4X4.

Je n’ai pas arrêté de questionner Jordan sur les trois dernières années par rapport à ses enfants et d’autres choses pendant tout le trajet entre l’aéroport et la maison.

Je les ai aidé à amener les valises dans la maison, il y a beaucoup de changement depuis mon départ. Erick a refait complétement la décoration de la maison, de la peinture jusqu’aux meubles. C’était simple mais très beau.

Jordan a demandé à parler à Erick seul un instant donc Erick l’a raccompagné à sa voiture après qu’il m’ait embrassé.
Je suis montée avec ma petite valise dans notre chambre. J’avais le cœur qui battait à cent à l’heure quand j’y suis entrée
Rien n’avait changé. C’est comme si le temps s’est arrêté dans cette partie de la maison. Tout avait changé dans la maison sauf ici.

La seule différence avec la dernière vision que j’en ai eue est que les draps étaient fait et que le remue ménage que j’avais créé en rangeant ma valise à la hâte avait disparu. Je suis allée dans le dressing et mes affaires y étaient exactement à la même place comme si j’étais partie que pendant une semaine.
C’est assez troublant.

J’ai senti des bras m’entourer la taille
-Erick :« Je n’ai pas dormi ici depuis que tu es partie. Il y a trop de souvenirs ici. C’était trop dur d’y sentir ta présence sans que tu y sois ».
-Moi :« Pourquoi tu n’as pas apporté de changement ici ? »
-Erick :« Parce que je chéris trop les moments qu’on y a passé.

Et j’espérais ce moment où on regagnera cet endroit tous les deux plus unis que jamais »
-Moi :« Je t’aime »
Je ne veux pas me remarier mais j’ai accepté de venir vivre avec lui. C’est incohérent je sais mais ce serait trop dur pour moi de devoir le voir que par intermittence. Et j’ai trop peur de marier à nouveau.

Je sais que sa mère viendra encore s’en mêler. Je préfère encore qu’on se sépare plutôt que de divorcer une seconde fois. J’aime Erick, plus que ce petit mot est capable de l’exprimer et si raison il y a, je me battrai pour lui non seulement pour moi mais aussi pour mon bébé. J’ai plus de force maintenant et je ne laisserai plus personne me voler mon bonheur, personne.

-Erick :« Je t’aime aussi amour. Bienvenue chez toi »
-Moi :« Merci ».
J’ai fait un long bâillement qui en disait long sur fatigue.

-Erick :« C’est le signal pour aller au lit ça »
-Moi :« Je crois bien oui mais je prendrai bien un bain avant »
-Erick:« Je te prépare ça ».
Je me suis déshabillée pendant qu’il me faisait couler mon bain.

Je suis allée prendre un des peignoirs que j’avais laissés en partant. Je m’attendais à ce qu’ils sentent le renfermé mais non. C’est comme si on l’avait lavé la veille. Je l’ai pris et je suis allée rejoindre Erick dans la salle de bain. On a pris le bain ensemble. Je me suis endormie contre lui.

Il m’a sorti du bain, m’a rincé pendant que je dormais à demi. Il m’a ensuite bien séché avant de m’habiller et de mettre au lit.
Je me suis endormie comme un loir ce jour là et je me suis faite réveiller par les câlins matin typique d’Erick.
Hummm,c’est si bon d’être avec celui qu’on aime.

On a pris le petit déjeuner dans le jardin au bord de la piscine histoire de profiter du soleil. Depuis qu’Erick sait que je suis enceinte il fait tout ce que je veux. Il est à mon service et cède à tous mes caprices. Ce qui n’est pas pour me déplaire.

J’essaie d’être raisonnable quand même. Je sais que cet enfant recevra beaucoup d’amour; Erick sera un vrai papa donc je sais dès à présent que je devrais être la méchante si je ne veux que mon enfant soit pourri jusqu’à la moelle.

-Erick:« J’ai déjà pris rendez-vous avec une gynécologue. J’ai oublié de te dire »
-Moi :« Merci. Ça m’évite d’en chercher un »
-Erick:« Je l’ai fait pour ça »
-Moi :« Ben dis donc, j’ai le meilleur des maris »
Il a souris et j’ai compris ma bourde.

-Moi :« Je voulais dire chéri »
-Erick :« Je n’ai rien dit »
-Moi :« Bref. Tu pourras entendre battre le cœur du bébé et ressentir le sentiment que j’ai eu quand je l’ai entendu pour la première fois. C’était juste magique, indescriptible. Il faut le vivre pour savoir »
-Erick :« Et surtout confirmer que c’est une fille »

-Moi :« Tu as un problème avec les garçons que je ne saurais pas ? »
-Erick:« Non sauf que je rêve d’avoir une mini toi depuis que je te connais »
-Moi :« Une mini moi, j’espère pour toi que c’est une fille surtout avec toutes les choses que tu as acheté. Tu m’accompagnes chez lice et Jordan toute à l’heure »

-Erick:« Bien sûr. On pourra dîner dehors après ? »
-Moi :« Oui. C’est une bonne idée »
-Erick :« La grossesse te va bien. Tu rayonne »
-Moi :« Merci bébé. Ça fait plaisir d’entendre ça surtout que je me sens grosse »

-Erick :« Mais non. Tu es magnifique comme toujours et j’adore ton petit ventre ».
J’étais sur le point de me pencher pour l’embrasser quand on entendit la voix de cette horrible femme.

-Sa mère :« Erick tu ne m’appelles même pas pour me dire que tu es ren… »
La fin de sa phrase est restée bloquée dans sa bouche quand elle m’a vu.

J’ai cru qu’elle allait s’évanouir quand elle a vu mon ventre. Elle le fixait d’une manière qui m’a fait prendre peur.

Il a fallu qu’elle débarque ici aujourd’hui. J’ai mis mes mains autour de mon ventre pour protéger mon enfant contre cette sorcière. Il n’est pas très gros mais comme j’ai toujours eu un ventre plat c’est très visible que je suis enceinte.

Elle continuait de fixer mon ventre donc je me suis levée pour partir. Il ne faut pas qu’elle me tue mon enfant avec son regard mauvais.
-Moi :« Je vais me préparer en attendant mon Roi. Maman Brigitte ravie de te revoir »

Je l’ai dépassé pour entrer dans la maison mais je sentais son regard sur moi jusqu’à ce que je disparaisse de sa vue.
Que Dieu nous protège de cette femme.

Erick:
Je regardais maman qui semblait choquer de voir Myriam.
Je n’aime pas la manière dont elle a fixé son ventre. C’est malsain.
-Maman: « Qu’est-ce que cette femme fait ici Erick? Et… et c’est quoi ce ventre ? »

-Moi :« Elle est ici chez elle maman »
-Maman:« Quoi ? Vous êtes divorcés. Tu ne te rappelles pas »
-Moi :«Si je me rappelle très bien parce que je n’aurais jamais dû faire ça ».
-Maman :« Tu vas vivre avec une femme à laquelle tu n’es pas marié. Tu es malade ?. Je ne te laisserai pas faire »

-Moi :« Je n’ai pas de compte à te rendre maman et je n’ai pas besoin de ton accord pour vivre avec la femme que j’aime. Si ça peut te rassurer je compte me remarier avec elle très bientôt »
-Maman:« Tu comptes te remarier avec cette prostituée. Tu as oublié qu’elle t’a trompé au sus de tous. Tu as quoi dans la tête pour vouloir te remarier avec une femme aussi dénuée de valeur qu’elle »

-Moi :« Je ne te permets pas de lui parler de la sorte maman et surtout pas devant moi. Elle ne m’a pas trompé et j’en ai eu la confirmation. Ta Sarah était derrière tout ça ».

-Maman : « C’est ton bouc émissaire. Il faut que tu trouves une justification pour te remettre avec elle et naturellement c’est Sarah que tu choisis. Ne lui mets pas dans le dos la tromperie de cette femme. Elle au moins elle a eu le courage d’assumer ses actes quand tu l’as surpris »
-Moi :« Parce qu’elle était fautive. Qu’est ce qu’elle te donne pour que tu l’as défend autant »

Histoire d’amour

-Maman:« Rien. C’est parce que je sais que c’est elle la femme qu’il te faut »
-Moi :« Excuse moi de ne pas savoir la femme de ma vie maman »
-Maman :« Elle est enceinte de qui comme ça ? »
-Moi :« C’est une question ? »

-Maman: « Bien sûr que c’est une question. Sais-tu ce qu’elle faisait pendant tout ce temps. Elle vient te dire qu’elle est enceinte de toi et tu acceptes sans rien dire. Tu couches à nouveau avec elle si elle t’a eu de cette manière »
-Moi :« Elle est enceinte de moi maman et je refuse de discuter de ma vie sexuelle avec toi ».

-Maman:« J’exige un test de paternité. Je suis sûre que cet enfant n’est pas de toi. Elle a bien réfléchi à son coup pendant ces trois dernières années. Elle savait qu’elle te tiendrait avec un bébé et pouvoir te soutirer de l’argent par la même occasion »
C’est ma mère qui se tient devant là ?. Qu’est-ce qui lui prend tout d’un coup.

Elle m’avait dit avoir accepté Myriam comme elle et qu’elle ferait tout pour qu’elles s’entendent. Je commence à croire que Myriam avait raison de la traiter de fourbe.
Ça commence à bien faire

-Moi :« Bon maman je dois sortir là alors si tu n’as rien de constructif à me dire merci de me laisser partir »
-Maman :« Bien comme tu es têtue je sais ce qu’il me reste à faire »
-Moi :« Je te préviens maman. S’il arrive quoique ce soit à Myriam je t’en tiendrai pour unique responsable et crois moi ce n’est pas ce que tu veux »
Je me suis levé pour aller rejoindre Myriam.
-Maman :« Erick reviens ici tout de suite »
J’ai fait comme si je ne l’entendais pas et suis parti rejoindre Myriam.

Je l’ai trouvé entrain d’enfiler ses chaussures.
Je me suis adossé à la porte pour la regarder.
Elle est tellement belle et parfaite, parfaite pour moi. Elle est la moitié qui fait de moi un homme entier et heureux. Je me sens complet avec elle dans ma vie et peu importe ce qu’en pense ma mère je sais que c’est elle qu’il me faut.

-Myriam:« A qui penses tu ? »
-Moi :« Au fait que je t’aime »
-Myriam:« Je t’aime aussi mon amour . Elle est partie ta mère ?»
-Moi :« Je suppose »

-Myriam:« Tu supposes, ok. Je n’aime pas comment elle fixe mon ventre. Tu vois c’est pour ça que je ne voulais pas que ça se sache »
-Moi :« Je n’ai pas aimé non plus je te rassure. Elle ne m’a pas dit qu’elle venait »

-Myriam : « Bon. Tu te prépares ? »
-Moi :« Oui madame »
Elle a souris comme j’ai utilisé une voix de petit garçon.

Je lui ai fait un bisou sur le front avant de m’habiller à mon tour.

Une heure après on était devant la porte de monsieur et madame Silla.

 SUIVRE…

Share this:

1 comment

Laisser un commentaire