Ma-nuit-de-noce-1
78 / 100

(Suite de l’histoire d’amour):Je connais assez Sarah pour savoir qu’elle ne renonce pas aussi facilement. Je suis sûre qu’elle prépare un sale coup. Soit elle a ce qu’elle veut soit elle détruit tout sur son passage. C’est ce qui fait qu’elle est une redoutable femme d’affaires mais ça fait d’elle quelqu’une de dangereuse aussi.

ÉPISODE 56 LE DESTIN DE MYRIAM

Erick :
Je finalisais le dossier d’un client quand mon portable personnel a sonné.

J’ai deviné que c’est ma moitié qui m’appelle, puis j’ai décroché sans entendre
-Moi :« Bonjour mon amour »
-Myriam :« Bonjour mon roi. Pourquoi ne m’as-tu pas réveillé en allant au boulot ?. Tes câlins matinaux me manquent. J’en avais envie en plus »
-Moi :« Je suis désolé mon amour mais tu dormais si paisiblement que je n’ai pas eu la volonté de te réveiller. Ne t’inquiètes pas pour les câlins je t’en donnerai plus que tu ne demandes ce soir »

-Myriam :« Non; je n’en ai plus envie »
-Moi :« Ah mais ce n’est pas grave. Compte sur moi pour faire revenir ton envie. Tu as bien dormi ? »
-Myriam:« Oui ça va. Je t’appelais pour te dire que notre chauffeur et gardien Fabien ne pourra pas venir aujourd’hui. Sa femme vient d’appeler pour dire qu’il est souffrant. Je vais prendre un taxi pour rejoindre Alice »
-Moi :« Non, c’est hors de question. Alice ne peut pas venir te chercher ?»

-Myriam :« Non elle est déjà sur le lieu de rendez-vous et elle ne peut pas laisser les personnes pour venir me chercher. C’est une grande opportunité pour nous. Ça nous permettra de faire connaître notre marque à l’extérieur aussi »

-Moi :« OK. Dans ce cas attend que j’envoie quelqu’un pour venir te prendre. J’aurais pu le faire mais j’ai un rendez-vous important que je ne peux pas repousser »
-Myriam:« Mais non bébé. Ce n’est pas la peine »
-Moi :« Si , je ne veux pas que tu sortes avec cette Sarah dans les rues. Elle est instable Myriam et je ne veux pas qu’elle s’en prenne à toi et au bébé »
-Myriam :« On est en plein jour Erick. Je ne pense pas qu’elle tentera quelque chose. Tout ira bien »

-Moi :« Non Myriam. Ça ne me rassurera pas de te savoir dehors toute seule. Sarah est complétement folle et remplie de haine envers toi. Je ne me le pardonnerai jamais s’il vous arrive quelque chose »
-Myriam :« Je comprends mais je ferai attention. Et puis le temps que j’attende que ton envoyer arrive j’aurai déjà tout rater. Je suis déjà assez en retard comme ça. Ils n’attendent plus que moi, car Alice ne peut pas signer sans moi et comme toi on ne peut pas reporter. Ecoutes pour te rassurer je t’appelle dès que j’arrive sur place »

J’allais répondre quand la voix de Divine s’est fait entendre m’annonçant que mon rendez-vous est arrivé.
Je lui ai demandé de les installer dans la salle et de les faire patienter deux minutes.

-Myriam:« J’ai entendu. Tu vois tu n’as pas le temps de t’occuper de mon cas. Je te ferai savoir que je suis arrivée saine et sauve »
-Moi :« Myriam ne… »
-Myriam: « A toute à l’heure et je croise les doigts pour qu’ils acceptent de te vendre. Je t’aime »
Elle a raccroché avant que je puisse placer un mot.

Je connais assez Sarah pour savoir qu’elle ne renonce pas aussi facilement. Je suis sûre qu’elle prépare un sale coup. Soit elle a ce qu’elle veut soit elle détruit tout sur son passage. C’est ce qui fait qu’elle est une redoutable femme d’affaires mais ça fait d’elle quelqu’une de dangereuse aussi.

A Lire aussi:

J’ai peur qu’elle fasse du mal à ma femme donc je fais tout pour que Myriam ne se retrouve jamais seule hors de la maison mais vous la connaissez, elle est tellement têtue. C’est difficile de la gérer quand elle n’en fait qu’à sa tête. Je suis inquiet qu’elle soit dehors toute seule mais je ne peux rien faire pour le moment.

Je suis allée accueillir les personnes qui m’attendaient, puis une heure plus tard, nous nous sommes dit au revoir très satisfait.

Je venais de racheter une boite qui fabrique des matériaux de construction. Elle était en difficulté donc j’en ai profité pour faire une offre à son propriétaire. J’en suis le principal actionnaire maintenant. Je vais investir dedans. Ça me permettra de fabriquer mes propres matériaux et de pouvoir agrandir ce que mon père a commencé. Bref je suis inquiet parce qu’en consultant mon téléphone je n’ai ni de message ni d’appel provenant de ma femme.

Ah Myriam que vais-je faire d’elle ?. Elle va me rendre vieux avant l’âge. Je l’ai appelé mais je suis tombé sur la boite vocale ce qui était vraiment alarmant parce qu’on avait fixé des règles et une d’entre elles et que je devais pouvoir la joindre à toute heure.

J’allais appeler lice quand elle même m’a appelé
-Moi :« Bonjour petite femme »
-lice :« Bonjour Erick. Comment vas-tu ? »
-Moi :« Bien et toi ? »

-Alice :« Bien mais énervée contre ta femme. Elle m’a fait faux bond alors qu’elle devait être absolu… »
Je me suis levée brusquement de mon fauteuil.
ah s’il lui arrive ne serait-ce qu’une égratignure Sarah me le paiera très cher.

-Moi :« Myriam n’est pas venue »
-Alice :« Non et je l’appelle depuis plus d’une demi-heure mais j’ai sa boite vocale. Je pensais que tu saurais où elle se trouve »
-Moi :« Il faut que je te laisse »

-Alice :« Dis-moi pourquoi cette voix angoissée d’abord ?»
-Moi :« Elle m’a appelé il y a une bonne heure pour me dire qu’elle part te rejoindre en taxi parce que le chauffeur ne pouvait venir »
-Alice :« J’espère qu’il ne lui ait rien arrivé »

-Moi :« Je l’espère aussi. Ecoutes je dois aller chercher ma femme ».
-Alice :« Erick qu’est-ce que tu ne me dis pas ? »
-Moi :« lice Je te rappelle après, ok ? »
-Alice :« D’accord. Je la cherche de mon côté aussi »
J’ai raccroché avec elle et puis j’ai composé le numéro de Sarah mais elle ne répondait pas.

J’ai insisté parce que je sais que c’est elle qui a Myriam. C’est pour cela que je ne voulais pas la laisser sortir seule. Il faudrait que je lui apprenne à écouter quand je la retrouverai.
Sarah est capable de tout et Dieu seul sait où elle l’a amené en ce moment.

Je suis sorti du bureau direction la maison. J’i continué de l’appeler et elle a fini par répondre.

-Moi :« Sarah où est Myriam ? »
-Sarah :« J’étais occupée à l’attacher c’est pour ça que je ne répondais pas. Je dois avouer qu’elle ne se laisse pas faire facilement »
-Moi :« Relâche la tout de suite Sarah »

-Sarah :« Pourquoi ferais-je une chose pareille ? »
-Moi :« Parce que je te le dis. Laisse la partir »
-Sarah :« Viens la chercher ».
J’entendais ma femme pleurer en m’appelant et ça me crève le cœur.

-Sarah: « Tu l’entends pleurer n’est-ce pas. J’ai dû lui faire un peu mal, rien de méchant, juste quelques gifles. Mais c’est de sa faute, elle ne voulait pas rester tranquille. Je ne la torturerai pas si tu me retrouves d’ici une heure ».
-Moi :« Si tu lui touches un seul… »

-Sarah:« Ah garde tes menaces pour toi Erick. Ne t’avise pas d’alerter la police. Chaque minute de retard sera un coup de couteau pour ta chère femme. Fais vite et elle mourra sans souffrir. A toute à l’heure mon amour »
Puis Elle a raccroché.

J’ai frappé le volant de rage. Cette femme est complétement dingue. Putain, je n’ai aucune idée de l’endroit où elle se trouve. Ça me met en rage.

Dieu, protégez ma femme et mon enfant. Je ne sais même pas par où commencer à chercher. Je n’ai aucune idée des endroits fréquentés par cette folle. Comment pourrais-je la trouver dans un délai aussi court ?. J’ai garé ma voiture sur le bas-côté de la route pour réfléchir un moment à comment procéder quand mon téléphone s’est mis à sonner. Je décrochais sans regarder l’écran pensant que c’était Sarah mais c’est la voix d’Alice qui s’est fait entendre.

-lice : « Tu l’as retrouvé ? »
-Moi :« Ah c’est toi. C’est Sarah qui la retient prisonnière »
-Alice :« Quoi ?. Dis moi qu’elle va bien Erick »
-Moi :« Je crois que oui, mais seulement j’ai moins d’une heure pour les trouver et ça me met en rage parce que je n’ai aucune idée des endroits fréquentés par Sarah donc je ne sais par où commencer »

-Alice :« Tu as demandé à ta mère. Je suis sûre qu’elle a une idée de l’endroit où elle se trouve. Erick ta mère déteste Myriam ,et je suis sûre qu’elle serait prête à aider cette sorcière pour se débarrasser de ma sœur »

Ma mère ne peut pas faire une chose pareille quand même ?. Elle n’aime pas Myriam certes mais il y a une différence entre ne pas apprécier quelqu’un et vouloir sa mort. Elle est peut être contre mon remariage mais elle n’irait pas jusque là. Elle ne peut pas être complice de Sarah.

-Moi :« Ma mère, non. Elle ne peut pas être la complice de Sarah. Elle l’aime peut être pas mais elle ne laissera pas Sarah commettre pareille bêtise si elle était au courant »
-lice : « Tu surestime ta mère Erick. Elle n’est pas aussi sainte que tu ne le crois. Appelle la tout de suite ou je le fais. Si Sarah a voulu que tu la retrouves c’est parce qu’elle sait que tu pourras. Demande à ta mère, puis rappelle moi »

Elle a raccroché et j’ai redémarré direction la maison de maman.
J’espère de tout mon cœur qu’elle ignore où elle se trouve. Si elle est mêlée à cette histoire je ne lui pardonnerai pas. Maman n’oserait pas. Je l’espère pour elle en tout cas.

Quand je suis arrivée elle était installée sur la canapé, téléphone à l’oreille.
Elle m’a fait signe de m’asseoir et d’attendre qu’elle finisse sa conversation.
Je lui ai pris le téléphone des mains avant de raccrocher.
-Maman : « Qu’est-ce qui te prend de faire ça ? »
-Moi :« Où est ma femme ? »

-Maman :« De quelle femme parles-tu ? »
-Moi :« J’ai combien d’épouse maman ?. Où est Myriam ? »
-Maman :« Qu’en sais-je de où se trouve ta femme ?. Est ce que je suis sa mère ?. Tu devrais demander à son amant. Elle doit être avec lui. Tu ne dirais pas que je ne t’avais pas prévenu. Tu as épousé une femme facile alors tu ne devrais pas t’étonner qu’elle disparaisse »

-Moi :« C’est Sarah qui a Myriam maman »
-Maman :« la pauvre enfant, tu lui mets tout sur le dos »
-Moi :« C’est elle même qui me l’a dit. Et elle a ajouté que tu pourrais me dire où elle se trouve vu que tu l’as aidé »

Je prêchais le faux pour avoir le vrai et j’ai été horrifié de savoir qu’Alice a eu raison de soupçonner ma mère.
Elle se serait indignée si ce n’était pas vrai. Elle m’aurait fait un scandale pas possible mais la seule réponse que j’ai eue a été
-Elle: « Eh ben elle t’a menti »

-Moi :« Comment as tu osé maman ?. C’est ma femme et mon enfant que tu veux tuer ?. Jamais j’aurais cru que tu puisses être aussi ignoble. Dis moi ou est elle ? »
-Maman :« Je ne sais pas ok ».
-Moi :« Arrête de mentir. Tu sais où elle se trouve »
-Maman:« Je t’interdis de me parler de la sorte. Surveille ton langage »
-Moi :« Tu n’es pas en mesure d’exiger quoi que ce soit de moi. Dis moi où elle est maman. S’il lui arrive quoique ce soit je ne te le pardonnerai jamais »

Histoire d’amour

-Maman :« Je ne savais pas que c’est pour la tuer. Sarah m’a dit qu’elle allait juste lui faire peur »
-Moi :« Je ne veux pas de tes explications. Amène moi là où elle se trouve »
-Maman: « Je vais me changer »
-Moi :« On n’a pas le temps. Sors de là tout de suite »
Elle s’est mise à hésiter alors qu’il me restait à peine trente minutes.

Je l’ai donc attrapé par le bras avant de la traîner jusqu’à ma voiture sans aucun ménagement. Je l’ai fait entrer avant de courir m’installer et de démarrer

-Moi :« Je vais où ? »
-Maman : « En centre ville, vers palais de la justice »
J’ai démarré rapidement.

Je n’ai jamais conduit aussi vite. Ma mère me criait de ralentir parce que j’allais faire l’accident mais je m’en fous. Tout ce que je veux c’est retrouver ma femme à temps.

Il restait plus que 15 minutes quand je suis arrivée devant le palais.
-Moi :« On va où maintenant »
-Maman :« Vas derrière le palais, et prend la route qui est en face »
J’ai conduis jusqu’à ne plus pouvoir continuer avec la voiture.

On a continué de monter à pieds. Ma mère se plaignait du sable qui rentrait dans ses chaussures mais je ne l’écoutais même pas.
Je prierai seulement pour que Dieu préserve la vie de ma femme et de notre enfant.

Il me restait moins de dix petites minutes. J’ai forcé ma mère à avancer. On a marché pendant cinq bonnes minutes. Ma mère s’est arrêtée tout d’un coup pour regarder je ne sais quoi
-Moi :« On est arrivés ? »

-Maman :« Je ne sais plus trop. Tout se ressemble ici ».
-Moi :«Maman putain tu plaisante là !. Où est ma femme ? »
-Maman: « Je vais te gifler Erick. Tu me parles correctement. Tu te prends pour qui ?. Quand je disais que cette femme a une mauvaise influence sur toi ».

Je l’aurais étranglé si je ne m’étais pas écouté. Elle joue avec mes nerfs là.

-Moi :« On a trois minutes maman. Montre moi où elle est ».
-Maman: « Calme-toi d’abord ».
-Moi :« Que je me calme ?. Comment veux tu que je me calme bordel de merde ? »

-Maman :« Laisse moi réfléchir ».
-Moi :« Tu te fiches de moi. Je t’en supplie dis moi où elle se trouve. Tu es entrain de me tuer là »

L’heure donnée par Sarah vient de passer. La colère contre ma mère et la peur pour ma femme se bataillaient à l’intérieur. Faites qu’il ne lui arrive rien.

-Maman: « Je crois que c’est par là »
Je l’ai fait accélérer et on est arrivé cinq minutes plus tard.

Il y avait un petit escalier qui descend sur les rochers. On l’a emprunté et à mi-chemin, et on est tombés sur une espèce de débarras abandonné avec fenêtres et porte. Rare sont les personnes qui s’aventurent de ce côté de la ville. Seuls les bandits d’Abidjan y viennent.

Je n’avais même pas connaissance de cet endroit avant maintenant.
J’ai attendu Myriam crier de douleur. J’ai couru à l’intérieur et je l’ai trouvé au fond de la pièce attachée à un poteau, les pieds en sang.
Oh mon Dieu Sarah est un monstre. Elle a mis ses menaces à exécution et elle me regardait tout sourire. J’ai voulu m’avancer vers Myriam mais elle m’en a dissuadé.

-Sarah: « Tu as eu cinq minutes de retard. C’est de ta faute si j’ai du lui faire mal. Cela montre que tu ne tiens pas à elle autant que tu le penses. Néanmoins je lui ai fait la faveur de ne pas toucher à son visage ».

-Moi :« ça va mon amour ?»
-Myriam: « Oui . J’ai juste des blessures au pied. Le bébé n’a rien »
-Moi :« Je suis désolé, tellement désolé »
-Myriam: « Ce n’est pas de ta faute. Tu n’y ais pour rien d’accord. Ne t’en veux pas ».

-Sarah :« C’est trop mignon. Attache le »
Je l’ai retourné pour voir qu’elle parlait à ma mère.
Elle hésitait ne sachant si elle doit s’exécuter ou pas. Il faut que je sorte Myriam d’ici avant que ce soit trop tard.

J’ai regardé autour de moi pour voir ce que je peux utiliser en cas de besoin mais la seule chose qu’il y avait était les liens de serrage qu’elle désignait à ma mère.

-Sarah : « N’y pense même pas Erick. Je t’ai dit de l’attacher Brigitte. Mets toi sur ce poteau en face de ta chère femme. Je veux que tu la voies bien quand je les tuerai elle et ton enfant. Dépêche toi ou je la poignarde encore »
J’ai exécuté.

Elle a pris ma veste avec mes téléphones portables avant de me faire assoir dos au poteau. Ma mère s’est placé derrière moi et m’a attaché les mains après les avoir mis de part et d’autre du poteau. Elle a ordonné à ma mère de s’asseoir à côté de Myriam mais elle n’a pas pris la peine de l’attacher.

-Moi :« Laisse la partir. Elle ne t’a rien fait. C’est de toi et moi qu’il s’agit »
-Sarah :« Elle ne m’a rien fait. C’est à cause d’elle si tu me repousses. C’est moi qui devrais être à côté de toi et pas elle. As-tu une idée de la douleur que je ressens quand je t’imagine faisant l’amour avec elle, la regarder comme si elle était la femme la plus merveilleuse au monde, la couvrant d’affection ?.

Histoire d’amour

Toutes ces choses étaient à moi et seraient à moi à l’heure qu’il est si elle n’avait pas apparu dans ta vie. Pourtant je l’ai prévenu au début que je la tuerai si je la revois près de toi mais comme elle ne me prend pas au sérieux elle a osé rester et me défier »

-Myriam :« Tu es qui toi pour que je laisse mon bonheur juste parce que tu le souhaites. C’est toi même qui a gâché ton bonheur. Je ne t’ai rien volé du tout. Tu as joué avec l’homme que tu avais et ça t’a couté cher. Tu devais être trop sûre de ta beauté pour penser qu’aucun homme n’oserait te quitter. Quand on joue avec son or jusqu’à la perdre il ne faut pas s’étonner qu’un autre le ramasse et en prenne soin. Tu es pitoyable. Tu comptes tuer pour un homme ?»

-Sarah :« Ferme la ou je te bute tout de suite. Je ne te tue pas pour le retrouver. Je sais qu’il ne m’aimera plus. Tu as éteint cette lumière qui brillait dans ses yeux quand il me regardait moi. Pourtant je t’ai donné une chance d’échapper à la mort. Je t’ai offert la simplicité en te tendant un piège mais il a fallu que tu reviennes.

Il t’a pardonné alors qu’il t’a trouvé nu dans un lit avec un autre comme c’était le cas pour moi. Pourquoi revenir avec toi alors que dans mon cas il n’a rien voulu savoir ?»
-Myriam: « C’était toi. Tu as tout manigancé. J’aurais dû m’en douter. Mais comment as-tu fait ? »

-Maman: « Tu devrais nous laisser nous en aller Sarah. Tu as perdu la tête. Tu veux gâcher ta vie en la tuant »
-Sarah: « Tu as tué quelqu’un toi pourtant ta vie a continué de la meilleure façon qui soit »
-Moi :« QuoiI ?. De quoi parles-t-elle maman ? »
-Maman : « Je n’en sais rien. Tu vois bien qu’elle n’a pas toute sa tête en ce moment »

-Sarah : « Pas la peine de me faire passer pour folle, j’ai toute ma tête. Sais-tu que ta chère mère m’a aidé à piéger ta femme il y a trois ans. Myriam, tu dois te demander comment les sms que tu as vu ont disparu pour en faire place à d’autre. Je vais te le dire comme dernière faveur que je t’offre. J’ai un ami qui travaille dans les télécoms et qui me devaient une faveur et je l’ai réclamé.

D’abord Brigitte ici présente a envoyé le message depuis le portable de son fils puis l’a supprimé. Tu te souviens Erick tu étais avec elle ce jour-là. Bien sûr Myriam l’a reçu de toi comme elle a dû te le dire. Elle t’a même répondu. Mon ami qui travaille au niveau des serveurs de stockage des données mobiles a modifié le message venant de toi pour le mettre au nom de Junior.

De même on a modifié ce message une seconde fois pour l’envoyer à Junior de la part de Myriam au cas où elle chercherait à prouver son innocence.
Je n’aurais pas pu faire ça sans l’aide de ta mère. C’est elle qui m’a soufflé ce plan sans faille. Elle avait l’idée et j’avais la personne. Bref Nicole voulait se venger de sa sœur donc je l’ai contacté pour l’endormir puis la déshabiller et la mettre dans le lit. J’aurais pu le faire mais si ta femme m’avait vu tu saurais que c’est un coup monté n’est-ce pas Erick ?.

Ensuite Junior n’a plus eu qu’à venir se glisser dans le lit et faire semblant d’avoir couché avec elle et le tour est joué.
Je savais qu’après m’avoir trouvé dans notre chambre avec un homme, tu ne pourrais pas pardonner à Myriam. J’avais réussi mon coup. Si tu ne m’avais pas repoussé une nouvelle fois pour aller la retrouver on n’en serait pas là ».

Je n’en voulais pas à Sarah mais à ma mère. Elle est responsable de tout. J’avais confiance en elle, je l’estimais et j’aurais tout fait pour elle mais elle ne trouve rien à faire que de gâcher mon mariage.

Tous ces pleurs parce que Myriam lui a fait ci ou ça c’était que du cinéma. Elle me mentait depuis tout ce temps. Elle me faisait croire qu’elle faisait des efforts pour l’accepter alors qu’elle complotait contre moi son propre fils derrière mon dos.

-Moi :« Comment as-tu pu faire ça maman ? »
Elle ne répondait pas.

Toute façon que va-t-elle me dire ?.

-Sarah :« Elle a fait bien pire. Tu es loin de connaître ta mère. C’est une très grande actrice. Elle vous mène en bateau toi et toute ta famille depuis des années. D’ailleurs elle a omis de te dire que ton père n’est pas ton vrai père ».

Waouh

-Moi :« C’est impossible. Arrête de mentir. Je suis la copie de mon père »
-Maman :« Ne l’écoute pas Erick »
-Sarah : « C’est parce que le hasard a joué en faveur de ta mère. Que tu ressembles à ton père n’est pas étonnant puisque vous avez le même sang »
-Moi :» Ça veut dire quoi ?. Maman de quoi parle-t-elle ? »

-Maman :« Sarah arrête ça tout de suite. Tu ne sais rien de moi. Ferme la »
-Sarah :« C’est ce que tu crois. Je sais plus de chose sur toi que tu ne le penses. Et si je dis que ton fils n’est pas de ton mari c’est que c’est vrai et tu le sais »
-Moi :« Arrêtez ok. Ça suffit. Dites moi la vérité tout de suite »
-Sarah:« Je ne sais pas si tu te souviens de ton oncle Felly. Il a dû mourir quand tu avais cinq ou six ans »

-Moi :« Comment le connais tu toi ? »
-Sarah:« Je te le dirai bientôt mon chéri »
-Maman: « Sarah  »
-Sarah:« Quoi ?. Tu veux que je te laisse lui dire, pour que tu déformes la vérité comme tu l’as toujours fait, pas avec moi.

Bref comme il n’était pas net c’était facile de mettre son meurtre sur le dos des bandits avec qui il traînait mais en réalité c’est ta mère qui l’a tué parce qu’il allait révéler que c’est lui ton véritable père »

J’ai regardé ma mère sans la reconnaître. Pendant toutes ces années elle a le meurtre de son propre beau frère sur la conscience et ça ne l’a pas dérangé de vivre avec ça. Comment a-t-elle pu ?. Je me souviens que ma grand-mère est morte de chagrin ne se remettant pas du meurtre de son fils ?.

Maman la voyait pleurer pour son fils. Elle a consolé mon père quand elle pleurait la mort de son petit frère sachant que c’est elle qui l’avait tué. Comment peut-on être sans cœur et manipulatrice à ce point ?.

Je la fixais pendant qu’elle pleurait. D’habitude je déteste la voir pleurer mais là ça ne me touche même pas. Je croyais la connaître mais j’étais loin du compte.
-Maman:« Sniff. Je l’ai fait pour toi Erick »

-Moi :« Je t’interdis de me dire que tu as tué un membre de famille pour moi. Comment peux-tu être aussi mauvaise ? »
-Sarah: « Bon on perd du temps. Tu sais pourquoi elle l’a tué ?. Parce qu’il ne voulait pas que tout monde sache que c’est lui ton père ».
-Moi :« Est-ce que c’est vrai »

-Maman en pleurant :« Je suis désolée que … »
-Moi en colère : « Répond ma question !»
-Maman :« Oui, Felly est ton vrai père »
-Moi :« Pourquoi maman ? Cela fait plus 33 ans que tu me mens. Comment as-tu pu ? »

-Maman :« Je n’avais pas le choix Erick. Tu crois que ça ne m’a rien fait de le tuer. J’étais amoureuse de lui. Quand ton père me l’a présenté je suis tout de suite tombée folle amoureuse de lui ».
-Moi :« Comment peux-tu dire ça alors que tu nous disais tout le temps à quel point tu aimais papa.

Tu as fait tout un scandale quand il a eu une relation hors mariage alors que tu faisais semblant de l’aimer »
-Maman: « J’aimais ton père Erick mais j’aimais encore plus Felly. On se voyait en cachette même après que je me sois mariée à ton père. J’arrivais à jongler jusqu’à ce que je tombe enceinte de toi »

C’est répugnant. Comment peut-elle coucher avec deux frères ?.
Elle me dégoute
-Maman :« Felly a exigé que je quitte ton père pour lui mais quel avenir il pouvait nous offrir. Ton père avait son propre entreprise alors que Felly ne réussissait même pas à garder un travail et dépenser tout son argent pour de la drogue.

Ton grand-père l’avait renié alors que pouvait-il nous donner ?. Même ton père l’a engagé mais il a osé arriver soûl au bureau et il l’a viré. Il me demandait de choisir entre un avenir sans besoin et une vie incertaine avec lui. Il pouvait mourir à tout moment vu tout ce qu’il prenait. Je deviendrai quoi moi après surtout que plus personne ne voudrait de nous si ça c’était su. Et Felly s’entendait déjà mal avec sa famille.

J’ai décidé de le quitter sans lui dire que j’étais enceinte. Je savais qu’on ne pourrait pas dire que tu ne ressembles pas à Joseph Ngono puisque vous avez les mêmes gènes. Tout se passait bien. Je n’étais pas folle de ton père mais lui l’était et il s’occupait bien de nous donc je n’avais pas à me plaindre. J’avais mis cette histoire au placard même si j’étais toujours amoureuse de ton oncle. Il a changé après. Il a arrêté ses sales magouilles et toutes ses mauvaises choses qu’il prenait.

Il avait même rencontré une autre femme. Il a fallu qu’il exige que je dise à tous que tu es son fils pour pouvoir passer plus de temps avec toi en tant que père. J’ai refusé, je ne pouvais me le permettre. Il a commencé à menacer de tout révéler. Je n’avais pas le choix.

Je ne pouvais pas le laisser gâcher tout ce que j’avais construit, détruire ma famille. J’ai essayé de le faire revenir à la raison mais il n’a rien voulu comprendre. Je n’avais pas le choix Erick »
Je ne disais rien mais mon silence en disait long sur ce que je pense d’elle.
Je la hais en cet instant.

Du coup, je lui ai posé la question qui me brulait les lèvres
-Moi :« Est-ce que papa savait ? »
-Maman :« Non il ne savait pas. Il a découvert le jour de sa mort je ne sais comment. Il est venu me demander si c’était vrai . Quand je lui ai confirmé il a fait la crise cardiaque qui l’a tué sniff»

J’ai juste senti une larme roulée le long de ma joue. Elle m’a fait croire que c’est parce qu’il se discutait au sujet de Myriam qu’il est mort alors que ce sont ses mensonges qui l’ont tué.

Je crois que ce n’est pas possible de détester une personne autant que je déteste ma mère en ce moment.

-Sarah: « C’est moi qui le lui ai dit de la même façon que j’ai informé Erick des bêtises de sa femme, un simple sms anonyme et le tour était joué »
-Moi :« Je te déteste Brigitte »
-Maman:« Non Erick sniff. J’ai fait tout ça pour que tu puisses avoir la vie que tu as aujourd’hui. Ne me déteste pas »

-Moi :« Ne me mêle pas à tes horreurs. Tu ne l’as pas fait pour moi mais pour garder le confort que t’offrais l’argent de mon père. Tu es méprisable. Tu es morte pour moi désormais et j’attend que tu me considères pareillement »

-Maman :« Non mon bébé. Je ne peux faire ça. Je t’aime Erick ».
-Moi en pleurant:« Ne me dis jamais ça. Tu n’aime personne »
-Sarah :« Calmez vous. Vous réglerez vos problèmes après »
-Maman : « Tu me paieras ça Sarah. Avec tout ce que j’ai fait pour toi c’est… »

-Sarah :« Tu n’as rien fait pour moi. La femme qui a rendu Felly meilleur c’était ma mère. Elle l’a changé et a fait de lui un homme digne de ce nom. Ils allaient se marier mais il a fallu que tu t’en mêles. Tu as tué l’homme qu’elle aimait. Mon père lui a mené la vie dure et elle avait enfin trouvé son bonheur avec Felly. Tu as gâché sa vie.

Je la voyais pleurer tous les jours à cause de toi. Elle me disait qu’elle était triste que tonton Felly soit parti. Je ne connaissais pas le fond de l’histoire. Elle m’a tout expliqué quand je lui ai présenté Erick et qu’elle a su que c’était toi sa mère. Tu pensais que personne ne savait qui était le père d’Erick mais tu te trompais. Felly en avait parlé à ma mère et le jour où tu es arrivée chez lui il parlait au téléphone avec ma mère.

Il avait le téléphone posé pour aller t’ouvrir sans raccrocher, ce qui fait qu’elle a entendu votre dispute et les coups de feu. Ma mère n’arrêtait pas d’enchainer dépression sur dépression. J’ai failli devenir orpheline plusieurs fois à cause de toi. J’ai passé mon enfance à essayer de garder ma mère en vie. Au lieu de sortir avec mes copines et m’amuser je passais mon temps à surveiller ma mère. Alors tu n’as rien fait pour moi si ce n’est me voler mon innocence »

J’ai honte qu’elle soit ma mère. C’est en partie de sa faute si Sarah est la personne mal dans
sa tête qu’elle est.

J’ai presque défait mes liens. Je n’avais pas arrêté d’essayer de les enlever pendant que Sarah parlait.
J’ai les poignets en sang mais j’y suis presque.

Myriam a déjà perdu beaucoup de sang. Il faut que je la sorte de là.

 SUIVRE…

Share this:

Laisser un commentaire