couples-mixtes
73 / 100

Nous vous proposons l’épisode 16 de votre histoire d’amour: “le destin de Myriam” en espérant que les intrigues de Jeune filles Comme Myriam et Nicole vous font plaisir. Bonne suite de lecture et ne manquez pas de partager avec vos amis et dans vos fora ou groupes sociaux.

Destin de Myriam: Episode 16

lice :
J’étais dans le salon avec Jordan qui était passée me voir avec une grosse boîte de pâtisseries. 
Non mais mon homme me connait trop bien quoi. En même temps il adore manger encore plus que moi donc ce n’est pas pour me déplaire.

-Moi :« Tu sais trop comment me faire plaisir mon bébé »
-Jordan:« C’est pour ça que je suis là. Tu es la seule fille que je connaisse qui n’a pas peur de dire qu’elle aime manger »
-Moi :« J’aurai peur pourquoi ?. J’assume mon corps et je me sens bien comme je suis. Je suis peut-être pas mince mais je suis en très bonne santé ,alors je me prive pourquoi ?. De toute façon je fais du sport pour équilibrer mon poids »

-Jordan: « C’est bien et je t’aime comme tu es. Où sont mes Myriam d’amour ? »
-Moi :« L’une est partie voir ton pote et l’autre est entrain de dormir ».
-Jordan:« Pas de chance pour moi»
-Moi :« Ne t’inquiètes pas je vais bientôt réveiller la petite sinon elle ne nous laissera pas dormir cette nuit. Myriam elle, je ne sais pas quand elle rentre »
-Jordan :« Mais laisse la dormir »
-Moi :« Tu peux dire ça parce que ce n’est pas toi qu’elle va embêter après. Humm délicieux »

-Jordan :« Quelle gourmande tu fais » 
-Moi :« Oh laisses moi manger. 
Tu viens à la messe avec nous dimanche ?»
-Jordan :« Bien sûr, je passerai vous prendre. A propos de ça ,elle est croyante Myriam »
-Moi :« Elle est musulmane mais elle ne pratique pas. Elle ne croit plus en Dieu »

A Lire aussi:

-Jordan :« Waouh, c’est fort quand même. Il lui est arrivé quoi ? »
-Moi :« Oh les aléas de la vie. Ce n’est pas à moi de te parler de sa vie »
-Jordan :« Je comprends »
-Moi :« C’est trop bon. J’en garde une partie pour demain »
-Jordan: « Tu ne parles que de manger. Change un peu »
J’allais répondre quand Myriam est entrée.

Avant que j’aie le temps de comprendre , elle nous a dépassé et est allé dans sa chambre. 
Il s’est passé quoi, Junior a fait quoi à ma Myriam?.
Je me suis levée pour aller la voir mais elle a fermé la porte à clé. 
J’ai tapé plusieurs fois mais rien. Je suis allée chercher le double dans la cuisine pour ouvrir mais elle a laissé les clefs derrière la porte donc je n’ai pu l’ouvrir. J’ai encore tapé mais elle ne répondait pas
-Moi :« Myriam, Chérie ouvre la porte »
-Myriam :« … »

-Moi :« Ouvre s’il te plait ma puce. Je veux juste voir si tu vas bien. Je te laisse tranquille après si tu veux »
-Myriam :« … »
-Moi :« Chérie parle-moi s’il te plait. Tu ne fais rien de stupide au moins. Ouvre la porte ma chérie »
J’ai entendu des pleurs à travers la porte et ça m’a fendu le cœur parce que j’ai compris que si elle était dans un état pareil, c’est parce que ça ne s’est pas bien passé avec Junior.

Non mais ce mec vraiment je savais qu’il la fera souffrir. Quand je le disais personne ne me croyait, voyez le résultat vous-même.

-Jordan:« Tu devrais la laisser se calmer un peu. Elle te parlera quand elle se sentira capable »
-Moi :« Non ,je ne peux pas la laisser pleurer sans rien faire. laisse-moi gérer stp »
-Jordan :« Calme-toi. Ça ne sert à rien de t’énerver contre moi ».
-Moi :« Je m’énerve si je veux. Tout ça c’est vous »
-Jordan:« j’ai fait quoi ?».

-Moi :« Tu es un homme voilà ce que tu as fait. Vous êtes tous pareils. Quand c’est sucré vous êtes là mais dès que les problèmes se pointent vous vous barrez. Honte sur vous »
-Jordan:« Je crois que je vais rentrer hein. Quand tu te calmeras tu m’appelles »

-Moi :« Pas si vite. Appelle l’imbécile qui te sert d’ami là et demande-lui ce qu’il a dit à ma sœur »
-Jordan:« Hein ; tu veux te mêler dans des histoires de couple ?. Tu ne penses pas qu’il faudrait les laisser régler ça seuls ? »
-Moi :« Oh appelle seulement et arrête de poser des questions. 
Moi je sais ce qui se passe »

-Jordan :« Mets-moi au courant dans ce cas »
-Moi :« Je t’ai dit ce n’est pas à moi de te dire. Appelle et mets sur haut-parleur pour que j’entende »
-Jordan :« les femmes et leurs cachotteries ».

Il a composé et l’autre con a décroché après quelques sonneries
-Junior:« Allô »
-Jordan:« Hé mec ça va ?»
-Junior:« ça peut aller »
-Moi :« On s’en fout de comment il va. Tu as fait quoi à Myriam pour qu’elle soit dans un état pareil ? »

-Junior:« Pourquoi tu ne lui poses pas la question directement. 
Je n’ai plus rien à faire avec elle donc je n’ai rien à te dire »
Jordan :« Waouh il s’est passé quoi man. Je pensais que tout allait bien entre vous »
-Junior:« Demande à Alice. Elle doit connaitre l’histoire. Bon je vous laisse »
Il a raccroché avant qu’on ait fini de lui parler.

-Jordan :« lice tu ne crois pas qu’il serait temps que tu m’expliques ?»
-Moi :« Je vais t’expliquer après. Tu peux me conduire chez lui ?»
-Jordan:« Tu cherches à créer plus de soucis Alice. Laisse-les régler ça »
-Moi :« Conduis-moi s’il te plait. Myriam ne sortira pas de là alors le seul qui peut me renseigner c’est lui. 
S’il te plait je veux juste lui parler »
-Jordan:« Bon on y va mais tu me promets de ne pas faire de scandale là-bas »
-Moi :« Okay. Je reviens »
Je suis allée me changer vite; j’ai déposé ma fille chez la nounou en lui disant que c’est pour une urgence.

Une vingtaine de minutes après on était chez monsieur jolies lèvres. 
Jordan a sonné trois fois avant qu’il ne vienne ouvrir
-Junior:« Ah c’est toi. J’ai cru que l’autre folle était venue »
-Moi :« L’autre folle est là ».

-Junior:« Tu veux quoi ?. Vous ne pouvez pas me ficher la paix ?»
-Moi :« Tu me parles sur un autre ton ok. Je ne suis pas ton amie. Tu crois que je viens te voir par courtoisie»
-Junior:« Je m’en fous du pourquoi tu es là. 
Retourne avec ta pute et laisse-moi tranquille. 
ça se trouve que tu es toi aussi une catin. Après tout ,qui se ressemble s’assemble »

Je lui ai giflé. Pour qui il se prend pour se permettre de m’insulter ?
-Moi :« Non mais tu te prends pour qui espèce d’imbécile ?. Qui t’a donné le droit de me parler de cette manière ?. Et je ne te permettrai pas de l’insulter connard »

-Junior :« Tu me traites de connard une nouvelle fois et je… »
-Moi : « Tu quoi ?, tu vas me faire quoi Junior ? . Tu crois que tu as le droit de la traiter de pute. Tu sais au moins ce qui l’a poussé à faire ça ?»
-Junior :« Cela ne m’intéresse pas »
-Moi :« Si tu t’étais fait violer et que par la suite ton père te jette à la rue sans un sou, enceinte de surcroit sans personne pour t’aider à t’en sortir tu aurais fait quoi à sa place ?»

-Junior:« Sûrement pas de la prostitution. Rien ne justifie ce qu’elle a fait et désolé mais je ne vais pas passer ma vie avec une trainée. Je veux un exemple pour mes enfants et elle ne l’est pas »

-Moi :« Tu peux le dire parce que tu n’auras jamais à être à sa place. Moi je la comprends parce que j’ai vécu une partie de ce qu’elle a vécu et j’ai eu la chance de tomber sur elle. Elle n’a pas eu cette chance donc elle s’en est sortie comme elle le pouvait.

Myriam est une femme en or et je te jure que tôt ou tard tu regretteras comment tu l’as traité. La seule erreur qu’elle ait faite dans sa vie c’est de tomber amoureuse d’un inhumain de ton genre. J’espère pour toi que tu n’auras jamais la femme parfaite que tu cherches. Reprends ton Nicole parce qu’il n’y a qu’elle que tu mérites ».

Jordan n’avait pas pipé mot depuis le début, sûrement dépasser par les évènements. 
Il ne doit pas comprendre grand-chose le pauvre, mais j’étais trop énervée pour me soucier de lui
-Moi :« Jordan ramène-moi. Je n’ai plus rien à faire ici »
-Jordan :« Euh… OK. Toi et moi on a des choses à discuter Junior. Je dépose la dame et je reviens »
-Junior : « Oui c’est ça »
-Moi : Bon, on y va ».

Il a démarré et on est parti. 
Il m’a proposé de garder la petite Myriam une fois à la maison, donc je suis partie préparé son sac avant d’aller la récupérer chez la nounou.
Je l’ai ensuite remise à Jordan avec dix millions de recommandations.
Je ne m’inquiète pas trop, ils s’aiment bien tous les deux, donc ils vont s’en sortir. 
En plus Myriam est un bébé calme.
Il m’a embrassé avant d’y aller. Je les ai regardés partir avant de monter.

J’ai dû batailler dur pour que Myriam n’accepte d’ouvrir la porte. J’ai eu pitié d’elle quand je l’ai vu. Elle avait tellement pleuré qu’elle avait les yeux bouffis. 
Elle est retournée dans son lit où je l’ai rejointe. Les mots ne servent à rien. Quoique je lui dise elle ne se sentira pas mieux parce que se faire insulter puis larguer par l’homme qu’on aime c’est très difficile à vivre. 
Donc je me suis contentée de la prendre dans mes bras et de la laisser pleurer jusqu’à ce qu’elle s’endorme.

Je suis restée avec elle toute la nuit. 
Le lendemain ,je l’ai laissé pour aller me doucher et lui préparer un petit-déjeuner mais elle n’a pas voulu y toucher.
-Myriam :« Je n’ai pas faim. Tout ce que je veux c’est dormir »
-Moi :« D’accord. Je te laisse tout ça ici. Tu mangeras toute à l’heure ».
-Myriam:« Tu vas mieux toi ?»

A Lire aussi:

-Moi :« Oui beaucoup mieux. Je peux aller ouvrir la boutique si tu veux »
-Myriam :« Ok c’est gentil , parce que là je n’ai pas la force de voir les gens exhiber leur bonheur »
-Moi :« On parlera ce soir, d’accord ?»
-Myriam :« Ok, bonne journée ».

La journée à la boutique est passée assez vite parce que les clients n’ont pas arrêtés de venir. Myriam a de la chance coté business ,à défaut d’en avoir côté cœur et je suis contente pour elle. 
J’ai pu rappeler les tailleurs et ils ont tous accepté de venir travailler pour nous.

Il ne reste que les locaux dont s’occupe Myriam et on pourra commencer notre petit business qui je l’espère fleurira. 
En fin de journée j’ai eu une cliente qui croyez-moi n’aurait pas dû mettre les pieds dans cette boutique.

Je suis sûre qu’elle est venue narguer Myriam, mais elle n’a pas de chance car c’est lice qui est sur place
-Nicole:« Oh c’est la grosse qui est là aujourd’hui. J’imagine que Myriam est entrain de pleurer sa mère dans son lit. Pauvre chou c’est vraiment dommage que son mec l’ait jeté. Mais qui voudrait d’une pute dans sa vie ? Si tu la vois dis-lui qu’on ne me menace pas »

Je lui ai sorti une de mes sourires bêtes. Elle me regardait sans comprendre mais je continuais toujours à sourire.
-Nicole :« Mais tu es aussi débile que tu es grosse. Bon ciao »
-Moi :« Attends »
-Nicole: « Quoi ? »

Je lui ai mis une claque tellement forte que ça l’a fait reculer. 
Ses oreilles ont dû siffler parce que celle-là elle l’a bien senti. Avant qu’elle puisse se remettre je lui en ai mis une autre. 
Ça l’a étourdi donc j’en ai profité pour l’attraper par le tissage et le trainer hors du magasin. C’est à ce moment qu’elle a commencé à se débattre à crier comme une dingue, mais je la tirais toujours pour la faire sortir. 

J’aurais pu m’arrêter là mais madame m’a donné un violent coup de coude. 
Alors là elle m’a vraiment énervé. Je lui ai poussé très violemment et elle est tombée sur le sol, puis je me suis assise sur son ventre. 
Elle a dit que je suis grosse, eh ben, je vais lui montrer combien mon corps pèse lourd.

-Nicole:« Lève-toi connasse , tu m’empêches de respirer »
-Moi :« C’est qui la connasse sale pute. Ça c’est pour toutes les fois où tu m’a traité de grosse (Bam une gifle), cette deuxième c’est pour ta méchanceté envers les autres (Bam une autre) et toutes les autres sont pour Myriam »

Comme je voulais qu’elle sente bien les coups , je me suis décalée de son ventre. Je lui ai enchaîné tellement de coups que j’en ai oubliés moi-même le nombre. 
Je l’ai frappé simplement pour lui faire ressentir la douleur qu’elle a infligée à Myriam. Elle criait mais je continuais.

J’allais continuer si quelqu’un ne m’avait pas soulevé brusquement
-Jordan:« Mais tu es folle Alice. Tu veux défigurer la pauvre fille »
-Moi :« Elle le mérite. Ce n’est qu’une garce aigrie qui emploie toute son énergie à faire de la vie de Myriam une misère ».

Je n’avais pas remarqué que je l’ai bien griffé. Elle avait le nez en sang et la lèvre inférieure fendue. Je m’en fous des conséquences. 
Elle a cherché palabre elle a trouvé. 
Je dis même qu’elle a de la chance que je ne lui ai pas tordue le coup.
-Jordan :« Et tu crois régler tout ça en te battant ?»

-Moi :« Qui est-ce qui s’est battue ici ?. Tu m’as vu me battre avec quelqu’un. Non je ne me suis pas battue Jordan, je l’ai tabassé bien comme il faut. Tu crois qu’elle est de taille contre moi ?»
-Jordan :« Arrête Alice. Tu diras quoi à ta fille quand elle se battra à l’école. Comment pourrais-tu lui dire que la violence ne résout rien. Tu es une mère lice ,alors penses-y avant de faire une autre connerie de ce genre »
Il s’est ensuite tourné vers elle 

-Jordan:« Je suis vraiment désolée pour tout … Nicole »
-Nicole :« Oh toi, tu la fermes. 
Tu as de la chance Alice. Tu m’as prise par surprise mais…»
-Moi :« Tu veux peut-être qu’on recommence ?»
-Jordan:« Non, arrête. Nicole sors d’ici sinon je la laisse finir ce qu’elle a commencé. Tu mérites bien ce qu’elle t’a fait »
Elle a ramassé ses affaires avant de sortir.

Eh ben, j’ai fait ma part , le reste là c’est à Myriam de le régler.

À SUIVRE..

Share this:

Laisser un commentaire