Histoire d'amour: Le destin de Myriam (épisode 21) 1
66 / 100

Nous vous proposons l’épisode 19 de votre histoire d’amour: “le destin de Myriam” en espérant que les intrigues de Jeune filles Comme Myriam et Nicole vous font plaisir. Bonne suite de lecture et ne manquez pas de partager avec vos amis et dans vos fora ou groupes sociaux.

Le destin de Myriam: épisode 21

Je ne savais pas quoi faire, puis j’avais commencé à pleurer.
Jordan est venu m’essuyer les larmes après avoir quitté la table à laquelle il s’était adossé. 
Je ne m’attendais tellement pas à ça. Cela fait que quelques mois qu’on est en couple et jamais j’aurais pensé qu’il puisse me demander en mariage maintenant, même si je commençais à m’imaginer ce que serait la vie avec lui.

Je suis émue et heureuse; d’ailleurs il a dû faire beaucoup d’effort pour organiser tout ça. 
C’est la meilleure surprise qu’on ne m’ait jamais faite. 
J’ai la chance d’être tombée sur cet homme, la chance qu’il ne m’ait pas lâché malgré toutes les méchancetés que je lui disais. J’ai la chance qu’il ait tenu bon jusqu’à me faire tomber folle amoureuse de lui. Bref j’ai de la chance d’avoir mon prince harceleur.

-Jordan :« Mais arrête de pleurer »
-Moi :« oui ,c’est trop beau »
-Jordan: « oui, je sais »
-Moi :« Eh arrête de te moquer de moi »
-Jordan:« Mdr comment tu peux pleurer et rire en même temps ?. Tu es trop bizarre »
-Moi :« C’est ça qui te plait même »
-Myriam :« vous êtes incroyable. Même ce moment vous arrivez à le gâcher avec vos discussions insensées »
-Jordan :« Ah oui c’est vrai »

A Lire aussi:

Il s’est agenouillé et a ouvert la boite avant de lever la tête vers moi
-Jordan:« Je sais que ça ne fait pas longtemps qu’on se connait et que certains trouveraient tout ça assez précipité, mais j’ai compris depuis la première fois que je t’ai vu que tu étais la femme que j’attendais depuis tout ce temps.

J’ai envie de me lever et me coucher tous les jours à tes côtés, que tu sois la mère de mes enfants et celle sur qui je me repose et à qui je me confie. Même si tu as un sale caractère et que tu m’énerves dès fois je t’aime et je voudrais que tu deviennes ma femme en plus de ma tigresse. Alors lice Françoise veux-tu me faire l’honneur de m’épouser ? »
-Moi :« Non »

Je l’ai vu écarquiller les yeux. 
J’avais envie de pouffer de rire.
Ah je suis mauvaise hein de faire cette frayeur à l’enfant d’autrui ,mais ça c’est pour me venger de comment il m’avait traité au restaurant vous vous souvenez, il m’avait dit qu’il ne peut pas continuer de me courir derrière car je ne suis pas la seule femme au monde.

-Myriam :«Comment ça non ?»
-Jordan :« Oui comment ça non ?»
-Moi :« comme tu as dit c’est précipité et j’ai envie de prendre mon temps. Je n’ai que 22 ans alors je suis trop jeune pour me marier »

-Myriam :« Il ne manquait plus que ça »
Il s’est levé avant que je finisse ma phrase
-Jordan :« Tu sais quoi, tu m’as soûlé. Quand tu seras assez vieille pour te marier prie pour que je sois toujours là »

-Moi :« Mais tu te fâches pourquoi ?. Mariage même est-ce que c’est forcé ?. Tu as demandé j’ai répondu »
-Jordan :« Tu te rends compte de la situation j’espère. 
Eh ben, je m’en vais avant de commettre un….»
Avant qu’il termine sa phrase, je l’ai embrassé. Tout le monde au restaurant était entrain de nous regarder et rire
Puis je lui ai dit
-Moi :« Mais calme-toi bébé, je plaisantais. J’accepte avec le plus grand honneur de devenir madame Silla. 

Je te dis ouuiii mille fois mon amour »
-Jordan en souriant :« Tu sais que tu es complètement folle. Ne fais plus jamais ça »
-Moi :« Oui je sais. Tu me donnes cette bague alors »
Il l’a enlevé de son emplacement et me l’a mis au doigt.

C’était une simple bague en or blanc surmonté d’une petite pierre précieuse et c’est cette simplicité qui fait sa beauté.
-Moi :« Elle est magnifique. Merci mon prince harceleur »
-Jordan:« oh!  arrêtes de m’appeler comme ça »
Je l’ai encore embrassé pour le faire taire et lui montrer à quel point j’étais ravie. 
Je vais devenir sa femme vous vous rendez compte. 

Moi aussi j’ai droit au bonheur après tout ce que j’ai vécu
-Myriam en riant:« vous êtes spéciaux tous les deux. Félicitations mes amours »
-Moi :« Merci ma chérie »
-Jordan:« Merci mon amour pour ton aide »

-Myriam :« Mais il n’y a pas de quoi. Bon je vous laisse fêter ça en amoureux. 
Je m’occupe de la petite. Amusez-vous bien »
Elle nous a embrassés puis j’ai fait un gros bisou à ma fille qui me sortait des « dadadadada » puis elles sont parties.

-Jordan:« Madame. Si vous voulez bien me suivre »
Il m’a tendu la main et je l’ai prise. Il m’a conduit à la table puis m’a tiré la chaise pour que je puisse m’asseoir . 
Il a appuyé sur un bouton et une serveuse que je n’avais pas vu jusqu’à présent est venue avec la nourriture.

-Serveuse :« Bon appétit et félicitations »
-Jordan:« Merci ».
Elle est retournée dans les cuisines pendant que je regardais mon fiancé avec le sourire jusqu’aux oreilles
-Jordan :« Tu souris comme ça pourquoi ? »
-Moi :« Je suis heureuse »

-Jordan : « Ravi de le savoir. Je suis heureux puisque tu l’es ».
J’ai pris ma fourchette pour faire honneur au plat devant moi
-Moi :« Humm délicieux. Tu connais trop les bonnes choses »
-Jordan :« Lool j’aime les femmes qui ont de l’appétit »
-Moi :« Il y a une chose que je ne comprends pas »
-Jordan :« Laquelle ? »

-Moi :« Pourquoi avoir attendu un lundi pour faire ta demande. Ça aurait été mieux pendant le week-end non ? »
-Jordan :« Il y a un jour précis pour demander sa petite amie en mariage ? »
-Moi :« Non. C’est juste que si tu avais demandé un samedi par exemple on aurait eu le reste du week-end pour roucouler en amoureux. Je t’aurais dit oui à ma manière ,si tu vois ce que je veux dire »

A Lire aussi:

-Jordan:« Humm, tu es coquine mon coeur »
-Moi :« Moi ?, mais Non. C’est plutôt toi qui as l’esprit tordu »
-Jordan:« Loool c’est parce que je pars en voyage d’affaire mercredi pour tout le reste de la semaine et je voulais te le demander avant et puis le restaurant n’a accepté de nous le réserver qu’un jour de semaine donc voilà »
-Moi :« Oh et tu rentres quand ? »
-Jordan : « Normalement je devais rentrer samedi mais je vais passer voir Junior et rentrer le lundi matin »

-Moi :« Je ne vais pas te dire de le saluer de ma part , mais bon comme c’est ton ami là je vais être polie et ne pas l’insulter. 
Alors tu as organisé ça tout seul ?»

-Jordan:« C’est quoi cette question ?. Tu n’aimes pas ? »
-Moi :« Si ,c’est magnifique, mais bon comme je sais que la plupart des ivoiriens n’ont pas une once de romantisme dans le sang tout ça me surprend »
-Jordan :« Oh tu me vexes là. Je suis le romantisme même »
-Moi :« Allez, avoue. Je te connais »

-Jordan :« Ok. C’est Myriam qui a fait tout ça mais j’ai donné mon avis. J’ai dit que c’était bien fait et j’ai choisi la bague »
-Moi : « waouh  bravo mon chéri. Peu importe je suis très touchée que vous ayez fait tout ça pour moi ».

On a terminé notre dîner dans une ambiance bonne enfant, puis on est allé se promener en amoureux à la plage avant de rentrer. 
Il m’a déposé vers minuit chez moi parce que si on va chez lui , je sens qu’on n’ira pas au boulot demain. 
Je lui ai souhaité bonne nuit à ma façon avant de sortir de la voiture à contre cœur.

De l’autre côté Nicole disait : 
On était samedi et comme mon imbécile de père l’a souhaité ,on est obligé de rester à la maison ce jour-là pour prendre le repas ensemble. 
Ça c’est gâché le samedi des gens gratos. 

On mange la plupart du temps ensemble alors pourquoi nous imposer une chose pareille. Comme la bonne nous a fait un faux pas en donnant comme excuse qu’elle est malade, ce dont je doute fort, j’ai dû cuisiner. Comme tout bon ivoirien mon père a commandé un bon riz et les spaghettis.

Je venais de servir de repas et on était tous à table quand la sonnette a retenti. Mon frère est allé ouvrir pour revenir avec Amadou. 
Mais j’ai fait quoi à cet homme pour qu’il me harcèle de cette façon. Combien de fois dois-je lui répéter de ne plus mettre les pieds dans cette maison pour qu’il daigne enfin m’écouter. 
-Amadou:« Ah mais vous êtes à table. Si je l’aurais su , je ne serais pas entré ».

Eh ben voyons, tu n’aurais pas dû venir tout court. Je ne sais pas ce qu’il fait ici ,mais il n’a pas intérêt à parler de cette histoire. Déjà que je suis de mauvais poil depuis ma discussion avec les deux idiotes là alors si jamais il l’ouvre, je ne réponds plus de rien
-Papa :« Ne dis pas n’importe quoi mon fils. Tu es le bienvenu ici. Nicole amène lui un couvert pour qu’il mange avec nous »

-Amadou :« Oh non, ne vous dérangez pas. Je vais m’en aller »
-Papa :« Il en est hors de question. Tu restes manger. Nicole dépêche-toi un peu ».
Je me suis levée en lançant à Amadou un regard noir. 
Je peux même mettre du poison sur son plat, mais rassurez-vous, je ne l’ai pas fait même si ce n’est pas l’envie qui me manquait. 
Je lui ai ramené un couvert. Je l’ai servi avant d’aller rejoindre ma place

-Papa :« Alors Amadou quel bon vent vous amène dans ma maison ? »
-Amadou :« J’étais venu rendre visite à mes parents et je me suis dit que je pouvais passer vous dire bonjour avant de rentrer »

-Papa :« Tu as bien fait mon fils. C’est chez toi ici alors tu peux passer quand tu veux »
-Maman :« Il a raison. Ne te gêne pas pour passer nous voir »
-Amadou :« Je passerai plus souvent dorénavant. Ah Nicole tu as réfléchi à ma proposition ».
Il me cherche celui-là. 
Je n’ai même pas pris la peine de répondre. Soit il est bouché soit il se fiche royalement de moi

-Papa :« Tu ne réponds pas Nicole. Amadou t’a posé la question »
Mais de quoi je me mêle. 
Vraiment il y a des jours ou plutôt la plupart du temps où j’ai envie de frapper mon père
-Moi :« Je garde toujours la même position et je ne changerai pas d’avis »
-Maman :« Vous parlez de quoi ? »
-Moi :« De rien. Juste des choses de jeunes »
-Papa :« Vous aimez faire des cachotteries. Nicole tu en es où dans ta recherche de travail ? »

Mais il me fatigue celui-là avec son obsession de me faire travailler. Il ne peut pas me laisser respirer un peu. 
Je n’ai pas envie de travailler et ça lui coûte rien que je reste chez lui avec tout l’argent qu’il possède

-Moi :« J’ai déposé des CV mais je n’ai toujours pas de réponse »
-Papa :« J’espère que tu les as bien déposé »
-Mon frére :« Elle l’a fait papa. J’étais présent »
-Papa :« D’accord. Tiens moi au courant »

-Amadou:« Tu cherches du travail Nicole. Mon chef est entrain de chercher une remplaçante pour sa secrétaire qui a déposé sa démission. 
Tu pourrais me laisser ton CV pour que je lui passe »
-Papa :« Ah mais une excellente occasion ça. Tu devrais Nicole »

-Moi :« Je t’en donnerai après le déjeuner »
-Papa :« Parfait. C’est vraiment gentil à toi Amadou »
-Amadou :« C’est normal de s’entre aider. 
Nicole est comme ma sœur ,alors j’y peux lui donner un coup de main, ce serait avec plaisir »

A Lire aussi:

-Maman :« Tu es un bon garçon Amadou et je suis sûre que tes parents sont fiers de toi »
-Amadou :« Je l’espère en tout cas ».
Il y a eu un silence de quelques secondes avant qu’Amadou le rompe
-Amadou :« Vous avez lu les faits divers ces temps-ci ?»
-Papa :« Non pourquoi ? »

-Amadou :« Je trouve que les femmes sont de plus en plus sans cœur dans ce pays. Il y a pleins d’entre elles qui empoisonnent leurs coépouses et d’autres qui pourrissent la vie à leurs demi-sœurs. Vous en pensez quoi vous ? »

Il n’a quand même pas osé dire ça. Impossible d’être divin pour deviner à qui s’adressait ce message. Je me sentais visé. D’ailleurs j’ai fait tomber la cuillère que je tenais par surprise dès qu’il a fini sa phrase ,mais je me suis repris quand j’ai vu qu’Amadou nous regardait ma mère et moi à tour de rôle. 

J’ai jeté un coup d’œil à ma mère et l’anxiété se lisait clairement sur son visage. Son état s’est empiré quand mon père a répondu
-Papa :« Elles sont bonnes à pendre.

Si j’étais leur mari ou leur père, je les aurais sorti de ma maison. La méchanceté et surtout le meurtre n’est pas à récompenser mais à punir comme il se doit »
-Amadou :« Je suis du même avis que vous. Puis-je poser une question indiscrète qui me dérange depuis quelques temps ? »
-Papa :« Bien sûr. Tu es libre de demander ce que tu veux »
-Amadou :« Avez-vous des nouvelles de Myriam ? »

Il y a eu silence total après sa question ?. 
Myriam est le prénom tabou dans cette maison. Mon père n’a pas prononcé une seule fois son prénom depuis qu’il l’a jeté dehors. Et comme c’est lui le maître de maison nous aussi on avait pas le droit de parler d’elle. 

Cet Amadou a besoin d’être remis à sa place. 
J’étais sûre qu’il n’était pas venu pour rien. Toutes ces questions juste pour me faire stresser ,mais je dois avouer qu’il y arrive assez bien.
-Papa (sèchement) : « Elle est morte et même si elle était vivante je ne voudrais pas avoir à faire avec elle »

-Amadou:« Morte ?. Comment ça ?»
-Papa :« On nous a informés qu’elle faisait partie des naufragés du Bateau sauf qu’ils n’ont jamais retrouvé son corps »
-Amadou:« Vous êtes sûrs de ça parce que j’ai cru la croiser il n’y a pas si longtemps que ça »
-Papa :« ça devait être quelqu’une qui lui ressemblait »

Wow
Il cherche quoi là ? Je ne vais pas le laisser continuer parce que je n’aime pas du tout la tournure que prend cette discussion.
-Moi :« Si vous avez fini de manger je vais débarrasser et nous apporter le dessert »

Ils ont répondu qu’ils avaient fini de manger et avec l’aide de ma mère j’ai enlevé les assiettes sales pour aller les déposer à la cuisine.

On a entendu la sonnette en partant à la cuisine et quand on est revenu Myriam était là debout.
Du coup ma mère a failli faire une crise cardiaque.
Oh mon Dieu 

À SUIVRE…

Share this:

Laisser un commentaire