wedding-2264973_960_720
75 / 100

Histoire d’amour: Tu la fais pleurer. Tu veux tuer ma mère. Tu ne vois pas qu’elle est assez malheureuse comme ça pour que tu viennes en rajouter…

ÉPISODE 44  LE DESTIN DE MYRIAM

Cette sorcière s’est mise à pleurer.
Je la regardais, étonnée qu’elle puisse pleurer comme ça.
Si je ne m’étais pas retenue je l’aurais étranglé de mes propres mains.

-Elle: « Sniff j’essaie juste de faire la paix avec elle comme tu m’as demandé chéri ,mais comment veux tu que j’y arrive si elle m’insulte sans raison valable. J’en ai marre Erick »

-Moi :« Il ne manquait plus que ça ».
Non mais je rêve.

Que quelqu’un me sorte de ce cauchemar maintenant. Comment peux-t-elle mentir aussi effrontément étant en période de veuvage en plus.

Après ça elle ose se tenir devant Dieu pour prier. Je suis consternée par cette femme.
-Moi :« Tu ne crois pas à son cinéma là quand même Erick ? »

-Erick:« Cinéma ?. Je t’ai entendu je te rappelle »
-Moi : « Erick tu sais que… »
-Erick :« Tais toi. Je ne veux rien savoir »
-Moi :« Eh tu crois être le seul à savoir crier ici.
Tu ne me cries pas dessus ok. Je ne suis pas ton enfant »

-Erick:« Myriam ne me pousses pas au bout »
Je l’ai regardé et visiblement il n’avait entendu que la fin.

Je les ai laissé là et je suis partie m’enfermer dans ma salle de bain.

Erick m’énerve, il m’énerve vraiment. Je ne suis pas sûre de pouvoir supporter ça très longtemps.
Elle vient me persécuter jusque dans mon foyer et c’est à moi de payer les pots cassés. C’est injuste ça…

Je suis sortie de la salle de bain trente minutes après.
Il était assis sur le fauteuil dans notre chambre et apparemment c’est moi qu’il attendait. Je me suis dirigée vers le dressing sans lui jeter un regard.

-Erick: « Tu es devenue folle Myriam ?.
C’est ma mère que tu insultes, que tu traites de femme méprisable. Qu’est ce qui te prend de faire preuve d’un aussi grand manque de respect à son égard »
Mieux vaut que je ne réponde même pas sinon ça va partir en vrille.

J’ai sortie une mini jupe en jeans et un top puis je me suis dirigée vers mon tiroir pour y prendre des sous vêtements.

Je me suis dirigée vers la coiffeuse avec mes affaires. J’ai enfilé ma culotte puis je me suis assise sur le pouf. J’ai pris le pot de crème pour le corps et j’ai commencé à m’en enduire.

-Erick:« C’est à toi que je parle Myriam !»
-Moi :« Je t’ai dit de ne pas me crier dessus. Je ne suis pas ton chien !»

-Erick :« Alors je veux que tu réponds quand je te parle »
-Moi :« Tu ne parles pas, tu gueules ».
-Erick:« Tu cherches à m’énerver Myriam ».
-Moi :« Je pense que tu n’as pas besoin de moi pour ça »
-Erick:« J’exige que tu m’expliques ton impolitesse avec ma mère.

Tu te rends compte que tu l’insultes alors qu’elle a plus de deux fois ton âge. Tu la traites comme tu le fais pourquoi ? »

-Moi :« Parce qu’elle le mérite. Tu crois que ta mère est une sainte. Elle joue à la parfaite devant toi mais elle est loin de l’être. Elle est là que pour me séparer de toi »
-Erick:« Encore cette histoire. Tu n’as pas trouvé mieux pour te justifier »

-Moi :« Je l’ai entendu parler au téléphone avec ta sorcière d’ex-femme. Elles complotent pour me faire divorcer et tu veux que je reste sans rien faire ».
-Erick :« Ma mère est en deuil Myriam. Tu crois vraiment qu’elle a le temps de comploter contre toi.

Je ne permettrai pas que tu lui parles de la sorte »
-Moi : « Parce que moi j’ai le temps d’inventer des histoires.
Tu préfères croire ta mère plutôt que de me croire moi ta femme. Je vois à quel point ma parole a de la valeur pour toi »

A Lire aussi;

-Erick :« Oh stp ce n’est pas la peine d’aller dans le dramatique. Elle pleurait.
Tu la fais pleurer. Tu veux tuer ma mère. Tu ne vois pas qu’elle est assez malheureuse comme ça pour que tu viennes en rajouter »

-Moi :« Tu vas m’accuser de meurtre aussi. La mère m’accuse d’avoir tué son mari et de vouloir lui prendre son fils et le fils m’accuse de vouloir tuer sa mère. Dans quelle famille de dingue suis-je tombée ? »
Ma phrase ne lui a pas plu apparemment.

Il s’est mis à serrer les poings et à me regarder durement.
-Moi :« Tu es tellement en admiration devant ta mère que tu ne vois pas de quoi elle est capable. Elle manipule tout le monde ,toi en premier ,mais comme elle est parfaite à tes yeux c’est forcément moi la fautive ».
-Erick :« Peu importe. Je te prierai de mieux lui parler à l’avenir. Déjà parce qu’elle est ma mère et aussi parce qu’elle n’a pas le même âge que toi. Un peu de respect ne serait pas de luxe »

-Moi :« Quand on veut du respect on se respecte soit même d’abord. Si elle était chez elle, on n’en serait pas là à avoir cette discussion ».
-Erick :« C’est pour qu’elle s’en aille que tu lui parles de cette manière.

Tu me déçois Myriam ».
-Moi :« Eh bien je suis ravie de t’informer que la déception est réciproque ».
Il me regardait comme s’il ne me reconnaissait pas.

J’ai fini de m’habiller tranquillement et il me regardait toujours. Je ne sais si c’est toujours par étonnement ou par envie parce que ma mini jupe était vraiment très mini.

Et puis j’avais un décolleté sur mon top qui partait du coup au bas du dos. Je ne sais pas pourquoi j’ai choisi cette tenue.
La dernière fois que j’ai mis ça on était au bord de la mer à Pretoria.

-Erick :« Tu comptes porter ça tout le reste de la journée»

-Moi :« Oui pourquoi ? »
-Erick :« Tu vas porter ça en présence de ma mère ? »
-Moi :« Je suis chez moi donc je porte ce que je veux. J’en ai marre d’avoir ta mère ici.

Elle me pompe l’air. Même pour s’habiller il faut penser à elle.
La coupe commence à être pleine et je ne pense pas que j’attendrai qu’elle déborde. A un moment il faudrait que tu saches si c’est avec moi que tu veux vivre ou avec ta mère »

-Erick:« ça veut dire ?. Tu crois que tu es en position de me menacer Myriam. Je te trouve bien gonflée »
-Moi :« Je ne te menace pas. Je te dis mon état d’âme actuel.

Quand tu m’as demandé d’être ta femme tu ne m’as pas spécifié qu’il fallait que je vive avec ta mère aussi. Je ne suis pas mariée à ta mère et toi alors je ne pourrai pas partager cette maison plus longtemps avec elle ».

-Erick :« Si j’ai bien compris tu me demandes de choisir entre ma mère et toi. Je ne vais même pas continuer cette discussion parce que ça ne va nous mener nulle part. J’attends que tu lui présentes des excuses au diner »
-Moi :« Des excuses pourquoi, pour m’avoir défendu ?. Tu as décidé de la croire, mais je ne m’excuserai pas. Je n’ai rien fait de mal »
-Erick:« Tu crois que insulter les gens c’est quelque chose de bien ?»

-Moi :« Et mentir et tromper les gens alors ?»
-Erick:« Myriam. Tu commences à aller loin beaucoup trop loin.

Je ne veux pas faillir à ma promesse te concernant alors surveilles ton langage. Tu commences vraiment à me taper sur les nerfs. Tu ne veux pas me voir hors de contrôle, tu ne veux vraiment pas ça.
J’exige que tu lui présentes des excuses »
-Moi :« J’ai dit non »

-Erick:«Très bien. Ne fais surtout pas la gueule quand tu subiras les conséquences de ta désobéissance ».
Il est entré à son tour dans la salle de bain en claquant la porte bien fort.

Sa dernière phrase m’a fait froid dans le dos. Que veut-il dire par “ tu subiras les conséquences de ta désobéissance” ?.

Erick ne me fera jamais de mal.
Il cherche juste à me faire peur.
Après tout que peut-il me faire ? Il ne va quand même pas me frapper.

Ce n’est pas son genre. Oui il dit ça juste pour que je fasse ce qu’il me dit. Il peut toujours rêvé. Même avec un couteau sur le coup je ne présenterai pas d’excuses à cette sorcière.

Je suis sortie de la chambre. Quand je suis passée par le salon ma belle-mère était confortablement assise sur le canapé, foulard sur la tête et chapelet à la main.
Elle croit que Dieu va accepter ses prières avec toute la méchanceté et la fourberie dont elle fait preuve.

Elle m’a détaillé du regard quand elle m’a vu avant de secouer la tête. J’ai pris mon ordinateur posé sur la table du salon et je suis allée m’installer dans le jardin pour prendre l’air mais surtout pour éviter Erick et sa mère.
Qu’ils aillent au diable.

J’ai fait quelques recherches et déposé des candidatures ça et là.

Je me suis assoupie dans le jardin et quand je me suis réveillée il faisait noir. J’ai jeté un coup d’œil sur mon téléphone et il était vingt heures passées.
Je me suis levée, j’ai pris mes affaires et je suis rentrée dans la maison qui était étrangement calme.

Je me suis dirigée vers la cuisine pour voir s’ils y étaient ,mais tout ce que j’ai trouvé c’est une lettre sur la table. Erick avait écrit dessus « On mange dehors » et puis c’est tout.

Il mange dehors et moi je mange avec qui. Je mange toute seule. Pourquoi ne m’as-t-il pas dit qu’il sortait.
Je n’arrive à croire qu’il m’est laissé une lettre au lieu de venir me le dire de vive voix.

J’ai pris mon téléphone et j’ai composé son numéro. Je suis tombée directement sur la boite vocale. J’ai réessayé mais pareil.
Erick se fiche de qui comme ça.

Je les ai attendu très en colère et il était 23 heures quand j’ai entendu la voiture.
Je me suis postée devant la porte les mains croisées attendant qu’ils rentrent. Ils ont franchi la porte en éclatant de rire. Ils ont arrêté quand ils m’ont vu

-Erick :« Tu es réveillée »
-Sa mère :« Bon je vais dormir. Merci mon chéri pour cette merveilleuse soirée ».
-Erick :« Bonne nuit maman »
-Elle:« Merci bonne nuit à toi aussi mon chéri. Bonne nuit Myriam »
Bonne nuit Myriam, quelle hypocrite cette femme.

Si mes yeux pouvaient tuer elle serait morte en une fraction de seconde. Je l’ai mal regardé pendant qu’elle se dirigeait vers sa chambre.
Je me suis retournée vers Erick.

-Erick :« Tu as passé une bonne soirée ?»
-Moi : Tu te fiches de ma gueule Erick ?»
-Erick:« Non. Je cherche juste à savoir. Alors cette soirée ? »
-Moi en criant : « Tu vas me payer Ngono. crois-moi tu vas me le payer très cher !»

-Erick: « Mais pourquoi tu cries bébé. Tu es trop tendue. Vas prendre un bain ou tu veux que je te détende d’une autre façon ? »
-Moi :« Tu n’es qu’un… tchrr Je te hais Erick »
-Erick : « Moi aussi je t’aime mon amour »

Je suis allée chercher mon pyjama et je suis allée dormir dans la chambre d’à côté.

Je vais lui faire payer ça. Comment il a pu. Il sait que je déteste qu’il me laisse manger seul à la maison et il le fait quand même. Demain il va manger seul. Il verra ce que ça fait.
J’ai envoyé un message à Jordan. Il a été étonné ,mais il m’a répondu.

Je ne suis pas allée au travail le lendemain.
Ma belle-mère a passé la journée dehors et ça m’a fait des vacances.

J’ai reçu un appel d’lice dans la journée.
Je pensais qu’elle m’appelait parce que Jordan lui a dit ,mais non elle voulait juste parler. Elle est en congés de maternité ,donc je ne la vois plus à la boutique

-lice :« Salut ma chérie. Tu me manques »
-Moi :« Tu me manques aussi Alice.
Waouh, tu profites de tes congés »
-Alice :« Myria me fatigue trop. Elle prend mon ventre pour son jouet. Tu sais ce qu’elle m’a fait aujourd’hui ? »
-Moi :« Non dis moi »

-Alice:« Je croyais qu’il fallait deviner »
-Moi :« Parle et arrête de me faire deviner »
-Alice: « On a fait une sieste et elle s’est réveillée avant moi.

D’habitude elle me caresse le ventre ou elle me le tartine avec n’importe quoi ,mais là elle m’a donné un de ses coups de pieds. J’ai cru mourir »
-Moi :« Ce n’est pas sûre ça Alice.

Fais lui comprendre que ton ventre n’est pas son jouet. Il ne faut pas tuer mon neveu avant qu’il n’arrive »
-Alice:« Je pense qu’elle a compris. J’ai eu tellement peur que je l’ai frappé »

-Moi :« C’est ma fille que tu frappes. Je vais venir te frapper à mon tour tu vas voir. Je vais venir la récupérer ».
-Alice:« Ah vas là-bas. Sinon comment ça va chez toi ?»

Je lui ai fait un résumé de la situation sauf ma vengeance bien sûr. Elle fera tout capoter si elle sait.

-Alice :« Tu as demandé à ton mari de choisir entre sa mère et toi ?
Non mais ça ne va pas dans ta tête »
-Moi :« Alice s’il te plait laisse moi tranquille »
-Alice: « Tais toi et écoutes-moi. Tu es suicidaire en fait toi. Tu sais que si choix il y a à faire il ne te choisira pas ,mais sa mère.

Il faut réfléchir avant d’agir et de parler. Que faut-il que je fasse pour que tu comprennes enfin comment gérer ce genre de choses ?. A chaque fois il faut que tu ouvres ta bouche et que tu fasses tout capoter. Déjà tu aurais dû faire celle qui n’a rien entendu avec ta belle-mère. Ça t’aurait donné un point d’avance.

Ensuite si ton mari t’entend parler de la sorte à sa mère et te demande de t’excuser tu exécutes sans faire d’histoire. Mais non il faut toujours que madame agisse sans réfléchir et qu’elle fasse sa têtue.

Tu sais que si tu continues comme ça elle va gagner »
-Moi :« Je ne vais pas m’excuser. C’est hors de question. Pourquoi il la croit elle et pas moi ? »
-Alice :« Parce que c’est sa mère. Tu ne peux pas concurrencer sa mère.

Combien de fois faut-il que je te le répète pour que tu le comprennes ? »
-Moi :« Mais j’en ai marre d’elle. Je veux qu’elle s’en aille. Qu’elle retourne dans sa maison »

-Alice :« En la jouant comme tu le fais, elle va rester mais bien longtemps quoi et c’est toi qui finira par t’en aller. Ah tu m’énerves trop. Demain tu viens ici je vais taper sur ta tête pour que tu comprennes bien ce que je te dis »

-Moi :« Tapes sur la tête d’Erick plutôt qu’il comprenne que je ne veux plus sa mère ici »
-lice :« Ah ferme ta bouche. Je t’attends ici demain dès le lever du soleil »
Elle a raccroché, ah lice.

C’est parce qu’elle ne vit pas avec cette sorcière qu’elle croit que c’est facile de se contrôler.

Erick rentre à 19 heures donc un peu à 18 heures trente je suis sortie de la maison. J’ai croisé ma belle-mère qui rentrait de je ne sais où.
Elle s’est stoppée pour me regarder, mais je n’ai même pas fait cas d’elle.

J’ai pris ma voiture et je suis partie.
A 19 heures j’étais devant le restaurant. Quand je suis entrée à l’intérieur il était là. Je me suis dirigée vers la table où il était attablé

-Junior: « Je suis ravi que tu aies décidé de venir. Tu es magnifique »
-Moi :« Merci »
Il m’a fait la bise , puis je me suis assise.
Qu’est-ce que je fous là ?.

Je suis mariée et je dîne avec un autre homme que mon mari.
Je suis peut-être allée trop loin dans ma vengeance. Non c’est Erick qui l’a cherché.

-Junior:« Je commençais à désespérer d’avoir ce diner. J’ai eu du mal à y croire en voyant ton message hier »
-Moi :« Un petit diner ne fait pas de mal ».
-Junior :« Humm en tout cas je suis ravi que tu sois venue ».
Il a souri.

Erick est magnifique ,mais Junior a une beauté sauvage et ses lèvres lui donne un air de sexy boy.
Il en est un. Il a toute la panoplie d’ailleurs.

Il a quelque chose cet homme, un truc qui attire comme un aimant. Ça aurait peut-être pu marché entre nous.
Il me trouble toujours mais je ne suis plus amoureuse de lui. Le seul homme que j’aime est Erick fils à maman.

Pendant tout le diner Junior n’arrêtait pas de parler.
Il me racontait de tout et de n’importe quoi alors que moi je me sentais de plus en plus coupable même si j’essayais de ne pas faire cas de ce sentiment.

Je crois que c’était une mauvaise idée de venir ici

-Junior :« Tu m’écoutes Myriam ? »
-Moi :« Oui. Euh je crois que je vais rentrer »
-Junior:« Non attends encore un peu. Je m’excuse pour comment je t’ai traité quand j’ai su ce que tu étais avant.

Mes mots ont dépassé ma pensée. Je n’aurais pas dû te parler et te traiter comme je l’ai fait. J’espère que tu sauras me pardonner parce que je tiens beaucoup à toi Myriam »

-Moi :« Je te pardonne »
-Junior :« Merci. Je m’excuse aussi de t’avoir dragué alors que tu es mariée maintenant. J’aimerai seulement qu’on reste amis ».

-Moi :« On ne peut pas rester amis Junior.
Je suis venue juste pour entendre ce que tu avais à me dire ,mais on ne peut entretenir aucun type de relation toi et moi »

-Junior :« On peut rester amis. Tu es une personne formidable. Je t’ai perdu en tant que femme alors stp laisse moi te garder en tant qu’amie »
-Moi :« Ce n’est pas une bonne idée »
-Junior :« S’il te plaît »

Est-ce que j’ai vraiment envie d’être ami avec Junior ?.
ça implique trop de choses d’être ami avec son ex.

-Moi :« D’accord. Je vais partir maintenant. Mon mari doit être rentré »
-Junior : « Très bien. J’espère qu’il est conscient de la chance qu’il a de t’avoir »
J’ai souris et je suis partie.

Je me suis mal sentie quand je suis arrivée à la maison. C’est la première fois que je sors sans avertir Erick ou sans lui d’ailleurs et pour aller faire quoi, voir un autre homme.

Il était dans les coups de vingt et une heures quand j’ai garé la voiture. Je suis entrée dans la maison à pas feutrés. Il faisait noir. Toutes les lumières étaient éteintes. Si ça se trouve ils sont sortis aussi.


J’ai avancé doucement jusque dans notre chambre et c’était éteint. J’ai poussé un ouf de soulagement avant d’allumer la lampe. J’ai poussé un cri de surprise parce qu’il était là, assis en face de la porte et vu l’expression qu’il affichait il n’était pas très content

-Erick:« Tu as passé une bonne soirée ? »
Sa voix était froide pour ne pas dire glaciale.

Dans quelle idiotie je me suis mise encore ?.

 SUIVRE…

Share this:

1 comment

Laisser un commentaire