Histoire d'amour: le destin de Myriam ( épisode 7) 1
69 / 100

Myriam est la femme selon mon goût. (suite de l’épisode 6 de votre histoire d’amour)

Puis vingt minutes plus tard , j’étais devant sa maison. Waouh c’est chic par ici. 
Au moins elle ne sera pas le genre de filles à te dépouiller à chaque occasion. 
La plupart des filles ivoiriennes sont matérialistes, elles sortent avec les mecs que pour vider leurs poches. Dès qu’elles te sortent les mots doux du genre “ mon amour ” ou encore “ bébé ” code rouge parce qu’il va s’en suivre “ J’ai besoin de toi; en fait j’ai des frais à régler et je suis sans le sou ” etc… Svp Changez un peu quoi. Nous voulons les femmes indépendantes et fortes.  Le temps où le mari donne et la femme encaisse est révolu. Sachez-le.
Nicole est cool ,mais elle pense que je suis sa banque et ça m’énerve.

A Lire aussi:

Myriam m’a dit qu’elle vit seule et que c’est sa maison donc ça montre qu’elle ne va pas compter sur moi. Ce qui est super. Néanmoins j’aime couvrir de cadeaux à la femme que j’aime surtout quand elle ne demande rien. 
Bref je me suis garé devant chez elle et je suis monté pour aller la chercher. J’allais sonner quand je me suis heurté par un type d’à peu près 45 ans ou plus.
-Lui :« Bonsoir »
Appartement c’est son gardien
-Moi :« Bonsoir »


-Lui :« Vous cherchez quelqu’un ? ;Puis-je vous aider ?»
-Moi :« Euh oui. Je viens voir Mademoiselle Myriam Aissatou Touré »
J’ai vu la surprise se peindre sur son visage. J’ai dit quoi qu’il ne fallait pas pour qu’il soit aussi désorienté.
-Lui :« Oh c’est une surprise; c’est la première fois que je vois un homme venir dans cette maison. Et vous êtes ? »
-Moi : « Un ami; je peux passer maintenant ?»
-Lui :« Attendez que je demande d’abord »
C’est son père ou quoi ? . 

Il a composé quelques chiffres; il a parlé un peu avant de me dire que je pouvais monter en m’indiquant le numéro de l’appartement. Je l’ai toisé avant de me diriger au dit appartement. 
J’ai sonné et quelques secondes après , la porte s’est ouvert sur son amie, au fait son chien de garde. 
Je ne sais pas ce que j’ai fait à cette Alice ,mais je sens qu’elle ne m’aime pas beaucoup. 
J’ai essayé de sympathiser quand on s’est vu en boite mais elle était plus froide qu’un glaçon. 
Elle m’a jaugé de haut en bas, avec ses bras croisés au niveau de sa poitrine ,on dirait une maîtresse d’école qui s’apprête à punir une de ses élèves.

-Alice :« Salut »
-Moi : « Bonsoir »
-Alice :« Elle arrive »
-Moi :« Humm ok ».
Elle ne m’a pas laissé entrer ; elle m’a laissé sur le pas de la porte comme un indésirable. 
Jordan a dit qu’il va persévérer, donc quand je le reverrai je lui souhaiterai bien bonne chance, parce que celle-là elle n’est pas un cadeau hein.
-Alice :« Écoutes j’aime beaucoup Myriam; c’est ma sœur et je n’accepterai que personne vienne lui faire du mal. Je n’ai aucune confiance envers les hommes, toi y compris alors si l’envie te vient de lui infliger la moindre souffrance, sache que je ne te raterai pas. Je t’ai à l’œil ».

Des menaces ? ; Je rêve où elle m’a menacé moi Junior Koné. Non mais la fille-là a du cran. S’il n’y avait pas Myriam, j’allais lui répondre d’une façon qu’elle n’aimera certainement pas, mais bon il ne faut jamais s’en prendre à la copine d’une fille qu’on essaie d’avoir sinon ça va se retourner contre nous donc je laisse passer. Et puis je lui ai montré quoi pour qu’elle doute de moi; je n’ai rien fait de mal.

Comme je ne voulais pas d’histoire j’ai répondu simplement
-Moi :« C’est entendu »
-Myriam : Alice t’aurais pu le faire patienter à l’intérieur quand même ».
Elle a raison mais le chien de garde n’est pas d’humeur. 
Je la vois apparaître dans l’embrasure de la porte.

Mon Dieu, cette femme est sexy et bien faite; sa robe lui va merveilleusement bien. On dira qu’elle et la robe ne font qu’une.
Waouh ! je l’aurai bien amené dans mon lit au lieu du restaurant ,mais ce n’est pas raisonnable.
-Moi :« Tu es sublime »
Elle a souris et a baissé les yeux comme si elle était timide et j’ai trouvé ça tellement craquant. 
Non mais elle a quelque chose qui m’attire. Elle est juste irrésistible ,simple et merveilleuse.
-Myriam : « Merci, tu n’es pas mal non plus ».
Nos regards se sont accrochés et je me suis sentie bien, très bien même jusqu’à…

-Alice : « humm, partez… »
Non mais cette fille sait pourrir la vie des gens ; j’ai secoué la tête puis j’ai tendu la main à Myriam. 
Elle l’a pris et on est descendu mais je pouvais ressentir le regard meurtrier de la chienne de garde sur moi.

Myriam m’a devancé à un moment , me laissant contempler son magnifique dos ; il m’a fallu un grand effort pour détourner le regard de son dos qu’elle me montrait et cachait en même temps. Ça devrait être interdit de sortir avec une robe aussi sexy surtout avec le corps qu’elle a. Vraiment elle me cherche, i ne faut pas allumer un feu qu’on n’est pas sûre de pouvoir éteindre.

Je me suis dépêché pour lui ouvrir la porte et j’ai attendu qu’elle s’installe avant de fermer et d’entrer de l’autre côté.

Myriam:
J’étais bien en ce moment très bien même. Je me sentais la plus belle femme au monde quand il me regardais avec ses yeux. 
On en était au dessert et la soirée s’est merveilleusement bien passée. Il se comporte comme si j’étais un diamant et ça me plait. 
J’en connais un peu plus de sa vie, il m’a appris qu’il a 28 ans et qu’il vit seul.

Contrairement à moi, il avait ses parents encore et il a deux frères. S’ils sont aussi beaux que lui alors ses parents ont fait du bon boulot. Moi je lui ai parlé le plus vaguement possible de ma famille, sujet délicat hein vous-même vous savez. Il n’a pas insisté et ça m’a soulagé. Plus je le regardais, plus je le trouvais beau ,et la chose qui m’a attiré dans ses yeux pour la première fois était toujours là donc je ne pouvais pas m’empêcher de l’admirer
-Junior: « Tu penses à quoi ? »
-Moi :« Tu es sur que tes yeux là sont normaux »
Il a éclaté de rire. Hé j’ai dit quoi de drôle 
-Junior: « J’ai les mêmes que tout le monde donc je suppose que oui. Pourquoi ? »
-Moi :« Il y a un truc spécial dans tes yeux, quelque chose de craquant et doux »
Il a souri puis m’a regardé comme pour vérifier mes dires avant d’ajouter
-Junior :« C’est le plus beau compliment qu’on m’est jamais fait »
J’ai souris à mon tour et j’ai baissé mes yeux comme si j’étais soudain gênée de lui avoir dit ça.

-Junior:« Tu es très mignonne quand tu fais ta timide »
J’ai encore souris sans rien dire.

Quand je suis avec lui, je me sens toute autre. Même parler je ne peux pas. Ah l’amour me rend folle.
-Junior:« Et nous ? »
-Moi :« Nous quoi ?»
-Lui: « où on en est. Je veux qu’on fasse ça bien »
-Moi :« Demande-moi et je te répondrai »
-Junior: « Tu veux qu’on essaie pour voir ce que ça donne ?»
Moi :« Essayer quoi ? »

-Junior:« Tu fais exprès de ne pas comprendre »
-Moi :« Je veux que les choses soient clairement dites, C’est tout »
-Junior :« Ok je veux qu’on se mette ensemble pour voir ce que ça donne »
-Moi :« Ah mais il faut déjà que tu me dises si tu es libre parce que m’immiscer dans une relation ce n’est pas ce que je veux »
-Junior :« il n’y a pas de problèmes de ce côté »
-Moi :« Très bien, alors je suis d’accord pour qu’on voie ce que ça donne comme tu dis»
-Junior:« Merci princesse ».

Princesse, ça fait cinq ans qu’on ne m’a pas appelé comme ça. 
C’est assez bizarre de l’entendre maintenant. J’aimerai qu’il ne m’appelle plus comme ça mais je ne lui dis rien
-Moi : Mais de rien; On y va ? »
Il a appelé le serveur pour régler puis on est parti.
-Junior :« Ça te dit qu’on aille chez moi ?»

J’ ai analysé la situation; lui et moi seuls dans un appartement alors que le mec m’attire comme un aimant impossible. Depuis que j’ai arrêté ce que vous-même vous savez ,je me préserve. 
Jusqu’à quand ?, je ne sais pas mais je préfère attendre d’être sûre de l’homme
-Moi :« Je préfèrerai que tu me déposes chez moi si ça te dérange »
-Lui :« Quoi tu ne veux pas connaitre ma tanière ?»
-Moi :« Si mais pas aujourd’hui c’est trop tôt »
-Junior :« Au contraire c’est le moment idéal. Allez, on y passe vite fait et je te ramène »

-Moi :« Je ne sais pas »
-Junior :« Allez dis oui ».
Comme vous devez vous en doutez j’ai cédé et me voilà devant son appartement. Il a ouvert puis m’a invité à rentrer ;et pour l’appartement d’un homme je dois avouer qu’il est bien rangé. Il m’a fait visiter en me tenant la maison et j’ai trouvé ça super mignon. 
Ensuite il m’a installé dans son salon et m’a offert à boire. 
Il a pris un verre à son tour et est venu s’assoir à mes côtés.
Son parfum m’envahit. Je pouvais ressentir sa chaleur de là donc je me suis excitée tout d’un coup beaucoup trop excitée ; il fallait que je dise quelque chose

-Moi :« Pour un homme je trouve ta demeure très coquette »
-Junior:« Merci bébé. Ma mère me disait toujours que j’aurai dû être une fille tellement que j’aime nettoyer et ranger »
-Moi :« Oh ça aurait été du gâchis »
-Junior:« Mdr ma mère et ses idées hein ,mais c’est comme ça que je l’aime ».
Je n’aime pas quand on parle de mère parce que ça finit toujours par “ Et la tienne ”. 
Je ne parle jamais de ma mère et depuis quelques années de mon père aussi ,mais leurs silences sont différents. 
Autant je ne parle pas de ma mère parce que c’est douloureux pour moi , autant je ne parle pas de mon père parce que je le déteste carrément. Et il m’a posé la question

-Junior:« Et la tienne, tu ne parles jamais de ta famille» 
-Moi :« Je n’ai pas de famille »
-Junior:« Oh je suis désolé »
-Moi :« La seule famille que j’ai c’est Alice et sa fille. Je crois que tu les connais »
-Junior :« Ok »
Je crois qu’il a compris que c’est un sujet délicat et qu’il ne fallait pas insister au risque de gâcher la soirée, donc il a changé de sujet
-Junior:« Pourquoi lice me déteste ?»
Hééé il a remarqué toute l’animosité et l’antipathie qu’il inspire à Alice. 
Je ne savais pas qu’elle le lui faisait voir mais ça ne m’étonne pas d’elle. Elle ne cache pas ce qu’elle pense

-Moi :« Je pense que c’est parce que tu es un homme »
-Lui:« Tu veux dire qu’elle est anti-mec ?»
-Moi :« Je n’irai pas jusque-là. Disons qu’elle a un problème avec l’un de vous , du coup elle vous met tous dans le même sac »
-Junior :« humm je vois mais on n’est pas tous pareil; des hommes bien ils en existent autant qu’il y a de mauvais »
-Moi :« Et tu es dans quelle catégorie ?»
-Lui: « Ni l’un ni l’autre ».
-Moi :« Je dois m’inquiéter »
-Junior:« Mdr ,non je ne dirai pas que je suis un sain loin de là mais je fais de mon mieux pour ne pas blesser les femmes qui passent dans ma vie »
-Moi :« Ah c’est déjà bien »
-Junior :« Tu as toujours été seule?»
-Moi :« Si on compte les copains du lycée je dirai non ,mais depuis 5 ans je n’ai pas eu d’hommes dans ma vie »
-Junior :« ah voilà pourquoi votre gardien avait l’air si étonné quand je suis venu chez toi »

-Moi :« Tu es le premier homme qui pose les pieds chez moi »
-Junior:« Devant ta porte tu veux dire parce que le chien de garde ne m’a pas laissé entrer »
-Moi : « Héééé ce n’est pas gentil ça »
-Junior:« Lol je plaisante mais elle n’est pas commode »
-Moi :« Elle fait la dure, mais elle est aussi tendre que du caramel mou »
-Junior:« Pas autant que toi princesse »
Je me suis crispé, il a posé son verre et m’a tenu les mains. Je frissonnais aux contacts de ses mains. Rester avec cet homme n’est pas bien pour moi. Il me fait passer par toutes sortes de sentiments

-Junior :« Tu n’aimes pas que je t’appelle princesse n’est-ce pas ? »
-Moi :« Je suis aussi transparente »
-Junior :« A chaque fois que je t’appelle comme ça , je vois de la tristesse puis de la colère passer dans tes yeux. Tu veux m’en parler ?»
-Moi :« Non je ne préfère pas. Peut-être plus tard »
-Lui:« Ok en attendant je vais éviter de t’appeler comme ça »
-Moi :« Merci ».

Il a attrapé mon visage et m’a donné un léger baiser sur la bouche mais j’en voulais plus ,donc j’ai forcé ses lèvres et il m’a donné le baiser que j’attendais tant. Avant que je puisse comprendre , il avait ses mains sous ma robe et moi sous sa chemise.

À SUIVRE…

Share this: