Spread the love

J’aurais pu dire non ,mais je n’en ai pas eu envie. Comment pourrais-je de toute façon ?. Cet homme est irrésistible. Ainsi la passion prend vie dans la relation dans cet épisode de votre histoire d’amour: le destin de Myriam.

ÉPISODE 40
LE DESTIN DE MYRIAM

Il m’a suivi , puis nous avons fait ce que vous connaissiez.

Quelques jours plus tard, on est rentrés à Abidjan .
Le lendemain Erick m’a forcé pour qu’on aille souhaiter bonne année à sa famille en personne.

J’y suis allée en espérant que sa mère n’y soit pas ,mais elle était là. Après tout c’est chez elle. Mais ça s’est bien passé. Elle ne m’a rien dit de désobligeante et Sarah n’était pas là. En fait quand son mari est là elle est correcte.

Le nouvel an commençait bien. Pourvu que ça dure.

lice est tombée enceinte et son mari qui est aux anges est aux petits soins avec elle.
Mon mariage se passait merveilleusement bien.
Je ne voyais plus de Sarah, plus de Nicole. Enfin tout était parfait jusqu’à début mars quand mon mari a commencé à parler d’enfant.

Mon mari me parle de plus en plus d’enfant ce qui est normal d’un côté.
Ça fait plus de cinq mois qu’on est marié et je comprend qu’il ait envie d’avoir un ou une mini lui.
Mais il y a un gros problème, moi, je ne veux pas avoir d’enfant ni aujourd’hui ni jamais.
Ce n’est pas que je déteste les enfants, au contraire je les adore ,mais quand ils sont de quelqu’un d’autre.

Je ne me vois pas élever des enfants et vu comment il en parle avec les yeux qui brillent ça risque de poser un énorme problème entre nous.
Pour l’instant j’évite le sujet au maximum.

Un jour, j’étais couchée sur son torse bien calé et le monsieur s’est mis à m’en parler
-Erick:« Tu penses qu’ils seront comment nos enfants ? »
-Moi :« Je ne sais pas. Je ne me suis jamais posée la question »
-Erick: « J’aimerai qu’ils soient comme toi, forts et doux à la fois »

Que Dieu m’en préserve. S’il y a une chose que je veux c’est que mes enfants (enfants que je n’aurais pas bien sûr) ne soient pas comme moi, jamais

-Moi :« Humm. Je préfère qu’ils soient aussi beaux que toi »
-Erick: « J’ai hâte d’avoir ce petit être qui sera un savant mélange de toi et moi. Tu préfères quoi toi une fille ou un garçon ? »
-Moi : « Peu importe »
-Erick: « ça va ?.
Je ne te sens pas très emballée par l’idée d’avoir des enfants »
-Moi :« Je suis juste épuisée mon amour »
-Erick :« Tu veux que je te masse ?»
-Moi :« Je veux bien ,mais juste un massage hein, pas de supplément. Toi et moi on sait ce que tu entends par massage là »
Il a souris avant de me retourner.

Naturellement il ne m’a pas écouté ,donc j’ai eu droit à un massage avec le supplément.

J’aurais pu dire non ,mais je n’en ai pas eu envie. Comment pourrais-je de toute façon ?. Cet homme est irrésistible

Le lendemain c’était samedi et j’avais ma journée avec Myria.
Je l’adore cette petite ,donc une fois par mois je l’ai tout le weekend.
Son papa me l’a déposé le samedi matin.
C’est Erick qui va le chercher d’habitude mais là il a dû aller au boulot pour un problème urgent.

Jordan est resté discuter quelques instants avec moi.
-Moi :« Tu es trop content d’être papa toi ?»
-Jordan:« Tu as vu. C’est écrit sur mon front à longueur de temps “ Applaudissez tous, je vais être papa ” ».
-Moi :« Mdrrr je vois que ton plaisir à son summum »
-Jordan :« Oui je vais avoir un autre bébé en plus de Myria. Ce n’est que du bonheur. Et toi tu vas nous le faire quand ce bébé ?.
Il ne faut pas attendre une éternité comme ta sœur là »

Si tu savais

-Moi :« Bientôt. Pour l’instant je ne veux pas partager mon mari »
-Jordan: « N’attends pas trop quand même hein. Les femmes vieillissent vite. Il ne faut que ton mari ait cherché son héritier ailleurs »
-Moi :« Humm Jordan Silla c’est toi qui dis ça ?.

Sors de chez moi toi et ta mauvaise langue »
-Jordan:« Mais je plaisante mon amour. Qui peut tromper une beauté comme toi ?. Je surveille tes arrières »

-Moi :« Il vaut mieux »
-Jordan :« Junior te passe le bonjour ».
Mon cerveau a buggé quelques instants.

Il me passe le bonjour pourquoi ?. Un an après en plus
-Moi :« J’espère que tu ne lui parles pas de moi ? »
-Jordan: « Je lui ai dit que tu étais mariée , et maintenant il m’a demandé ce que tu devenais »

-Moi :« Il voulait savoir pourquoi ? »
-Jordan : « Il ne m’a pas dit le pourquoi. Tout ce que je sais c’est qu’il rentre bientôt ».

-Moi :« Ah oui. Il ne peut pas rester là où il était depuis là ? »
-Jordan :« Il était en mission à l’étranger en fait.
Sa mission finie, il faut bien qu’il revienne. Je voulais juste te prévenir pour que tu ne sois pas surpris de le revoir »

-Moi :« Merci. Je peux te demander un service »
-Jordan: « Tout ce que tu veux »
-Moi : « La prochaine fois s’il te demande quelque chose sur moi de grâce ne lui dit rien d’accord. Je sais que c’est ton ami mais fais ça pour moi »
-Jordan :« Je ne lui dirai rien »

-Moi : « Merci »
-Jordan: « Bon il faut que j’y aille.
J’ai une commande de gâteaux pour femme enceinte »
-Moi : « Ta femme là elle pense qu’au manger »
-Jordan :« C’est toi qui oses le dire.

Myria vient faire bisou à papa »
Elle est venue lui faire un bisou rapide comme l’éclair avant de retourner se mettre devant la télé.

Cette enfant vit par deux choses le sucre et la télé.
J’ai raccompagné son père et je suis revenue.

-Moi : « Myria tu viens avec moi »
-Myria : « Non »
-Moi :« Comment ça non ? »
-Myria :« Moi veux Kiruku»

-Moi : « Kiruku que tu as regardé des milliers de fois là.
Si tu viens on va manger chocolat »
-Myria:« chocolat lait »

Qui lui a appris les types de chocolat ?.

-Moi :« Oui. Plein de chocolat au lait ».

Elle a fait un grand sourire, exactement le même que sa mère.
C’est fou comme elles se ressemblent.

Elle m’a suivi. Je l’ai mis sur la table avant de lui donner son chocolat.

Je n’ai pas eu le temps de dire ouf qu’elle a tout mis dans sa petite bouche avant de me tendre la main à nouveau.
-Myria:« acore »

-Moi : « Encore quoi ?. On t’a dit que le chocolat c’est de l’eau. Tu es un vraiment glouton mademoiselle Myria »
-Myria: « Gloucon ? »

-Moi :« Non Myria, Glouton. Tu veux une carotte ? »
-Myria :« Non chocolat ».
-Moi :« Plus de chocolat ».
Elle s’est mise à pleurer.

Erick est entré en ce moment. Il m’a fait un bisou avant de la prendre dans ses bras
-Erick :« Pourquoi elle pleure ma petite Myria d’amour ? »
-Myria : « Chocolat sniff»

-Erick: « Donne lui du chocolat bébé »
-Moi :« Elle vient de manger le quart d’une tablette en quelques secondes. Tu n’as pas vu sa bouche »

-Erick :« Redonne lui juste un bout. C’est ne qu’un bébé »
-Moi :« Non. Il ne faut pas qu’elle prenne de mauvaises habitudes »
-Erick :« Si je me souviens c’est bien toi qui lui en donnais en cachette.
Allez un petit bout pour qu’elle arrête »

Je lui en ai tendu un et elle l’a prise et s’est tue directement.

Ils sont sortis ensemble et il est revenu seul quelques minutes après et m’a enlacé par derrière
-Moi :« Où est madame chocolat ? »
-Erick :« Devant les dessins animés. Elle est trop mignonne. J’ai l’impression de voir Alice en miniature »
-Moi :« Moi aussi »

Soudain il a enfouie sa tête dans mon coup comme il a l’habitude de faire et m’y fait des bisous papillon

-Erick: « Humm Madame Ngono vous sentez délicieusement bon et votre peau est aussi douce que celle d’un enfant »
Je me crispe dès que j’entends le mot interdit.
Ce mot est présent dans toutes nos discussions ces temps ci.
J’en ai peur

-Erick :« J’ai pris rendez-vous chez un médecin ? »
-Moi inquiète : « Tu es malade ? »
-Erick : « Non ne t’inquiète pas. Je suis en très bonne santé »
-Moi :« Tu as pris rendez-vous pourquoi alors ? »
-Erick :« Je l’ai pris pour nous deux »

Je me suis retournée pour l’interroger du regard afin de voir où il voulait en venir

-Erick:« C’est juste pour des tests histoire de savoir si tous les conditions sont bien réunies pour qu’on fasse des enfants »

Test de quoi ?.
Il est hors de question que j’aille faire des tests
-Moi : « Je ne ferai pas ces tests »
-Erick :« Pourquoi ?. C’est juste histoire de nous assurer que tout va bien de ce côté »

-Moi :« Je vais bien »
-Erick :« Je n’en doute pas mais j’aimerai que tu les fasses avec moi »
-Moi : « j’ai dit non !»
J’ai crié tellement fort qu’il s’est reculé de surprise.

C’est la première fois qu’il m’entend parler de cette façon.
Même quand je suis allée lui faire un scandale dans son bureau, je n’ai pas crié aussi fort.

J’inspirais et j’expirais doucement
-Moi : « Je suis désolée d’avoir crié. Vas y toi si tu veux ,mais je ne veux pas y aller »
-Erick: « Bébé ça va ? »

-Moi : « Oui ».
-Erick :« Regarde moi »
Je continuais de découper mes légumes sans lever la tête.
-Erick :« Tu peux poser ce couteau stp ?»

Comme je n’obéissais pas ,il me l’a pris par force et il l’a déposé hors de ma portée avant d’attraper mon menton pour lever mon visage vers lui

-Erick :« Tu as un problème avec le fait d’avoir des enfants ? »
J’ai baissé les yeux avant de répondre
-Moi :« Non je n’en ai pas »
-Erick :« Regarde moi quand tu me parles »
J’ai levé les yeux vers lui

-Erick:« Tu as quel problème avec les enfants ? »
-Moi :« je t’ai dit que je n’en ai pas »
-Erick:« Je sais quand tu mens alors dis moi la vérité »
-Moi :« Je ne veux pas d’enfants »

Il m’a regardé comme si je venais de dire une énormité.
Il a incliné la tête comme pour mieux m’observer.

J’ai essayé de déchiffrer l’expression sur son visage ,mais je n’arrivais pas à déterminer s’il est en colère ou s’il est juste choqué
-Erick :« J’espère que tu plaisantes »
-Moi :« Non je suis sérieuse »

Il m’a lâché et s’est passé les mains sur la tête se demandant sûrement comment il devrait réagir à cette nouvelle.
Je sais qu’il rêve d’avoir des enfants ,mais je ne peux pas, je ne peux juste pas

A Lire aussi:

-Erick:« Pourquoi ? »
-Moi :« C’est compliqué »
-Erick :« Rien que tu ne puisses m’expliquer alors dis moi ».
-Moi :« Je n’ai pas envie d’en parler alors stp n’insiste pas »

Il s’est approché de nouveau vers moi et m’a levé mon visage vers le sien
-Erick:«Moi j’ai envie de savoir , alors parle moi »
-Moi :« Je… Je »

Et je me suis mise à pleurer comme une madeleine
-Erick :« Eh Myriam ne pleure pas »
-Moi :« Je… Je suis désolée sniff»

-Erick:« Ce n’est rien. On en reparlera. Arrête de pleurer stp.
Je n’aime pas voir des larmes sortir de tes si beaux yeux »
Il a essuyé mes larmes avec ses mains puis m’a serré fort contre lui.

J’ai continué de sangloter pendant qu’il me déposait des bisous sur la tête pour me calmer.

Je ne sais pas combien de temps on est restés comme ça tous les deux.
C’est Myria qui nous a interrompus

-Myria: « Pipi caca »
On l’a regardé entrain de serrer ses petites jambes et on a éclaté de rire
Humm sacré Myria.

Erick m’a lâché pour la prendre dans ses bras
-Erick : « Ne cuisine pas. On va manger dehors , d’accord »
J’ai hoché la tête et il est sorti avec Myria.

J’ai fait une grande inspiration , puis je suis partie remettre ce que j’avais sorti pour préparer le déjeuner à leurs places.

Je suis allée prendre une douche ensuite.
Je me suis perdue dans mes pensées.
J’ai sursauté quand j’ai senti la main de mon mari sur moi.

Je levé la tête pour voir que l’eau ne coule plus. Depuis combien de temps il est là ?.
-Erick:« Sors de là sinon tu risques d’attraper froid »
Il est allé chercher un peignoir et me l’enfile avant de me soulever pour me sortir de la salle de bain.

Je me suis accrochée à son coup jusqu’à ce qu’il me dépose délicatement sur le lit.
Il est parti chercher une serviette avant de revenir et d’entreprendre de me sécher les cheveux.

Je l’ai laissé s’occuper de moi en le regardant et en suivant ses gestes.
-Erick :« Voilà tu es sèche. J’aurai aimé te mettre ta crème pour le corps ,mais je risque de ne pas m’en tenir à ça. Même bizarre tu restes désirable »
-Moi :« Embrasse-moi »

Il semblait hésiter
-Moi : « Stp. J’en ai besoin »
Il a exécuté enfin et je me suis accrochée à lui comme à une bouée de sauvetage.

J’aimerai tellement lui donner cet enfant qu’il désire tant ,mais je ne peux pas.

On s’est séparé après quelques instants haletants comme si on avait couru le marathon.
-Erick: « Je vais changer Myria en attendant que tu te prépares »
Il m’a déposé un léger bisou sur le front puis s’est levé pour partir.

Je le suivis du regard jusqu’à ce qu’il sorte de la chambre.

Je me suis ensuite levée pour m’habiller. D’habitude j’aurais pris le temps de démêler mes cheveux dont je prends grand soin pour qu’ils gardent leur longueur mais là je n’ai pas la tête à ça ,donc je les ai simplement attachés.
J’ai enfilé une robe en wax de ma collection ,puis des compensés.
J’ai mis une paire des boucles d’oreilles que mon mari m’a offerte et je suis partie les rejoindre.

Mon mari m’a embrassé sur le front quand je suis arrivée avant d’enlever l’élastique qui retenait mes cheveux
-Erick:« Je préfère quand tu les lâchent »
Il n’aime pas que j’attache mes cheveux pour une raison que j’ignore.

Il a pris Myria dans ses bras et on est sortis de la maison. On est allés dans un restaurant chinois.

Je n’arrivai pas à manger. J’avais le ventre noué donc je regardais mon mari et ma petite nièce se nourrir en picorant dans mon assiette
-Erick : « Tu ne manges pas »
-Moi :« Je n’ai pas faim »

-Erick :« Tu m’inquiètes bébé »
-Moi :« Parce que je n’ai pas faim ? »
-Erick :« Parce que tu es bizarre ces temps ci. Tu me fais peur Myriam ».
-Moi :« Je suis désolée ».

J’ai senti encore les larmes montées.
-Erick : « Hey. Ne pleure pas. Regarde comment Myria te dévisage »

Je me suis tournée vers elle et j’ai constaté qu’elle me fixait comme si elle essayait de lire en moi.
Waouh, elle est tellement mignonne ma petite chérie

-Moi : « Mange chérie. Si tu finis ton plat je t’achète une glace »
-Myria :« Chocolat »
-Moi :« Oui chocolat mon bébé »
Puis elle s’est tue.

-Erick : « J’ai toujours cru que tu voulais des enfants vu la façon dont tu te comportes avec Myria et l’amour que tu lui portes.
Tu semblais prête à fonder une famille »

-Moi :« Je le croyais aussi. J’aime bien les enfants ,mais je ne veux pas en avoir. Je ne veux pas avoir à les protéger et échouer dans mon rôle.
Je ne veux pas en faire pour qu’ils vivent ce que j’ai vécu ou qu’ils aient à subir mon passé ».

-Erick :« ça n’arrivera pas bébé. Tu n’es pas seul.
Je serai avec toi, je serai toujours avec toi. On apprendra à élever nos enfants ensemble et à les protéger de tout »

-Moi :« Ma mère m’avait promis qu’elle serait toujours là pour me protéger pourtant elle n’a pas pu le faire. Mon père m’a dit qu’il veillera sur moi comme un père et une mère pourtant il a laissé sa femme me martyriser et il m’a jeté dehors comme une chienne dès la première occasion.

Je ne veux pas faire subir la même chose à des êtres innocents. Je ne me sens pas capable de protéger des enfants surtout que j’en ai déjà perdu un. Même si cet enfant n’était pas arrivé comme je le voulais c’était le mien et je l’ai tué en revenant dans cette maison »

-Erick : « Eh je t’interdis de dire ça. Tu n’es pas ton père Ok ?. Et tu n’as pas tué ton enfant. C’est des épreuves de la vie, tu ne peux rien y faire. Je ne veux pas que tu parles comme ça , d’accord»
J’ai hoché doucement la tête

-Erick: « Je vois que ça te tourmente quand je t’en parle , alors on laisse tomber cette histoire pour le moment. J’aimerai énormément avoir des enfants , mais j’aime encore plus ma femme , alors j’attendrai que tu sois prête ».

Je le regardais avec des yeux ” Qu’ai-je bien pu faire pour te mériter ? “.
Il est tellement patient et aimant avec moi.
J’avais envie de lui sauter dessus pour l’embrasser à en perdre haleine ,mais je n’ai rien fait.
Je le regardais juste avec amour.

Quand ils ont fini de manger on a amené Myria faire un tour.
Elle était ravie.

Quand on lui disait qu’elle était trop petite elle boudait pour montrer son désaccord.
Elle a le caractère de sa mère. En rentrant on est passés manger la glace qu’on lui avait promis.

Elle était ravie et j’ai oublié mon petit moment de déprime de ce matin grâce à mon merveilleux mari et mon adorable nièce au chocolat.

On était bien quand le téléphone d’Erick a sonné.

À SUIVRE….

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recipe Rating