Histoire d’amour:les réalités de la vie (épisode 15)

71 / 100

Histoire d’amour/Les réalités de la vie: Humm, cet homme est exceptionnel. Il y a eu un moment où je me disait qu’Henri a peur des femmes ou qu’il est peut être impuissant car il ne voulait pas me toucher nonobstant toutes mes efforts pour le faire comprendre que j’étais folle amoureuse de lui. Mais maintenant

ÉPISODE 15 LES RÉALITÉS DE LA VIE

Puis il m’a dit

-Henri :« Je savais que je n’aurais pas dû te parler de ça »

-Moi :« Trop tard ».

Je me suis changée vite fait et on y est allé.

On a passé tout le reste de la journée là-bas.

Eveline nous a raconté des bêtises qu’Henri faisait étant petit. On s’est trop marrés. Elle nous a dit qu’il a un jour essayer de conduire la voiture de ses parents et qu’il s’est pris à un arbre. Il était terrible comme gamin.

Bref une bonne journée qu’on a passé à reparler de nos souvenirs et de nos bêtises d’enfant.

Le lendemain c’était parc d’attraction. On s’est réveillé tôt pour y être à midi. Le chemin de là occupait des monts et vallées.

Ils m’ont traité de poule mouillée quand j’ai dit que je ne voulais pas y aller avec eux. Sylvie savait bien que j’avais une peur bleue ça donc elle m’a dit de ne pas le faire. Mais vu que je suis très têtue et que je ne voulais pas passer pour la peureuse j’ai accepté mais je l’ai regretté directement.

J’ai tellement crié que j’ai cru que j’allais perdre la voix pour de bon. J’étais terrifiée, je respirais à peine. J’ai vraiment cru que j’allais y rester.

Dès qu’on est descendu de ce truc, j’ai couru directement dans les toilettes et j’ai vomi tout ce que j’ai pu avaler de la journée. J’aurais été blanche je serais verte.

Sylvie est venue me voir dans les toilettes

-Sylvie :« Clara ça va ? ».

-Moi :« Je sens que je vais être malade ».

-Sylvie :« Je n’aurais pas dû te laisser monter sur ces montagnes ».

-Moi :« Non j’aurais dû t’écouter. Jamais plus je monterai sur ce truc ».

On est ressortie des toilettes pour aller rejoindre les autres.

-Eveline :« Tu vas bien ? »

-Moi :« Non j’ai trop mal là. Je vais rentrer je crois ».

-Eveline :« Je t’accompagne ? »

-Moi :« Oh non chérie. Reste profiter avec les autres »

-Henri :« J’y vais avec toi »

-Fiston :« Vous voulez prendre la voiture ».

-Moi :« Non je vais prendre un taxi »

-Eveline :« À tout à l’heure alors ».

-Moi :« Ne vous inquiétez pas pour moi. C’est juste que je ne supporte pas la hauteur ».

Je les ai fait la bise avant de rentrer avec Henri.

Heureusement qu’on a trouvé un taxi vite parce que je n’arrivais plus à tenir debout.

-Henri :« Tu as l’air d’une droguée »

-Moi :« Ce n’est pas le moment de faire de l’humour Henri. Je ne me sens vraiment pas bien ».

-Henri :« Viens là ».

Je me suis contentée de me rapprocher de lui et de poser ma tête sur son épaule.

Il m’a pris dans ses bras et je ne voulais plus jamais en sortir. Je suis trop bien là.

Je me suis endormie directement…

-Henri :« Réveille-toi on est arrivé »

-Moi :« Déjà ?»

-Henri: « Oui. Allez viens »

On est descendu du taxi et je me suis dirigée vers la maison pendant qu’Henri payait le frais de transport.

Et comme je n’avait pas la force d’aller jusqu’à mon lit ,je me suis couchée sur le canapé.

-Henri :« Tu veux boire quelque chose ?»

-Moi :« Oui je veux bien un cachet. J’ai un mal de tête horrible ».

Il est allé me le chercher et me l’a amené avec un verre d’eau.

Hummm ,il est trop chou de s’occuper de moi comme ça alors qu’il aurait pu rester avec les autres.

Il a un bon cœur mon Henri , qu’elle fille ne rêve pas avoir un beau et bon mec comme Henri ?.

Donc aucune fille , il est exceptionnel mon chouchou préféré.

-Moi :« Merci c’est gentil de m’avoir accompagné ».

-Henri :« C’est normal. Je n’allais pas te laisser revenir seule avec la faciès que tu avais »

-Moi :« J’ai une aussi mauvaise mine ?»

-Henri :« Oui ».

-Moi :« Mais pourquoi je suis montée avec vous ?. Ça m’apprendra ».

-Henri :« Je pense que tu devrais dormir un peu »

-Moi :« Tu as raison. Ça me fera du bien ».

-Henri :« Allez viens avec moi ».

-Moi :« Ok on va où ».

-Henri :« Dormir ».

Du coup je l’ai suivi, il m’a amené dans sa chambre et on a fait une petite sieste ensemble. Il m’a pris dans ses bras et on s’est endormi comme ça.

C’était trop bien, d’ailleurs je n’ai jamais aussi bien dormi de toute ma vie je crois. Je me sentais protéger dans ses bras, c’était phénoménal.

J’ai dû dormir pendant longtemps parce que quand j’ai ouvert les yeux, il faisait nuit.

-Henri :« Bien dormi princesse ?»

Humm, c’est croustillant, il m’a appelé princesse.

-Moi :« Ouais très bien. J’ai dormi longtemps ?»

-Henri :« 5h de sommeil ».

-Moi :« Woauh Je risque de ne pas dormir cette nuit mais au moins mon mal de tête a disparu ».

-Henri :« Woauh là c’est c’est déjà super »

-Moi :« Ils sont rentrés ?»

-Henri :« Non mais ils ont appelé pour dire qu’ils allaient manger dehors ».

-Moi :« C’est cool. J’ai faim aussi mais j’ai plus envie de chocolat »

-Henri :« Chocolat ? J’ai pensé que tu aurais du coup je lnai préparé »

-Moi :« Ah oui c’est super, tu es un amour Henri. Le chocolat c’est une habitude. Quand j’étais petite ma mère m’en donnait à chaque fois que j’avais mal. Du coup si je n’en mange pas j’ai l’impression de ne pas être guérie ».

-Henri :« Bon ok. Je vais apporter à manger. Je te ramène ton chocolat avec ».

Si je savais qu’il était aussi gentil avec les malades, croyez-moi je serais tombée malade depuis longtemps du moins j’aurai fait semblant.

A Lire aussi:

-Henri :« Voilà pour toi ».

-Moi :« Merci. Tu es un amour ».

-Henri :« J’aime quand tu dis ça ».

Woauhje me suis contentée de sourire. Dès fois un simple sourire ou un regard partagé expriment mieux que des mots de ce que l’on ressent.

-Moi :« C’est très bon. Je pense que demain je vais avoir un mal de ventre affreux »

-Henri :« Humm tout ça pour la nourriture ?».

-Moi :« Oui et tout le reste »

-Henri :« Et ce n’est pas fini. Après c’est la soirée glace et ciné »

-Moi :« Génial. Rien de mieux qu’un pot de glace pour nous remonter le moral »

-Henri :« Tu es pareille qu’Eveline, elle adore ça ».

-Moi :« Comme presque toutes les filles sauf les obsédés de la minceur. Je te croyais incapable de préparer quoique ce soit ».

-Henri :« Il y a beaucoup de chose que tu ignores de moi ».

-Moi :« Sûrement. En tout cas c’était délicieux ».

-Henri :« Ton mal de tête t’a rendu agréable on dirait ».

-Moi :« Mdr c’est ça. Profites en parce que ça ne va pas durer ».

-Henri :« J’espère que si ».

-Moi :«Donnes moi le chocolat ».

-Henri :« Tiens, tu es une droguée au chocolat toi ».

-Moi :« Normal c’est trop bon. J’adore le chocolat ».

-Henri :« Je vois ça oui ».

-Moi :« Laisse-moi manger mon chocolat tranquillement. On regarde quoi comme film ?»

-Henri :« Tu veux voir quoi ?»

-Moi :« Un film d’amour ».

-Henri : « Ah non pas question. C’est pour les gay ça ».

-Moi :« Pourquoi tu me demandes alors ?»

-Henri :« Il faut que je sois galant toi aussi »

-Moi :« Galanterie mon œil oui. Tu as quoi comme film ?»

-Henri :« J’ai identité secrète si tu veux »

-Moi :« Ça parle de quoi ?»

-Henri:« C’est un film de Taylor Lautner où il doit fuir des gens … »

-Moi :« Taylor Lautner. Ok je regarde. Il est trop canon ce mec »

-Henri :« Ok on oublie ».

-Moi :« Mais pourquoi ? ».

-Henri :« Parce que tu l’as dit toi-même. Il y a Taylor Lautner »

-Moi :« Quoi ? Non tu es jaloux de lui. Je te comprends il est vraiment bien fait »

-Henri: « Je ne suis pas jaloux mais je n’ai pas envie de te voir fantasmer sur un mec alors que je suis là ».

-Moi :« Je ne fantasme pas sur lui. Quand un mec est aussi beau, il faut le dire »

-Henri :« Ah oui ? Tu t’abstiens de me le dire moi ».

-Moi :« Si je te l’ai dit maintes fois. Tu ne vas pas faire une scène à cause d’un acteur ».

-Henri :« C’est bon, on regarde »

-Moi :« Génial. Tu vas chercher les glaces chouchou préféré »

-Henri :« Oui tu peux dire ça maintenant que tu as besoin de moi ».

-Moi :« Mdr ce n’est pas vrai ».

-Henri :« Oui c’est ça. C’est typiquement féminin comme comportement ».

Puis il y est allé quand même. C’est lui qui m’en a parlé donc c’est à lui d’aller chercher ce qu’il faut non.

-Henri :« Tiens ».

-Moi :« Merci mon chou »

-Henri :« C’est trop bizarre quand tu es gentil comme ça ».

-Moi :« Tu veux que je sois méchante ok ».

-Henri : « Non reste comme ça. C’est très bien »

-Moi : « Alors arrête de dire que c’est bizarre ».

-Henri :« Ok cheffe ».

Du coup il a mis le film et est venu s’asseoir à côté de moi mais au lieu de regarder le film, lui n’arrêtait pas de me mater et c’est trop gênant.

-Moi :« Arrête de me regarder comme ça ».

-Henri :« Comment ? »

-Moi :« Comme ça , avec ces yeux là »

-Henri :« Ça te déplait que je te regarde ?»

-Moi :« Non mais ça me mets mal à l’aise ».

Il m’a pris le menton et m’a tourné la tête vers lui

-Henri :« Pourquoi ? »

-Moi :« Parce que je n’arrive pas à résister quand tu me regardes de cette façon »

-Henri :« Pourquoi résister ? Moi je laisse parler mon cœur ».

Il a commencé à me caresser les cheveux, le visage et je sais ce qu’il va faire mais je suis incapable de résister cette fois-ci.

Je n’entendais plus rien à part les battements assourdissants de mon cœur.

-Henri :« Tu es magnifique Clara »

-Moi :« Henri je… »

Et puis il m’a embrassé. Humm c’était super.

J’ai fermé les yeux et a répondu à son baiser.

Jamais je n’ai ressenti un truc pareil. C’était intense, chaleureux, câlin, doux, enragé, très long, gourmand et inoubliable.

Je me disais qu’il ne fallait pas mais je ne pouvais m’empêcher de l’embrasser encore et encore. C’est comme s’il me retenait prisonnier avec ce baiser.

Je ne pouvais pas me détacher de lui et des millions de petits papillons me parcouraient le corps.

Ses lèvres étaient sucrées et ses mains électrisantes.

Humm, cet homme est exceptionnel. Il y a eu un moment où je me disait qu’Henri a peur des femmes ou qu’il est peut être impuissant car il ne voulait pas me toucher nonobstant toutes mes efforts pour le faire comprendre que j’étais folle amoureuse de lui.

Mais maintenant je viens de comprendre que le métis est tout à fait virile. Il est cool et excitant…

D’ailleurs toutes les filles rêvent avoir un petit ami comme lui.

À SUIVRE..

Share this: