76 / 100

(Episode 23 de votre histoire d’amour: En plus il a osé me caresser mes seins. Et cela m’a totalement excité mais je n’avais pas autre que de lui dire d’arrêter car on était en plein air et toutes les personnes qui étaient là nous regarder.

ÉPISODE 23 LES RÉALITÉS DE LA VIE

Puis je suis montée mettre mon pyjama avant de rejoindre Sylvie dans sa chambre.

-Moi :« Tu n’es pas avec Eveline ?»

-Sylvie :« Non, elle était au téléphone avec son chéri ».

-Moi :« J’ai hâte de le rencontrer. Elle a l’air de beaucoup l’aimer ».

-Sylvie :« Oui bientôt. Alors c’est quoi cette histoire d’appel ?»

-Moi :« Eh bien tu te souviens quand je me suis énervée et que j’ai fais une crise ?»

-Sylvie : « Oui je me rappelle bien »

-Moi : « OK, En fait j’avais vu une photo où Henri et une autre meuf était entrain de se galocher. Du coup tout ça est arrivé parce que j’ai cru qu’il m’avait menti et qu’il avait déjà une copine. Mais non en fait la meuf c’est son ex ».

-Sylvie :« Ah bon ? Pourquoi elle a mis cette photo alors ? ».

-Moi :« Parce qu’elle est complètement tarée. En fait Eveline m’a dit que…»

Donc je lui ai raconté tout ce qu’Eveline m’avait dit sur la fille en question.

-Sylvie :« Quelle sorcière . C’est à cause des filles comme elle que les mecs pensent toutes ces mauvaises choses sur nous ».

-Moi : « Tu m’étonnes ».

-Sylvie :« Henri lui aussi qu’est-ce qu’il est allé foutre avec des meufs pareils ».

-Moi :« Je me le demande aussi.

Du coup Eveline m’a trouvé son numéro et je l’ai appelé pour lui demander de foutre la paix à Henri et tu sais ce qu’elle m’a répondu »

-Sylvie :« Quoi ? ».

-Moi :« Elle m’a dit :“ oui toute façon il m’a dit qu’il t’aimait pas. Il veut juste passer du bon temps avec toi avant de me retrouver ”».

-Sylvie :« Ah parce que c’est elle qu’il aime. Il fallait que tu lui demandes ce qu’il fait ici dans ce cas »

-Moi :« Laisse-là. Elle n’a pas de vie pour s’en inventer une. Elle est allée se plaindre chez Henri que je l’ai menacé ».

-Sylvie: « Elle veut vraiment foutre la merde celle-là. Pathétique »

-Moi :« Heureusement qu’elle n’habite pas dans la même ville. Si jamais je la chope à roder autour lui, elle va regretter d’être née ».

-Sylvie :« J’adore quand tu fais la jalouse. Si elle est comme Eveline l’a dit, je suis sûre qu’elle ne lâchera pas l’affaire. N’oublie pas de m’appeler pour que je lui botte le cul ».

-Moi : « Qu’elle vienne et elle verra ce que je vais lui faire ».

-Sylvie :« Oulla mais tu es chaude bouillante là »

-Moi : « Eh oui. Si tu trouves quelqu’un de bien il faut le protéger contre toutes les envieuses ».

-Sylvie :« Mdr Non mais vous entendez ça. Ohlala elle est fière de son Henri chérie la demoiselle ».

-Moi :« Bien sûr. Et gare à celle qui va s’en approcher ».

-Sylvie :«Étonnant, je ne te savais pas comme ça ».

-Moi :« Comme tu l’as dit l’amour fait des merveilles ».

-Sylvie : « Mais il fait aussi des jalouses ».

-Moi :« Je ne suis pas jalouse ».

-Sylvie :« Non, pas du tout ».

-Moi : « Et toi avec Fiston ».

-Sylvie : « On n’a pas de folle qui nous suit mais je suis super bien avec lui »

-Moi : « En fait tu ne m’a jamais dit ce que tu ressentais ».

-Sylvie :« Eh bien je suis amoureuse chérie. Au début je n’étais pas sûre mais là j’en suis convaincue ».

Moi : « Waouh c’est trop mimi. Et lui, même si je sais qu’il t’adore, il t’a dit ou pas ?»

-Sylvie :« Oui il m’a dit que ça fait longtemps qu’il était tombé amoureux de moi. Il attendait juste que je vienne à lui »

-Moi :« Il a attendu patiemment pendant tout ce temps s’il n’est pas spécial je m’y connais plus »

-Sylvie :« Oui. Et gare à celle qui va s’en approcher ».

-Moi : « Mdr Tu es trop folle. En tout cas tu as le mec le plus calme et le plus patient que je connais. Fiston est un gentleman »

-Sylvie :« Je sais. C’est pour ça que je l’aime ».

-Moi :« J’adore comment je suis entourée de mes amoureux. Toi; Fiston; Eveline et Henri, que demandait de plus ».

-Sylvie : « Tu l’as dit. Je pourrais rester ici avec vous toute ma vie ».

-Moi :« Oui, j’ai vraiment de la chance. Je t’aime ma Sylvie d’amour ».

-Sylvie: « Moi aussi ma puce ».

Si vous aussi vous avez dans votre vie des personnes comme celles que j’ai, gardez-les bien parce que des personnes exceptionnelles qui seraient prêtes à tout pour toi on n’en trouve pas à tous les coins de rue. Alors avant de vous disputer avec quelqu’un que vous aimez pour des broutilles pensez à ça.

J’ai fait un gros bisou à ma Sylvie car depuis qu’on se connait elle a toujours été là pour moi et ça c’est le plus beau cadeau qu’une personne peut te faire.

-Moi :« Je vais aller dormir. Je suis épuisée ».

-Sylvie : « À demain chérie ».

-Moi : « Dors bien et n’oublie pas de rêver Fiston ».

-Sylvie :« Mdr . toi aussi n’oublie pas de faire un joli rêve sur Henri ».

Le lendemain, c’est Henri qui m’a réveillé.

Wouah c’est trop bizarre vu qu’il aime dormir encore plus que moi. Comment ça se fait qu’il soit déjà levé ?. Me suis-je interrogée.

-Henri :« Debout princesse »

-Moi :« Tu es malade ou quoi ? »

-Henri :« Pourquoi tu dis ça ? »

-Moi : « Pour rien. D’habitude, tu es le dernier à te lever donc ça fait bizarre quand tu viens réveiller les gens ».

-Henri :« C’est vrai mais je te rappelle que je me suis couché avant toi ».

-Moi :« Peut-être mais il est 8h. C’est trop tôt pour se lever et j’ai encore sommeil ».

-Henri :« Au contraire c’est le moment idéal aujourd’hui ».

-Moi :« Laisse-moi, je veux dormir ».

-Henri :« Ok je vais aller faire du moto-cross avec Eveline dans ce cas ».

Du coup je me suis levée d’un bond et puis il a éclaté de rire.

Non du moto-cross j’adore. J’ai essayé une fois et je me suis cassée la gueule mais n’empêche j’adore ça. C’est exceptionnel comme sensation.

-Moi : « Du moto-cross ? Il fallait le dire plutôt. Comment tu as fait pour savoir que j’aimais ça »

-Henri :« Je ne savais pas. J’ai regardé hier sur le net et j’ai trouvé un endroit ici où on pouvait en faire ».

-Moi :« C’est génial. Tu en as déjà fait ?»

-Henri :« Oui c’est ma passion. J’ai même gagné des courses ».

-Moi :« Waouhla chance. Je suis en admiration. Donc je suppose que tu as ta propre moto ?»

-Henri :« Effectivement j’en ai une ».

-Moi :«Oh je t’aime !. C’est super, tu vas pouvoir m’apprendre parce que la dernière fois que j’ai fait ça, je me suis cassée la gueule plusieurs fois ».

-Henri: « humm on verra si tu es sage ou pas »

-Moi :« Allez s’il te plait ».

-Henri :« D’accord mais dépêche-toi. Je t’attends en bas ».

-Moi : « Ok j’arrive ».

J’ai pris ma douche et me suis préparée rapidement car j’avais hâte de m’y mettre.

Décidément on a plein de points communs mon chéri et moi.

-Moi :« Je suis prête »

-Henri: « Ah je vois qu’on n’a pas pris tout son temps pour se préparer aujourd’hui ».

-Moi :« Oh ne gâche pas mon plaisir. Je suis excitée de joie comme pas possible ».

-Henri :« bah calme-toi et viens manger ».

Humm, il est gentil de m’avoir fait des tartines mais le problème est que je ne mange pas de confiture. J’ai peur de le vexer quand même.

-Moi :« Oh tu es trop mignon de m’avoir fait mon petit déjeuner sauf que il y a un hic ».

-Henri: « Quoi ? »

-Moi :« Je n’aime pas la confiture ».

-Henri :« Ah bon; pourtant c’est très bon ».

-Moi :« je ne suis pas fan »

-Henri :« Dommage. Je vais les manger alors ».

-Moi :« Désolée ».

-Henri :« pas grave ».

Moi : « Tu n’es pas fâchée »

-Henri: « Bien sûr que non ».

Puis je lui ai fait un sourire avant de me faire des omelettes que j’ai vite mangé.

-Henri: « C’était bien ta petite soirée avec Sylvie ?»

-Moi :« Oui tu sais on a juste papoté mais ça m’a fait du bien de lui parler comme toujours »

-Henri : « C’est cool alors on y va ».

-Moi :« C’est parti ».

On a laissé un mot sur la table disant qu’on allait passer la journée dehors pour les autres ne s’inquiètent pas.

On a laissé la voiture aux autres au cas où ils voudraient aller quelque part. Henri voulait prendre un taxi mais je ne suis pas de cet avis.

-Moi : « j’en ai marre des taxis. Allons prendre le bus comme les gens normaux ».

-Henri :« Parce que les gens normaux ne prennent pas de taxi »

-Moi : « Non. Il n’y a que les fils à papa qui se battent pour un taxi »

-Henri: « Tu fais allusion à quoi ? »

-Moi :« Rien du tout. C’était juste un exemple comme un autre. Je ne te visais pas du tout ».

-Henri :« Il vaut mieux pour toi que tu ne me traite pas de fils à papa ».

-Moi : « Et si je dis le petit fils à sa maman ? »

-Henri : « Tu te fous de moi ? ».

-Moi :« C’était juste une question pas la peine de s’énerver ».

-Henri :« Je ne m’énerve pas mais je ne veux pas que tu me traites de fils à papa ».

-Moi : « Ok promis, je ne le ferai plus »

-Henri :« J’espère bien. On ne connait pas les bus d’ici Clara . Tu veux le prendre juste pour m’exaspérer »

-Moi : « Il ne s’agit pas toujours de toi. Donne-moi l’adresse et tu verras qu’on arrivera au bon endroit ».

-Henri : « Tu m’énerves. Tiens ».

-Moi :« Moi aussi je t’aime »

Du coup je suis allée au point des bus pour demander. J’ai dit que j’étais étrangère ici et que je ne connaissais pas bien. Je leur ai donné l’adresse et ils m’indiquèrent le bus à prendre.

Je les ai remercié et suis repartie rejoindre le beau métis qui faisait la tête parce qu’il n’avait pas envie de prendre le bus comme tout le monde. Il va souffrir avec moi.

-Moi :« Voilà. Arrête de faire l’enfant et suis-moi ».

-Henri: « hey je vais finir par t’étrangler »

-Moi :« Je sais mais attend qu’on finisse le moto-cross ».

-Henri :« Sérieusement quoi prendre le bus alors qu’on peut y aller en taxi ».

-Moi :« Dépêche-toi avant qu’il ne parte »

On s’est engouffré dedans juste à temps. Puis on est arrivé à destination vingt minutes après. Henri faisait toujours la tête. Quel enfant gâté vraiment.

A Lire aussi:

Donc on est allé se prendre deux motos. On avait réussi à nous trouver deux équipements non cher parce que porter des vêtements que je ne sais qui a mis c’est au-dessus de mes forces. Sur ce point au moins on était d’accord avec Henri.

Il voulait me payer la tenue mais je voulais le faire moi-même.

-Moi :« J’ai dit non et on n’en parle plus »

-Henri:« Tu es vraiment têtue ».

-Moi :« Je sais et je ne changerai pas d’avis ».

-Henri: « Ok je laisse tomber. On se retrouve dans quelques minutes ».

On est allé dans les vestiaires respectifs se changer et quand on ressortit nos motos étaient déjà là.

-Moi :« Alors comment tu me trouves en moto-cross girl ? »

-Henri : « Moche comme d’habitude »

-Moi :« Je vais faire comme si je n’avais pas entendu. Ça sera mieux pour tout le monde ».

-Henri :« C’est toi qui as voulu savoir »

-Moi :« J’avoue et je ne recommencerai pas crois-moi ».

-Henri :« Je plaisante tu es très belle la dedans »

-Moi :« Hum peut-être mais je n’oublie pas. D’ailleurs ce n’est pas la première fois ».

-Henri :« Ah bon , comment ça ? »

-Moi : « parce que tu te souviens plus ? »

-Henri : non, je ne me rappelle pas »

-Moi : « Moi si et je l’ai toujours en travers de la gorge ».

-Henri :« De quoi tu parles ? ».

-Moi :« Bah quand tu m’as regardé de haut en bas et que tu m’as traité de guenon ».

Il était mort de rire. Vous pouvez me dire ce qu’il y a de drôle pour qu’il se mette à rire de la sorte parce que moi je ne vois pas.

-Moi :« Tu veux m’énerver sérieux. Arrêtes ça »

-Henri :« j’ai repensé à la tête que tu as faite quand je t’ai dit ça et je n’ai pas pu m’empêcher de rire »

-Moi :« Tu es vraiment con. Vas-y tu m’as soulé ».

-Henri :« Tu ne vas pas t’énerver pour quelque chose que j’ai dit il y a longtemps ».

-Moi :« C’est le fait qui t’éclate de rire qui me mets hors de moi ».

-Henri :« Et bien on est quitte maintenant. Tu oublies et j’oublie le bus ».

Puis je l’ai regardé au coin et il m’a soulevé et m’a fait tournoyer en l’air.

-Moi :« ok j’oublie repose moi maintenant ».

Il m’a fait un bisou et m’a reposé par terre.

-Moi:« Tu es fou ».

-Henri:« Ah bon , maintenant tu vas voir comment un fou se comporte ».

Il avait commencé à m’embrasser…

-Moi:« Arrête s’il te plaît. J’ai honte , tout le monde nous regarde ».

Il ne m’a pas répondu, il continuait à m’embrasser et caresser comme un sauvage.

En plus il a osé me caresser mes seins. Et cela m’a totalement excité mais je n’avais pas autre que de lui dire d’arrêter car on était en plein air et toutes les personnes qui étaient là nous regarder.

-Moi en gémissant :« Mon chouchou préféré s’il te plaît arrêtes. On nous regarde et j’ai honte mon ange ».

Puis il m’a dit….

À SUIVRE.

ÉPISODE 23

LES RÉALITÉS DE LA VIE

Puis je suis montée mettre mon pyjama avant de rejoindre Sylvie dans sa chambre.

-Moi :« Tu n’es pas avec Eveline ?»

-Sylvie :« Non, elle était au téléphone avec son chéri ».

-Moi :« J’ai hâte de le rencontrer. Elle a l’air de beaucoup l’aimer ».

-Sylvie :« Oui bientôt. Alors c’est quoi cette histoire d’appel ?»

-Moi :« Eh bien tu te souviens quand je me suis énervée et que j’ai fais une crise ?»

-Sylvie : « Oui je me rappelle bien »

-Moi : « OK, En fait j’avais vu une photo où Henri et une autre meuf était entrain de se galocher. Du coup tout ça est arrivé parce que j’ai cru qu’il m’avait menti et qu’il avait déjà une copine. Mais non en fait la meuf c’est son ex ».

-Sylvie :« Ah bon ? Pourquoi elle a mis cette photo alors ? ».

-Moi :« Parce qu’elle est complètement tarée. En fait Eveline m’a dit que…»

Donc je lui ai raconté tout ce qu’Eveline m’avait dit sur la fille en question.

-Sylvie :« Quelle sorcière . C’est à cause des filles comme elle que les mecs pensent toutes ces mauvaises choses sur nous ».

-Moi : « Tu m’étonnes ».

-Sylvie :« Henri lui aussi qu’est-ce qu’il est allé foutre avec des meufs pareils ».

-Moi :« Je me le demande aussi.

Du coup Eveline m’a trouvé son numéro et je l’ai appelé pour lui demander de foutre la paix à Henri et tu sais ce qu’elle m’a répondu »

-Sylvie :« Quoi ? ».

-Moi :« Elle m’a dit :“ oui toute façon il m’a dit qu’il t’aimait pas. Il veut juste passer du bon temps avec toi avant de me retrouver ”».

-Sylvie :« Ah parce que c’est elle qu’il aime. Il fallait que tu lui demandes ce qu’il fait ici dans ce cas »

-Moi :« Laisse-là. Elle n’a pas de vie pour s’en inventer une. Elle est allée se plaindre chez Henri que je l’ai menacé ».

-Sylvie: « Elle veut vraiment foutre la merde celle-là. Pathétique »

-Moi :« Heureusement qu’elle n’habite pas dans la même ville. Si jamais je la chope à roder autour lui, elle va regretter d’être née ».

-Sylvie :« J’adore quand tu fais la jalouse. Si elle est comme Eveline l’a dit, je suis sûre qu’elle ne lâchera pas l’affaire. N’oublie pas de m’appeler pour que je lui botte le cul ».

-Moi : « Qu’elle vienne et elle verra ce que je vais lui faire ».

-Sylvie :« Oulla mais tu es chaude bouillante là »

-Moi : « Eh oui. Si tu trouves quelqu’un de bien il faut le protéger contre toutes les envieuses ».

-Sylvie :« Mdr Non mais vous entendez ça. Ohlala elle est fière de son Henri chérie la demoiselle ».

-Moi :« Bien sûr. Et gare à celle qui va s’en approcher ».

-Sylvie :«Étonnant, je ne te savais pas comme ça ».

-Moi :« Comme tu l’as dit l’amour fait des merveilles ».

-Sylvie : « Mais il fait aussi des jalouses ».

-Moi :« Je ne suis pas jalouse ».

-Sylvie :« Non, pas du tout ».

-Moi : « Et toi avec Fiston ».

-Sylvie : « On n’a pas de folle qui nous suit mais je suis super bien avec lui »

-Moi : « En fait tu ne m’a jamais dit ce que tu ressentais ».

-Sylvie :« Eh bien je suis amoureuse chérie. Au début je n’étais pas sûre mais là j’en suis convaincue ».

Moi : « Waouh c’est trop mimi. Et lui, même si je sais qu’il t’adore, il t’a dit ou pas ?»

-Sylvie :« Oui il m’a dit que ça fait longtemps qu’il était tombé amoureux de moi. Il attendait juste que je vienne à lui »

-Moi :« Il a attendu patiemment pendant tout ce temps s’il n’est pas spécial je m’y connais plus »

-Sylvie :« Oui. Et gare à celle qui va s’en approcher ».

-Moi : « Mdr Tu es trop folle. En tout cas tu as le mec le plus calme et le plus patient que je connais. Fiston est un gentleman »

-Sylvie :« Je sais. C’est pour ça que je l’aime ».

-Moi :« J’adore comment je suis entourée de mes amoureux. Toi; Fiston; Eveline et Henri, que demandait de plus ».

-Sylvie : « Tu l’as dit. Je pourrais rester ici avec vous toute ma vie ».

-Moi :« Oui, j’ai vraiment de la chance. Je t’aime ma Sylvie d’amour ».

-Sylvie: « Moi aussi ma puce ».

Si vous aussi vous avez dans votre vie des personnes comme celles que j’ai, gardez-les bien parce que des personnes exceptionnelles qui seraient prêtes à tout pour toi on n’en trouve pas à tous les coins de rue. Alors avant de vous disputer avec quelqu’un que vous aimez pour des broutilles pensez à ça.

J’ai fait un gros bisou à ma Sylvie car depuis qu’on se connait elle a toujours été là pour moi et ça c’est le plus beau cadeau qu’une personne peut te faire.

-Moi :« Je vais aller dormir. Je suis épuisée ».

-Sylvie : « À demain chérie ».

-Moi : « Dors bien et n’oublie pas de rêver Fiston ».

-Sylvie :« Mdr . toi aussi n’oublie pas de faire un joli rêve sur Henri ».

Le lendemain, c’est Henri qui m’a réveillé.

Wouah c’est trop bizarre vu qu’il aime dormir encore plus que moi. Comment ça se fait qu’il soit déjà levé ?. Me suis-je interrogée.

-Henri :« Debout princesse »

-Moi :« Tu es malade ou quoi ? »

-Henri :« Pourquoi tu dis ça ? »

-Moi : « Pour rien. D’habitude, tu es le dernier à te lever donc ça fait bizarre quand tu viens réveiller les gens ».

-Henri :« C’est vrai mais je te rappelle que je me suis couché avant toi ».

-Moi :« Peut-être mais il est 8h. C’est trop tôt pour se lever et j’ai encore sommeil ».

-Henri :« Au contraire c’est le moment idéal aujourd’hui ».

-Moi :« Laisse-moi, je veux dormir ».

-Henri :« Ok je vais aller faire du moto-cross avec Eveline dans ce cas ».

Du coup je me suis levée d’un bond et puis il a éclaté de rire.

Non du moto-cross j’adore. J’ai essayé une fois et je me suis cassée la gueule mais n’empêche j’adore ça. C’est exceptionnel comme sensation.

-Moi : « Du moto-cross ? Il fallait le dire plutôt. Comment tu as fait pour savoir que j’aimais ça »

-Henri :« Je ne savais pas. J’ai regardé hier sur le net et j’ai trouvé un endroit ici où on pouvait en faire ».

-Moi :« C’est génial. Tu en as déjà fait ?»

-Henri :« Oui c’est ma passion. J’ai même gagné des courses ».

-Moi :« Waouhla chance. Je suis en admiration. Donc je suppose que tu as ta propre moto ?»

-Henri :« Effectivement j’en ai une ».

-Moi :«Oh je t’aime !. C’est super, tu vas pouvoir m’apprendre parce que la dernière fois que j’ai fait ça, je me suis cassée la gueule plusieurs fois ».

-Henri: « humm on verra si tu es sage ou pas »

-Moi :« Allez s’il te plait ».

-Henri :« D’accord mais dépêche-toi. Je t’attends en bas ».

-Moi : « Ok j’arrive ».

J’ai pris ma douche et me suis préparée rapidement car j’avais hâte de m’y mettre.

Décidément on a plein de points communs mon chéri et moi.

-Moi :« Je suis prête »

-Henri: « Ah je vois qu’on n’a pas pris tout son temps pour se préparer aujourd’hui ».

-Moi :« Oh ne gâche pas mon plaisir. Je suis excitée de joie comme pas possible ».

-Henri :« bah calme-toi et viens manger ».

Humm, il est gentil de m’avoir fait des tartines mais le problème est que je ne mange pas de confiture. J’ai peur de le vexer quand même.

-Moi :« Oh tu es trop mignon de m’avoir fait mon petit déjeuner sauf que il y a un hic ».

-Henri: « Quoi ? »

-Moi :« Je n’aime pas la confiture ».

-Henri :« Ah bon; pourtant c’est très bon ».

-Moi :« je ne suis pas fan »

-Henri :« Dommage. Je vais les manger alors ».

-Moi :« Désolée ».

-Henri :« pas grave ».

Moi : « Tu n’es pas fâchée »

-Henri: « Bien sûr que non ».

Puis je lui ai fait un sourire avant de me faire des omelettes que j’ai vite mangé.

-Henri: « C’était bien ta petite soirée avec Sylvie ?»

-Moi :« Oui tu sais on a juste papoté mais ça m’a fait du bien de lui parler comme toujours »

-Henri : « C’est cool alors on y va ».

-Moi :« C’est parti ».

On a laissé un mot sur la table disant qu’on allait passer la journée dehors pour les autres ne s’inquiètent pas.

On a laissé la voiture aux autres au cas où ils voudraient aller quelque part. Henri voulait prendre un taxi mais je ne suis pas de cet avis.

-Moi : « j’en ai marre des taxis. Allons prendre le bus comme les gens normaux ».

-Henri :« Parce que les gens normaux ne prennent pas de taxi »

-Moi : « Non. Il n’y a que les fils à papa qui se battent pour un taxi »

-Henri: « Tu fais allusion à quoi ? »

-Moi :« Rien du tout. C’était juste un exemple comme un autre. Je ne te visais pas du tout ».

-Henri :« Il vaut mieux pour toi que tu ne me traite pas de fils à papa ».

-Moi : « Et si je dis le petit fils à sa maman ? »

-Henri : « Tu te fous de moi ? ».

-Moi :« C’était juste une question pas la peine de s’énerver ».

-Henri :« Je ne m’énerve pas mais je ne veux pas que tu me traites de fils à papa ».

-Moi : « Ok promis, je ne le ferai plus »

-Henri :« J’espère bien. On ne connait pas les bus d’ici Clara . Tu veux le prendre juste pour m’exaspérer »

-Moi : « Il ne s’agit pas toujours de toi. Donne-moi l’adresse et tu verras qu’on arrivera au bon endroit ».

-Henri : « Tu m’énerves. Tiens ».

-Moi :« Moi aussi je t’aime »

Du coup je suis allée au point des bus pour demander. J’ai dit que j’étais étrangère ici et que je ne connaissais pas bien. Je leur ai donné l’adresse et ils m’indiquèrent le bus à prendre.

Je les ai remercié et suis repartie rejoindre le beau métis qui faisait la tête parce qu’il n’avait pas envie de prendre le bus comme tout le monde. Il va souffrir avec moi.

-Moi :« Voilà. Arrête de faire l’enfant et suis-moi ».

-Henri: « hey je vais finir par t’étrangler »

-Moi :« Je sais mais attend qu’on finisse le moto-cross ».

-Henri :« Sérieusement quoi prendre le bus alors qu’on peut y aller en taxi ».

Histoire d’amour – Pixabay

-Moi :« Dépêche-toi avant qu’il ne parte »

On s’est engouffré dedans juste à temps. Puis on est arrivé à destination vingt minutes après. Henri faisait toujours la tête. Quel enfant gâté vraiment.

Donc on est allé se prendre deux motos. On avait réussi à nous trouver deux équipements non cher parce que porter des vêtements que je ne sais qui a mis c’est au-dessus de mes forces. Sur ce point au moins on était d’accord avec Henri.

Il voulait me payer la tenue mais je voulais le faire moi-même.

-Moi :« J’ai dit non et on n’en parle plus »

-Henri:« Tu es vraiment têtue ».

-Moi :« Je sais et je ne changerai pas d’avis ».

-Henri: « Ok je laisse tomber. On se retrouve dans quelques minutes ».

On est allé dans les vestiaires respectifs se changer et quand on ressortit nos motos étaient déjà là.

-Moi :« Alors comment tu me trouves en moto-cross girl ? »

-Henri : « Moche comme d’habitude »

-Moi :« Je vais faire comme si je n’avais pas entendu. Ça sera mieux pour tout le monde ».

-Henri :« C’est toi qui as voulu savoir »

-Moi :« J’avoue et je ne recommencerai pas crois-moi ».

-Henri :« Je plaisante tu es très belle la dedans »

-Moi :« Hum peut-être mais je n’oublie pas. D’ailleurs ce n’est pas la première fois ».

-Henri :« Ah bon , comment ça ? »

-Moi : « parce que tu te souviens plus ? »

-Henri : non, je ne me rappelle pas »

-Moi : « Moi si et je l’ai toujours en travers de la gorge ».

-Henri :« De quoi tu parles ? ».

-Moi :« Bah quand tu m’as regardé de haut en bas et que tu m’as traité de guenon ».

Il était mort de rire. Vous pouvez me dire ce qu’il y a de drôle pour qu’il se mette à rire de la sorte parce que moi je ne vois pas.

-Moi :« Tu veux m’énerver sérieux. Arrêtes ça »

-Henri :« j’ai repensé à la tête que tu as faite quand je t’ai dit ça et je n’ai pas pu m’empêcher de rire »

-Moi :« Tu es vraiment con. Vas-y tu m’as soulé ».

-Henri :« Tu ne vas pas t’énerver pour quelque chose que j’ai dit il y a longtemps ».

-Moi :« C’est le fait qui t’éclate de rire qui me mets hors de moi ».

-Henri :« Et bien on est quitte maintenant. Tu oublies et j’oublie le bus ».

Puis je l’ai regardé au coin et il m’a soulevé et m’a fait tournoyer en l’air.

-Moi :« ok j’oublie repose moi maintenant ».

Il m’a fait un bisou et m’a reposé par terre.

-Moi:« Tu es fou ».

-Henri:« Ah bon , maintenant tu vas voir comment un fou se comporte ».

Il avait commencé à m’embrasser…

-Moi:« Arrête s’il te plaît. J’ai honte , tout le monde nous regarde ».

Il ne m’a pas répondu, il continuait à m’embrasser et caresser comme un sauvage.

En plus il a osé me caresser mes seins. Et cela m’a totalement excité mais je n’avais pas autre que de lui dire d’arrêter car on était en plein air et toutes les personnes qui étaient là nous regarder.

-Moi en gémissant :« Mon chouchou préféré s’il te plaît arrêtes. On nous regarde et j’ai honte mon ange ».

Puis il m’a dit….

À SUIVRE.

Share this: