73 / 100

Suite de votre histoire d’amour “les réalités de la vie”: Je me suis approchée lentement pour faire genre j’étais timide. Dans la vie je suis un peu timide oui mais pas avec Henri. Quand je suis avec lui je me sens pousser des ailes comme si le monde m’appartenait. Je me sens en puissance quoi.
Du coup je me assise à l’autre côté du canapé

ÉPISODE 24 LES RÉALITÉS DE LA VIE 
-Moi en gémissant :« Mon chouchou préféré s’il vous plaît arrête. On nous regarde et j’ai honte mon ange ».
Puis il m’a dit

-Henri :« OK j’arrête , mais n’oses plus me traiter de fou. Bon, enfourche ta moto et suis-moi ».
Du coup j’ai fait ce qu’il m’a dit mais la moto était trop puissante pour moi. Dès que j’ai démarré je me suis retrouvée directement projeter par terre.
-Moi :« Haaaa ».

-Henri : « ça va ? ».
-Moi :« Oui mais j’ai eu peur quand même ».
-Henri :« Tu y es allé un peu fort »
-Moi : « Je crois oui ».

Il m’a aidé à me relever, puis avait commencé à sourire.
-Moi :«Ne t’avises pas d’éclater de rire ».
-Henri :« Ok j’arrête. Démarre lentement car pour l’instant on va juste faire de petits tours ».

Je me suis remise sur la moto et j’ai fait ce qu’il me dit.
Après 2 ou 3 chutes, j’ai réussis enfin à maitriser la moto mais j’étais toute sale avec la boue là.
-Henri :« Bravo tu t’en sors bien finalement ».
-Moi :« Oui je suis toute sale ».

Histoire d’amour – Pixabay

-Henri :« eT ce n’est pas fini. Il faut que tu apprennes à faire un joli virage. Regarde je te montre ».
-Moi :« Ok, je vais essayer »
Je suis tombée encore au sol mais j’ai réussis à le faire après plusieurs essais.

-Henri :« Montre ce que tu sais faire avant qu’on rentre ».
-Moi : « J’y vais ».
J’ai mis les pleines vitesses. Je prierai pour ne pas tomber parce qu’il y avait des bosses partout sur la route. Finalement j’ai fait un virage parfait et je suis revenue au point de départ en frimant.
-Moi : « Tu as vu ça. Je suis une pro maintenant »

-Henri :« Pas mal pour une débutante. Mais une pro lui ferait ça. Regarde et apprécies ».
Il m’a fait son petit show. Il est allé sur la piste des pro et a fait un saut debout, un saut assis et tous les autres figures dangereuses là dont je ne savais même pas le nom.

-Henri :« Alors tu en dis quoi ? ».
-Moi : « Pas mal mais j’ai vu mieux ».
-Henri :« Oui c’est ça. Avoues que tu étais en admiration devant moi ».
-Moi :« Je le serai quand je te verrai gagner des courses contre de vrais professionnels »

-Henri :« Oui ça peut se faire ».
-Moi :« Quoi maintenant ? ».
-Henri :« Pourquoi pas ? Attends moi je reviens ».
Il est allé parler à d’autres personnes qui étaient là et est revenue quelques minutes après.

-Henri :« Tu vas l’avoir ta course »
-Moi :« Tu vas faire une course juste pour que je sois en admiration ?»
-Henri :« Oui exactement ».
-Moi : « Tu es complétement dingue ».
-Henri : « Je sais. Allez suis moi ».

Ils étaient cinq à participer à la course. Ils devaient faire 2 tours de piste. Je leur ai donné le départ.
Humm, finalement il a gagné sa course.
-Henri : « Alors ? »
-Moi : « Je n’y crois pas »
-Henri : « Tu plaisantes ? »

-Moi : « Non c’était trop facile. Je dirais même qu’ils t’ont laissé gagner ».
-Henri :« C’est insultant. Comment peux-tu croire que je les ai achetés »
-Moi :« Je plaisante »
-Henri :« C’est une blague de très mauvais goût ».
-Moi :« Eh bien, je pense la même chose à chaque fois que tu m’en fais une ».

A Lire aussi:

-Henri : « Haha très marrant ».
-Moi :« Et j’ai été en admiration depuis que tu m’as dit que t’en faisais souvent »
-Henri : « Tu es vraiment… ».
-Moi :« Extraordinaire oui je sais »
-Henri :« j’allais dire imprévisible et après tu dis que c’est moi qui suis prétentieux ».

-Moi :« à trop fréquenter quelqu’un on finit par lui ressembler »
Il m’a regardé longuement et a souris
-Henri : « On rentre ».

-Moi : « Avec plaisir. J’ai trop faim et le soleil tape trop fort.
Heureusement que j’ai la combinaison sinon je pourrais aller nulle part avec toute ces tâches de boue ».
Du coup on est allé se changer dans les vestiaires.
Quelques minutes après on est allé prendre un taxi.
-Moi : « J’ai trop faim »

-Henri :« Je t’invite au restaurant à moins que madame veuille toujours jouer les fières et se payer sa part ».
-Moi :« Ce n’est pas question de ça. Tu peux m’inviter au restau, au ciné et tout ce que tu veux mais je préfère les payer moi-même quand c’est cher ».

-Henri :« C’est irrationnel. J’ai le droit de t’offrir quelque chose »
-Moi :« Bien sûr mais j’ai le droit de refuser si c’est trop cher ».
-Henri :« Et tu crois que c’est intéressant de t’offrir quelque chose que tu peux t’acheter toi-même ?»

-Moi :« Je ne sais pas mais je préfère que ça soit comme ça ».
-Henri :« J’abandonne; c’est trop dur de te convaincre »
-Moi :« Oui tu commences à bien me connaître ».

Histoire d’amour – pixabay

Puis on est arrivé au restaurant. On a commandé et dégustait sur place. Et quand on est rentré enfin, il n’y avait personne dans la maison. Du coup on a mis le film de Taylor Lautner qu’on n’avait pas pu regarder la dernière fois.

-Moi :« Oh purée qu’est-ce qu’il est beau ? ».
-Henri :« Tu veux m’énerver c’est ça ? »
-Moi :« Avoues qu’il est beau. Regarde le il est musclé à bloc avec un bronzage impeccable »

Du coup il arrêté le film et est sorti de la chambre.
J’y crois pas, il est jaloux d’un mec que je ne verrai probablement jamais. C’est fou quand même.
Je suis sortie pour voir où il était et je l’ai trouvé assis dans le salon l’air très énervé.

-Moi :« C’est quoi ce que tu viens de faire ? »
-Henri :« Ce que j’ai fait ?. Tu as cru que j’allais rester t’écouter parler de lui comme tu l’as fait. Tu ne me respectes pas je te jure »
-Moi :« Moi ? Bien sûr que je te respecte ».

-Henri:« Laisse-moi stp. Ne m’énerve plus encore ».
-Moi :« J’adore comment tu es jaloux ».
-Henri :« En plus tu te fous de ma gueule. Je t’ai laissé trop de liberté je crois ».

-Moi :« Hé ho on n’est pas à l’esclavage je te signale »
-Henri :« Peu importe. Tu m’as trop pris pour un imbécile »
-Moi :« Non pas du tout. Ne fais pas la tête »
-Henri :« Parce que ça te plairai à toi si je disais devant toi à quel point je trouvais une autre femme belle ».

Sur ce point il a raison. J’aurais pété un câble et je lui aurai fait la tête pendant une semaine minimum.
-Moi : « Arrête, je voulais juste te rendre jaloux pas t’énerver. Désolé de t’avoir vexé. Moi ce que j’aime c’est les beaux métis prétentieux.

A Lire aussi:

Même si je le trouve beau ce n’est pas mon genre, en plus jamais je le verrai ».
Il a continué de faire semblant d’être énervé mais je savais qu’il l’était plus.
Il ne reste jamais fâché très longtemps d’ailleurs. Il est trop chou quand il fait le mec jaloux.

-Moi :« Si le beau métis ne veut plus de moi. Ça change tout »
-Henri: « Approches ».
Je me suis approchée lentement pour faire genre j’étais timide.
Dans la vie je suis un peu timide oui mais pas avec Henri.

Quand je suis avec lui je me sens pousser des ailes comme si le monde m’appartenait. Je me sens en puissance quoi.
Du coup je me assise à l’autre côté du canapé
-Henri : « Un peu plus près que ça et arrête de jouer à la fille timide ça ne te vas pas ».

Je me suis levée et me suis assise sur ces genoux.
-Moi :« Et là ça va ? ».
-Henri : « Parfait ».
À SUIVRE

Share this:

Laisser un commentaire