70 / 100

Episode 28 de l’histoire d’amour (les réalités de la vie): Je me suis couchée au bout du lit tellement j’avais peur de le toucher; et chaque fois que je sentais son souffle derrière mon dos, mon cœur s’accélérait et je reculais.

ÉPOSODE 28 LES RÉALITÉS DE LA VIE

Je suis allée la prendre dans la chambre d’Eveline.

Humm, je sais que ça sera chaud aujourd’hui hein .

-Moi :« Je viens chercher mon pyjama ».

-Eveline :« Tu es anxieuse à l’idée de dormir avec lui ?».

-Moi :« Un petit peu ».

-Eveline :« C’est pour ça que tu prends tout ton temps pour porter ce pyjama ?»

-Moi :« …… ».

Histoire d’amour

-Eveline :« Tu devrais lui dire si tu ne veux pas, il te comprendra »

-Moi :« Non c’est bon. Dors bien »

-Eveline :« Toi aussi ».

Puis je suis retournée dans le salon rejoindre Henri.

-Henri :« Encore une minute et je venais te chercher ».

-Moi :« Je discutais avec Eveline ».

-Henri :« Je vais finir par croire que tu aimes beaucoup ma sœur que moi ».

-Moi :« C’est peut-être le cas ».

-Henri :« Vas dormir avec elle alors ».

Super il ne sait même pas ce qu’il vient de dire.

-Moi :« D’accord à demain alors ».

-Henri :« Tu vas où comme ça ?»

-Moi :« Dormir avec Eveline ».

-Henri :« Je le savais; tu as peur de dormir avec moi , c’est ça ? ».

-Moi :« Un petit peu »

-Henri :« Oublie ce que je t’ai dit hier soi, on va juste dormir rassure toi. Je ne te ferai rien du tout. Je te respecte trop pour ça ».

-Moi :« Je sais ».

-Henri :« Tu as peur que je t’entende ronfler ?»

-Moi :« Mdr je ne ronfle pas »

-Henri :« Cool. Allons-y ».

Du coup on est allé dans sa chambre. C’était décoré sobrement contrairement à la mienne mais il y avait du charme comme son propriétaire.

-Henri :« D’habitude je dors juste avec mon caleçon mais mieux vaut que je mette un pyjama ».

-Moi :« Oui bonne idée. Et vas te changer ailleurs stp car il ne faut pas tenter le diable ».

-Henri :« Je sais que tu ne peux pas me résister mais il faudra que tu te retiennes »

-Moi :« Haha très drôle »

Il s’est changé sur place et puis m’a dit

-Henri :« Voilà c’est fait.; j’éteins la lumière ».

-Moi : « OK ».

Je me suis couchée au bout du lit tellement j’avais peur de le toucher; et chaque fois que je sentais son souffle derrière mon dos, mon cœur s’accélérait et je reculais.

-Henri :« Si tu continues à reculer comme ça tu vas finir par tomber ».

-Moi :« Je ne tomberais pas »

Eh ben, je me suis retrouvée par terre du coup.

Oh mon Dieu je me suis cognée la tête,et Henri lui était mort de rire.

Je me suis relevée comme si de rien n’était et me suis remise dans le lit, et l’autre-là était toujours entrain de rigoler.

-Moi :« Tu peux te taire s’il te plait »

-Henri :« Haha… C’était trop… drôle »

-Moi :« Il n y a rien de drôle. En plus ça ne se fait pas de rire comme ça quand les gens tombent ».

Je dis ça parce que c’est moi mais à sa place j’en aurai ris toute une journée.

-Henri :« Oui mais toi tu l’as bien cherché. Je t’avais prévenu mais tu n’as pas voulu m’écouter ».

-Moi :« Si tu n’arrêtes pas de rire tu iras dormir dans le salon »

Wouah je suis courageuse hein ; comme si c’était ma chambre.

-Henri:« Je te rappelle que tu es dans mon appartement et dans ma chambre en plus de cela, alors s’il y a quelqu’un de bien placer pour donner des ordres ici c’est moi ».

-Moi :« Ok c’est moi qui sors dans ce cas ».

-Henri :« Je sais que tu ne rêves que de ça mais tu ne sortiras pas de cette chambre avant demain ».

Puis Il a tiré la couverture vers lui et m’a découvert en même temps.

-Moi :« Hé moi aussi je veux me couvrir ».

-Henri:« bah rapproches toi alors. Tu me fuis comme si j’avais la peste ».

-Moi :« …. ».

-Henri :« Ok reste là-bas alors ou plutôt va dormir avec Eveline vu que tu ne me fais pas confiance. Bonne nuit ».

Wouah on dirait que j’ai fait fâcher le grand méchant loup .

-Moi :« Bien sûr que je te fais confiance. Ne dis pas n’importe quoi ».

-Henri :« …. ».

Je l’ai secoué pour qu’il me réponde

-Henri :« Tu veux quoi ? »

-Moi :« la couverture ».

-Henri :« Il y a une autre dans le placard tu n’as qu’à aller le prendre ».

-Moi :« Mais c’est celui-là que je veux ».

-Henri :« Trop tard, et maintenant laisse moi, je veux dormir »

-Moi :« Ok, je vais dormir dans le salon si c’est ça ».

-Henri :« Oui c’est ça »

Donc il ne me croit pas, il va voir. Je me suis levée; j’ai ouvert le placard, j’ai pris la couverture et suis allée dans le salon.

Je me suis couchée sur le canapé et me suis couvert.

Une minutes après, je l’ai vu debout devant moi.

Humm�, j’avais fait tout ce cinéma parce que je savais qu’il allait venir me chercher.

-Henri :« Tu es complétement tarée. Qu’est-ce que tu fais sur ce canapé ?».

-Moi :« Je dors, ça ne se voit pas ?»

-Henri :« Dieu donne-moi la force de la supporter ».

-Moi :« Je t’entends, tu sais ? »

-Henri :« Je sais. Retournons dans la chambre ».

-Moi :«Non tu as cru quoi ? On ne me rejette pas moi ».

-Henri :« Non mais je rêve. Répète pour voir ».

-Moi :« Laisse-moi tranquille »

-Henri : « OK , tu ne me laisses pas le choix ».

Il m’a soulevé comme si j’étais une plume et a pris la direction de sa chambre.

-Moi :« Repose-moi tout de suite !»

Il m’écoutais même pas et m’a reposé une fois dans sa chambre.

-Moi :«Tu es content d’user de ta force contre de pauvres gens sans défense »

-Henri :« Tu es tout sauf sans défense. Et maintenant fais-moi plaisir couche-toi et dors ».

-Moi :« Je veux une glace avant »

-Henri :« Tu te fiches de moi ?; Il n’y a pas des glaces ici et d’ailleurs il est plus d’une heure du matin. Je t’en supplie dors ».

-Moi :« Ok mais tu m’en achèteras une demain ».

-Henri :« Tout ce que tu voudras si tu te tais. Je vais finir par regretter de t’avoir invité ».

-Moi :« Ah bon ? ».

-Henri :« Je plaisante ».

Finalement je me suis tu et me suis recouchée.

Je suis restée quelques minutes dans mon coin et ai fini par me retrouver dans mes bras.

C’est une des meilleures nuits de ma vie. J’ai dormi comme un bébé, et quand je me suis réveillée, j’ai trouvé Henri entrain de me regarder.

-Henri :« Bonjour. Bien dormi ?»

-Moi :« Oui très bien même ».

-Henri :« Avoues que c’est grâce à moi »

-Moi :« En partie mais j’étais fatiguée aussi »

-Henri :« Waouh , mais tu n’avais pas l’air fatigué hier ».

A Lire aussi:

-Moi : «Et toi, tu as bien dormi ? ».

-Henri:« Oui, dès que tu m’en as donné l’occasion ».

-Moi :« Mdr. Je vais me doucher. On se retrouve tout à l’heure ».

-Henri :« Ok, à tout à l’heure ».

Puis je suis allée dans la chambre d’Eveline pour me doucher.

Je me suis rhabillée après et suis allé les rejoindre dans le salon.

-Eveline :« On t’attendait ».

-Moi :« Pourquoi ? ».

-Henri :« Pour aller faire les courses ».

-Moi :« Ah j’avais oublié que vous ne connaissez pas la ville. Et moi qui comptais rentrer ».

-Henri :« Eh ben c’est raté. On y va ».

-Moi :« OK, mais on doit passer par chez moi. Je voudrais me changer avant et puisqu’on y est autant que je fasse mes courses en même temps ».

-Henri :« Allons y alors ».

Je pris ma voiture avec Eveline pendant qu’Henri nous suivait derrière avec la sienne. Ils montèrent avec moi pour voir où je vivais selon eux.

-Moi :« Bienvenue dans mon humble demeure ».

-Eveline :« C’est mignon ».

-Henri :« Je dirais plutôt que c’est très fille »

-Moi :« Normal je suis une fille. Bon je vais me changer je reviens. Faites comme chez vous ».

Quelques minutes après j’étais de retour et on y alla.

-Moi :« On prend ma voiture »

-Henri :« Et pourquoi ? ».

-Moi :« Parce que déjà tu ne connais pas donc c’est moi qui conduit et ensuite je ne voudrais que tout le monde me vois sortir de ça ».

-Henri :« Comment ça ? ».

-Moi :« Parce que tout le monde va nous regarder et crois-moi ce n’est pas la meilleure des choses. Et si j’étais toi je changerai de voiture ».

-Henri :« Tu es trop bizarre ».

-Eveline :« Elle a peut-être raison ».

-Moi :« allons-y ».

On est parti ; je leur ai montré les parties de la ville à connaitre en premier le reste ils découvriront avec le temps.

On a passé par l’université pour qu’Eveline s’inscrive et on a fini par le supermarché.

Trois heures après on était de retour chez moi, Puis j’ai reçu un message de Sylvie en ce moment.

-Sylvie :« Hé lâcheuse. Tu fais quoi cet après-midi ? ».

-Moi :« Je ne suis pas une lâcheuse. Je ne sais pas encore et toi ?»

-Sylvie :« Oui c’est ça, tu m’as lâché pour Henri ? Mdr. Je voulais passer te voir »

-Moi :« Ça tombe bien. Viens avec Fiston, on va passer la journée chez Eveline ».

-Sylvie :« Pourquoi pas ? Je lui demande s’il veut. Moi je ne raterai pas ça en tout cas ».

-Moi :« Tiens-moi au courant pour que je vienne te chercher s’il ne vient pas ».

-Sylvie :« D’accord, à bientôt ».

Puis j’ai dit aux autres

-Moi :« Sylvie va venir nous rejoindre et peut-être avec Fiston ».

-Eveline :« Super on va bien s’amuser ».

J’ai rangé mes courses, et on y est allé dans la voiture d’Henri.

Histoire d’amour

Puis Sylvie et Fiston nous rejoignirent 30 minutes après.

-Sylvie : « Coucou la petite famille »

-Eveline :« Ma Sylvie d’amour, tu m’as grave manqué ».

-Sylvie :« Toi aussi ma chérie ».

-Moi : « Salut ma puce ».

-Sylvie :« Coucou Mme… »

-Henri : « Salut ma belle »

-Sylvie : « Salut mon amour ».

On a aussi salué Fiston, puis on a discuté un peu et j’ai entraîné les filles dans la cuisine pour m’aider à préparer le poulet à la gabonaise pour le dîner pendant que les garçons se mettaient à regarder le foot.

Dans la cuisine, on a engagé une conversation entre filles.

-Sylvie :« C’est pour séduire ton Chouchou préféré que tu nous fais un poulet à l’Africaine ?».

-Eveline : « En plus c’est elle qui a proposé ».

-Moi :« Je l’ai déjà séduit figures-toi ».

Oui , je suis totalement sûre que je l’ai séduit depuis longtemps.

Maintenant il est à moi , et personne d’autre ne me le ravira ; même pas cette sorcière Rachel qui est restée toute sa vie obséder à l’idée de le voir entre ses jambes.

J’aime Henri de tout mon cœur , il est à moi et restera toujours à moi.

À SUIVRE.

Si tu veux lire la suite, abonnes-toi à la page et partage cette publicat

Share this:

Laisser un commentaire