couple-reseau
70 / 100

Il m’a fait un bon gros câlin comme je les aime, puis je l’ai serré de toutes mes forces. -Henri :« Si tu continues à me serrer comme ça je risque de ne pas pouvoir me contrôler ». La suite de votre histoire d’amour…

ÉPISODE 32 LES RÉALITÉS DE LA VIE 

Il m’a fait un bon gros câlin comme je les aime, puis je l’ai serré de toutes mes forces.
-Henri :« Si tu continues à me serrer comme ça je risque de ne pas pouvoir me contrôler ».

-Moi :« Désolée ».
-Henri :« J’ai faim ; je n’ai pas diné hier ».
-Moi :« Tu veux que je te prépare quelque chose ?».
-Henri :« Oui je veux bien des crêpes ».
-Moi :« Tu viens m’aider »
-Henri :« Allons-y ».

Ils avaient acheté des sachets préparés donc ce fut vite fait.
Je lui ai fait une salade de fruits et du jus d’orange naturel.
Et Eveline est entrée au moment où on finissait les crêpes.

-Eveline :« Humm, c’est l’odeur des crêpes qui m’a réveillé »
-Henri :« Tu ne dis pas Bonjour ?»
-Eveline :« À toi non parce que tu m’as raccroché au nez hier mais à Clara oui ».

-Henri :« Désolé mon cœur ».
-Eveline :« Tu ne t’en sortiras pas aussi facilement ».
-Henri :« Toute façon je sais comment me racheter ».
-Eveline :« On verra. Je vois que vous vous êtes réconciliés. Tu ne devrais pas disparaître comme ça. Elle a failli me faire une crise tellement elle avait peur de perdre son amoureux ».

-Henri :« Ah bon. Elle ne m’a pas parlé de ça »
-Eveline : « Oups »
-Moi :« Je trouve que tu fréquentes Sylvie un petit peu »
-Eveline :« Mdr Je ne dirais pas non. Je trouve que tu le gâtes trop. Tu lui fais même des crêpes ».

-Moi :« C’est normal; il faut que je le chouchoute ».
-Eveline :« Dis-moi entre filles; il t’a menacé ?»
-Henri :« Quoi ? Tu es folle ».
-Eveline :« Toi laisse la parler. Tu sais, tu peux me le dire s’il t’a fait du chantage. Je te défendrai ».

J’ai éclaté de rire Oh ils sont trop mimi dans ma petite famille.

-Moi :« Non et c’est lui que tu devrais défendre ».
-Eveline :« Ah non, moi je ne défends pas les gens qui maltraite leur sœur parce qu’ils sont fâchés avec leur copine ».
-Henri :« Tu ne trouves pas que t’exagères ?»
-Eveline :« Je dirais à maman que tu m’as frappé »
-Henri :« Mdr Elle ne te croira pas. Je n’ai jamais levé la main sur une femme ».

-Eveline :« Je plaisante. Tu es mon frère chéri mais tu m’as vexé quand même ».
-Henri :« Tu me pardonnes ? ».
-Eveline :« Ok si tu me donnes ta salade de fruits »
-Henri :« Dans tes rêves ».
Je les ai regardé amusé. Ils sont trop chou tous les deux.
-Moi :« Il en reste dans le frigo »

On a poursuivi notre petit-déjeuner dans cette ambiance.
Puis je suis rentre chez moi une heure après. Et je n’avais pas encore fini de ranger mes trucs quand j’ai reçu un message de mon chéri.

-Henri :« Tu me manques déjà. Qu’est-ce que tu m’as fait ? »
-Moi :« Je t’ai ensorcelé pour que tu deviennes accro »
-Henri :« Eh bien, tu y allais un peu fort. Tu me hantes »
-Moi :« J’ai dû mettre une forte dose de mon charme dans le filtre que je t’ai donné »

-Henri :« Mdr J’espère que ce n’est pas nuisible à la santé ».
-Moi :« Si tu ne me fais pas plaisir oui »
-Henri :« Là tu veux profiter de la situation ».
-Moi :« Tu me connais. Il faut que je te laisse. Je t’appelle tout à l’heure ».
-Henri :« Ok bébé ».

Donc je me suis mise au boulot et ça m’a pris une heure pour que la maison soit bien propre. J’ai pris ensuite ma douche et me suis installée sur mon lit.
J’ai appelé Henri et on a discuté jusqu’à x time. J’ai raccroché parce que je commençais à avoir mal aux oreilles.

Le lendemain j’ai passé la journée chez Sylvie avec Eveline. On a passé tout le temps à parler de notre vie comme à chaque fois. On est trop bavard j’avoue. Sylvie et Fiston vivent leur amour à fond et s’entende trop bien. Fiston faisait tout ce qu’elle voulait et elle l’aimait de plus en plus donc ils sont trop chou.

Eveline nous a dit que ça lui manquait beaucoup de ne plus voir Félix quand elle voulait. On l’a consolé du mieux qu’on pouvait car c’est dur pour elle quand même.

En rentrant chez moi, j’ai reçu un message d’Henri.
-Henri :« Sois prête à 20h30, je passe te prendre ».
-Moi :« Pour aller où ? »
-Henri :« Au cinéma »

-Moi :« Qui t’as dit que j’avais envie d’aller au cinéma ? ».
-Henri :« Tu iras quand même. Et ne sois pas en retard ».
Humm, drôle sa façon d’inviter quelqu’un. Il ne me demande même pas mon avis.
Donc je me suis préparée quand même à sortir même si je n’étais pas prête quand il arrivait.

-Henri :« Tu vas partir en serviette »
-Moi :« Mdr Non je ne suis pas encore prête »
-Henri :« On dirait tu fais exprès de ne jamais être prête à temps »
-Moi :« Je serai prête dans vingt minutes. Tu es trop beau ».
-Henri :« N’essaies pas de m’amadouer. Fais vite !».

Je me suis dépêchée de finir avant qu’il m’étrangle.
-Moi :« On y va ».
-Henri :« Approches; tu m’as trop manqué ».

Waouh il va me tuer ou quoi. Ah  si tu es plus amoureuse que moi tu meures.

Donc on est sorti cinq minutes après, puis Henri m’a dit
-Henri :« On ira manger d’abord ».
-Moi :« Pas les restaurants belges stp ».
-Henri :« Tout ce que tu voudras princesse ».

On est allé manger des sortes de chawarma dans un restaurant turc super bon; je me suis régalée hein. On a croisé certaines filles de notre université au restau mais je ne les ai pas saluée parce qu’elles m’énervent à jouer aux tepu (pute) pour attirer les mecs surtout leur chef de bande Laetitia.

D’ailleurs elles n’ont pas arrêté de mater Henri tout le temps qu’on était là-bas. J’étais agacée mais je n’ai rien dit à Henri parce que je n’avais pas envie qu’il les connaisse.

À un moment j’ai vu Laetitia se diriger vers notre table avec son visage qu’elle a maquillé tellement on dirait un clown et sa robe courte qui lui collait à la peau.

-Laetitia :« Salut Clara ça fait un bail qu’on s’est pas vu. Tu as passé de bonnes vacances j’espère ? ».
Quelle faux-cul. Elle s’en fout que je sois morte ou vivante. Depuis quand elle me salue déjà ? Me suis-je interrogée.

Je sais très bien pourquoi elle est là.
-Moi :« Excellentes ».
Je ne lui ai pas demandé les tiennes parce que je m’en contrefiche.
-Laetitia :« Cool , alors tu ne me présentes pas à ton ami ?».

Oh la salope, j’en étais sûre. Elle le regardait d’une façon bizarre. Elle rêve si elle espère lui mettre le grappin dessus. Je n’avais pas envie de les présenter mais il fallait être poli.

-Moi :« Bien sûr; bébé voici Laetitia et Laetitia je te présente Henri ».
-Laetitia :« Salut, ravie de te connaître ».
-Henri :« moi aussi ».

-Laetitia :« Tu es nouveau en ville parce que j’aurai sûrement pas raté un aussi beau mec ».
Oh quelle salope. Déjà que je ne l’appréciais pas. Là elle veut vraiment que je la déteste.

-Henri :« Merci. Effectivement je suis arrivé il n’y a pas longtemps ».
-Laetitia :« Tu es venu étudier ici ? ».
-Henri :« Oui ».
-Laetitia :« Génial on pourra mieux se connaitre alors »

Je n’espère pas. J’en avais assez de la voir elle.

-Moi :« On y va mon cœur. C’est bientôt l’heure ».
-Henri :« Ok je vais régler ».
Puis Henri s’est adressé à Laetitia
-Lui :« Ravi de t’avoir connu ».
-Laetitia :« Moi de même ».

Puis il est allé régler.
J’ai attendu qu’il s’éloigne un peu avant de me tourner vers Laetitia.

-Moi :« Je sais que mes vacances ne t’intéresse pas le moindre du monde et que c’est Henri qui t’a fait venir »
-Laetitia :« J’avais envie de le connaitre. Il est magnifique ».
-Moi :« Je sais mais il est déjà pris alors ne t’approches plus de mon mec ».
-Laetitia :« Quel gâchis. Un si beau mec se mettre avec quelqu’un comme toi. Je me serai bien occupé de lui moi ».

-Moi :« Tu m’étonnes que personne ne t’aime. Tu es une vraie pute »
-Laetitia :« Je ne te répondrai même pas. Fais attention on risque bien te le chiper ».
Puis elle s’est retourné et est partie. Elle me cherche vraiment elle. Elle n’a qu’à essayer pour voir.

Henri est revenu et on s’est en allé.
-Henri :« Elle est très audacieuse ton amie. Porter cette tenue devant tous ces gens ».
-Moi :« Tu crois vraiment que je serai amie avec une fille pareille. Elle est venue juste pour te parler ».
-Henri :« Ah bon !. Elle a bien joué la comédie alors »
-Moi :« Je n’ai pas envie de parler d’elle ».

Il a démarré et on est allé voir un vrai Film d’amour. On a terminé notre petite soirée en se promenant même s’il faisait tard.
Il m’a ramené chez moi et est reparti après m’avoir souhaité bonne nuit comme il le fallait.
Humm , c’est beau la vie…

Je me suis endormie en passant à mon homme et me suis réveillée en pensant à lui.
Lui aussi il m’a fait quelque chose . Mon cerveau n’a plus que son image comme souvenir.

Le lundi de la rentrée est enfin arrivé. Fini les vacances et les grasses matinées et bonjour les cours et les profs ennuyant.

Je n’ai pas vu Henri de toute la matinée parce qu’il a un an de plus que moi, ni Eveline parce qu’on n’apprenait pas la même chose.
Je me suis mis avec Sylvie au fond de la classe et on a passé notre matinée à se moquer des profs. Ça par contre ça m’avait trop manqué.

-Moi : « Elle est dans quelle promotion Laetitia ?»
-Sylvie :« Dans celle de Fiston. Pourquoi tu me parles de cette idiote ?».

Il a fallu qu’il soit dans la même classe qu’elle. Il faut que je parle avec Henri.

A Lire aussi:

-Moi :« Parce que je l’ai croisé quand je suis sortie avec Henri hier ».
Je lui ai ensuite raconté ma petite discussion avec elle.
-Sylvie :« Il va falloir que tu l’as surveille, cette fille est un vrai danger publique surtout quand il s’agit de mec ».
-Moi :« Je ne pourrais jamais être tranquille avec mon mec ?»
-Sylvie :« Mais si. Il faut juste régler quelques détails avant ».

À midi les garçons nous ont envoyé un message pour dire qu’ils étaient déjà au mini Restau du campus, donc on a attendu Eveline avant de les rejoindre.
On est allé se faire servir et au moment où on finissait de se servir, j’ai vu Laetitia se diriger vers la table d’Henri et Fiston.

-Sylvie :« elle a osé. Il faut que tu t’occupes d’elle vite fait ».
-Eveline :« C’est la fille qui est venue parler à Henri ce matin. Je la reconnais. Elle m’a même dit qu’elle pourrait me faire visiter la ville si je veux ».
-Sylvie: « Tu as refusé j’espère »

-Eveline :« Je lui ai dit que j’avais déjà des amis et elle m’a dit on en reparlera ».
-Sylvie :« C’est la pire meuf qui existe sur cette terre; Évite-la. Si elle veut être ton amie c’est juste à cause d’Henri. C’est une vraie sorcière crois-moi ».
-Eveline :« Ok au moins je le sais maintenant »
-Moi :« J’ai l’impression qu’elle n’a pas entendue ce que je lui ai dit ».

Elle était déjà assise , et en plus de tout elle s’est installe juste à côté d’Henri.
Donc je me suis dirigée vers eux , puis j’ai posé mon plateau devant eux.

-Henri :« On a cru que vous n’allez jamais arriver »
-Moi en colère :« Quitte cette table tout de suite sale !»
-Laetitia :« C’est à moi que tu parles ? ».

-Moi :« Oui toi. Tu prends tes clics et tes clacs et tu te barres »
-Laetitia :« Tu devrais mieux me parler avant que je ne m’occupe de toi. Et maintenant ferme là je mange »
-Moi : « Ça ne te dérange pas si je t’aide à manger »

Tout à coup j’ai pris sa tête et l’ai mis dans son plat de pate bolognaise. Elle était couverte de sauce tomate. Elle m’a trop cherché celle-là.

-Moi :« Alors c’était bon ?»
-Sylvie :« Bien fait ».
-Laetitia :« Mais tu es complétement folle ».
-Moi: « C’est une dernière avertissement, ne t’approche plus de mon mec sale pute ».

Tout le monde nous regardait. C’est la première fois que je me faisais remarquer comme ça dans l’université mais elle m’a trop cherché. On ne touche pas à ce qui est moi.

À SUIVRE…

Share this:

Laisser un commentaire