72 / 100

Je le regardai sans rien dire. Je suis accro à Henri. C’est ma drogue. Je n’imagine même pas ce que serait ma vie sans lui maintenant. Il m’est aussi indispensable que l’air que je respire, un truc de ouf. ..Suite de votre histoire d’amour…

ÉPISODE 38 LES RÉALITÉS DE LA VIE 

-Henri :« Tu ne vas pas faire la tête alors que c’est toi qui as commencé ».
-Moi :« Eh ben si ? Je te parlais et tu m’as même pas entendu tellement t’étais concentré sur ce match de merde là »
-Henri :« Ho calme-toi. Je suis désolée. Chassez le naturel il revient au galop. Je me disais que tu étais trop calme ces temps-ci ».

-Moi :« Eh ben c’est toi qui m’as énervé ».
-Henri :« J’ai dit que j’étais désolée. Tu me pardonnes même si j’ai rien fait ».
-Moi :« Je t’aurai pardonné si tu n’avais pas ajouté le “ même si ”»

-Henri :« Ok si c’est ça tu me rends ma bague ».
-Moi :« Humm !!! Tu oses me dire ça ? »
-Henri :«Ne Fais pas cette tête je plaisante ».
-Moi :« Toute façon je ne te l’aurai pas rendu. Bébé on va se promener ?»

-Henri :« Ce que j’aime chez toi c’est que tu m’appelles bébé que quand ça t’arrange »
-Moi :« C’est totalement faux. Tu es vraiment de mauvaise foi Henri. Tu n’as qu’à dire que tu ne veux pas y aller ce sera plus simple ».

-Henri :« Toute façon je ne pourrais pas regarder le match même si je dis non donc allons y ».
-Moi :« Super ».
-Henri :« Je vais me changer ».

Puis je suis remontée dans ma chambre pour prendre un pull. Eh oui , le froid est de Retour donc il faut bien se couvrir.

Dix minutes après on est parti. Henri ne perd pas de temps à se préparer contrairement à moi, il est rapide et efficace.
On est allé se promener sur les quais de la seine. C’était super beau mais je sais qu’il faisait ça que pour me faire plaisir

-Moi : « Tu t’ennuis ? ».
-Henri :« Non mais ça ne vas pas tarder ».
-Moi :« Tu n’aimes pas hein ? ».
-Henri :« Je trouve que c’est pour les filles ».
-Moi :« Il y a d’autres hommes. Tu n’es pas le seul ».

-Henri :« C’est parce qu’ils ont des femmes comme toi ».
-Moi :« Ok on s’en va. On va faire un tour en ville alors ».
-Henri :« C’est parti »

On est allé traîner dans les rues de Paris , et puis à la fin il s’est arrêté pour me dire
-Henri :« Je ne serais pas là demain ».
-Moi :« Ah bon ? Tu vas où ».

-Henri :« Il faut que j’accompagne mon père ».
-Moi :« Tu vas me manquer ».
-Henri :« Toi aussi princesse mais je serais absent qu’un jour ».

-Moi :« Mais ce sera la première fois que je passerai une journée entière sans te voir ».
-Henri :« Tu ne peux plus te passer de moi ?»
-Moi :« Je le crains oui ».
-Henri :« On est deux dans ce cas alors ».

Je le regardai sans rien dire. Je suis accro à Henri. C’est ma drogue. Je n’imagine même pas ce que serait ma vie sans lui maintenant. Il m’est aussi indispensable que l’air que je respire, un truc de ouf.

J’ai dormi avec lui cette nuit là. Humm, si ma mère sait que je dors avec lui, je suis foutue, je vais rentrer directement et on m’enverra cultiver du Maïs dans les villages. Mais bientôt je serais madame Hen…. et je pourrais dormir avec lui toutes les nuits jusqu’à la fin de mes jours.

Le lendemain quand je me suis réveillée il était déjà parti. Il ne m’a même pas dit au revoir. Attends qu’il revienne il verra ce que je vais lui faire celui-là.

A Lire aussi:

Je pris mon téléphone pour voir quelle heure il est.
Je l’ai condamné trop vite pour rien, car mon chouchou préféré m’avait laissé un message .

-Henri :« Je compte les heures, les minutes et même secondes qui restent pour te revoir. Tu me manques déjà princesse »
Wouah, il est trop chou n’est-ce pas ?.

Je lui ai répondu
-Moi :« Tu es trop mimi mon lapin mais tu ne m’as même pas dit au revoir ? ».
-Henri :« Évites les “ mon lapin ”stp ça fait gay. Je ne voulais pas te réveiller ».

-Moi :« Non c’est juste mignon pas gay enfin hâte que tu reviennes »
-Henri :« Demain inch’allah. Il faut que je te laisse, je t’embrasse fort ».
-Moi :« Aussi profite bien bisou ».

J’ai pensé tout d’un coup à Freddy. J’ai décidé de lui envoyer un message.
-Moi :« Hé beau gosse on dit quoi ? »
-Freddy :« Salut beauté. Rien du tout et toi ?»
-Moi :« Je pensais passer la journée avec toi. Ça te tente ?»

-Freddy :« Même si je sais que c’est parce que mon pote n’est pas là , je serais ravi de passer du temps avec toi. Je passe te prendre dans une heure ».
-Moi :« Cramée mais j’en ai envie c’est pour ça que je t’ai demandé. A tout à l’heure alors »

Il est venu me prendre et j’ai passé une super méga extra journée avec lui. Il m’a trop fait marrer. Je l’adore ce mec il est super. On a passé la journée à se foutre des gens comme dans les gags c’était super.

On a failli se faire embarquer parce qu’on a foutu la trouille à un policier. Heureusement pour nous qu’il a fini par nous laisser partir hihihi.

Puis on est allé voir un film en plein et on n’a arrêté pas de s’esclaffer et on a fini par énerver tout le monde et on a foutu dehors avant que ça se termine. On a fait que des bêtises comme ça aujourd’hui. Une des meilleures journées de ma vie.

Je suis restée avec lui jusqu’à ce que je reçois un message de Pascaline qui commençait à s’inquiéter parce qu’il faisait tard. Je lui dis que je suis toujours avec Freddy et que je suis en route.

Freddy m’a ramené. On s’est promis de se refaire une journée comme ça.
Je suis allée voir Pascaline pour le montrer que j’étais de retour.

On a discuté un certain temps et je suis allée me connecter sur Facebook pour voir mes messages.
Je vu un message d’une personne que je hais au plus haut point.

-Elle :« J’ai appris que vous vous êtes fiancés que c’est mignon. Mais vu que je t’aime bien je viendrais te remettre ton cadeau personnellement ».

Cette folle de Rachel a rien à faire d’autre que de venir faire son intéressante et emmerder les gens. Si jamais elle se pointe elle verra bien ce que je vais lui faire. Elle m’a enlevé ma bonne humeur tout d’un coup.

Franchement, il faut qu’on se fasse une pétition anti-salope et anti-salaud car maintenant être en couple c’est toi, ton mec, la pétasse qui essayera toujours de te le piquer et le salaud qui viendra semer la zizanie entre vous parce qu’il te voudrait.

J’en a marre de cette situation. Faites-vous une raison. Allez chercher ailleurs et laissez les gens vivre en paix. Tchip 

-Moi :« Ton cadeau de merde tu peux le garder. Tu me soûles toi. Fais-toi une raison. Henri ne sera jamais pour toi. Les folles dingues ce n’est pas du tout son genre. Bonne nuit ma chérie »

-Rachel :« En tout cas ce n’est pas avec toi qu’il sera. Tu peux me croire ».
Mais cette fille est vraiment folle. Qu’est-ce qu’elle raconte là ?. Me suis-je interrogée.

Donc je n’ai même pas répondu sinon elle se croira trop importante. J’ai d’autres choses à faire que de perdre mon temps avec une sorcière.

J’étais seule �. Sylvie et Fiston sont partis voir leurs membres de famille qui vivaient ici à Paris (France ); donc on ne se reverra pas avant de rentrer.

Et Eveline est allée voir Félix qui est aussi ici à Paris même si elle n’a pas dit ça à sa mère. Je suis là par la couvrir au cas où elle se douterait de quelque chose. Je n’espère pas en tout cas.

Du coup j’ai reçu un appel d’Henri
-Moi :« Tu as senti que je m’ennuyais c’est ça ? »
-Henri :« Je vais dire oui pour te faire plaisir. J’avais peur de te réveiller »

-Moi :« Je ne dors pas encore. Il n’y a personne ici bébé. Je m’ennuis à mourir »
-Henri :« Elles sont où Eveline et maman ? ».
-Moi :« Ta mère dors et Eveline… elle est allée dormir chez des amis ».
-Henri :« Pourquoi tu n’es pas parti avec elle ? »

Oui bien sûr je vais aller m’immiscer entre elle et Félix.
J’ai préféré ne pas lui dire où était Eveline. On ne sait jamais, il peut le dire à sa mère par mégarde.

-Moi :« Je serais de trop. Enfin c’est trop tard de toute façon »
-Henri :« Ok, elle est avec Félix c’est ça ? »
Waouh, Il est divin ou quoi ?
-Moi :« Comment tu sais ? »

-Henri :« Je sais quand tu mens Clarabelle. Ne t’inquiètes pas je garderai votre petit secret ».
-Moi « Merci, il ne faut pas que ta mère soit au courant »
-Henri :« Hum. Tu as fait quoi de ta journée ? »
-Moi :« Je suis sortie avec mon autre mec ».

-Henri :« Qui ça ? Freddy ».
-Moi :« Tu es sensé être jaloux ».
-Henri :« Je n’ai pas de raison de l’être. Je sais que tu n’as d’yeux que pour moi »
-Moi :« Je vois que tu es sur de toi. J’étais avec Freddy effectivement ».

-Henri :« Tu t’es bien amusé avec lui ? ».
-Moi :« Super. On a fait pleins de bêtises même si on a failli se faire embarquer par la police »
-Henri :« Si on t’enferme je ne viens pas te chercher. Moi qui avais peur de trop te manquer alors que tu ne pensais pas du tout à moi ».
-Moi :« Si beaucoup. Tu rentres à quelle heure demain ? ».

-Henri :« Je ne sais pas, sûrement dans la journée »
-Moi :« J’ai hâte que tu reviennes ».
-Henri :« Moi aussi mon amour. J’ai pensé à toi toute la journée ».

Donc on a discuté jusqu’à ce que je m’endormisse avec le téléphone. À un instant vers l’aube je crois j’ai senti quelque chose de chaud se glisser à côté de moi. C’était Henri bien sûr.

C’était magnifique qu’il soit là ; je me suis retournée et me suis blottie contre lui. Je me croyais dans un rêve jusqu’à ce qu’il m’embrasse.
J’ai répondu directement et me suis blottie encore plus contre lui.

Il m’a réveillé c’est de sa faute. En tout cas j’ai bien profité moi de ce baiser. C’était magique, un baiser d’Henri quoi, il me fait rêver ce mec.

-Henri :« Tu m’as trop manqué mon cœur ».
-Moi :« Moi aussi. J’ai cru que je rêvais »
-Henri :« Je voulais te faire la surprise ».
-Moi :« Je suis ravie ».

Histoire d’amour

On s’est rendormi des minutes après s’être montré à quel point on s’était manqué en toute innocence.
Je me suis réveillée avant lui, puis j’ai commencé à le caresser pour qu’il se réveille aussi.

-Henri :« Si j’étais toi j’arrêterai tout de suite avant que je ne réponde plus de moi »
Oups je n’avais pas pensé à ça

-Moi :« Désolé, je voulais juste te réveiller »
-Henri :« Tu as réussi mais tu n’as pas fait que ça. Tu dirais quoi si je te faisais ça ?»

Il m’a embrassé dans le cou, m’a mordillé les oreilles. Un agréable frisson a parcouru chaque centimètre de mon corps, un vrai tremblement de terre.

J’avais le cœur qui s’accélérait et la chair de poule. C’est la première fois que je ressentais quelque chose d’aussi fort et d’aussi plaisant.
J’ai commencé à respirer rapidement.

-Moi :« Arrête stp je t’en supplie »
Il a arrêté heureusement sinon je ne me contrôlé plus. Je respirais fort tellement ça m’a excité.

-Henri :« C’est la même chose que tu me fais en me caressant donc si tu veux que je tienne ma promesse soit tu évites soit on se marie tout de suite »

Je suis pour le mariage mais si je le fais maintenant mes parents ne seront pas présents donc on attend les vacances d’été.

-Moi :« Ok j’ai compris. Je ne le ferai plus »

C’est un mec en or mon Henri. C’est le premier avec qui je suis allé si loin. Il aurait pu profiter de ma naïveté pour me pousser à le faire juste pour sa propre satisfaction mais au lieu de ça il me met en garde parce qu’il veut avant tout ce qu’il y a de mieux pour moi. Je l’aime mon chouchou preferé

À SUIVRE…

Share this:

Laisser un commentaire