65 / 100

Elle a continué de pleurer , mais Eveline n’a jamais dit une seule fois qu’elle l’aimait. Je pense que Félix lui plaisait beaucoup mais sans plus et que même si elle l’admettra jamais elle était juste avec lui pour oublier Freddy.

ÉPISODE 39 LES RÉALITÉS DE LA VIE

Puis je lui ai souris et il m’a pris dans ses bras.
-Henri :« Je t’aime ma petite sauvageonne ».
-Moi :« Arrête de m’appeler comme ça. Je suis toute douce. Je t’aime aussi mon lapin ».

-Henri :« Je déteste quand tu m’appelles comme ça ».
-Moi :« Je sais mais c’est trop mimi ».
-Henri :« Je peux me rendormir stp. J’ai voyagé toute la nuit »
-Moi :« Ok je te laisse faire dodo ».

Je l’ai laissé et suis allée prendre ma douche et rejoindre Pascaline qui était dans la salle à manger. On a déjeuné tous les deux.

Elle m’a demandé si on avait choisi une date avec Henri parce qu’elle veut savoir pour ses préparations. Elle était à fond dedans ma belle-maman, moi je y pensais pas du tout , donc je lui ai dis que non.

-Pascaline :« Il faudra vite que vous choisissiez parce que ça prend du temps de préparer un mariage ».
-Moi :« J’en parlerai avec Henri ».
-Pascaline:« J’attends ta réponse alors. Elle t’a dit quand elle allait rentrer Eveline ?»

Oh oh je pense qu’elle se la coule douce à l’heure qu’il est donc elle ne doit pas penser à rentrer.

-Moi :« Je pense qu’elle ne devrait pas tarder. Elle est sûrement en route parce qu’elle m’avait dit qu’elle rentrerait ».
-Pascaline :« OK, je te laisse ma chérie. Je dois sortir. A tout l’heure ».

On s’est fait un bisou et elle s’est en allee.
Puis j’ai envoyé un message à Eveline.
-Moi :« Ramène tes fesses tout de suite ta mère te demande et je mens très mal ».
-Eveline :« Je suis dans ma chambre ».

Ah bon ? Je ne savais pas qu’elle était rentrée. Bizarre. Je suis montée la voir. Elle était emmitouflée dans sa couette.

-Moi :« Ma puce, tu es rentrée quand. Tu pleures»
Elle pleurait. Donc je suis rentrée dans son lit et l’a pris dans mes bras.
Je l’ai laissé pleurerjusqu’à ce qu’elle soit plus calme.
-Moi :« Qu’est-ce qui s’est passé ma chérie ? ».
-Eveline : « Felix m’a quitté ? »

Elle a recommencé à pleurerOh la pauvre je suis vraiment désolée pour elle. Je ne savais pas quoi lui dire pour l’instant donc je me suis contentée de la serrer dans mes bras.

-Eveline :« Il m’a quitté parce que je ne voulais pas coucher avec lui. Il a dit que je le faisais attendre pour rien qu’il a même accepté de rester avec moi quand j’ai déménagé et que moi je ne voulais pas lui donner ce qu’il voulait.

Il a dit que soit je le faisais soit il me quittait. J’ai dit non et il m’a dit que c’était fini ».
-Moi :« Non ? Quel connard il ne mérite pas tes larmes ma puce.

S’il a été assez bête pour ne pas apprécier la femme que tu es et t’accepter avec tes principes c’est que c’est un imbécile. Je ne veux pas que tu sois triste pour un mec pareil ».

-Eveline :« Je sais mais je ne peux m’en empêcher. Je me voyais déjà avec lui et il a tout gâché ».
-Moi :« Peut-être que c’est arrivé parce que ce n’est pas l’homme qu’il te faut, celui avec qui tu feras ta vie. Ça me tue de te voir comme ça ».

Elle a continué de pleurer , mais Eveline n’a jamais dit une seule fois qu’elle l’aimait. Je pense que Félix lui plaisait beaucoup mais sans plus et que même si elle l’admettra jamais elle était juste avec lui pour oublier Freddy.
Enfin je pense qu’il faut que je mette mon grain de sel dans cette histoire mais c’est pour son bien.

-Moi :« Tu as mangé ? ».
-Eveline :« Non mais je n’ai pas faim ».
-Moi :« Peut-être mais il faut que tu manges. Je vais te préparer un bon petit-déjeuner. Je reviens »

Je suis allée lui préparer son petit-déjeuner et j’en ai profité pour appeler Freddy.

-Freddy :« Eh ma belle quoi de neuf ? ».
-Moi :« Rien à part que mon lapin est rentré à la maison ».
-Freddy :« Ton lapin ? Et il te laisse l’appeler avec ce surnom d’homo »
-Moi :« Non mais je le dis quand même. Je ne sais pas quel problème vous avez avec »
-Freddy :« Je viens de te le dire. Ça fait gay ».

-Moi :« N’importe quoi. Enfin passons, ça te dirais de passer à la maison ?»
-Freddy:« Tu as une surprise pour moi ? ».
-Moi :« Eveline ne vas pas bien et je pense que tu pourras le consoler mieux que moi ».

-Freddy :« Qu’est-ce qui te fait dire ça ? ».
-Moi :« Ne Joues pas à ça avec moi. Je t’ai cramé depuis longtemps. J’ai vu comment tu l’as regardé et puis elle m’a avoué que vous étiez sorti ensemble ».
-Freddy :« Étiez mais là on ne l’est plus donc je pense que son mec serait plus apte de le consoler que son ex ».
-Moi :« Il l’a quitté. D’ailleurs c’est pour ça qu’elle va mal ».

-Freddy :« Et tu veux que je vienne jouer le mec de remplacement ?»
-Moi :« Non mais Eveline ne t’as toujours pas oublié et toi non plus. Allez stp fais le pour elle ».
-Freddy: « OK j’arrive. Je ne suis pas loin de chez vous ».
-Moi :« Merci, je t’attends ».

A Lire aussi:

Il est arrivé 10 minutes après. Je lui ai remis le petit-déjeuner et lui ai laissé y aller tout seul.
Eveline va me tuer mais tant pis. Je ne sais pas ce qui s’est passé là-haut mais ils se sont revus le lendemain et le surlendemain.
Je pense qu’ils finiront par se remettre ensemble ce n’est qu’une question de temps.

Les vacances étaient déjà finies et il faut rentrer. On a dit au revoir à Pascaline et Ismail non sans être triste. Freddy a promis de venir nous voir à chaque fois qu’il pourra. C’est Eveline qui sera contente.

On a repris l’avion et rentrèrent chez nous en Belgique. Les cours avaient repris et j’étais de plus en plus folle de mon chouchou préféré. Tout se passait bien jusqu’au jour où on a sonné à ma porte un samedi.

Je suis allée ouvrir sans même demander qui.
Wouah comment elle a su où j’habitais .
Je pense qu’elle a suivi discrètement Eveline car elle était juste derrière elle.

-Rachel :« Salut je t’apporte ton cadeau ».
-Moi :« Tu l’as cherché. Je vais te frap….»
Du coup elle a sorti son arme et l’a pointé sur moi et Eveline.

-Rachel :« La ferme et avancez avant que je m’énerve »
-Moi :« Tu es complétement folle. On va où comme ça ? ».
-Rachel :« J’ai dit de la fermer. Toi tu conduis et si tu essaies de faire quoique ce soit c’est Eveline qui paiera ».

Quand je vous disais qu’elle était une folle dingue. Je ne sais pas ce qu’elle a dans la tête mais si elle croit que je vais me laissez faire elle me connait mal.

-Rachel :« Avant qu’on parte enlève ton téléphone de ta poche et éteint le puis tu le pose là toi aussi Eveline ».

On a fait ce qu’elle a dit puis elle m’a demandé de prendre mes clés parce qu’on prenait ma voiture.
On a démarré et elle m’a demandé de prendre la route nationale.
Je n’ai aucune de ce que cette malade mentale voulait faire.

-Moi : « Au moins tu peux nous dire où on va ».
-Rachel :« Je t’amène quelque part où personne ne pourras vous retrouver. Je voulais te crever mais je n’ai pas envie de finir en prison. En plus, plus la mort est lente plus je suis contente ».

-Moi :« C’est pour récupérer Henri que tu veux me faire disparaître mais tu ne peux pas forcer une personne à t’aimer. Il ne m’oubliera pas même si tu me tues ».
-Eveline :« Elle a raison. Il faut que tu te fasses une raison et que tu l’oublies »

-Rachel :« Il m’aimait avant que vous ne veniez tout gâcher. C’est à cause de vous tout ça et quand je me débarrasserai de vous j’irai le consoler et il me reviendra ».

-Moi :« Quand je disais que tu étais folle je n’avais pas tort. Henri ne retournera jamais avec toi même si tu étais la dernière fille sur cette terre »

Du coup elle me frappé avec son arme sur la tête. La douleur que j’ai ressenti putain j’ai cru que m’a tête avait explosé. J’ai senti du sang coulé sur ma tête. Elle ne plaisantait pas quand elle disait vouloir se débarrasser de moi. Je me serais défendue mais il faut que je pense à Eveline.

-Eveline :« Mais tu es complétement taré. Tu as quoi à la frapper comme ça ? ».
-Rachel :« Vous n’en savez rien. Il m’a aimé et il m’aime encore j’en suis sûre. Il me l’a prouvé à maintes reprises quand on fait l’amour lui et moi ».

Wouah, ça me dégoute de savoir qu’il l’a touché. Henri a bien évité de ma dire ça. Je ne peux pas le croire. Il a été en intimité avec cette tarée. J’ai refusé d’en croire.
-Moi :« C’est faux. Henri ne te touchera jamais ».

-Rachel :« Oh ma pauvre chérie. Il ne t’en a pas parlé. C’est parce qu’il savait que tu ne serais jamais à la hauteur comme moi je l’ai été et je peux te dire qu’il était ravi à chaque fois ».

-Moi :« La ferme !; tu mens. Je ne te crois pas ».
-Rachel : « Pourtant c’est la vérité ».
-Eveline :« Ne l’écoutes pas. Elle dit juste pour te déstabiliser ».

-Rachel :« Pourtant même après vos prétendues fiançailles, il est venu passer une journée entière avec moi. Il t’a dit qu’il partait avec son père pour que tu ne te doutes de rien mais ce n’était pas le cas. Il était avec moi et il m’embrassait et me caressait pendant que toi tu étais sagement à la maison à l’attendre ».

-Moi :« Tu mens. Je ne te crois pas. Ferme ta gueule ».
-Rachel :« Je te dis la vérité. Comment j’aurai su sinon qu’il n’était pas avec toi ce jour-là. Il t’a fait croire qu’il me détestait juste pour endormir tes soupçons.

Il m’a même dit qu’il allait rentrer plutôt que prévu pour que tu ne soupçonne rien. Et quand il est rentré il a tout fait pour que tu croies que tu lui as tant manqué. Tu crois que si je te mentais je serais au courant de tout ça »

-Eveline :« Ce n’est pas vrai ce qu’elle te dit Clara. Ne l’écoute pas elle dit ça pour te faire douter ».
-Rachel :« Toi ferme ta gueule sinon je te la ferme moi-même ».

Elle ment. Henri ne me ferait jamais un truc pareil parce qu’il m’aime. J’étais confuse dans ma tête. Je ne savais plus quoi penser. Comment elle sait tout ça ?. J’essayais de trouver une explication mais je n’en trouvais pas. J’étais au bord des larmes

-Rachel :« Et au moment où il t’appelait, j’étais à côté de lui parce qu’il venait tout juste de coucher avec moi pour la nième fois. Et après t’avoir parlé il m’a dit qu’il avait fait une énorme erreur de m’avoir laissé parce tu étais fade et que tu jouais à la sainte ni touche ».

J’ai senti les larmes coulées le long de mes joues. Comment il a pu me faire ça après tout ce qu’il m’a dit, toutes les promesses qu’il m’a fait. J’étais tellement mal en ce moment que j’avais renoncé à me battre contre Rachel.
J’avais le cœur meurtri

-Rachel: « Il fallait que tu le saches. Comme je n’avais pas assez de patience pour attendre qu’il te quitte, j’ai pris les choses en main. Tourne à gauche »

J’ai exécuté sans rien dire. On s’est enfoncé de plus en plus dans une forêt épaisse. J’étais tellement en colère que j’ai oublié de me repérer. On était arrivé à un moment où je ne pouvais plus aller plus loin à cause des arbres .

Histoire d’amour

-Rachel :« Arrête-toi là et descendez ».
On est descendu et elle nous demandait d’avancer Eveline et moi en pointant toujours son arme derrière nous.
-Rachel :« Voilà on se sépare là les copines. Vous allez grave me manquer. Au max vous resterez en vie une semaine. Soit vous allez mourir de faim soit de froid ».

D’un coup je me suis jetée sur elle. J’ai commencé à le rouer de coup quand j’ai entendu un coup partir et une douleur fulgurante me transperçait à côté de ma côte droite.

-Eveline : « Non clara… Qu’est-ce que tu as fait espèce de garce ? »

Eveline allait se jeter sur elle mais elle lui a pointé son arme.

-Rachel :« Ne t’approches pas sinon tu finiras comme elle. Je vous avais prévenu de rester tranquille. J’aurai voulu que tu finisses comme elle mais tu n’aurais pas souffert. Bye ».

Elle s’est en allé et nous a laissé là. Je saignais beaucoup. Je vais mourir à cause d’un mec qui me trompe avec la pire garce qui existe.

J’ai pleuré de plus belle. Je pensais à mes parents que je ne reverrai sûrement pas et que je ne verrai plus jamais, à Sylvie, à la famille que je n’aurai pas. Jamais je ne me suis vue mourir aussi jeune. J’ai senti Eveline qui pleurait et qui essayait d’arrêter le sang en même temps.

-Eveline en pleurant :« Je ne veux pas te perdre Clara stp arrêtes de pleurer, tu t’épuises. Qu’est-ce que je vais dire à Henri et tes parents si tu meures. Je ne veux pas que tu me laisses. Je t’en supplie ne me laisse pas »

À SUIVRE…

Share this:

1 comment

Laisser un commentaire