70 / 100

Ça y est. Je m’étais endormie ou je suis morte j’en savais rien. J’avais perdu beaucoup trop de sang. La dernière chose que j’ai senti ce sont les larmes d’Eveline sur mon visage. Suite de l’histoire d’amour

ÉPISODE 40 LES RÉALITÉS DE LA VIE 

Je l’entendais à peine, mes paupières commençaient à devenir lourdes mais quand elle a parlé de ma mère ça m’a réveillé un instant.

-Eveline :« Voilà il ne faut pas que tu t’endormes. Ecoute moi je vais te soutenir. Il faut qu’on trouve le chemin pour qu’on puisse te soigner. Tiens bon ma puce ».
Puis elle a déchiré son top et m’a fait un nœud à la tête. J’avais oublié que je saignais toujours à la tête.

-Moi :« Eveli… je …ne vais pas m’en sortir. Il faut que tu trouves ton chemin avant qu’il ne fasse nuit ».
-Eveline en pleurant :« il est hors de question que je te laisse ici.

Si elle a retrouvé son chemin alors nous aussi on y arrivera. Je vais te parler. Essaie de m’écouter. Concentre toi sur ce que je te dis. Il ne faut pas que tu fermes les yeux ok ».

Elle m’a soulevé et m’a soutenu pour qu’on marche. Elle pleurait et me parlait en même temps.
-Eveline :« Je sais que c’est toi qui as appelé Freddy l’autre jour. Tu te souviens ? ».
Pour montrer que je l’entendais. J’ai secoué la tête.

-Eveline :«C’est bien continue comme ça. Eh bien je ne voulais pas qu’il s’approche de moi quand il est entré. Il a insisté et je disais toujours non. Tu sais ce qu’il a fait ce con il m’a attaché ».
J’ai souris même si je commençais à ne plus trop entendre. Je sentais que j’allais m’endormir.

-Eveline :« Ok et il a dit que si je voulais qu’il me détache il fallait que j’accepte d’aller avec lui faire un tour. Vu que je n’avais pas le choix j’ai accepté.

Et puis j’ai passé de bons moments avec lui et tu avais raison que tu disais que je ne l’ai pas oublié. 3 jours avec lui et je ne pensais plus à Félix. Clara, Clara mon dieu. Qu’est-ce que je dois faire ?»

Ça y est. Je m’étais endormie ou je suis morte j’en savais rien. J’avais perdu beaucoup trop de sang. La dernière chose que j’ai senti ce sont les larmes d’Eveline sur mon visage.

-Eveline :« Non Clarabelle je t’en supplie. Ne me laisse pas stp…. ».

 HENRI :

Quand je suis arrivé chez Clara ,je l’ai crié
-Moi :« Ma petite sauvageonne j’ai une surprise pour toi ».

Bizarrement Clara fermait toujours sa porte.
-Moi :« Bébé tu es là ? ».
Pas toujours de réponse. Puis je suis allé voir dans sa chambre et même dans la salle de bain personne. Elle est peut-être sortie une minute. Je vais l’appeler.
J’ai composé son numéro mais je suis tombé directement sur la boite vocale.

Je suis allé vérifier aussi dans le garage mais sa voiture n’est pas là. Donc j’avais commencé à avoir peur qu’il lui est arrivé quelque chose.

Peut-être Eveline est au courant de quelque chose. J’allais l’appeler quand je vis son téléphone et celui de Clara posés sur la table de la cuisine. Mais qu’est-ce qui se passe ? Me suis-je interrogé.
J’ai appelé Sylvie pour voir si elles sont ensemble.

-Sylvie:« Salut beau gosse ».
-Moi :« Salut ma belle. Tu ne saurais pas où sont Clara et
Eveline par hasard ?»
-Sylvie:« Non. Tu as essayé de les appeler ?»
-Moi :« Oui mais elles ont laissé leurs téléphones. Et ils sont éteints ».

-Sylvie :« Clara n’éteint jamais son téléphone à cause de sa mère qui est tout le temps inquiète. Allumes le pour voir ».
Puis j’ai fait ce que Sylvie me dis. Wouah mon Dieu faites qu’elles soient saines et sauvent.

Une fois le téléphone allumé j’ai regardé d’abord qui elle avait appelé en dernier,mais c’était moi qu’elle avait appelé. J’ai regardé en suite ses messages et j’ai trouvé un brouillon où était écrit SOS.

-Sylvie :« Alors ? Henri ».
-Moi :« Elle a laissé un SOS. Elles ont des problèmes »
-Sylvie :« Comment ça SOS ? Elle a écrit autre chose ? ».
-Moi :« Non. Elles sont où putain ? ».

A Lire aussi:

-Sylvie :« Calme toi. Si elle a écrit ça c’est qu’on la forçait à partir. Qui peut leur vouloir du mal»
-Moi :« Je n’en sais rien. Ça peut être Rachel ,mais elle ne sait pas où on habite ».

-Sylvie :« Cette fille sait tout sur toi Henri. Appelles-la et tiens-moi au courant. En attendant j’appelle la police ».
-Henri :« Ok ».

Du coup j’ai débloqué Rachel et puis je l’ai appelé.
-Rachel:« Mon amour ça me fait trop plaisir de t’entendre ».
-Moi :« Elles sont où ? »
-Rachel :« Qui ça ? ».

-Moi :« Clara et Eveline ».
-Rachel :« Je n’en sais rien. Pourquoi tu me parles d’elle ? ».
-Moi :« Parce qu’elles ont disparu et tu es la seule à leurs vouloir du mal »

-Rachel :« Déjà pour ça il faut que je sache où vous habitiez. Et puis je m’en fous d’elles et je suis à des kilomètres. Ce que tu dis est ridicule ».
-Moi :« Si j’apprends que tu as quelque chose à voir là-dedans…».

Tout à coup elle m’a coupé la parole.
-Rachel :« Tu ne me menaces pas ok ? Je te jure que j’ai rien fait. Tu crois que je les aurai touché au risque que tu me détestes pour toujours. Par contre si je peux t’aider en quelque chose ».
Puis j’ai raccroché.

Si elle n’a rien à voir là-dedans alors qu’est-ce qui est arrivé à mes deux amours. Je n’ai jamais eu aussi peur qu’à ce moment même de ma vie. J’étais impuissant parce je n’avais aucune idée de là où elles sont. Mon dieu protège les.
Quelques minutes après, Sylvie me rappela

-Moi :« Et la police ?»
-Sylvie :« Ils ont dit qu’ils prenaient en compte mais qu’ils ne pouvaient pas mobiliser des gens pour 2 personnes qui ont seulement laissé leurs téléphones éteints.

Ils pourront considérer qu’elles ont disparu qu’au bout de 48 h ».
-Moi :« Comment ça ? Et si elles sont en danger. Je vais aller les chercher moi-même ».
-Sylvie :« Rachel t’a dit où elles sont ?»
-Moi :« Elle a dit qu’elle n’avait rien à voir là-dedans ».
-Sylvie :« Et tu l’as cru ? ».

-Moi :« Elle a juré Sylvie ».
-Sylvie :« Cette fille n’a aucune parole. Viens me prendre on va parcourir la ville pour les chercher nous même ».
-Moi :« D’accord j’arrive ».

À cet instant même j’ai senti un grand vide prendre place dans mon cœur. Clarabelle est la femme de ma vie, je l’aime de tout mon cœur.

EVELINE :

-Moi :« Clara je t’en supplie ouvre les yeux. Il faut que tu te battes. Pense à Henri et votre vie future, l’amour que vous allez partager et les beaux enfants que vous aurez. Tu ne peux pas renoncer à tout ça. Il faut que tu te battes pour vous deux. Je t’en prie ».

Histoire d’amour

Je lui disais tout ça en espérant qu’elle m’entende. J’essayais de voir si elle respirait toujours mais j’avais les mains tellement froides que je sentais rien du tout.

Je l’ai installé confortablement et j’ai pris une branche d’arbre cassée pour tracer ma route. Ça me permettra de revenir plus vite si je trouve quelqu’un pour nous aider.

J’avais mal de laisser Clarabelle seule mais avec le froid qu’il fait et sa blessure elle ne va pas tenir longtemps.

Je commençais à désespérer parce que ça fait trente minutes que j’avance et je n’arrive pas à sortir de cette forêt. Oh dieu aidez-moi. Je ne sentais plus mes pieds à cause du froid. Même marcher devenait douloureux.

S’il n’y avait pas Clara, je crois que j’aurai abandonné. J’avais marché encore dix minutes sans rien. Il commençait à faire nuit et je désespérais d’y arriver quand j’ai vu une fumée.

Du coup je ne sais pas où j’ai trouvé la force mais j’ai couru aussi vite que je pouvais et trainant profondément la branche derrière moi pour que ça ne s’efface pas.
Je suis arrivee là où la fumée provenait dix minutes plus tard. Il y avait deux hommes et une femme. Ils me regardaient étonner.
Il faut dire que j’étais taché de sang et je faisais peur avec mon mascara qu’avait coulé à cause des pleurs.

-Moi en pleurant :« Au secours . il faut que vous m’aidiez. Il y a… »

À SUIVRE…

Share this:

2 Comments

Laisser un commentaire