Histoire d’amour: les réalités de la vie (épisode 50)

71 / 100

(La suite de votre histoire d’amour): Donc je me suis levée avec difficulté pour aller réveiller Henri. Il va me tuer, ce mec aime trop dormir.
Je suis entrée dans sa chambre; il dormait comme un bébé. Il est trop mignon mon futur mari.

ÉPISODE 50  LES RÉALITÉS DE LA VIE 

-Moi :« Vas-t-en maintenant !»
-Henri:« Tu demandes gentiment sinon je reste ».
-Moi :« S’il te plait ».
-Henri :« Tu vois quand tu veux. Bonne nuit enfant gâté ».
Puis il est sortie enfin dans cette chambre. J’ai vite fermé à clé pour qu’il ne revienne plus m’embêter. Il aime trop me fatiguer celui-là. Ça ne va pas être du gâteau de vivre avec lui tous les jours.

Le lendemain ma mère m’a réveillé à 7h pour me dire de me préparer et d’aller réveiller Henri parce qu’on sort. Franchement sortir à cette heure c’est abusé. Elle aime trop réveiller les gens à l’aube ma mère. Cet aspect ne m’as pas manqué.
Donc je me suis levée avec difficulté pour aller réveiller Henri. Il va me tuer, ce mec aime trop dormir.
Je suis entrée dans sa chambre; il dormait comme un bébé. Il est trop mignon mon futur mari.

-Moi :« Debout ».

J’avais crié tellement fort qu’il se réveilla en sursaut ,puis je me suis mis à rire comme une folle, super contente de lui avoir fait peur.

-Henri :« Mais tu es complétement folle. C’est quoi ces manières de réveiller les gens. Tu veux me faire piquer une crise cardiaque ?»
-Moi :« Mdr c’était très drôle ».
-Henri :« Ce n’était pas drôle du tout, tu es tarée j’ai juré. Et maintenant sors de là, je veux me rendormir »
-Moi :« Très désolée pour toi ,mais ma mère nous attend. Vas prendre ta douche on doit sortir ».

A Lire aussi:

https://bonheur-explosif.com/histoire-damour-les-realites-de-la-vie-32/

-Henri :« Arrête tes plaisanteries Clarabelle. Il fait trop tôt pour ça et je meurs de sommeil. Vas-t-en et laisse-moi dormir bordel de merde ».
-Moi :« Tu crois que je me serais levé à cette heure juste pour t’embêter. Sérieux ma mère nous attend. Vas te laver ».
-Henri :« Tu veux qu’on aille où à 7h. Personne n’est encore réveillé »
-Moi :« Si, les gabonais se lèvent tôt. Je t’attends dépêche-toi ».
-Henri:« Je veux rentrer chez moi ».
-Moi :« Mdr dans un mois mon chouchou préféré »

Je suis sortie et l’ai laissé se morfondre. Puis j’ai réveillé aussi Eveline qui n’était pas contente non plus.
J’ai pris ma douche et me suis fait belle avant d’aller rejoindre ma mère dans la salle à manger. Elle m’a dit qu’on va aller chez mes grands-parents. Puis Henri arriva avec Eveline tout sourire vers ma mère comme si de rien n’était alors qu’il le maudissait tout à l’heure. Quand je vous disais qu’il est un vrai manipulateur.

-Henri :« Bonjour ».
-Maman :« Bonjour mon fils. Bonjour ma fille. Vous avez bien dormi ?»
-Eveline :« Oui très bien et vous ?»
-Maman :« Moi aussi. On va aller voir les grands-parents de Clara. Et puis on passera chez le tailleur pour prendre vos mesures pour les habits du mariage »

-Moi :« Maloumbi mame , kana mè béme wouet tondó Henri kana mhet »
-Maman :« clara tu es folle. Parlons français, les autres ne nous comprennent pas ».
-Moi :« Ndagha ighaga va mboka woua vove yon le nzoulodji ».
-Maman :« Mais ce n’est pas bien de parler une autre langue devant des gens qui ne comprennent pas. Zéro savoir-vivre »
-Henri :« Je lui dis tout le temps »

-Eveline :« Henri il n’y a personne qui comprend cette langue Nzebi chez nous. Avec qui veux-tu qu’elle parle sa langue. Laisse-la en profiter »
-Moi :« Merci ma belle-sœur d’amour. Tu es la seule à me comprendre ici ».
-Maman :« Mangez vite les enfants on doit y aller ».
-Moi :« Il n y a pas d’enfants ici maman ».
-Maman :« la ferme Clarabelle ».

On a pris le petit déjeuner et est sorti. Je conduisais parce que ma mère ne conduit jamais s’il y a un autre chauffeur avec elle.
On est arrivé chez mes grands-parents maternels parce que ceux de mon père ne sont plus de ce monde. Ils étaient sur leur matelas dans la cour comme à chaque fois que j’y vais. Rien n’a changé.

-Moi :« Mamie tu m’as manqué ».
-Grand-mère:« Tu es méchante. Tu n’appelles même pas ta grand-mère pour savoir si elle est toujours vivante ».
-Moi : Mamie ,ne dis pas des choses pareilles ».
-Grand-père :« C’est elle qui va mourir mais moi je verrais mes arrières petits-enfants ».

-Maman :« Bien sûr Papa tu verras même les petits enfants de Clarabelle. Je vous laisse; je vais voir quelqu’un je reviens tout à l’heure ».
-Moi :« Ok toute façon on ne bouge pas ».
-Grand-mère :« Il est beau ton futur mari. Tu viens on échange »
-Moi :« Mdr Mais je t’ai déjà volé ton mari n’est-ce-pas Grand-père ? ».
-Grand-père :« Bien sûr mais tu m’as trompé avec ce jeune homme. C’est quoi son nom déjà ?»
-Moi :« Henri ».

-Grand-père :« Comme Henri t’a déjà volé, moi je vais récupérer cette jeune fille que Je suppose être sa sœur »
-Moi :« Oui c’est sa sœur, elle s’appelle Eveline ».
-Grand-mère (dans notre langue) :« Venez ici que je puisse vous regarder ».
-Moi :« Grand-mère, ils ne comprennent que le français »
-Grand-mère :« Apprends leur la langue pour que je puisse discuter avec eux ».

-Grand-père (toujours dans notre langue ):« Moi je vais apprendre le français pour ma nouvelle femme ».
-Moi :« On va lui demander si elle accepte non ».

Eveline et Henri souriaient mais sans rien comprendre. Mes grands-parents ne parlent pas souvent français. Du coup je servais du traducteur mdr

-Moi :« Elle veut que vous vous approchiez pour qu’elle puisse vous voir ».

Ils s’exécutèrent. Ma grand-mère les regarda sur tous les aspects. c’était marrant.

-Henri en chuchotant :« Elle nous fait quoi là ?»
-Moi :« Je ne sais pas, tu n’as qu’à lui demander ».
-Henri:« Haha j’adore quand tu fais ta maligne. Tu sais bien que je ne peux pas ».

-Moi :« Je sais. Elle te le dira peut-être quand elle aura fini ».
-Grand-mère :« Ils m’ont l’air d’être des gens bien. Je vais te prendre ton futur mari. Il est déjà sous mon charme. Il n’arrête pas de me regarder »
-Moi :« Henri tu as le choix entre ma grand-mère et moi ,et toi Eveline je te présente ton nouveau mari. Dis Adieu à Freddy ».
-Eveline :« Je garde Freddy mais un mari en Afrique peut être bien aussi. Donc je garde ton grand-père ».

-Moi :« Mdr je ne pense pas que Freddy sera d’accord ».
-Eveline :« Il n’a pas le choix ,il me trompe déjà avec toi ,pourquoi je ne ferai pas de même ».
Moi :« Mdr mais j’étais là avant toi mais je te l’accorde. Et toi Henri ?»
-Grand-mère :« De quoi vous parlez ? ».

-Moi :« De vous. lol »
-Henri :« Moi je choisis ta grand-mère sans réfléchir une minute ».
-Moi : Humm, tu es dans de beaux draps parce que je ne te parle plus ».
-Eveline :« MdrNe fais pas ta jalouse ».

-Henri :« Laisse-la elle parle pour rien »
-Grand-mère :« Hé sortez d’ici avec vos français »
-Moi :« Mdr bien je te donne Henri si tu nous laisse rester ».
-Grand-mère :« Ok restez alors ».
-Moi en souriant :« Cool Mamie, tu es trop drôle »

On est resté plaisanter avec mes grands-parents pendant encore une trentaine de minutes. On leur a remis leurs cadeaux. Ils ont apprécié.
Quelques minutes après, ma mère est revenue, et puis on est allé choisir des tissus au marché.

Henri faisait du n’importe quoi; il nous a encore fait des scènes. À chaque fois qu’on lui choisissait un tissu, il le trouvait un défaut soit c’est la couleur soit les dessins. On a cherché dans tout le marché avant qu’il se décide enfin à prendre quelque chose. Ce mec est trop un enfant gâté contrairement à sa sœur qui est un amour.

-Moi :« Jamais plus j’irai choisir un tissu avec toi. Tu es pénible »
-Maman :« Laisse-le il veut juste être élégant ».
-Moi :«Elégant ?. Il veut juste fatiguer les gens celui-là ».
-Henri :« Je pense la même chose à chaque fois que tu m’entraines pour faire du shopping ».

Puis je n’ai même pas répondu, il est trop débile cet Henri.
On est allé enfin chez le tailleur pour prendre les mesures. On est sorti à 8H30 de la maison pour rentrer à 18H tout ça par sa faute à lui. Finalement ma mère avait bien fait de nous réveiller tôt.

On a discuté avec mon père le reste de la journée. C’est trop bien d’être chez ses parents sauf les réveils matinaux.
Le lendemain toutes mes cousines ont débarqué à la maison. Je suis sure que c’est pour venir voir mon chouchou préféré Henri.

À SUIVRE….

Share this: