Histoire d’amour: les réalités de la vie (épisode 51)

72 / 100

(Suite de l’histoire d’amour): Le lendemain j’ai pris la voiture de maman pour faire visiter Henri et Éveline Libreville. On est allé partout où on pouvait. Je suis passée voir des amis que je n’avais pas vu depuis long feu. Tout le monde me dit qu’Henri est trop beau pour moi.

ÉPISODE 51  LES RÉALITÉS DE LA VIE 

Le lendemain toutes mes cousines ont débarqué à la maison. Je suis sûre que c’est pour venir voir mon chouchou préféré Henri.

Il y avait Inès la fille à ma tante maternelle. C’est ma meilleure cousine, on trainait tout le temps ensemble quand j’étais encore ici à Libreville. Sandra la fille à ma tante paternelle. Et enfin Ruth, Nicole et Sarah les filles de mes oncles paternels.

-Inès :« Vu que tu n’es pas venu nous voir nous voilà. Tu m’as grave manqué ma puce »
-Moi :« Toi aussi chérie. Vous tous d’ailleurs »
-Ruth :« Moi je ne parle pas de ça. Présente nous à ce beau gosse »
-Moi :« Hey arrête, c’est mon homme ok »

-Nicole :« Regarde là. Tu ne mérites même pas un aussi beau mec ».
-Sandra :« C’est clair le gentleman en personne »

-Moi :« Tchip n’importe quoi je mérite mieux même ».
-Sarah :« Tu n’as qu’à me le laisser dans ce cas. Je vais bien m’occuper de lui, tu verras. Regarde-le avec ces beaux yeux marron ».
-Moi :« Même pas dans tes rêves. Et puis ça suffit ce n’est pas un phénomène de foire. Et parlez français pour qu’il puisse comprendre ».
-Inès :« On va lui apprendre le Nzebi avant qu’il parte ».
-Moi :« Bonne chance. Henri voici mes cousines Inès, Sarah, Sandra, Nicole et Ruth. Les filles Henri ».

-Henri:« Enchantée de vous connaitre »
-Inès :« Nous aussi »
-Sandra :« Tu te plais ici ? »
-Henri:« Pour l’instant oui. En plus il y a que des belles filles ».
-Ruth :« En plus il est beau parleur. J’adore ».
-Moi :« Moi non. Tu regardes personne d’autre c’est clair »
-Henri:« Calme-toi. On discute non ».
-Moi :« Oui c’est ça ».

-Sarah :« Regardez-là qui fait sa jalouse. Je vais te le chiper tu vas voir ».
-Moi :« Tu n’as pas déjà un mec »
-Sarah :« Et alors. J’ai trouvé plus beau non ».
-Henri :« Mdr Dommage j’ai déjà deux femmes »
-Sarah : « Ah Bon. Qui ça ?»
-Henri :« Elle et sa grand-mère ».

-Inès :« Mdr elle nous a devancé on dirait »
-Sarah :« Il a un frère ? »
-Moi :« Non désolé pour vous les filles. Il y en a un seul comme lui et il est à moi ».
-Inès:« Dommage ».

-Sandra en Nzebi :« Tu as intérêt à ne pas le sortir d’ici. Toute jeune fille sensée essayera de te le piquer ».
-Moi :« Elles peuvent toujours essayer. C’est perdu d’avance ».
-Ruth :« Regardez comme elle est sûre d’elle. Tu n’as pas encore la bague au doigt je te signale. Il peut toujours changer d’avis »

-Moi :« Ça risque pas d’arriver n’est-ce pas bébé ? »
-Henri :« De quoi, je ne comprends pas ce que vous dites »
-Moi :« Elle a dit que les filles vont te piquer et que tu peux toujours changer d’avis à propos du mariage et j’ai répondu que jamais tu feras ça, pas vrai ?»

-Henri :« Jamais même si tu m’énerves et que tu fais ton impoli des temps en temps. Je ne pourrais pas vivre sans toi ».
-Nicole :« Wouah c’est trop beau. Plaisanterie faite, on est contente pour toi »
-Sarah :« Oui tu as trop de la chance. J’espère que tu le sais ».
J’ai regardé Henri quelques secondes avant de répondre.
-Moi :« Oui je sais ».

A Lire aussi:

//bonheur-explosif.com/histoire-damour-les-realites-de-la-vie-32/

-Henri :« Tu sais quoi ? »
-Moi : « Que tu as de la chance de m’avoir ».
-Henri :« C’est plutôt toi qui es chanceuse de m’avoir ›.
-Sandra :« Exactement »
-Moi :« N’importe quoi ».
-Nicole :« Beau et gentil en plus, le mari parfait ».

Je sais les filles. Personne ne sait pas encore qu’il est riche et c’est mieux ainsi. Moi je l’aime avec ou sans argent ;donc je préfère que personne n’en sache rien. J’ai dit qu’il était étudiant à tous ceux qui m’ont demandé ce qu’il faisait dans la vie.

Éveline était dans la chambre en train de parler à son Freddy, puis elle est entré en courant dans le salon.

-Éveline :« il y a Fred… salut »
J’étais obligée de faire encore les présentations une nouvelle fois.
-Éveline :« Enchantée de vous connaître ».
-Inès:« Je ne savais pas qu’il avait une sœur. Tu ressembles grave à ton frère ».

-Ruth:« On dirait lui au féminin ».
-Éveline :« Mdr on me le dit souvent. Clara tu viens avec moi »
-Moi :« Allons-y. les filles je vous laisse avec Henri ».
Puis je suis allée avec Éveline, C’était Freddy qui me demandait. J’ai discuté avec lui pendant, je ne sais combien de temps avant d’aller rejoindre Henri et les filles. Ils étaient en pleine discussion quand je suis revenue. On a mangé tous une bonne nourriture à l’ africaine.

Après avoir mangé, mes cousines passèrent toute la journée à la maison jusqu’à ce que ma mère revienne.
Nous sommes sortis en même temps qu’elles pour aller saluer quelques oncles et tantes. On a apporté des cadeaux à tout le monde pour que quelqu’un ne se fâche pas.

Le lendemain j’ai pris la voiture de maman pour faire visiter Henri et Éveline Libreville. On est allé partout où on pouvait. Je suis passée voir des amis que je n’avais pas vu depuis long feu. Tout le monde me dit qu’Henri est trop beau pour moi.

Ils ont tous quoi avec ça parce que je ne suis pas trop belle pour lui ou quoi. Tchip mdr

Enfin plus les jours passaient, plus le mariage approchait et plus j’étais stressée. Ma mère et mes tantes me trainaient partout pour s’occuper de ci et de ça. Je voyais He’ri que peu de temps par jour. Il se fâchait dès fois mais ça ne me plaisait pas non plus mais je n’ai pas le choix. J’ai demandé à Inès de les faire sortir Éveline et Henri pour pas qu’il s’ennuie à la maison.

-Moi :« Maman sérieux, tout ça ne sert à rien. On ne peut pas faire quelque chose de simple, juste la famille proche ? ».
-Maman:« Tu plaisantes. Tu es ma seule fille, tu crois que je ne vais pas fêter ton mariage comme il se doit ?»
-Moi :« Mais je ne veux pas que ce soit à truc énorme. Plus c’est simple mieux c’est ».
-Maman :« Clarabelle ne commence pas à me fatiguer stp. Laisse-moi faire ».
-Moi :« Ok fait comme tu veux. Je te laisse faire ».

Je vais avoir droit à un grand mariage traditionnel gabonais j’y peux rien. Plus qu’une petite semaine et je serais madame Henri… devant Dieu et les hommes.

Ma mère venait de prendre un mois de congé spécialement pour le mariage. On dirait c’est elle qui se marie je vous jure. On est allé essayer nos habits pour voir si tout allait bien. J’ai essayé sans qu’Henri et Éveline me voient parce que ma mère veut que ça soit une surprise pour tous. Heureusement que tout était parfait, on n’avait pas à revenir. On avait aussi commandé des habits pour Pascaline. Elle sera contente de les avoir. D’ailleurs elle m’a appelee pour me dire que les retouches sur ma Robe était faite.

On est allé avec Henri un weekend pour acheter ce qu’il nous fallait. Lui a eu son smoking et moi ma robe. Dès que je l’ai vu, j’ai su que c’était celle-là qu’il me fallait et aucune autre. C’est mon père qui me l’a payé. C’est son cadeau de mariage selon lui.

Un jour on a cuisiné un plat local gabonais et Henri a refusé de manger.
-Maman :« Goute voir. C’est très bon ».
-Henri :« J’en suis sûre mais sérieux je ne peux pas manger ça. C’est trop …bizarre »
-Moi en Nzebi:« Mdr tu es totalement bizarre toi »
-Henri: « Tu dis quoi toi ? »

-Maman :« Laisse-le en paix Clarabelle. Il y a même certainw gabonais qui ne mangent pas ça. Il a le droit de ne pas aimer »
-Moi :«Waouh c’est comme ça maintenant. Pourtant avant je n’aimais pas mais tu me forçais à le manger quand même ».
-Maman :« Ce n’est pas pareil ».
-Moi :« Il n’y a pas de différences mais je vois qu’il y a des préférences dans cette maison »
-Henri :« Mange et tais-toi, tu parles trop ».
Je lui jetai un regard noir en me disant qu’on règlera ça après toi et moi.

-Maman: « Il a raison, tu parles trop. Si tu finis de manger tu vas lui chercher un chawarma ».
-Moi :« Quoi ? Ce n’est pas juste je te jure. J’en veux un aussi ».
-Maman :« Tu ferais mieux de manger toi ».
-Moi :« C’est pour ça que je préfère papa. Il est plus gentil que toi. Je vais lui mettre plein de piment dedans il va voir »
-Maman :« Tu es folle. Si tu en mets dedans tu verras ça avec moi. Et maintenant tais-toi et mange ».

Je vous jure qu’elle le gâte trop ma mère. Si moi j’aurai refusé de manger elle ne m’aurait même pas regardé et lui a droit à autre chose. Ce n’est pas juste.
Je suis allée lui chercher son chawarma quand même. Et puis il le mangeait en se moquant de moi. 

La veille du mariage, la maison était remplie de gens. Toutes mes tantes et les amies de ma mère sont venues pour commencer les préparatifs en vue du lendemain; donc la maison était remplie de monde.

-Henri :« Tu es sûre que tous ces gens servent à quelque chose »
-Moi :« Je n’en sais rien. C’est comme ça que ce passe le mariage traditionnel ici ».
-Éveline :« Et ils vont faire nuit blanche parce qu’il est tard là ».
-Moi :« Je n’espère pas. J’ai besoin de dormir parce qu’on va trop me fatiguer demain ».

-Henri:« Il y a trop de bruit. Jamais on ne va dormir avec tout ce raffut ».
-Éveline :« Bon ben espérons qu’ils rentrent chez eux maintenant ».
-Moi :« Ce n’est pas pour maintenant crois-moi. Moi je vais me coucher même si je ne risque de ne pas dormir. Bonne nuit »
-Éveline :« J’y vais aussi. Bonne nuit les futurs mariés ».

Henri m’a suivi dans ma chambre. Humm je lui avais dit quoi à lui la dernière fois.

-Moi :« Qu’est-ce tu fais là ? ».
-Henri :« Je viens voir ma femme. Je t’ai senti stressée toute la journée ».
-Moi :« C’est demain qui me stresse »
-Henri :« Il n y a pas de raison. On va à la mosquée et puis ta mère fait la fête. Il n y a pas de quoi stresser ».
-Moi :« Je sais mais c’est trop bizarre de me dire que je serai plus Clarabelle D… mais Clarabelle za… »

-Henri :« Si tu veux je peux devenir Henri D… ».
-Moi :« Superbe idée. Tu es trop gentil mon amour »
-Henri :« Je plaisante. D’où tu as vu ça toi ? »
-Moi :« Je sais mdr. Il faudra que je partage ma vie avec toi. Je serai plus la petite fille à son papa mais ta femme et la future mère de tes enfants et j’ai peur de ne pas être à la hauteur »
-Henri :« Viens là ».

Je suis allée me blottir dans ses bras.
-Henri :« Si je t’ai choisi toi et aucune autre c’est parce que je sais que tu es la femme qu’il me faut comme. Je suis convaincu d’être l’homme qu’il te faut et je suis sûr que tu seras une excellente mère inch’Allah ».
-Moi :« Si tu le dis. Tu crois que ce sera comment notre vie ensemble ?»
-Henri :« À part les disputes qui ne manqueront pas ça c’est sûr »
-Moi :« Ah ça tous les jours même ».

-Henri :« Je t’enferme si tu crées des soucis. À part ça je crois qu’on sera très heureux toi et moi. On fondera un foyer rempli d’amour ».
-Moi :« Tu es trop mignon. Je pense aussi ».
-Henri:« Alors relaxe princesse. Moi j’ai hâte que tu sois à moi pour la vie ».
-Moi :« Moi aussi ».
Puis il m’a souri et m’a embrassé. Ça m’a fait du bien de lui parler.

-Moi :« En attendant vas t-en. Je dois dormir ».
-Henri :« Ingrate maintenant que je t’ai rassuré tu peux me foutre dehors ».
-Moi :« Mdr même pas »
-Henri avec une voix de fille: « Même pas ».
-Moi :« Je ne parle pas comme ça ».
-Henri :« Bon je te laisse. Bonne nuit bébé ».
-Moi :« Bonne nuit mon chouchou préféré ».

Le jour suivant ,c’était le jour de mon mariage. Ma mère est venue me réveiller comme d’habitude très tôt. Quand je me suis réveillée j’avais commencé à trembler car j’avais peur d’être mariée. Je ne me sentais pas prête d’entrer au mariage. Puis j’avais commencé à pleurer
-Maman : « Clarabelle arrête de pleurer, qu’est-ce qu’il y a ?»
-Moi:« Maman je ne suis plus prête de me marier. Svp annuler ce mariage »
-Maman : «Quoi, tu es folle ?»
Puis je lui ai dit…

À SUIVRE…

Share this: