o-HAPPY-BLACK-COUPLE-facebook
70 / 100

Le lendemain je me suis réveillée tard comme d’habitude. Je suis entrée dans la chambre d’Henri pour voir s’il était debout mais y avait juste son ordi sur le lit. J’ai jeté un coup d’œil curieux pour voir ce qu’il faisait. Il avait laissé son compte Facebook ouvert et ce que j’ai vu , m’a cloué sur place. (Suite de votre histoire d’amour)

ÉPISODE 17 LES RÉALITÉS DE LA VIE

Comme Sylvie n’arrivait pas à piger quelque chose dans notre conversation avec Eveline , elle m’a dit

-Sylvie :« Ça veut dire quoi ton “ Je t’ai pris ton chouchou préféré ”. Vous êtes ensemble. Tu lui as même trouvé un petit surnom. Humm, c’est mignon ».

-Moi :« On n’est pas ensemble. Et puis pour le surnom c’est Eveline qui l’appelle comme ça ».

-Eveline: « Je suis étonnée qu’il te l’ai dit parce qu’il déteste. Et puis il te fait à manger en plus. Tu l’as ensorcelé ou quoi ? »

-Moi :« Peut-être bien »

-Sylvie :« Woauh ça devient du sérieux là. Allez racontes nous ma puce ».

-Moi :« OK; on s’est embrassé ,enfin c’est lui qui m’a embrassé ».

-Eveline :« Ça on avait vu »

-Moi :« Laissez-moi finir ».

-Eveline :« Ok, c’était comment ? »

-Moi :« Magique. Le meilleur baiser de toute ma vie ».

Humm, elles se sont mises à crier comme pas possible de vraies folles quoi.

-Moi :« Mais calmez-vous bandes des folles »

-Sylvie :« C’est trop mignon. J’ai cru que vous ne passerez jamais le cap »

-Moi :« Mais ça signifie rien. Ce n’est pas parce qu’on s’est embrassé qu’on va sortir ensemble »

-Eveline :« Tu plaisantes, je n’ai jamais vu mon frère regardait quelqu’un comme il le fait avec toi ».

-Sylvie :« laisses-la faire son ignorante. Nous on sait ce qui se passe »

-Moi :« Arrêtez , et puis je ne vous ai pas invité à vous mêler de ma vie privée. Quelle indiscrète vous faites ».

-Sylvie :« Bien sûr, tu dis ça pour qu’on te laisse tranquille »

-Eveline: « Ah c’est beau l’amour »

-Moi :« Bon assez parlez d’amour. J’en ai eu ma dose avec vous ».

-Sylvie :« Oui c’est ça. Tu sais que c’est l’anniversaire d’Eveline dans trois jours ?»

-Moi :« Ah bon !, il faut qu’on sorte le grand jeu alors »

-Eveline :« Euh non ce n’est pas la peine ».

-Moi :« Tu plaisantes , un anniversaire se fête comme il se doit »

-Sylvie :« C’est clair ».

-Moi :« On va se faire une journée de rêve. On va bien s’occuper de toi ».

-Eveline :« Ne vous fatiguez pas pour moi mes chéries »

-Moi :« Ne raconte pas n’importe quoi. Ça nous fera grand plaisir ».

-Eveline :« Ok, je vois que ça ne sert à rien d’essayer de vous faire changer d’avis ».

-Sylvie :« Exactement parce qu’on ne t’écoutera pas ».

On est resté là à papoter jusqu’à ce que les filles commencent s’endormir. On s’est dit bonne nuit et tout le monde est allé se coucher.

J’ai essayé de dormir mais je n’y ai arrivé pas. Ne sachant pas quoi faire pour m’endormir j’ai décidé d’envoyer un message à Henri.

-Moi :« Salut beau gosse. Je ne te réveille pas j’espère ».

-Henri :« Non pas du tout, je n’arrive pas à dormir ».

-Moi :« C’est encore à cause de cette fille qui te rendait fou ?»

-Henri :« Entre autre mais j’ai fait une longue sieste aussi ».

-Moi :« Ok, elle est toujours aussi agressive ?»

-Henri :« Ça s’améliore mais je l’aime comme ça. C’est ce qui fait son charme ».

Retenez-moi avant que je meurs de joie. Il m’aime oh lalala Oh my God ! si l’émotion tuais, je serai morte sur le champ.

Du coup j’ai décidé de ne pas lui répondre. Je ne pouvais plus lui parler comme ça. Je n’ai pas le droit d’apprendre les choses de cette façon; c’est un manque de respect. J’ai l’impression de lui voler quelque chose en faisant ça. Il faut absolument que je lui dise que c’est moi.

Donc je me suis levée et me suis dirigée dans sa chambre. J’ai toqué avant d’entrer car on ne sait jamais hein Et il ne faut pas tenter le diable.

-Henri: « Oui ».

-Moi :« Je peux ?»

Je fais la fille sage parce que j’ai merdé alors que d’habitude j’aurais défoncé la porte. Vous-même vous savez comment je suis et lui aussi d’ailleurs.

-Henri :« oui vas-y »

J’ai ouvert la porte et je suis entrée avec ma mine d’enfant triste parce que je sais qu’il cède toujours quand je fais ça.

-Moi : « Tu ne dors pas ? »

Ah l’actrice quoi ? Chapeau bas

-Henri :« Non pas encore. J’entends que le sommeil arrive ».

-Moi :« Humm, je n’y arrive pas non plus. J’ai quelque chose à te dire ».

-Henri :« Ah oui, de quoi il s’agit».

-Moi :« Tu me promets de ne pas te fâcher ?»

-Henri :« Tu as fait quoi là ? ».

-Moi :« Rien, je n’ai rien fait. Le problème est que je n’ai rien dit »

-Henri: « À propos de quoi ? »

-Moi :« Ne te fâches pas ok. La fille avec qui tu parles par sms c’est moi ».

Il n’a dit rien, mais pourquoi il ne dit rien ?. Me suis-je interrogée.

Il s’est contenté de me regarder mais je ne pouvais pas voir dans son regard s’il était fâché ou pas. Mais il va parler oui. C’est insupportable ce silence.

-Moi :« Je suis désolé de ne pas te l’avoir dit avant mais je l’ai découvert y a pas longtemps »

-Henri :« Approches »

Je me suis avancée jusqu’à être devant lui.

-Henri :« plus près. Assis toi en face de moi là »

J’ai exécuté sans rien dire. Je deviens docile, ce n’est pas moi ça.

-Henri :« Pourquoi tu ne me l’as pas dit plutôt ?»

-Moi :« Parce que j’ai trouvé ça drôle au début de te parler sans que tu saches que c’est moi mais j’ai fini par me sentir coupable ».

-Henri :« Et pourquoi ? »

-Moi :« Parce que j’avais l’impression de violer ton intimité. Enfin ce n’était pas à moi que tu disais tout ça mais à elle et c’était vraiment bas d’apprendre des choses sur toi de cette façon ».

-Henri :« Oui très très bas ».

-Moi : « Tu n’es pas fâché ? »

-Henri :« Non »

-Moi :« Non ? Super ».

-Henri :« Tu ne me demandes pas pourquoi ? ».

-Moi :« Pourquoi tu n’es pas fâché ? »

-Henri:« Parce que je savais que c’était toi ».

-Moi :« Quoi ? ».

-Henri :« Oui, tu serais une très mauvaise détective. J’ai su que c’était toi quand tu m’as envoyé un message où tu avais écrit “ Salut beau métis ” »

-Moi :« Je t’ai écrit ça. Je me suis même pas rendu compte ».

-Henri :« Moi si. Je me suis dit mais comment elle a fait pour savoir que je suis métissé alors qu’elle est sensée ne pas me connaitre. Donc avec toutes les coïncidences qu’il y avait avant. Je me suis dit que ça ne pouvait être que toi. J’ai demandé ton numéro à Fiston et voilà c’était le même ».

-Moi :« Ce n’est vraiment pas bien de faire ça ?. Tu devrais avoir honte de t’être moqué de moi comme tu l’as fait ».

-Henri :« Je rêve ? Je te rappelle que la fautive ici c’est toi ».

-Moi :« Peut-être mais tu as fait exprès de me rendre coupable ».

-Henri :« C’était pour te donner une leçon. J’ai adoré te voir me présenter des excuses. C’était amusant ».

-Moi :« Toi je te jure que je vais t’étrangler ».

Non mais vous y croyez-vous. Il s’est foutu de moi pendant tout ce temps alors que je me disais que j’avais une longueur d’avance sur lui. Tchip

-Henri :« Ouais. Je t’adore aussi »

Je lui ai fait une tape sur le bras pour faire genre il m’a soulé mais au fond j’étais contente qu’il ne soit pas fâché.

-Henri :« hey, Quel sauvage tu fais. Une fille doit être douce mais alors toi »

J’ai fait semblant de m’en aller

-Moi :« Il ne faut pas que tu restes avec une sauvageonne donc ciao ».

Il m’a retenu, n’est-il pas trop chou.

-Henri :« Tu comptes aller où comme ça ?»

-Moi :« Aller retrouver quelqu’un qui aime les sauvages ».

-Henri :« Qui t’as dit que je n’aimais pas les sauvages»

-Moi :« Personne. Je me suis dit que vu que je n’aimais pas les métis arrogants donc tu ne devais pas non plus aimer les sauvages ».

-Henri :« Comment ça tu n’aimes pas les métis ? »

-Moi :« Ouais. Ils sont trop imbus d’eux même donc je préfère me tenir loin d’eux ».

Du coup il a commencé à me chatouiller.

Oh je ne supporte pas ça. C’est trop, je ne pouvais plus m’arrêter de rire

-Moi :« Arrête , j’en peux plus »

-Henri :« Dis que tu aimes te tenir prêt de moi ».

-Moi :« J’aime me tenir prêt de toi ».

-Henri :« Et que tu m’aimes »

-Moi :« Ah non ».

Il a recommencé à me chatouiller, puis je lui ai dit

-Moi :« Ok Je t’aime ».

Il avait commencé à sourire

-Henri: « Sérieux ?»

-Moi :« Non, puisque tu m’a forcé à le dire »

-Henri :« Ok ,je recommence alors ».

-Moi :« Ok c’est vrai ».

-Henri :« Tu m’aimes Beaucoup ? »

-Moi :« Oui ».

Il a souris de plus belle. Humm, il va me tuer avec son beau sourire.

-Moi :« T’es content ? Lâche-moi maintenant »

-Henri :« Gentiment sinon je recommence »

-Moi :« Henri mon chouchou préféré, est-ce que tu peux arrêter stp ?»

-Henri :« Eh bien voila »

-Moi :«ok, je vais dormir. Tu m’as fatigué là »

Puis il m’a fait un bisou sur le front en me disant.

-Henri :« Bonne nuit sexy inconnu ».

-Moi :« Mdr. Bonne nuit ».

Le lendemain je me suis réveillée tard comme d’habitude. Je suis entrée dans la chambre d’Henri pour voir s’il était debout mais y avait juste son ordi sur le lit. J’ai jeté un coup d’œil curieux pour voir ce qu’il faisait. Il avait laissé son compte Facebook ouvert et ce que j’ai vu , m’a cloué sur place.

Waouhmon Dieu , il y avait une fille qui avait publié une photo d’elle avec Henri entrain de se galocher et elle avait écrit en commentaire “ mon bébé d’amour, tu me manques grave. Hâte que tu reviennes et qu’on rattrape le temps perdu. J’espère que tu t’amuses bien en Espagne avec tes potes. Je t’aime grave gros bisou ”. Et il y avait d’autres personnes qui commentaient en disant “ toujours ausi superbe ta meuf ”.

J’étais tellement en colère que j’avais du mal à respirer. En plus je suis asthmatique donc voilà la crise quoi. Je me suis dépêchée d’aller chercher ma pompe mais j’avais les yeux tellement brouillés par les larmes que je ne voyais rien. Puis j’avais continué à pleurer en cherchant bien sûr mon produit.

Ça m’a fait tellement mal…

À SUIVRE…

Share this: