62 / 100

J’avais envie de pleurer. Et je faisais tout pour ne pas pleurer parce que je sais que je venais de perdre la meilleure chose qui m’ait arrivé jusque-là. Même si je l’aime à mourir, je ne peux pas me permettre de souffrir et je suis sûre que cette fille ne nous laissera jamais vivre en paix. (histoire d’amour).

ÉPISODE 20 LES RÉALITÉS DE LA VIE

Il me regardais avec ses beaux yeux marrons s’attendant à ce que je lui dise quelque chose mais je n’arrivais pas à sortir un mot.

-Henri :« Tu sais, tu n’es pas obligée de répondre maintenant »

-Moi :« Si, c’est mieux que je te dise maintenant. Tu sais, je ne veux pas d’une relation où il y aura toujours une folle ou quelqu’un d’autre qui viendra se mêler de ma vie pour foutre la merde ou s’en prendre à moi.

Et d’après ce que j’ai appris cette fille fait partie de ses gens et elle n’a pas envie de te laisser vivre ta vie. J’ai envie d’être heureuse pas de penser à chaque fois si ceci est vrai ou pas ou encore si tu me dis la vérité parce qu’on aura semé le doute dans mon esprit.

Donc je préfère qu’on reste comme on est maintenant. C’est déjà souffert et je ne veux pas que ça recommence ».

A Lire aussi:

Et pour qu’il ne essaie pas de me convaincre j’ai ajouté ceci

-Moi :« En plus je ne peux pas me mettre avec toi. Peut-être que toi tu m’aimes mais moi non. Tu me plais c’est tout. Et je ne pense pas que ça soit suffisant ».

Du coup je suis partie me réfugier dans ma chambre.

J’avais envie de pleurer. Et je faisais tout pour ne pas pleurer parce que je sais que je venais de perdre la meilleure chose qui m’ait arrivé jusque-là. Même si je l’aime à mourir, je ne peux pas me permettre de souffrir et je suis sûre que cette fille ne nous laissera jamais vivre en paix.

Puis je me suis changée et me suis glissée dans mon lit en pensant à Henri.

Le lendemain, comble de malchance je me suis retrouvée nez à nez avec lui an allant manger

-Moi:« Tu es super Clara. Bonjour ».

-Moi :« Euh merci. Bonjour ».

Gloire à Dieu !, au moins il n’avait pas l’air en colère contre moi donc ça va.

Du coup je me suis dépêchée d’entrer dans la cuisine pour retrouver les autres.

On s’est salué avec tout le monde, puis Eveline m’a dit

-Eveline :« Bien dormi ?»

-Moi :« À peu près ».

-Henri : « Moi aussi ».

-Sylvie : « hum hum. Intéressant ».

-Fiston :« Ça vous dit qu’on aille à la plage après le petit déjeuner ?»

-Sylvie :« Oui ce serait bien »

-Moi :« Je viens »

-Eveline :«Moi aussi. Ça tombe bien il fait chaud »

-Henri :« Je viens aussi ».

-Fiston :« Super. Et vous avez bien fait de venir parce que j’ai une surprise pour vous ».

-Sylvie :« Ah bon ? C’est quoi ».

-Fiston : « Tu verras ».

-Moi :« J’espère que c’est bien ».

-Fiston :« T’inquiètes toi je sais que tu vas adorer ».

-Moi :« Génial alors ».

On a pris notre petit déjeuner et s’est retrouvé tous à la plage.

Et il a raison j’ai adoré. Il avait loué deux jet-ski.

Je sens que je vais bien m’amuser.

-Fiston : « Alors ? »

-Moi :« C’est top. Tu me connais bien , J’adore »

-Sylvie :« Oui c’est super , surtout que Clara est folle de ces engins ».

-Moi :« Ce n’est pas de ma faute. C’est une sensation extraordinaire ».

-Eveline :« J’avoue ».

-Henri :« On fait une course ?»

-Moi :« C’est à moi que tu parles ? ».

-Henri :« Oui, si je gagne tu fais tout ce que je veux et vice versa »

Il rêve s’il croit qu’il va me battre.

-Moi :« ça marche ».

-Henri: « Ok mais je te préviens c’est perdu d’avance ».

-Moi : « C’est ce qu’on verra »

-Henri :« J’essayerai de ne pas avoir trop d’avance ».

Je me suis contentée de lui jeter un long regard avant de sourire et de me tourner.

-Fiston :« Ouh ça promet »

-Moi :« Regardez bien. Et pas de favoritisme ».

-Sylvie: « Pourquoi tu dis ça ? ».

-Moi : « Parce que je vous connais »

-Henri : « As-tu peur de perdre ? ».

-Moi :« Contre toi. Non »

-Henri :« C’est parti alors. Alors on va jusqu’aux plots et on retourne. Le premier à revenir a gagné »

-Moi :« D’accord ».

On est allé monter sur nos jet-ski

-Fiston :« Je compte jusqu’à trois et vous y aller. Alors un, deux, trois. Partez ».

J’y suis allée en pleine vitesse, et Henri était très doué mais je ne me suis pas laissée faire parce que je sais ce qu’il va me demander et je n’ai pas envie de tenter.

Donc J’ai accéléré autant que possible. J’ai cru un instant que j’allais me casser la gueule mais je l’ai dépassé juste avant qu’on passe l’arrivée.

“Les filles sont plus fortes et c’est à eux de prendre conscience ” C’est Nelson Mandela qui l’a dit et il a raison.

-Moi :« Tu fais moins le malin. Il ne faut jamais me sous-estimer. Je ne me laisserai jamais battre par un garçon ».

-Henri :« Je vois ça. Et j’aime ».

-Moi :« Oui c’est ça. Et retiens bien ».

-Fiston :« Tu me fais pas honneur mec , tu te laisses battre par une fille ?»

-Moi :« Tu veux peut-être tenter ta chance ».

Fiston : « ok partons mais si je te bats tout ce qu’Henri allait te donner est à moi ».

-Moi :« Ah oui. Tu veux peut-être un baiser de lui. Je lui demande sans problème ».

-Eveline :« Tu es trop une folle Clara »

-Fiston: « Non c’est bon on laisse tomber. On fait 100 chacun »

-Moi : « C’est parti ».

Je l’ai battu aussi. Haha c’est moi la patronne ici, et les filles étaient de mon côté.

-Moi :« Alors on dit quoi maintenant ?»

-Fiston : « J’avoue que tu es forte »

-Moi : « Ouais, très forte même. Tu me dois 100 euros ».

-Fiston :« Oui malheureusement ».

-Sylvie :« normalement tu dois lui donner le double. Une fille quoi ? »

-Moi :« Elle n’a pas tort. Les filles je vous invite au restaurant ce soir ».

-Henri :« Et nous alors ? »

-Moi :« Je vous invite à aller prendre des cours »

-Eveline :« Tu sais qu’Henri a un jet-ski. C’est papa qui lui avait offert »

-Moi : « Non ? Sérieux ».

-Henri :« Eveline pourquoi tu lui as dit »

-Moi :« Eh bien je sais ce que je veux maintenant ».

-Henri :« Il n’est pas question que je te donne mon jet-ski ».

-Moi :« Tu as dit tout ce que je voulais ».

-Eveline :« Oui je confirme ».

-Henri :« J’ai dit que je vais “ faire ” et non “ donner ” »

-Eveline: « Donner c’est faire ».

Oh je la kiffe trop cette fille

-Henri :« Oui mais pas un cadeau de mon père. Si tu le veux il faudra que tu accepte ce que je t’ai dit hier ».

-Moi : « Eh bien , si c’est ça tu peux te le mettre où je pense ton jet-ski »

-Sylvie : « Bon nous on vous laisse à vos disputes. On va faire un tour ».

Ils montèrent Fiston et Sylvie sur un des jet-ski et s’en allèrent.

Puis Henri m’a dit

-Henri: « Tu es sûre que t’en veux pas ?. C’est un Yamaha en plus »

-Moi :« Tu n’as pas entendu ce que je viens de dire ».

-Henri : « Ok, je trouverai sûrement une fille qui sera intéressée par moi et mon jet-ski ».

-Moi :« Je rêve ou tu essaies de me rendre jalouse ?»

-Henri :« Non. Tu n’as pas besoin de moi pour ça. Je veux juste que tu ais une idée de ce que tu rates en refusant un beau gosse et son super jet-ski. Je t’aurai amené découvrir tout l’océan avec »

-Moi :« Oh my God. Ce n’est pas possible. Je serai folle de refuser cette opportunité que me propose le beau et sexy Henri. Va te faire foutre toi et ton jet-ski ».

Eveline nous regardait amuser

-Henri :« OK je t’aurai prévenu. Au moins tu me trouves beau et sexy ».

-Moi :« Comme tous les mecs sur cette plage. Tu n’es pas le centre du monde je te rappelle »

-Henri :« Bien sûr. Pourquoi tu ne vas pas leur dire dans ce cas ? ».

“Parce que tu es le seul mec que je trouve aussi beau et aussi sexy sur cette foutue planète ”.

Mais non je ne peux pas lui dire ça. Il serait trop content et je serais pas crédible

-Moi:« Parce que… »

-Henri :« Parce que quoi ? ».

-Moi :« Tu n’as rien à faire à par m’embêter ? »

-Henri :« Serais-tu entrain de te défiler ? »

-Moi :« De quoi ? »

-Henri :« Que dirais-tu d’aller dire à ces mecs à quel point tu les trouve beau et sexy ? ».

-Moi :« Tu en penses quoi si je les embrasse en plus ? ».

Puis il m’a répondu… SUIVRE

Share this:

Laisser un commentaire