76 / 100

Vous savez le genre Pénélope Cruz avec leur maillot qui ne cachait rien du tout et un maquillage de dingue et qui était sur la plage juste pour montrer à quel point elles étaient bonnes et prendre à leur filet un beau mec qu’elles embarqueraient en partant. Et lui qui lui faisait son sourire Colgate et après il osera venir me dire qu’il m’aime. Mais il va voir. (Suite de votre histoire d’amour)

ÉPISODE 21 LES RÉALITÉS DE LA VIE

Puis il m’a répondu

-Henri :« J’aimerai bien voir ça ».

-Moi :« Je sais que tu fantasmes de me voir galocher un autre mec mais je risque de te décevoir ».

-Henri :« Tu vois. Tu ne peux pas parce que j’ai raison. Ce que tu as dit ne s’applique qu’à moi ».

-Moi :« Garde la pêche mec ».

Je lui ai fait un doigt d’honneur avant de plonger dans l’eau. Il va finir par me rendre folle celui-là.

Ça faisait vraiment du bien de se baigner avec la chaleur qu’il fait. Je pourrais rester dans l’eau toute la journée tellement je me sens bien dedans.

-Eveline :« Hé Clara tu m’accompagnes ?. Je vais me chercher une glace »

-Moi :« J’arrive ».

Il n’y a que ça qui peut me faire sortir de l’eau. On est allée se poser au niveau du marchand de glace. On a commandé et on est restée sur place pour manger.

J’étais à fond dans la dégustation quand j’ai vu Henri qui était en charme devant une brune.

A Lire aussi:

Vous savez le genre Pénélope Cruz avec leur maillot qui ne cachait rien du tout et un maquillage de dingue et qui était sur la plage juste pour montrer à quel point elles étaient bonnes et prendre à leur filet un beau mec qu’elles embarqueraient en partant. Et lui qui lui faisait son sourire Colgate et après il osera venir me dire qu’il m’aime. Mais il va voir.

-Moi :« Tiens moi ça »

-Eveline :« Tu vas où ? ».

-Moi :« m’occuper de ton frère ».

Puis je me suis dépêchée parce qu’ils allaient monter sur le jet-ski pour aller je ne sais où.

Eh bien, je suis désolée mais ça ne se fera pas. La meuf était déjà installée. J’ai accéléré le pas et dès que je suis arrivée, j’ai pris Henri par la nuque et l’ai embrassé.

Il était surpris au début mais il a fini par me répondre en accentuant ce baiser jusqu’à la limite du supportable c’est-à-dire jusqu’à manquer de souffle.

J’ai mis fin à ce baiser avec un sourire de femme amoureuse avant de me retourner pour faire face à la meuf qui me regardait étonné.

-Moi :« waouh désolé mais je ne t’avais pas vu. Tu voulais quelque chose peut-être ?»

-La meuf :« Euh non. Je ne savais pas que vous étiez ensemble »

-Henri :« On n’est pas…. »

-Moi :« Eh bien maintenant tu le sais chérie. Tu me rends ma place ?. Je n’aime pas qu’on touche à ce qui est à moi ».

-La meuf :« Oui bien sûr. Ravi d’avoir discuté avec toi ».

-Henri : « moi de … ».

Je l’ai regardé et il s’est stoppé net. C’est mieux pour lui.

-Moi :« Bye »

Elle s’est levée et s’est éloigné de nous.

-Henri : « Pourquoi tu as fait ça ? ».

-Moi :« Toi tais toi. Tu viens me faire un discours à la Roméo et Juliette et dès que je tourne le dos tu t’en vas chercher d’autres filles ».

-Henri :« Attends. Tu blagues ? Tu refuses de te mettre avec moi et après tu es jalouse parce que je parle avec d’autres filles ».

-Moi :« Je ne suis pas jalouse ok. Et puis elle a besoin de se mettre sur le jet-ski pour parler. Tu me prends pour une imbécile »

-Henri :« Tu veux me rendre fou c’est ça parce que je ne vois pas à quoi tu joues ».

-Moi :« Ne t’avises pas de recommencer sinon cette fois ce n’est pas un baiser que tu recevras ».

-Henri :« Et pourquoi je ne recommencerais pas. Je suis libre de faire ce que je veux ».

-Moi :« Non tu n’es pas libre. Tu es à moi ».

Du coup je suis retournée auprès d’Eveline pour récupérer ma glace.

-Eveline :« Waouh toi on peut dire que tu ne fais pas les choses à moitié. Tu lui a dit quoi la meuf pour qu’elle se barre comme ça ?»

-Moi :« Rien. Elle a compris qu’il fallait qu’elle passe son chemin ».

-Eveline :« En tout cas je n’aimerai pas être ton ennemi »

-Moi :« Mdr Je lui ai rien fait à elle. J’ai été très calme ».

-Eveline :« Quoi qu’il en soit je maintiens ».

Histoire d’amour
Ph: Fotofolia

-Moi :« À cause d’elle ma glace a fondu. Tout ça c’est à cause de ton frère donc c’est à lui de m’en racheter un autre ».

Puis j’ai crié son nom et lui a fait signe de venir me voir.

-Henri :« Qu’est-ce que tu as à crier comme ça. Tu es vraiment une sauvage ».

-Moi :« Ouais, si tu veux. Tu me dois une glace »

-Henri :« Ah bon et pourquoi ? ».

-Moi :« Parce que c’est à cause de toi que la mienne a fondu ».

-Henri: « Moi ? Je ne t’ai pas invité à venir me faire une scène ».

-Moi :« On s’en fout. Tu me le paies quand même et puis n’oublies pas que j’ai gagné à la course donc tu fais tout ce que je veux ».

-Henri :« Ok je te le paie si tu arrêtes de parler ».

-Moi :« Je veux un banana split avec trois boules »

-Henri: « Tu voudrais peut-être que je t’achète tout le kiosque ?»

-Moi :« J’ai une meilleure idée. La plage en entière ce serait bien »

-Henri: « Non ça c’est peu. Laisse-moi t’acheter l’Espagne »

-Moi :« Qu’il est chou. Je sais que tu veux m’impressionner mais contente toi de m’acheter ma glace ».

-Henri :« C’est un ordre ? ».

-Moi :« S’il te plaît »

-Henri :« voilà qui est mieux ».

Du coup il m’a acheté une glace et s’est pris aussi une.

Après ce petit goûter on a refait un tour avec les jet-ski avant de rentrer.

-Henri :« Tu viens manger au restaurant avec moi ?»

-Moi :« Non pas envie. En plus je dois y aller avec les filles ».

-Henri: « Tu pourras y aller demain avec eux ».

-Moi :« Non je n’irai pas avec toi ».

-Henri :« Pourquoi ? ».

-Moi :« Je trouve que tu me poses trop cette question »

-Henri :« Et moi je trouve que tu refuses tout sans raison ».

-Moi :« Tu perds ton temps. Je n’irai pas »

-Henri :« Mais pourquoi ? ».

-Moi :« Parce que je n’ai pas envie de me retrouver seule avec toi »

-Henri :« Tu as peur de ne pas pouvoir résister ?»

-Moi :« Non »

-Henri :« Je ne te comprends pas. Je te dis que je t’aime tu me repousses et quand je vais voir une autre fille tu me fais une scène. Tu veux que je sois à toi mais tu ne veux pas être à moi. Ce n’est pas possible Clara »

-Moi :« Ce n’est pas ça mais je n’ai pas envie de souffrir ».

-Henri :« Qui t’as dit que je vais te faire souffrir ? ».

-Moi :« Personne mais mieux vaut prévenir que guérir ».

-Henri :« Prévenir quoi ? Tu es égoïste Clara. Tu veux nous priver de quelque chose qu’on voudrait tous les deux. Quoique tu puisses dire, je sais que tu m’aimes.

Je le vois dans tes yeux parce que tu me regardes de la même manière que je te regarde. Moi peu importe ce qu’il faudra affronter je le ferai parce que je pense que tu en vaux la peine. Mais apparemment ce n’est pas ton cas ».

-Moi :« Ce n’est pas ça ».

-Henri :« Alors explique-moi ce que c’est ?»

-Moi :« C’est juste que j’aie peur d’être submergée par tout l’amour que je ressens et de ne plus pouvoir me passer de toi ».

Du coup il s’est rapproché et a serré ses mains aux miennes

-Henri:« Moi aussi j’ai peur de ne plus pouvoir me passer de toi. Mais j’ai encore plus peur de ne pas t’avoir à mes côtés. Jamais je ne te ferai souffrir du moins pas intentionnellement ».

-Moi :« Arrêtes de me mentir ».

-Henri :« Je ne te mens pas. Je n’ai jamais eu envie de me poser avec une fille à ce point. Tu peux demander à Eveline si tu ne me crois pas. C’est la première fois qu’elle me voit courir après une fille ».

-Moi :« Je te crois. Je le vois dans tes yeux »

-Henri :« Parce que tu lis dans les yeux maintenant ?»

-Moi :« Seulement dans les tiens ».

-Henri :» C’est à moi cette phrase ».

-Moi :« Je sais. C’est pour ça que je l’aime ».

-Henri :« Est-ce que tu aimes le propriétaire aussi ? ».

-Moi : « Humm je ne sais pas. J’ai des doutes à ce sujet parce qu’il est bourré de défauts. Je le trouve arrogant, prétentieux, égocentrique et il a une très haute opinion de lui-même ce qui n’arrange rien. Donc je ne sais pas si ça va le faire ».

-Henri :« Ah ok je vois. Bye »

Il fait semblant de se vexer et de se tourner pour partir.

-Moi :« Hé tu vas où comme ça. Je n’ai pas fini »

-Henri :« Je te donne une dernière chance »

-Moi :« Mais si je ferme les yeux sur tout ça je devrais pouvoir lui trouver un ou deux qualités. J’ai vraiment cherché avant d’en trouver. Il est sensible, généreux et se préoccupe des autres. Ah oui et une dernière chose qui a fait basculé la balance est qu’il aime et respecte sa maman et ça veut tout dire pour moi »

-Henri :« Hum. Il aimerait savoir ce que tu ressens vraiment pour lui ».

-Moi :« De la haine. Non je plaisante tu lui diras que je l’aime comme une folle et que je pense à lui jour et nuit. Tu lui diras aussi J’adore tout en lui même s’il m’agace le reste du temps où je ne suis pas occupée à penser à lui.

J’aime me perdre dans ses beaux yeux marron. J’aime quand il prend soin de moi, quand il me fait rire, quand il cède à mes caprices même si j’exagère dès fois et quand il attend patiemment que ma colère passe même s’il ne m’a rien fait.

Et aussi que j’aime son rire, ses yeux, son visage d’ange qu’il dort et que je me lasserai jamais de le regarder parce que c’est le mec le plus beau et le plus sexy que j’ai jamais vu. Dis-lui pas la dernière phrase parce qu’il va plus se sentir après ».

-Henri :« trop tard il a déjà entendu »

-Moi :« Mdr. Et enfin tu lui diras que j’accepte avec plaisir la proposition qu’il m’avait fait la dernière fois mais à deux conditions ».

-Henri :« lesquelles ».

-Moi :« Je veux son jet-ski et en second qu’il me vire l’autre salope de son compte Facebook et que si jamais il me fait le moindre mal, je l’étrangle de mes propres mains ».

-Henri :« Je pense qu’il devrait être d’accord sauf pour le jet-ski ».

-Moi :« Ok il peut m’oublier alors ».

-Henri :« Il sera d’accord. Il m’a chargé de te dire qu’il t’aime encore plus et de te donner ça »

Il m’a enlacé et m’a embrassé.

Un doux et chaleureux baiser rempli d’amour et de tendresse. Et voilà c’est fait. J’étais officiellement avec lui et je pouvais laisser parler mon cœur.

-Moi :« Tu penses qu’on devrait le dire aux autres ?»

-Henri :« On leur dira. Je veux que tout le monde sache que tu es ma femme maintenant. Tu as pris la bonne décision. Je vais bien m’occuper de toi tu verras »

Sa femmeJ’aime l’entendre dire ça. Oh My God .

-Moi :« J’espère bien. Et je te préviens je suis invivable »

-Henri :« J’ai vu ça. Mais je devrais m’en sortir »

Je me suis détachée de lui et l’empoigna.

-Moi :« Et tu n’as pas intérêt à me tromper ».

-Henri :« loin de moi cette idée. C’est incroyable la vitesse avec laquelle tu passes de douce à sauvage »

J’ai souris et l’ai embrassé à mon tour.

-Henri :« Par contre j’adore quand tu fais ça ».

-Moi :« Ah bon ? J’espère que tu es prêt à mettre le prix qu’il faut parce qu’un baiser venant de moi coûte très cher ».

-Henri :« Tout ce que tu voudras »

-Moi :« Tu devrais réfléchir quand tu me dis des trucs pareils ».

-Henri :« Et pourquoi donc ? ».

-Moi :« Parce que je risque de t’exploiter ».

-Henri: « Ne crois pas ça. Si je te donne tout ce que tu veux, il faudra que tu fasses de même ».

-Moi :« Si tu le mérites oui. Mais pour l’instant ton amour me suffit ».

-Henri : « Tant mieux alors ».

Un moment plus tard, Eveline est rentré dans la cuisine. Elle nous a regarde avec des yeux disant “ Vous n’avez pas quelque chose à me dire ”.

Dès que je lui ai souris elle a compris directement.

-Eveline :« Non c’est vrai ?»

J’ai fait oui de la tête

-Eveline :« Génial je suis trop contente. Je commençais à désespérer que tu deviennes ma belle-sœur ».

-Moi : « Minute. On n’est pas marié juste en couple »

-Eveline :« Je m’en fous. Je te considère déjà comme ma belle-sœur ».

Et puis elle s’est tournée vers son frère

-Eveline :« Et tu as intérêt que ça arrive »

-Moi :« Elle est trop mignonne ».

Histoire d’amour – Fotofolia

-Eveline :« Venez là que je vous embrasse tous les deux ».

On s’est fait un bon gros câlin. J’adore Eveline; elle est trop chouette, une fille en or. Au moins je sais déjà que je n’aurai pas de problèmes avec sa sœur.

-Eveline :« Depuis quand ? ».

-Henri: « maintenant ».

-Eveline :« Je suis tellement contente pour vous. Ça va être une belle et longue histoire d’amour. Vous êtes trop beaux ensemble ».

-Moi :« Waouh tu me présenteras ton chéri et on se fera des sorties à quatre ».

-Eveline :« Quand tu veux ».

-Henri :« Et moi ? Vous ne me demandez pas mon avis ».

-Moi :« Pas besoin. Tu dois faire tout ce que je veux ».

-Henri :« Et alors. Ce n’est pas parce que je l’ai dit que tu ne dois pas me demander mon avis »

-Eveline :« même pas quelques minutes et vous vous disputez déjà ».

-Moi :« Je plaisante. Bien sûr que je te demanderai. Je ne voudrais pas évincer ton égo de mal dominant ».

-Henri :« Il vaut mieux pour toi ».

-Eveline :« Oh lala vous êtes faits pour être ensemble. Un autre câlin ».

Puis elle nous a pris à nouveau dans ses bras.

-Sylvie :« Qu’est ce qui se passe ici ? Moi aussi je veux un câlin ».

-Eveline :« Nous avons un nouveau couple dans la maison »

-Sylvie: « Non c’est vrai ?»

-Moi : « Vous avez tous quoi avec cette phrase »

-Sylvie: « Parce qu’on désespérait de vous voir ensemble ».

-Moi :« Ça a pris le temps que ça devait prendre ».

-Henri :« Ce n’est pas de ma faute. Elle est difficile à convaincre ».

-Sylvie: « Tu m’étonnes. Je suis trop contente pour vous en tout cas ».

-Fiston :« Oui félicitations à vous. On pourra profiter de notre dernière semaine de vacances sans dispute »

-Sylvie :« C’est clair. Regardez comme ils sont mignons »

-Moi :« ça suffit les mignons ».

-Sylvie:« Ne fais pas ta timide. On sait tous que tu rêvais de te mettre avec lui »

-Henri : « Ah oui ? »

-Sylvie: « Oui, elle ne te l’a pas dit ?»

-Moi :« Sylvie arrête de dire n’importe quoi »

Puis j’ai dit à Henri

-Moi :« Tu vois c’est pour ça que je ne voulais pas qu’on leur dise ».

-Eveline :« Quoi ; Tu ne comptais pas nous le dire ?»

-Moi :« Si mais plus tard »

-Sylvie :« Quelle traîtresse »

-Moi : « Non , ne dis pas ça ,tu es ma Sylvie d’amour »

-Sylvie :« Oui c’est ça alors que tu comptais me remplacer par Henri »

-Moi : « Jamais de ma vie »

-Sylvie (à Henri) :« J’accepte de partager mais c’est bien parce que c’est toi »

-Henri : « Je te remercie ».

-Sylvie :« Tu vois lui au moins il est reconnaissant »

-Fiston: « On va fêter ça au restaurant ».

-Moi :« D’accord et si c’est toi qui invites je laisse tomber les 100 euros »

-Fiston : «C’est parti alors ».

-Moi : « Du Calme, il faut d’abord que je prenne une douche ».

-Eveline : « Oui moi aussi »

-Henri :« On se retrouve tous dans 1h au maximum. Et j’ai bien dis au max »

-Moi : « Oh ça va. Je sais que c’est pour moi que tu dis ça mais je dois être présentable avant de sortir et ça prendra le temps nécessaire »

-Fiston :« Si tu n’es pas prête dans 1 heure on partira sans toi »

-Fiston :« Oui vous prenez trop de temps »

Moi : « Calmez-vous on sera prêtes à temps .

Eveline Viens avec moi. J’ai quelque chose à te demander ».

On est monté dans ma chambre, sauf je n’avais aucune autre envie que d’être aux côtés de mon chouchou préféré. J’aime vraiment cet homme. Mais j’avais un souci et il fallait que je le règle maintenant même.

-Moi :« Je veux que tu me parles de la fille qui était sur la photo que j’ai vu »

-Eveline :« elle s’appelle Rachel et c’est la dernière meuf d’Henri. Elle lui a mis le grappin dessus dès qu’elle a su qu’il avait de l’argent. Du moins que nos parents en avaient. Dès que je l’ai vu j’ai senti qu’elle n’était pas faite pour lui mais il n’a pas voulu m’écouter et il s’est mis avec elle. Elle disait partout qu’elle l’aimait mais au fond elle le trompait dès qu’il avait le dos tourné. C’était une collectionneuse de mecs cette fille. Un jour je l’ai surpris avec un autre dans le parc et j’ai appelé Henri pour lui montrer et il l’a quitté. Mais apparemment elle n’a pas compris et elle continue à se dire dans sa tête qu’ils sont toujours ensemble. Elle est complétement folle ».

-Moi :« Ok et tu as son numéro ? »

-Eveline :« Je sais que je ne devrais pas faire ça mais attends je vais le chercher ».

Elle est allée prendre son ordinateur et s’est connecté sur Facebook. Puis elle a écrit à une de ses amis qui lui a donné le dit numéro.

-Moi : « On va l’appeler. Tu en dis quoi ?»

-Eveline :« J’en dis qu’Henri va me tue s’il sait »

-Moi : « T’inquiètes. On ne lui dira rien ».

J’ai masqué mon numéro et puis j’ai composé le numéro de la meuf. J’ai mis sur haut-parleur pour qu’Eveline écoute.

-Elle : « Allô ».

-Moi :« Ecoute moi bien sale idiote. J’ai une chose à te dire, une seule et je ne me répéterai pas. Henri est avec moi maintenant et je veux que tu lui foutes la paix. Si jamais je te vois roder autour de lui, je te jure que je te fais la peau. Et si tu ne crois pas tu n’as qu’à essayer ».

-Elle :« Non mais tu te prend pour qui toi ?. Je fais ce que je veux avec Henri. Toute façon il ne t’aime pas il me l’a dit. Il veut juste passer du temps avec toi en attendant de me retrouver ».

-Moi : « Mais ma foi tu es un danger pour la planète. Ça se voit que ça ne vas pas dans ta tête. Approches toi de lui et tu verras ce que je vais te faire salope ».

J’ai raccrochée parce que je sens que je vais m’énerver. Elle est pathétique à s’inventer une vie comme ça. Elle n’avait qu’à bien le garder quand elle en avait l’occasion.

SUIVRE…

Share this: