Destin-de-Myriam-2
75 / 100



J’étais déjà excitée et je gémissais bizarrement des plaisirs quand je lui ai dit -Moi:« laisses moi Henri …Veuillez lire la suite de votre histoire d’amour: “les réalités de la vie”. Elle vous entraînera dans les méandres des attirent un homme vers une femme.



PARTIE 8 LES RÉALITÉS DE LA VIE

J’étais déjà excitée et je gémissais bizarrement des plaisirs quand je lui ai dit

-Moi:« laisses moi Henri ».

Puis je l’ ai poussé. Il m’énerve comme pas possible ce mec.

Du coup, j’ai claqué la porte de sa chambre et suis descendue les escaliers.

D’ailleurs à force de m’énerver j’ai encore plus faim, je vais manger sa part et il fera moins le malin.

-Fiston :« C’est quoi cette tête ?, Où est passée ta bonne humeur ? ».

-Moi :« Elle a disparu quand j’ai croisé l’imbécile qui te sert d’ami »

-Fiston :» Ah il est réveillé ? Il t’a fait quoi ? »

Ah bonne question. Je ne peux pas leur dire que j’étais entrain de la mater ouvertement, qu’il m’a caressé et que je me suis énervée parce qu’il m’a demandé de lui avouer qu’il me plaît. Oh non l’affiche que je vais me faire.

-Fiston :« Hé ho ici la terre il y a quelqu’un ».

J’étais tellement perdue dans mes pensées que je lui ai même pas répondu

-Moi :« Rien , il m’a énervé avec ces phrases débiles c’est tout »

-Sylvie :« Tu es sûre que c’est juste ça»

-Moi :« oui je suis sûre ».

-Fiston :« En parlant du loup »

Henri venait d’entrer dans la cuisine.

Il a pris Sylvie dans ses bras et l’ai fait tournoyer comme une petite fille avant de saluer Fiston avec les coups d’épaule. Je trouve ça bizarre

-Sylvie :« Tu veux me montrer à quel point tu es fort ?»

-Henri:» Tu as vu , si quelqu’un t’embête appelles moi »

Puis il s’est tournée ver »s moi

-Henri:« Toi je t’ai déjà »

-Moi :« À mon grand malheur ».

-Henri:« Alors elle s’est terminé comment votre soirée ?»

-Sylvie:« Bien »

-Henri :« Quoi c’est tout ? Et ton espagnol qui t’attendait ?»

Non mais il fait exprès ou quoi ? Il ne voit pas qu’il les met mal à l’aise. Ah les mecs ils remarquent rien à rien. Aucune délicatesse.

-Moi :« Si tu voulais savoir tu n’avais qu’à rester avec eux »

-Henri :« Si tu n’avais pas fait ta gamine je serais resté »

-Moi :« Parce que c’est de ma faute maintenant. Pourtant c’est toi qui m’as pourri ma soirée »

-Henri :« Ah bon moi qui croyais t’avoir sauvé la mise ».

-Moi :« Oui je te remercie du fond du cœur »

-Sylvie:« Arrêtez de vous chamailler et manger avant que ça refroidisse ».

Elle nous a fait des œufs aux plats avec des toasts. Ça tombe bien je crève la dalle. Comme d’habitude, on a pris plus d’une heure pour manger mais c’était bien , ça nous rapproche.

-Moi :« Je fais la vaisselle »

-Sylvie :« Ok, je vais prendre ma douche »

-Fiston:« J’y vais aussi et soyez sage tous les deux »

Il ne restait plus qu’Henri mais qu’est-ce qu’il attend pour partir aussi ?. Me suis-je interrogé intérieurement.

-Moi :« Euh tu as besoin de quelque chose»

-Henri:« Non mais je vais rester pour t’aider à nettoyer ».

-Moi :« C’est gentil mais je n’ai pas besoin de ton aide »

-Henri :« Bien sûr que si, ça te feras gagner plus de temps »

-Moi :« Bon ok mais évite de parler »

-Henri:« Ok, je fais quoi ?»

-Moi :« Tu n’as qu’à débarrasser la table et ranger tout à sa place »

-Henri:«D’accord madame ».

Il s’est levé et a fait ce que je lui ai demandé pendant que moi je faisais la vaisselle.

C’est bizarre qu’il se soit tu parce que même si je lui ai dit ça je n’aurai jamais cru qu’il obéirait.

-Henri:« J’ai fini »

-Moi :« Merci tu peux partir ».

-Henri:« Pourquoi tu veux que je parte ?. Tu n’aimes pas ma compagnie ? ».

-Moi :« Parce que je sais que si tu restes tu vas encore m’énerver »

-Henri:«C’est toi qui t’énerves toute seule alors qu’on fait que discuter »

-Moi :« Parce que hier on a discuté ?»

-Henri:« Je vois que madame est rancunière »

-Moi :« et pas qu’un peu rancunière ? »

-Henri :« ok je te demande pardon d’avoir gâché ta soirée comme tu dis, ça te vas ? »

-Moi :« C’est trop facile ça. Je refuse ».

-Henri:« Si tu me pardonnes, je t’invite au restaurant ce soir ».

J’avais commencé à sourire. Il a fait fort là. C’est une proposition que je ne peux refuser. C’est trop bon la bouffe là-bas.

-Henri:« Ah c’est déjà mieux. Tu ne fais plus la tête »

Il fallait que je fasse la dure vous aussi. Il faut que je me fasse désirer.

-Moi :« Tu veux m’acheter maintenant ?»

-Henri:« Arrêtes de faire la meuf. Acceptes je sais que tu en as envie »

-Moi :« Je ne sais pas. Il faut que j’y réfléchisse parce que me retrouver avec toi toute une soirée c’est un vrai cauchemar ».

-Henri :« Ok tu m’as soulé. Laisses tomber on y va plus »

À quoi il joue là ?. Non ,il ne peut pas jouer avec mes sentiments.

-Moi :«Comme tu insiste qu’on y va j’accepte mais je vais prendre tout ce que je veux »

-Henri :« D’accord. Alors ? »

-Moi :« alors quoi ? »

-Henri :« Le pardon ? »

-Moi :« Ok c’est bon je te pardonne pour cette fois-ci »

-Henri : « Tu as oublié le sourire ?»

Je lui ai fait un sourire vite fait quoi. Il ne faut pas exagérer non plus. Mais quand même c’est magnifique de m’avoir invité.

-Henri :« Bah voilà soit prêt pour 20h ».

-Moi :« ok je le serais ».

-Henri:« Dernière chose. Tu devrais sourire un peu plus souvent, ça te feras moins de rides »

-Moi en souriant :« Dehors tout de suite ».

Quelques heures plus tard,

-Henri :« Clara je te jure que si tu ne descends pas dans deux minutes ce sont les fringues que tu vas bouffer »

-Moi :« Parle-moi bien ok et pourquoi tu cries comme un ouf »

-Henri :« Parce que ça fait une heure que je t’attends. Tu foutais quoi là-haut ?».

Il faut quand même reconnaître qu’il a raison. Il est 21H alors qu’il m’avait demandé d’être prête pour 20H. Mais c’est quand même pas de ma faute, il me faut le temps de me préparer. Juste pour trouver quoi mettre ça.

prend 30 minutes et je ne parle pas de tout le reste.

-Moi :« Je me préparais, tu ne veux quand même pas que je sorte en pyjama et les cheveux en bataille ».

-Henri: « Je ne verrai pas la différence parce que tu restes toujours aussi moche que d’habitude »

-Moi :« Ne commences pas à m’énerver ok »

-Henri:« Bon tu sors maintenant, on a assez perdu de temps comme ça »

-Moi :« Tchip»

-Henri:« Si tu n’arrêtes pas de me faire ton bruit bizarre là je vais te massacrer »

-Moi :« oui que des paroles en l’air »

-Henri :« recommences et tu verras si je parle pour rien moi ».

Bah je ne vais pas recommencer au risque de me priver de restaurant.

Finalement j’avais opté pour un jean slim noir avec un top satin large sans manche accompagné d’une petite veste noire et des sandales beiges. Il ne faut pas oublier le petit sac en bandoulière .

Henri lui avait aussi mis un jean et un pull noirs avec un t-shirt blanc et des baskets noirs. Il est trop swag comme d’habitude.

Vu que le restaurant n’était pas trop loin de la maison on a marché quelques minutes pour y aller.

-Serveuse en anglais :« Vous prenez quoi ? ».

Puis Henri m’a dit

-Henri:« Tu veux quoi ? »

-Moi :« On prend le menu Kentucky 12 »

-La serveuse :« OK, c’est tout ce qu’il vous faut ?»

-Moi :« Avec deux glaces qu’on prendra en partant ».

-Henri :« Tu ne me demandes pas mon avis ?»

-Moi avec une voix de gamine : « Tu avais dit que je pouvais prendre tout ce que je veux »

-Henri:« Oui mais pas que tu choisirais pour moi »

-Moi :« Ok choisis je mangerai une partie de ce que tu prendras »

-Henri: « Oh mais quelle gourmande ».

Et puis il s’est adressé à la serveuse qui nous regardait amuser.

-Henri:« Ce sera tout »

-La serveuse :« D’accord, vous formez un très beau couple ».

-Moi :« Euh merci mais on n’est pas en couple »

-La serveuse :« Dommage, vous êtes très mignons ensemble ».

Oh lala elle n’aurait pas dû dire ça. Ça m’a trop gêné mais le gène s’est transformé en colère quand elle a commencé à le regarder genre “ moi je suis libre beau gosse ”.

Du coup je lui ai dit

-Moi :« En fait si on est en couple. Il est trop beau non »

-Elle :« Euh oui. Voilà votre commande »

-Moi :« Merci beaucoup »

je lui ai fait un sourire que signifiait “conasse”.

Tout à coup nous avons monté à la terrasse où nous nous installâmes pour manger à l’air libre.

-Henri: « Je n’étais pas au courant qu’on était en couple »

-Moi : « On n’est pas en couple »

-Henri :« Alors pourquoi tu lui as dit ça ? »

Je lui ai redit la même raison qu’il m’avait donnée à la boite de nuit.

-Moi :« Je n’aimais pas la manière dont elle te reluquait ».

-Henri :« Et comment est-ce qu’elle me reluquait ?»

-Moi en lui faisant une mimique:« Elle te regardait genre “ eh beau mec si elle ne veut pas de toi je serai d’accord pour m’occuper de toi” »

Il a éclaté de rire quand j’ai fini de lui faire ma petite comédie.

Il est trop chou quand il rit. Pas étonnant que la serveuse veut lui jeter le grappin dessus.

-Henri:« Tu es extraordinaire. Décidément je m’ennuis jamais avec toi »

-Moi :« Prends moi pour ta bouffonne de service »

-Henri:« Tu sais que tu es trop mignonne quand tu es jalouse? »

-Moi :« Je ne suis pas jalouse »

-Henri:« Ah bon ?, Et c’est quoi ce que tu m’as fait tout à l’heure ?»

-Moi :« Je n’ai juste pas apprécié qu’elle essaie de te draguer alors que je suis là. Elle n’a qu’à attendre que tu viennes seul »

-Henri:« Et tu dis que tu n’es pas jalouse ?».

Ça ne sert à rien de le nier encore plus, toute façon il ne me croira pas si je lui dis que non.

-Moi :« Ok j’ai été jalouse un court instant »

-Henri :« Tu es jalouse et en plus tu me trouves trop beau. J’aurais dû t’inviter ici plutôt »

-Moi :« redescends mec. J’ai dit ça juste pour l’agacer, pas la peine de te prendre pour un playboy »

-Henri :« Pourquoi tu ne veux pas admettre que je te plais ? »

-Moi :« Parce que je n’ai pas envie que tu me plaises »

-Henri:« Et si moi j’ai envie de te plaire ? »

-Moi :« ….»

Je ne savais pas quoi lui dire donc j’ai baissé la tête et puis j’ai continué de manger comme si il n’avait jamais posé sa question.

-Henri :« Je veux te plaire Clara parce que tu m’attires ».

-Moi :« Tu es sérieux ? ».

-Henri:« En fait je t’ai détesté au début parce que tu m’as jugé alors que tu ne me connaissais même pas. Tu me parlais mal, tu me regardais hautainement comme si tu étais meilleure que moi et je te trouvais conne et exaspérante comme meuf.

Mais ce n’est plus le cas et si tu veux savoir même si on se connaissait pas , depuis longtemps tu m’attirait grave. J’aime quand tu t’énerves pour rien. Quand tu te mords la lèvre parce que tu es gênée.

Quand tu me regardes comme tu l’as fait ce matin et quand tu fais la jalouse. J’aime quand tu souris, quand tu fais ta moue d’enfant gâté. Tu es sexy quand tu danses, quand tu portes ton pyjama pourri ou ta robe moulante de l’autre soir.

Je ne peux pas te résister pour tout ça et aussi parce que tu es belle Clara. Et le pire de tout, c’est que tu ne t’en rends même pas compte ou peut-être qui si et que tu t’en fous ».

Waouhlà il m’a scotché car jamais au grand jamais j’aurais pensé qu’il me parlera de cette façon. J’ai eu des frissons pendant qu’il parlait.

Au moins maintenant je sais que je ne suis pas la seule. Ça me fait super plaisir quoi d’entendre ça sauf quand il me traite d’enfant gâté et je peux vous dire que mon cœur a bien enregistré aussi car je le sens battre à mille à l’heure.

Ph: jeune femme amoureuse
Ph! Pixabay

Que dire de plus à part que c’est réciproque quoi. Qui ne révérait pas d’entendre ça. Mais il y a un seul problème je ne veux pas de ça.

-Moi :« Waouh. En fait tu m’as invité pour me faire ton discours ?»

-Henri:« Non c’est venu comme ça »

Je n’ai rien dit, je continuais de bouffer comme si de rien n’était comme s’il ne m’avait jamais rien dit de tout ça quoi. Et il est trop chou parce qu’il respectait mon silence.

Il ne me posait pas de question du genre “ tu en penses quoi ” et je lui en étais reconnaissant parce que je ne suis pas prête à lui répondre.

Du coup on a terminé de manger en silence puis on est passé récupérer nos glaces avant de partir.

-Henri :« Ça te dit qu’on aille se promener avant de rentrer ?»

-Moi :« Ok mais ne profite pas pour me sauter dessus »

-Henri en riant:« Là je te retrouve. J’ai cru que tu avais perdu ta langue tout à l’heure »

-Moi :« je n’aime pas qu’on me dérange quand je mange »

-Henri :« Oh la menteuse. Dis plutôt que je t’ai cloué le bec »

-Moi :« Un mec à deux balles comme toi me clouer le bec. Tu rêves là »

-Henri:« Alors pourquoi tu n’arrêtais pas de te mordre la lèvre ?»

-Moi :« Parce que je pensais à quelqu’un d’autre »

-Henri:« Et je peux savoir qui c’est ? ».

Euh vite Il faut que je trouve quelque chose car j’ai menti comme vous le savez.

-Moi :« à mon copain »

-Henri :« Trouve autre chose parce que je sais que tu n’es pas en couple »

-Moi :« Et qui t’as dit ça ?»

-Henri :« Tu crois qu’un gars normal laisserai sa copine passait un mois avec d’autres mecs dans la même maison. Et en plus Sylvie m’a dit que tu en avais pas »

Elle si je la chope elle va voir. Mais pourquoi elle est allée lui dire un truc pareil.

Alors comme je ne disais toujours rien Henri a ajouté

-Henri:« Je sais quand tu mens »

-Moi :« Ah bon parce que tu me connais ?»

-Henri:« Oui je t’ai observé »

-Moi :« D’accord c’est quoi ma couleur préférée»

-Henri :« Le noir. J’ai remarqué que tu mets toujours une touche de noir dans ta tenue »

-Moi :« Ok d’accord un point pour toi ».

Quelques minutes plus tard, on est arrivé à la plage puis on est allé s’asseoir sur des rochers au bord de l’eau.

-Henri :« Tu as de la glace sur la joue. Attends je vais te l’enlever ».

Il me l’a enlevé avec son doigt et l’a mis dans sa bouche.

Ça c’est super sexy même s’il ne s’en rend pas compte. J’ai senti vous savez ce truc qui parcourt votre ventre quand vous êtes attiré par quelqu’un comme à chaque fois qu’il me touche d’ailleurs, une sensation agréable et bizarre à la fois.

J’ai tourné la tête vers l’eau pour ne pas céder à la tentation

-Henri :« Pourquoi tu tournes la tête ? »

-Moi :« Parce que je sais ce qui va se passer si je te regarde et je ne veux pas que ça arrives ».

-Henri:« Ok je vois. Je ne savais pas que je te dégoutais à ce point »

A Lireaussi:

-Moi :« Ce n’est pas vrai. Au contraire mais c’est juste que je ne suis pas prête »

-Henri:« Tu sais, je ne t’ai rien demandé. Je t’ai dit que tu m’attirais et non je suis amoureux de toi. A force de rester longtemps avec des personnes, tu finis par se rapprocher de l’un d’eux. Ça arrive tout le temps et c’est juste passager t’inquiètes pas »

-Moi :« Passager ?. Tu veux dire que ça aurait été une autre fille à ma place, tu lui aurais dit la même chose que ce que tu m’as dit»

-Henri: « Non je n’ai pas dit ça »

-Moi :« Eh bien c’est ce que j’ai compris. Tu n’es qu’un connard en fait. A combien de filles tu as sorti ce genre de truc ».

-Henri :« Calme-toi d’accord. On ne s’est pas compris »

-Moi :« Oh que si. Tu sais quoi vas te faire foutre. Je ne veux plus te voir. Passager non mais je rêve. Salaud »

Je l’ai laissé planter là et je suis rentrée en courant les larmes aux yeux.

Quand je suis arrivée à la maison il y avait Fiston et Sylvie dans le salon entrain de s’embrasser. Hum ça devient sérieux entre ces deux-là.

Fiston était entrain de caresser Sylvie comme pas possible.

Sylvie était même entrain de gémir…

Humm, mon Dieu c’était croustillant et excitant

À SUIVRE…

Share this: