Histoire d’amour: les réalités de la vie (épisode 22)


coiffure-africaine-fille-meilleur-de-77-frais-stock-de-coiffures-pour-les-filles-aux-cheveux-longs-of-coiffure-africaine-fille

67 / 100

(Episode 22 de la Suite de l’histoire d’amour): J’ai mis la robe de ville en soie qu’il m’avait achetée la dernière fois qu’on est allé faire du shopping. Je me suis maquillée légèrement puis j’ai mis des compensés. Mon petit sac et la petite veste en main j’étais prête à y aller.

ÉPISODE 22 LES RÉALITÉS DE LA VIE

Quand j’ai raccroché, j’ai dit à Eveline

-Moi : « Voilà tu ne diras pas que je ne l’ai pas prévenu »

-Eveline: « Tu es comme ça toi ? Tu m’as fait peur ».

-Moi : « Je n’aime pas qu’on touche à ce qui m’appartient. D’ailleurs cette fille est une fouteuse de merde »

-Eveline : « J’avoue. J’espère qu’elle a compris ».

-Moi :«Elle a intérêt parce que je ne blaguais pas »

-Eveline :« Je suis sûre qu’elle va appeler Henri pour se plaindre ».

-Moi :« On s’en fout. Il fallait que je lui dise ».

-Eveline :« Ok je vais me doucher. À tout à l’heure ma puce ».

-Moi:« D’accord ma puce. D’ailleurs et moi également je vais prendre ma douche ».

Je pris ma douche vite fait parce que j’ai déjà perdu le temps à parler avec cette idiote de Rachel et connaissant Henri il serait capable de partir sans moi.

Histoire d’amour – Pixabay

Du coup je me suis fait belle pour mon homme. Eh oui mon homme. Ça fait bizarre quand même mais il est à moi et à personne d’autre.

J’ai mis la robe de ville en soie qu’il m’avait achetée la dernière fois qu’on est allé faire du shopping. Je me suis maquillée légèrement puis j’ai mis des compensés. Mon petit sac et la petite veste en main j’étais prête à y aller.

En suite je suis partie voir si Eveline était déjà prête mais non elle était plus lente que moi. On va se faire massacrer car on a dépassé le une heure.

-Moi :« Tu es pire que moi ».

-Eveline :« On aurait dû attendre de revenir avant d’appeler l’autre là ».

-Moi :« Oui mais il fallait que je le fasse. Henri va nous tuer »

-Eveline :« Il ne va rien dire vu comment tu t’es faite belle. Tu es magnifique »

-Moi :« Oh merci mais tu es mille fois plus belle que moi ».

-Eveline :« Pas aux yeux d’Henri en tout cas ».

Du coup Sylvie est entrée aussi dans la chambre d’Eveline.

-Sylvie :«Bah alors vous faites quoi ? Vous êtes montées avant moi mais vous avez quand même fini après ».

-Eveline :« On a fait un petit détour par le téléphone ».

-Sylvie :« Ah bon ? Racontez »

-Moi :« Je te raconte quand on revient ».

-Sylvie :« Tu t’es maquillée ou c’est moi »

-Moi : « Ne commence pas »

-Sylvie : « Depuis le temps que je te demande de le faire.

Ah c’est vrai que l’amour fait des merveilles ».

-Eveline :« Elle est belle hein ».

-Sylvie :« Magnifique. J’en connais un qui va être content de te voir »

-Moi :« Je pourrais dire la même chose pour toi »

-Eveline :« Bon j’ai fini on y va ».

Les garçons étaient entrain de nous attendre. Henri faisait son vénère mais je savais qu’il n’était pas fâché.

-Henri: « 20 minutes de retard. Vous faites exprès »

-Moi :« Pourquoi tu n’es pas comme Fiston ? Lui ne dit rien ».

-Henri :« Dépêchez-vous de sortir ».

Il m’a attrapé quand je suis passée devant lui

-Henri :« Si tu n’étais pas aussi belle et irrésistible je t’aurai tordu ton joli cou »

-Moi :« On va faire comme si je n’avais pas entendu la fin. Tu es beau aussi. Mais il n y a pas que moi qui nous a retardé ».

-Henri :« Je ne parlais pas du retard ».

Waouh Eveline avait peut être raison…

-Moi :« Ah ok. Je vois que le petit toutou est déjà venu rapporter à son maître. Elle n’a pas perdu de temps ».

-Henri :« Pourquoi tu l’as appelé ? »

-Moi :« Parce que je voulais mettre les choses au clair ».

-Henri :« Peut-être mais tu aurais dû me laisser lui parler. Je suis assez grand pour me défendre tout seul. Tu l’agresses alors que tu ne la connais même pas »

-Moi :« L’agresser ? Je rêve ou tu prends sa défense ? ».

-Henri :« Non ».

-Moi : « Eh bien c’est l’impression que j’ai en ce moment ».

-Henri :« Non, ne dis pas ça, jamais je ne la défendrais. Mais je ne veux pas que tu te crées des problèmes à cause de moi ».

-Moi :« Elle est déjà un problème »

-Henri :« Je sais et je m’occuperai d’elle t’inquiètes mais j’aimerai que tu évites les menaces de mort ».

J’ai souris malgré moi. puis on a entendu un klaxon au loin. On avait oublié que les autres nous attendaient déjà.

-Moi :« Je veux que tu t’en occupes maintenant vu que tu veux jouer au mal dominant. Je te donne 24 heures pour que tu rompes tout contact avec elle et je ne plaisante pas »

A Lire aussi:

-Henri en criant :«Si je te dis que je m’occuperai d’elle je le ferai. Tu n’as pas besoin de me faire un ultimatum ».

-Moi :« Ok désolée. On ne va pas se disputer à cause d’elle »

-Henri :« Tu as raison. Désolé de t’avoir crié dessus ».

-Moi :« Pas grave. On en parle plus ».

-Henri :« Et d’où tu as eu son numéro d’ailleurs ?»

-Moi :« J’ai dit qu’on n’en parle plus »

-Henri :« ok toute façon, j’ai ma petite idée »

-Moi :« Elle n’a rien à voir là dedans si c’est d’Eveline que tu parles ».

-Henri : « Bien sûr. Comment tu l’aurais eu sinon »

-Moi :« Si tu dis quoique ce soit à Eveline, je considérerai que tu défends l’autre folle. Et cette fois ce n’est pas un ultimatum que tu auras ».

-Henri :« Tu me menaces Clara ? ».

Mieux vaut ne pas l’énerver. Bon demandons lui gentiment.

Donc je lui ai mis les bras autour du coup en lui faisant mon visage d’ange.

-Moi :« Non je plaisantais. Allez stp bébé ne lui dis pas. Je vais trop me sentir coupable après. Elle ne voulait pas me le donner mais je lui ai forcé la main. Toi-même tu sais comment elle est gentille Eveline ».

-Henri :« Tu m’appelles bébé juste pour m’amadouer »

-Moi :« Non c’est venu comme ça, et d’ailleurs tu ne veux pas que je t’appelle comme ça».

-Henri : « Si. J’adore ».

Humm, il est trop mignon même s’il a raison. Vous même vous savez hein, les femmes quoi.

-Moi :« Alors pourquoi tu te plains ? ».

-Henri :« Si je ne t’aimais pas autant je t’aurai déjà tué ».

-Moi :« ça veut dire oui pour Eveline »

-Henri :« Ok je ne lui dirai rien si tu promets de ne plus faire un truc pareil »

-Moi :« OK promis sauf si elle vient me pourrir la vie ».

-Henri :« Je ferais en sorte que ça n’arrive pas ».

-Moi :« Bon sortons avant qu’ils viennent nous chercher ».

-Henri :« Tu me fais un bisou avant qu’on y aille ».

-Moi :« Non ça risque d’enlever mon gloss. En plus il y a les autres qui attendent ».

-Henri :« Tu préfères ton gloss (rouge à lèvres) à moi ?».

-Moi :« Ne fais pas l’enfant stp. Attends ».

Puis je lui ai fait un bisou sur la joue

-Moi :« Voilà. Tout le monde est content. Et avec cette marque sur la joue, aucune fille ne s’approchera de toi. Allons-y maintenant ».

Dès qu’on est entré dans la voiture on s’est fait agresser directement.

-Fiston :« Vous faisiez quoi là-dedans ? ».

-Eveline :« L’autre-là qui se plaint de retard mais qui prend tout son temps pour discuter avec sa meuf ».

-Sylvie : « C’est clair ».

-Moi :« On discutait c’est tout. Calmez-vous ».

Puis en cours de route J’ai envoyé un message à Eveline pour la prévenir.

-Moi :« Laisse-le avant qu’il t’étrangle. L’autre folle l’a appelé ».

Puis elle m’a répondu aussi par message.

-Eveline: « J’en étais sûre. Une vrai sorcière celle-là ».

-Moi : « Mais t’inquiètes j’ai réglé ».

-Eveline :« Rien n’empêche, il va me tuer. Il sait que c’est moi qui t’a filé son numéro ».

-Moi :« Oui mais il ne te dira rien tu verras ».

-Eveline :« Ah bon, Tu lui as dit quoi».

-Moi :« Rien du tout. Je lui ai fait les yeux doux»

-Eveline :« Tant mieux alors »

Quelques minutes plus tard on est arrivé au Restaurant. Franchement ils devraient me donner un cadeau vu le nombre de fois que je suis venue ici.

La serveuse de la dernière fois était là. J’ai pris la main d’Henri juste pour la rendre jalouse.

Il a remarqué puis m’a dit à l’oreille.

-Henri :« C’est pour elle que tu fais ça ?»

-Moi :« Non pas du tout. J’ai juste envie de te tenir la main ».

-Henri :« Bien sûr ».

Puis il m’a regardé en souriant.

Humm, décidément, il me connait trop bien mon chéri.

On a commandé et puis on est allé s’asseoir dehors pour manger parce qu’il faisait beau.

On a mangé dans la joie et la gaieté. On était un peu triste parce que dans moins d’une semaine on rentre. Eh oui les vacances étaient presque finies.

-Moi :« Je n’ai pas envie de rentrer. C’est trop court un mois ».

-Eveline: « Tu m’étonnes. Moi je n’ai eu que 15 jours ».

-Sylvie :« Surtout qu’on ne sait pas ennuyer avec vous deux là ».

-Fiston: « Oui c’était amusant mais on ne savait pas où se mettre quand vous étiez fâchés ».

-Moi :« Oh Mdr. J’avais remarqué. Dès fois j’avais vraiment mal pour vous ».

-Henri :« C’était à cause d’elle mais tout est bien qui finit bien ».

-Moi :« C’est toujours de ma faute »

-Sylvie :« Avoues que tu es trop susceptible ».

-Moi :« Peut-être mais si, je ne me fâche pas pour rien »

-Henri :« Oui tu trouves toujours une raison valable pour te justifier ».

-Moi :« Toi là tu es avec moi ou contre moi ?»

-Sylvie :« Tu vois. C’est ce que je disais ».

-Eveline :« Laissez la tranquille. Elle est trop mignonne ».

-Moi :« Au moins il y a quelqu’un qui me défend ».

-Henri :« C’est parce que tu lui as fait croire que tu étais gentille ».

-Eveline :« Mais elle est gentille. C’est ma belle-sœur préférée ».

-Henri :« C’est juste parce que c’est la seule. Tu changeras d’avis quand j’en aurai une autre ».

-Moi :« Pardon Ça veut dire quoi ça ?».

-Henri :« Je blague. Détends-toi ».

-Moi :« J’espère pour toi ».

-Fiston: « Ils n’arrêtent jamais. Vous vous chamaillez même maintenant que vous êtes ensemble »

-Sylvie :« C’est pour ça même. Qui se ressemble s’assemble ».

-Moi :« Arrêtez maintenant ».

Donc on a fini de manger en discutant. On est allé se promener en ville histoire de digérer. Puis on est rentré une demi-heure après.

Il était temps parce que j’étais grave fatiguée mais Sylvie ne va pas me laisser dormir c’est sûr.

-Henri :« Tu passes le reste de la soirée avec moi ? ».

-Moi :« Je ne peux pas. Il y a Sylvie qui m’attend ».

-Henri : « …. ».

-Moi :« Allez, ne fais pas la tête. Demain je passe toute la journée avec toi ».

-Henri :« D’accord, je vais aller montrer à mon lit d’amour dans ce cas ».

-Moi :« Bonne fin de soirée à vodeux alors »

-Henri :« Oui tu ne sais pas ce que tu rates ».

-Moi :« Mdr Je suis sûre que j’ai pris la plus mauvaise décision de ma vie ».

-Henri :« Exactement ».

Du coup il m’a attiré vers lui puis m’a embrassé.

Jamais je ne me fatiguerai de lui, jamais. Et à chaque fois qu’il m’embrasse je ressens une chose étrange me traverser tout le corps. C’est magnifique.

-Moi: « Si je ne pars pas tout de suite, je ne partirai jamais. Alors bonne nuit mon chouchou préféré ».

-Lui :« Bonne nuit mon cœur »

-Moi :« Waouh tu es trop génial. Dors bien , je t’aime ».

À SUIVRE…

Si tu veux lire la suite, abonnes-toi à la page et partage cette publication dans au moins 5 groupes.

A Suivre…

Share this:

1 thought on “Histoire d’amour: les réalités de la vie (épisode 22)”