Histoire d’amour: ma vie (épisode 11)

66 / 100

Je l’ai suivi dans la chambre, il se mit à me dévêtir ne conservant que ma culotte qui dévoilait mes fesses. J’ai voulu le déshabiller, mais il m’a fait non

Ma Vie Épisode 11

Auteur : Pat

Je l’ai suivi dans la chambre, il se mit à me dévêtir ne conservant que ma culotte qui dévoilait mes fesses. J’ai voulu le déshabiller, mais il m’a fait non

– Moi : Quoi, tu ne prends plus de bain?

– Lui : Non

– Moi : Arrête-moi çà allez vient

– Lui : Tu vas me dire d’abord la vérité

– Moi : Quelle vérité???

– Lui : Ne m’énerve pas, je t’écoute

– Moi : Mais qu’est-ce que tu racontes?

– Lui : Tu as deux minutes pour me dire ce que tu es allé faire au salon

Ah c’est cela donc il était au courant

– Moi : Laisse moi m’habiller d’abord après je te raconte

– Lui : Non, tu restes comme cela, tu penses que tu mérites de t’habiller

Je me sentais trop diminuer devant lui du coup, je ne savais plus quoi faire, j’ai croisé les bras sur ma poitrine pour me protéger

– Lui (en criant) : Je t’écoute

– Moi : Tu veux savoir quoi?

– Lui : Pourquoi tu es partie te comporter comme une sauvage encore une fois?

– Moi : C’est elle qui a commencé

– Lui : Tu la fermes, je m’en fous de qui a commencé je t’avais prévenu tu es une femme mariée merde tu penses que c’est respectable de te battre dans la rue.

– Moi : Mais elle a insulté mes parents

– Lui : Ferme là, tu m’écoutes si on t’avait prise en photo, tu te rends compte des bêtises que tu fais, tu es comme une gamine, tu te bats pourquoi?

– Moi : …

– Lui : Allez parle, je t’écoute donne moi une raison?

– Moi : Elle a insulté mes parents

– Lui : Et puis c’est une raison pour que tu te bats comme une chiffonnière

– Moi : Tu voulais que je fasse quoi dis-moi?

– Lui : Te comporter avec classe comme une femme mariée, tu me déçois vraiment à cause de toi ma tante est dans tous ses états et t’avais besoin de la blesser

A lire aussi: https://bonheur-explosif.com/https-bonheur-explosif-com-madonna-testee-a/

– Moi : Elle le mérite

– Lui : Si tu le répètes, je te casse la gueule ne m’y oblige pas

– Moi : Tu vas me battre pour ta cousine

– Lui : Non, je vais te battre pour tes bêtises je m’en fous d’elle mais je n’ai pas envie que ma femme se batte comme une sauvage

– Moi : Je n’avais pas l’intention de me battre si elle n’avait pas insulté mon père

– Lui : Ce n’est pas une raison tu ne me respectes pas tu n’en fais qu’à ta tête la prochaine fois que j’entends que tu t’es disputé je ne dis même pas se bagarrer t’auras affaire à moi, je te vide de ma maison.

Il m’abandonna pour aller prendre sa douche, j’avais vraiment honte pourquoi je ne me mettais que dans des situations impossibles. Chems m’a trouvé toujours assise sur le lit il s’est habillé pour sortir sans me regarder. J’ai finalement décidé d’aller faire le dîner peut être qu’il reviendra malheureusement il est venu vers une heure du matin j’étais devant la télé en train de l’attendre dés qu’il pénétra dans la maison je lui dis:

– Moi : Tu étais où durant tout ce temps?

– Lui : J’étais en train de réparer tes bêtises

– Moi : Et tu as besoin de le faire la nuit

– Lui : Oui, car figure toi qu’elle allait porter plainte demain matin donc fallait que l’en dissuade.

Je ne savais plus quoi dire donc mademoiselle ne plaisante pas

– Moi : Je suis désolée, je ne savais pas.

– Lui : Maintenant, tu sais et réfléchie bien avant de la taper à nouveau bonne nuit

Je me suis retrouvée toute seule dans le salon comme une idiote je l’ai attendu toute la nuit et lui il vient me dire bonne nuit mais quel con tchippp. J’ai rejoint la chambre une heure plus tard et il dormait profondément.

Le lendemain matin même chose il me faisait toujours la tête, je lui ai servi son petit-déjeuner qu’il dégusta avec appétit sans me prêter attention. Je prenais mon mal en patience, j’étais fautive donc je me devais de supporter tout simplement.

– Moi : Je t’ai préparé ton plat préféré

– Lui : Je ne mange pas ici

– Moi : Mais c’est dimanche

histoire d’amour photo:whereitstands

– Lui : Et après

– Moi : Je pensais que tu allais manger avec moi

– Lui : Eh bien non

– Moi : Comme tu voudras

Il a pris ses clés pour partir, j’avais juste envie de pleurer pour tout ce temps perdu à cuisiner. J’ai décidé d’aller réviser et ne plus penser à lui, je m’en fous il n’a qu’à faire ce qu’il veut revenu.

Le lendemain encore même scénario il est revenu vers 22h m’a demandé son dîner comme s’il ne savait pas ou se trouvait la cuisine il cherche des histoires. Je lui ai servi puis je suis repartie dans ma chambre me coucher. Il fallait que je réagisse façon qu’il est entêté nous allons rester pendant longtemps comme ça. Donc quand il est revenu dans la chambre il s’est déshabillé pour aller prendre son bain j’ai décidé de le rejoindre sous la douche. Lorsque je suis entrée il était en train de se savonner le corps il était étonné de me voir

– Lui : Qu’est -ce que tu veux?

– Moi : Partager ton bain

Il voulait parler mais je lui ai fait un chute

– Moi : Laisse-moi faire

J’ai pris le gant et je me suis mise à le savonner sur tout son corps quand j’ai fini je plaquais ensuite mon dos contre son torse qu’il était ferme ce corps ce temps. Pendant que nous faisons l’amour il me demanda avec une voie enfiévrée

– Lui : Non, promet moi que tu ne me refuseras plus jamais ton corps

– Moi : Ouiii

Quand nous avons finit il m’a soulevé pour m’amener sur notre lit. J’avais toujours du mal à parler tellement c’était intense, je peux dire que c’est notre meilleure depuis que nous sommes mariés.

– Lui : Tu m’as tellement manqué

– Moi (en me retournant) : Tu m’as manqué aussi

Je me suis blottie dans ses bras.

– Lui : Encore une fois, je suis désolé pour tout

Chutt ne dis plus rien c’est fini

– Moi : Moi aussi, je suis désolée pour toutes mes bêtises

Je l’ai embrassé longuement quand j’ai senti son érection.

– Moi : Encore…

– Lui : Oui, n’oublie pas que nous étions en diète depuis des semaines

Nous avons refait l’amour mais cette fois-ci il l’a fait avec beaucoup de douceur après nous nous sommes endormis.

—Des Temps Plus Tard—

Voila c’est la fin de mes examens j’ai validé tous mes modules j’en étais heureuse. J’ai trouvé un peitt boulot mon salaire n’est pas énorme, mais il me permet de me sentir plus responsable je me suis débrouillée, toute seul, comme une grande, je n’ai pas eu besoin de l’aide de mon mari. Chems était vraiment fier de moi. Je faisais de tout mon possible pour le rendre heureux de ce fait j’évitais tout ce qui pouvait nuire à notre couple.

Nous faisions de telle sorte que la communication entre nous passe, nous prenons le temps de discuter de tous les sujets qui pouvaient être source de discorde entre nous, bien sur nous ne tombons pas toujours d’accord mais l’essentiel c’est que nous communiquons car on sait rendu compte que c’est ce qui manquait à notre couple. Que se soit sa tante ou ses cousines, j’avais décidé de les zapper je ne répondais plus aux provocations qui d’ailleurs ne manquaient pas toutes les occasions étaient bonnes pour m’insulter ou me rabaisser.

. La dernière fois c’était au baptême d’une cousine de Chems comme toute la famille était réunie sa tante a lancé une phrase du genre que j’étais une profiteuse, j’étais vraiment énervée mais je ne pouvais pas répliquer comme elle voyait que je ne réagissais pas elle a continué.

– Elle : C’est la vérité si tu n’étais pas marié à mon fils c’est sur que tu ne fréquenterais pas une école aussi chère et bien d’autre chose

Je n’ai pas répondu elle a continué à me lancer des piques jusqu’à ce que son fils lui dit

– Lui : Maman arrêtes tu exagères à la fin.

– Elle : Fous moi la paix c’est la vérité non tout cela c’est ton oncle et ton frère comme il est têtu s’il était resté dans son milieu il n’aurait pas de problème, il est parti épouser du n’importe quoi ici des sauvages qui ne savent pas se tenir et qui passent leur temps à agresser les gens.

– Samira : Maman laisse tu perds ton temps à parler à ces moins que rien

Je me suis levée pour sortir de la pièce, je ne voulais plus de problème avec mon mari et je suis sure et certaine que si je me battais encore surtout lors d’une cérémonie familiale il allait me virer de sa maison donc j’ai préféré partir. Et ce n’est pas seulement cette fois là comme maintenant elles savaient que j’étais piégée elles en profitaient au maximum. Mais j’essayais de ne pas les suivre dans leurs délires, je répondais toujours par mon plus beau sourire et je passais ma route.

De toutes les façons je n’avais pas le temps entre mon boulot et mon foyer j’étais assez occupée. Dés fois il leur arrivait de venir à la maison sous prétexte qu’elles venaient voir Chems alors là elles étaient tout sucre tout miel avec moi pas un mot de travers que des sourires et de bonnes paroles moi aussi je faisais comme elles.

Chems en était heureux il me disait alors tu vois, Il est toujours facile de faire la paix ma chérie, le pauvre il pensait qu’entre moi et sa famille, c’était le grand amour. Evidemment cela me demandait des efforts considérables de ne pas taper sur la tête de ses salopes mais je me retenais à chaque fois, je ne voulais pas fâcher mon mari, je voulais que ce mariage marche et je mettrais tous les moyens possibles.

Nous avons fêté notre première année de mariage avec Chems nous sommes partis en week-end il m’a vraiment gâté, il m’a offert de nombreux cadeaux ce fut vraiment bien qui m’aurait dit que j’aimerais autant cet homme il y a un an je t’aurais dit non. C’est vrai qu’au début, c’était de l’attirance purement physique, mais maintenant, je l’aime à tel point que cela me fait peur surtout que cela n’est pas réciproque. Mais bon, je garde toujours espoir qu’il finira par m’aimer.

—Deux mois après notre week-end—

J’ai commencé à tomber malade j’avais de la fièvre, des tournis et je ne pouvais rien avaler je me disais que j’avais une indigestion comme la veille nous avions mangé des fruits de mer avec Mina.

Chems était en voyage au Canada avec son père pour deux semaines donc Mina venait passer de temps en temps la nuit avec moi pour me tenir compagnie et des fois nous allions diner dehors. Cela fait deux jours que je ne suis pas partie au boulot, j’étais vraiment faible, je vomissais et j’avais mal au ventre donc J’ai décidé d’aller consulter un médecin pour voir ce qui se passe peut-être que j’étais en train de couver quelque chose

Mon médecin m’a fait faire une série d’analyses, j’étais vraiment inquiète du fait du nombre d’analyses.

– Docteur Ndiaye : Madame Dia pourquoi vous faites cette mine ce n’est pas la peine, vous vous portez très bien, c’est juste une intoxication alimentaire.

– Moi : Ah merci docteur j’en suis heureuse

– Lui : Mais il faut que vous sachiez que votre analyse de sang montre aussi autre chose

– Moi : Comme quoi?

– Lui : Que vous êtes enceinte de deux mois

– Moi : Quoi, mais c’est impossible

– Lui : Pourquoi impossible?

– Moi : Mais parce que je vois toujours mes règles et que je n’ai pas les symptômes de femme enceinte

– Lui : Ce n’est rien cela arrive à plusieurs femmes, je suis formelle, vous êtes belle et bien enceinte, je vous félicite, il faudrait vous rapprocher de votre gynécologue

J’étais en état de choc je veux un enfant certes mais je voulais vraiment attendre d’avoir mon master histoire d’être un peu plus indépendante dans la vie. C’est pour cela que je calculais toujours ma période d’ovulation mais lors du week end je me suis laissée aller. J’ai pris congé du docteur une demi- heure plus tard. Je n’en revenais toujours pas un enfant, j’étais enceinte mon dieu, j’allais devenir mère, j’ai voulu l’annoncer à Chems, mais finalement, j’ai décidé d’attendre son retour, il fallait que mon gynécologue me donne la confirmation, je suis sure qu’il sera vraiment très heureux.

Dés le lendemain j’ai pris rendez-vous avec mon gynéco. Ce dernier m’a confirmé les résultats, j’étais belle et bien enceinte, c’est à partir de ce moment que j’ai réalisé qu’une vie grandissait en mon sein un petit être innocent qui allait donner un autre sens à ma vie.

À partir d’aujourd’hui toutes les décisions que je vais prendre, je me devais de penser à lui, il fallait que je sois là pour n’importe quel moment de sa vie, de le protéger contre vents et marées. Quand j’ai quitté la clinique, je suis partie prendre un verre, j’avais envie de me retrouver seule un tout petit peu. Je suis partie au salon de thé, j’ai choisi un endroit calme, je me suis assise et j’ai commandé mon verre de jus de fruit.

J’étais en train de penser à tout ce que le fait d’être enceinte impliquait je pensais à mes études pourrais-je continuer le boulot en même temps que mes études. Il fallait que je choisisse un comme l’a dit mon médecin il me fallait du repos et je suis certaine que Chems voudrait que je reste à la maison et sincèrement je préfère continuer mon master le boulot je pourrais toujours en trouver.

Le soir Chems m’a appelé, il disait que je lui manquais trop qu’il aimerait être à mes côtés qu’il avait quelque chose de très important à me dire

– Moi : Ah bon quelque chose comme quoi?

– Lui : Je ne peux pas le dire sur téléphone

– Moi : Ok de toute les façons moi aussi j’ai une nouvelle importante à t’annoncer à ton retour

Il m’a expliqué qu’il a prolongé son voyage de trois jours, je devais encore attendre j’étais un peu déçue car j’avais trop envie de lui annoncer la nouvelle. Il m’a dit que c’était l’anniversaire de sa tante le lendemain et qu’il aimerait que j’y aille qu’elle l’avait appelé pour qu’elle comptait sur ma présence.

– Moi ; Oui, elle me l’a dit, j’essaierais de passer

– Lui : Je compte sur toi déjà, elle m’en veut du fait que je ne sois pas là donc elle dit au moins le fait de voir ma femme lui fera plaisir.

Je n’avais nullement envie d’y aller mais je ne pouvais pas lui refuser cela il le prendra mal en plus avec cette vieille hypocrite qui joue à la gentille belle mère.

—Le lendemain matiN—

Je me suis réveillée très tôt, je ne sais pas pourquoi, mais je n’arrivais pas à dormir, c’est peut-être l’excitation liée à l’annonce de ma grossesse. J’ai appelé Mina pour qu’elle m’accompagne chez ma belle-mère

– Moi : Salut ma puce, on dit quoi

– Elle : Oh rien de spécial et toi tu vas mieux tu ne m’as pas fait signe hier

– Moi : Je vais bien ma chérie

– Elle : Alors tu avais quoi?

– Moi : Une petite intoxication alimentaire

Je voulais que Chems soit le premier à être au courant

– Elle : Ah bon çà devait être les fruits de mer de la dernière fois

– Moi : Si, dis moi tu fais quoi aujourd’hui

– Elle : Je suis invitée devine par qui?

– Moi : Abdou

– Elle : Oui, il veut que l’on passe la journée ensemble avant qu’il ne m’amener diner

– Moi : Je suis très heureuse pour toi profite bien de ta journée

– Elle: Il y a quoi?

moi : Rien, je voulais juste que tu m’accompagnes quelque part, mais ce n’est pas grave

Nous avons bavardé encore un peu avant de se dire au revoir. Je ne voulais pas gâcher sa journée avec Abdou, elle mérite de ce décompresser un peu.

Vers midi Chems m’a appelé pour prendre de mes nouvelles et me rappela la fête de sa tante j’avais décidé de ne pas partir âpres avoir parler à Mina mais il a tellement insisté que j’ai décidé d’y aller de toutes les façons rien de mal ne peut m’arriver là-bas je ferai attention. Je suis partie vers 17h vêtue d’une robe noire très longue adapté à la chaleur, j’étais simple et très peu maquillée.

. Quand je suis arrivée chez Tante Aicha, il n’y avait encore personne à part les deux pestes et quelques-unes de leur copine. J’ai lancé mon bonjour auquel elles ont répondu avec en train

– Samira : Oh Mirabelle tu es là ma chérie.

Elle est venue m’embrasser suivie de sa sœur puis elle m’a présenté à ses copines

– Elle : C’est la femme de notre frère

J’étais sous le choc elle jouait à quoi je n’arrivais pas à fermer ma bouche avant même de parler Nael est venu m’embrasser

– Elle : Tu as l’air en plein forme ta robe est magnifique

– Moi : Merci

– Elle (en se tournant vers ses copines) : Mais assie toi, ne fais pas comme si tu étais une invité tu es chez toi.

– Elle :Vous avez vu comme elle est belle.

Hummm mais c’était quoi ce cinéma mon Dieu, j’avais envie de rire elles jouaient à quoi. Tante est sortie de sa chambre.

– Elle : Ah Mirabelle bienvenue ma fille

– Moi : Euhh merci

– Elle : Tu vas bien et mon fils tu as de ses nouvelles?

– Moi :Oui il va bien

– Elle : Ah alhamdoulilah

– Moi : Bon joyeux anniversaire voici les cadeaux le chèque c’est de la part de Chems et le paquet c’est de moi

– Elle : Mais c’est trop ma fille fallait pas vous déranger pour moi merci beaucoup vous me comblez d’ailleurs je vais l’appeler pour le remercier.

. Hum Tata dire me dire merci, je rêve où toute cette famille est devenue gentille avec moi cela ne me dit rien qui vaille il y’a anguille sous roche. Je pense que je vais demander la route.

– Moi : Ce n’est rien bon je t’assure je pense que je vais partir

– Elle : Quoi non ne t’en vas pas toi aussi reste on va manger excuse moi un instant

– Elle : Allô mon cheri, j’ai vu le cadeau je suis trop comblée merci du fond du cœur je ne sais pas quoi te dire à part merci pour tout ce que tu fais pour moi oui oui je sais et sache que pour moi aussi tu es comme mon propre fils c’est moi qui t’es élevé. Ta femme est là elle m’a emmené un superbe cadeau je suis vraiment contente mais un peu fâché elle refuse de rester déjeuner ok je te la passe.

Elle me tendit le téléphone en souriant.

– Moi : Allô

– Lui : Salut mon trésor

– Moi : Salut bébé

– Lui : Tu vas bien je t’ai appelé tout à l’heure mais je suis tombée sur ta boite vocale

A lire aussi: https://bonheur-explosif.com/https-bonheur-explosif-com-p6150-histoire-damour-ma-vie/

– Moi : Ah bon il doit être déchargé je vais vérifier

– Lui : D’accord, stp reste manger avec elles sois gentille je sais que tu es fatigué mais fais moi plaisir sinon elle sera très déçue et c’est son anniversaire elle a changé je te promet

Je ne savais plus quoi dire je me sentais piégée j’ai regardé Tante qui m’a rendu un sourire chaleureux

– Moi : Ok mais je rentre juste après le déjeuner.

– Lui : Ok mon ange comme tu voudras je t’appelle plus tard.

– Moi : Bisou

Il a raccroché, j’ai rendu le téléphone à Tata qui m’a pris par le bras en m’invitant à m’asseoir.

– Elle : Je comprends tout à fait tes sentiments nous avons été odieuses avec toi dés le début et sincèrement tu ne nous a rien fait notre comportement est scandaleux et je tenais à m’excuser à mon nom et aux noms de mes filles.

– Moi : Ce n’est pas la peine

– Elle : Si ma fille, nous nous sommes très mal comportées avec toi et j’aimerais vraiment que tu acceptes nos excuses.

– Nael : C’est vrai Mira nous sommes désolées pour tout, nous n’avions pas le droit de traiter de la sorte ;on aimerait vraiment enterrer la hache de guerre et repartir sur de nouvelles bases ma chérie

Je tombais des nues, elles s’excusaient vraiment non je devais rêver, j’ai même pas écouté la fin de son discours ni celui de Samira, tellement j’étais sous le choc qu’est ce qui les a faite changer d’avis je ne pouvais pas croire qu’elles soient revenues sur de meilleurs sentiments comme cela.

– Tante : Mirabelle tu es d’accord?

– Moi : Euhh pardon vous disiez?

– Elle : De faire la paix et d’oublier tout ce qui s’est passé

– Moi : Euh oui oui je suis d’accord moi aussi, je ne désire que la paix entre nous.

Nous avons parlé encore quelques minutes, je ne sais pas pourquoi, mais je ne sentais pas cette histoire du tout, j’avais comme un mauvais pressentiment. Samira a servi les boissons nous avons bu puis c’est le trou noir je ne me souviens plus de rien, je me suis réveillée vers 20h dans une chambre plongée dans le noir.

Je ne savais plus où je me trouvais ma tête me faisait horriblement mal, je suis sortie du lit et j’ai tâtonné pour trouver l’interrupteur une fois la lampe allumée, je me suis dépêchée de sortir de la chambre, j’arrivais plus à respirer, je faisais une crise d’angoisse. Je tremblais et suffoquais en même temps il me fallait de l’eau je n’ai pas vu la cuisine c’est là que j’ai entendu la voix de Tata qui m’appela.

– Elle : Hé Mira, tu vas bien?

– Moi : Donne-moi de l’eau s’il te plait

Samira m’a amené un verre d’eau que j’ai bu d’un trait pour me calmer

Elles étaient toutes les trois autour de moi elles avaient l’air inquiètes et ne cessaient de se jeter des regards entre elles je les ai trouvées bizarre et Samira qui n’arrêtait pas de tordre ses mains. Une fois que je me suis calmée, j’ai demandé.

– Moi : Que s’est-il passé?

– Elles : Rien du tout!!!

Elles ont répondu toutes en même temps comme si on les accusait de quelque chose.

– Moi : Qu’est-ce que je faisais dans cette chambre toute seule dans le noir?

– Tata : Mais tu dormais

– Moi : Je sais mais je ne me rappelle pas avoir eu sommeil.

– Nael : Tu t’es senti mal à un moment donné et tu as demandé à te reposer t’avais mal à la tête

– Moi : Ah bon et j’ai dormi tout ce temps

– Nael : Tu ne t’en souviens pas?

Elles me regardaient comme si j’étais devenue folle.

– Moi : Euh si si

– Elle : Ah tu nous as faits peur on pensait que ne t’en souvenais plus tu es sure que ça va.

– Moi : Oui, je vais bien merci, je pense que je vais rentrer chez moi

– Elle : Laisse moi t’appeler un taxi

– Moi : Ce n’est pas la peine le chauffeur va venir me chercher.

Nael avec un drôle de regard

– Elle : Ah tu as raison tu as un chauffeur

Un quart d’heure plus tard le chauffeur est venu me prendre je leur ai di au revoir et je suis partie je me sentais bizarre je ne me rappelais rien depuis le moment où nous avons pris les boissons jusqu’à mon réveil c’était vraiment étrange .

J’avais comme l’impression que quelque chose de grave c’est produit mais je n’arrivais pas à dire quoi. Toute la nuit je me suis crevée les méninges pour me rappeler ce vide j’ai tout fait mes je me suis souvenu de rien finalement je me suis endormie en me disant que c’était peut être dû à mon état.

Share this: