Histoire d’amour: ma vie (épisode 20 et 21)


jeune-couple-amoureux-1

Épisode 20 et 21 (En route pour…..)

Auteur :

Je suis restée plus de dix minutes debout au séjour, après le départ de Chems à me demander, si je ne rêvais pas.

Mon Dieu cet homme voulait me rendre folle, je n’arrivais toujours pas à croire tout ce qu’il venait de me dire. Et son parfum, oh Seigneur son parfum lorsqu’il m’a embrassé, je me suis retenue pour ne pas le serrer dans mes bras, comme dis Mina je l’ai dans la peau cet homme.

Ma mère est venue

– Elle : Mirabelle, qu’est qu’il y a?

– Moi : Mais rien Maman

– Elle : Donc pourquoi tu es debout ça fait plus d’un quart d’heure en train de regarder la porte

Mais cette femme me voulait quoi

– Moi : Ah Maman toi aussi qui t’a dis que j’ai fait un quart d’heure débout?

– Elle : Mais parce que je t’ai observé pendant un quart d’heure c’est simple

– Moi : Tu n’as pas le droit de m’espionner

– Elle : Mais je ne t’espionne pas Mirabelle, je suis passée deux fois pour aller à la cuisine et tu es toujours debout avoue que cela fait plus d’un quart d’heure ici

– Moi : Maman, je suis perdue c’est pour cela, tu ne sais pas ce que Chems vient de me dire

– Elle : Qu’il va porter plainte contre sa sorcière de tante, la prochaine fois qu’elles s’attaqueront à toi.

– Moi : Il t’en a parlé aussi?

– Elle : Oui et beaucoup d’autres choses, je pense qu’il commence à ouvrir les yeux

– Moi : Oui mais pourquoi?

– Elle : Comment cela pourquoi

– Moi : Pourquoi maintenant, pourquoi en ce moment après tout ses mois.

– Elle : Peut être que c’est maintenant qu’il a su la vérité

– Moi : Je ne pense pas qu’il ait su quoi que se soit j’espère juste que ce n’est pas pour récupérer mon enfant

– Elle : Si tu veux vraiment savoir les raisons va lui demander, je n’ai pas les réponses à tes questions.

Elle avait raison il était le seul à pouvoir me fournir ses explications, peut être sait–il maintenant que je ne mentais pas, je n’avais pas trop envie d’espérer et que cela puisse être faux. Je ne pouvais plus prendre le risque de souffrir autant pour cet homme jamais je ne survivrai à une deuxième déception.

—Une Semaine Plus Tard—

Chez Chems

J’avais décidé de passer à la vitesse supérieure, il fallait que je parle à mon chauffeur afin de savoir ce qui s’était vraiment passé avec ma femme ce fameux jour. Je sentais que c’est le moment, car je venais de découvrir une chose très importante, il entretenait une relation avec la bonne. Donc je l’ai appelé dans mon bureau

– Lui : Vous vouliez me voir?

– Moi : Oui entre et ferme la porte, tu peux prendre place

– Lui : Merci patron

– Moi : J’aimerais te poser quelques questions?

– Lui : Bien sur je vous écoutez

– Moi : J’aimerais que tu me racontes ce qui s’est passé avec ma femme le jour où ma tante l’a surprit avec son amant

– Lui : Euh, vous voulez savoir quoi, je vous ai déjà tout raconté

– Moi : Oui sauf que je voudrais de nouveau entendre l’histoire

– Lui : C’est comme je vous avez dit la dernière fois, elle avait l’habitude de le faire venir dans votre maison à chaque fois que vous étiez en déplacement, moi-même, j’ai vu ce monsieur plusieurs fois.

– Moi : Vous l’avez vu et pourquoi, vous ne me l’avez jamais dit

– Lui : Nous savions que vous étiez épris de votre femme donc j’ai décidé de me taire

– Moi : Et vous pouvez me décrire cette personne

– Lui : Vous le décrire comment cela?

– Moi : Je veux connaitre sa taille son teint corpulence tout…

Il semblait réfléchir, comme s’il cherchait une réponse exacte à me fournir

– Moi : Je t’écoute, pour quelqu’un que tu as vu plusieurs fois, tu sembles un peu lent à le décrire

– Lui : Non je me rappelle de lui euh, il est clair très élancé plus que vous-même un peu mince

– Moi : Mais Moustapha ne m’aviez-vous pas dis qu’il était noir et que je le dépassais d’une bonne tête

– Lui : Astafourlah cela doit être cela, je me suis trompé

– Moi : Vous mentez

– Lui : Je ne mens pas, pour qu’elle raison je mentirai

– Moi : Alors dites moi pour quelle raison vous bafouillez, vous transpirez comme un malade alors que la clim est allumée, et pourquoi vous ne vous rappelez plus d’un homme que vous avez décrit dans les moindres détails il y’a à peine 6 mois.

– Lui : Je vous le jure, patron que je ne vous mens pas

– Moi : Inutile de te fatiguer, je sais toute la vérité, je voulais juste te donner la chance de te racheter en me disant la vérité et surtout le pourquoi de ton geste. Que t’ai-je fais de mal pour que tu puisses faire une chose pareille, je me suis toujours montré correct et respectueux envers toi, je t’ai toujours soutenu, j’ai toujours veillé à ce que tu sois à l’abri du besoin. Pourquoi, quel besoin avais-tu pour détruire mon mariage ?

– Lui : Je ne sais pas, je n’ai jamais voulu cela

– Moi : C’est trop facile, tu ne penses pas que je mérite de connaitre la vérité, toute la vérité

– Lui : Je n’ai jamais voulu cela, monsieur, je n’avais pas le choix, on m’y a obligé

– Moi : Et qui t’a obligé à faire cela?

– Lui : Votre tante

Je n’étais pas surpris du tout, j’avais des doutes qu’elle fût derrière tout cela,

– Moi : Comment cela, j ‘en ai marre maintenant, je veux que tu me racontes tout

– Lui : Vous vous rappelez les 900.000 frs CFA que vous avez perdus et que l’on pensait que c’était la bonne

– Moi : Oui mais où est le rapport avec cette histoire

– Lui : Tout est lié Monsieur Chems c’est moi qui les avais pris, malheureusement Awa était au courant et elle me faisait chanter pour cela. Cette fille vous a été envoyée par votre tante pour vous espionner, elle a décidé de tout dire à votre tante, cette dernière m’a menacé de tout vous révéler si je ne participais pas à leur coup. Je ne voulais pas aller en prison. Elles m’ont menacé, sincèrement, je ne voulais pas mais de me comprendre, j’ai des enfants de bas âge, ils vont devenir quoi si j’allais en prison.

– Moi : Quoi tu penses à tes enfants, tu ne t’es jamais demandé ce que je perdais dans cette histoire, vous êtes un être ignoble non seulement vous êtes un voleur, un menteur mais le pire dans tout cela vous êtes lâche.

– Lui : Je suis désolé, je n’ai jamais voulu vous faire du mal

– Moi : Tais toi, je ne veux plus jamais t’entendre, tu as raison d’être désolé pour ce qui est de mon argent je porterais plainte contre toi sois en sur. Maintenant quitte ma maison et ne reviens plus jamais

– Lui : Pardonne moi mon fils, je suis vraiment désolé, pour l’amour de Dieu.

– Moi : Dehors, j’ai dis

Après son départ, je suis sorti pour appeler la bonne mais aucune trace d’elle elle s’est volatilisée, elle n’avait même pas pris toutes ses affaires.

Je n’en revenais toujours pas , durant tout ce temps cette femme était dans ma maison, en train de m’espionner pour le compte de ma tante. Comme un fou, je suis tombé dans leur piège, je n’ai jamais voulu croire à ma femme et maintenant voilà le résultat. Je me demande ce que j’ai fait comment j’ai pu me comporter comme le dernier des imbéciles, comment j’ai pu traiter ainsi ma femme.

Je me rends compte que je lui ai fait tellement souffrir, la pauvresse, à cause de moi elle a subi tant d’humiliation, elle a passé toute sa grossesse toute seule sans moi sans mon soutien. Et toutes ses choses horribles que je lui ai dites, mon Dieu comment allais-je sortir de ce bourbier.

—Le Lendemain—

Chez Mirabelle

Les filles sont venues me rendre visite aujourd’hui, donc il y avait de l’ambiance à la maison. Raïssa avait décidé de parler au bébé pour qu’il se retourne d’après c’était une discussion d’adulte. Elles étaient là à jouer aux folles, j’avais tellement ri que j’avais mal au ventre.

– Moi : Ça suffit vous voulez me faire mourir de rire, d’ailleurs toi Raïssa tu ne sais pas que tu traumatises mon enfant

– Elle : Quoi mais j’essaie de t’aider ma chérie

– Moi : Oui c’est cela, Mina tu n’as toujours pas récupéré ta voiture?

– Elle ; Non mais j’en ai une nouvelle

– Moi : Qui te l’a donné?

– Elle : Abdou

– Moi : Quoi depuis quand? on ne partage plus les détails croustillants de sa vie avec sa sœur

– Elle : Mais, il me l’a prêté le temps que je puisse récupérer la mienne

– Raissa : Faux il le lui a offert mais elle a refusé

– Moi : Quoi pourquoi tu as raison, tu es quel genre de personne toi

– Elle : Comme toi, je ne veux pas de sa voiture la mienne me suffit

– Raissa : En plus d’être borné tu n’as pas d’ambition

– Elle : Fous moi la paix toi, je prends la voiture et puis quoi encore

C’est à ce moment que la bonne est entrée pour me dire qu’il y avait un Monsieur pour moi.

– Moi : Il ne t’a pas donné son nom, mais fais le entrer

Je m’attendais à voir tout le monde sauf celui-là, j’étais comme paralysé

– Moi : Moustapha

– Lui : Bonjour tout le monde

– Moi : Vous chez moi, que faites vous ici?

– Lui : Je suis venu vous parler

– Moi : Vous etes sur que vous ne vous êtes pas trompé de maison, vous osez vous présenter devant moi

– Raissa : Mais que se passe-t-il ici , Mira c’est qui celui-là?

– Moi : Celui là c’est le chauffeur de Chems, l’homme qui m’a séparé de mon mari.

– Raïssa : Quoi c’est lui le fameux chauffeur, non mais attend tu te fous de nous, je pense que tu veux qu’on te lynche.

– Lui : Madame je suis venu pour vous demander pardon et vous expliquer les raisons qui m’ont poussé à faire ce geste

– Raïssa : Désoler mais désoler de quoi?

– Mina : Ça suffit Raïssa laissez le au moins parler c’est quoi ton problème, où est votre éducation toutes les deux. Monsieur prenez place vos pouvez lui parler nous allons vous laisser seuls.

Elle avait raison, je me perds là mais j’avais tellement la haine contre lui que je n’ai pas pu me contrôler.

– Moi : Non vous restez là, s’il veut parler il n’a qu’à le dire devant vous, Monsieur Moustapha je vous écoute

Il a commencé son récit, au fur à mesure qu’il continuait, j’eus envie de vomir tellement cela me dégoutait, lorsqu’il a terminé il me dit

– Lui : Il n’y a pas un jour qui passe sans que je ne regrette mon geste, je prie tous les jours pour demander pardon à Dieu mais je sais qu’il ne peut pas me l’offrir, il n’y a que vous qui pouvez me pardonner

– Moi : J’aimerais juste savoir une chose vous ai-je manqué de respect un jour ai-je été méchante avec vous

– Lui : Non Madame jamais vous avez toujours été bien avec moi

– Moi : Alors pourquoi, pourquoi avoir voulu gâcher ma vie, pourquoi?

– Lui : Je suis vraiment désolé, j’ai juste voulu me protéger, j’ai été un lâche, je l’avoue

Il a commencé à pleurer

– Raïssa : Hé faut pas venir pleurer , et nous apporter le malheur ici, quand tu le faisais tu as pensé à Dieu espèce d’hypocrite, tu gâches deux vies comme cela, tu n’as pas honte

– Moi : Cela suffit Raïssa, laisse le

– Elle : Non ne te fie pas à ses larmes de crocodile

– Mina : Ah Raïssa tu exagères toi aussi, laisse ce pauvre homme tranquille

– Moi : C’est bon Raïssa vous voulez mon pardon Monsieur moustapha,

– Lui : Je ne veux que cela Madame, je suis si profondément désolé de ce qui est arrivé

– Moi : Oui c’est bon, je vous pardonne

– Raïssa : Quoi si facilement

– Moi : Oui, je vous pardonne du plus profond de mon cœur

– Lui : Merci, j’ai toujours su que vous étiez une bonne personne

– Raïssa : Du vous le saviez il ne fallait pas lui faire tant de mal.

– Lui : Et je le regrette profondément

– Moi : Ce n’est plus rien de toutes les façons le mal est déjà fait, ne vous inquiétez plus mais je ne suis pas la seule concernée dans cette histoire vous devez demander pardon aussi à Chems, à lui aussi vous lui avez causé du tort.

– Lui : Lorsqu’il a découvert la vérité, j’ai essayé, mais il ne veut rien savoir il projette même de m’envoyer en prison.

– Moi : Ne vous inquiétez pas pour cela, je lui parlerai, il ne fera rien de tel, maintenant rentrez chez vous

Après son départ, j’ai dû faire face à la fureur de Raïssa, elle était tellement en colère contre moi…

– Elle : Comment tu as pu lui pardonner si facilement, pourquoi tu es comme ça, si naïve mon Dieu tu es désolent

– Moi : J’ai rêvé tant de fois de ce moment, dès fois même je m’imaginais en train de le poursuivre avec un bâton, il m’a fait beaucoup de mal je sais mais les gens ne sont pas parfaits. Tout au long de la vie on rencontrera des gens qui nous feront du mal. Mais ce n’est rien comparé au mal que vous feront les personnes à qui vous aviez confiance, cet homme n’est rien pour moi, c’est différent de Chems où une d’entre vous.

– Raïssa : Tu lui fais confiance,’après ce qu’il t’a fait

– Moi : La confiance, elle est importante dans la vie, mais voilà, on ne sait jamais à qui on peut faire confiance. De parfaits inconnus peuvent être dignes de notre confiance tout comme les gens qui comptent le plus pour nous peuvent nous décevoir. Ce qui fait que bons nombre de gens décident de ne faire confiance qu’à eux même. C’est sûrement la solution la plus simple. Mais moi je tiens à ce que la confiance fasse partit de ma vie, je ne veux pas vivre sans elle.

– Mina : On te comprend et on t’approuve n’est-ce pas Raïssa

– Raïssa : Pardonne-moi mon bébé, je suis fière de toi, tu es une personne merveilleuse Mira et tu as raison la haine ne te mènera nulle part.

– Mina : Que comptes-tu faire maintenant?

– Moi : Comme quoi

– Elle : Maintenant que Chems est au courant de toute la vérité.

– Moi : Je lui parlerai pour qu’il ne porte pas plainte contre ce monsieur

– Elle : Je ne parlais pas de cela, comptes tu lui parler de votre couple

– Moi : Ce qui m’intéresse c’est de mettre au monde mon enfant sans problème, je ne veux pas parler de notre relation.

– Elle : Mira s’il te plait

– Moi : N’essaie même pas ok, ce qui m’intéresse c’est mon bébé pas Chems,

– Raïssa : Tu ne pourras pas fuir éternellement tes problèmes, tôt ou tard, tu devras faire face

– Moi : Oui mais pour l’instant, je ne veux pas y penser, sincèrement ,je n’en ai aucune envie.

– Mina : D’accord, comme tu voudras

Le reste de la journée s’est passé très bien, nous avons oublié tout ce qui s’était passé et nous nous sommes amusés comme d’habitude. Bien que je ne cessais de penser à ce que je dois faire, j’ai toujours voulu que cette maudite histoire s’éclaircisse enfin mais maintenant que c’est arrivé je ne sais plus comment réagir quelle décision prendre.

—Deux Jours Plus Tard—

Après les faits, je n’ai pas eu des nouvelles de Chems, j’avais pensé recevoir un appel de lui, où qu’il vienne me voir. Ce Monsieur était revenu me voir pour me dire qu’il avait reçu une convocation à la police.

J’ai appelé Chems mais il ne décrochait pas, je lui ai laissé plein de messages, j’ai pensé qu’il allait rappeler mais ce n’était pas le cas, j’avais décidé alors d’aller le voir , histoire de lui parler du chauffeur, car tel que je le connais, je suis sure qu’il ne laissera rien passer et moi j’avais donné ma parole au gars.

Mon mari est quelqu’un de très dur dès fois, et je n’allais pas le laisser amener ce gars en prison. Donc le lendemain, j’ai appelé un taxi pour partir, durant toute la durée du trajet, je réfléchissais sur ce que j’allais lui dire, il est tellement têtu dès fois.

Lorsque je suis arrivée à son bureau, il était en réunion, donc j’ai attendu plus de trente minutes, finalement je n’en pouvais plus d’attendre, je me suis levée pour soulager un peu mes jambes.

C’est ce moment qu’il a choisi pour sortir de son bureau accompagné de deux hommes, il était temps j’en avais marre d’attendre. Dès qu’il m’a vu il s’est dirigé vers moi

– Lui : Mirabelle tu es là depuis longtemps

– Moi : Plus de 45min

– Lui : Mais pourquoi tu n’as pas appelé

– Moi : Chems il faudrait que tu décroches ton téléphone d’abord

– Lui : Je suis désolé excuse moi, je suis débordé ces derniers jours

– Moi : Ce n’est rien, je ne suis pas venu pour cela de toute façon

C’est à ce moment que les deux hommes se sont avancé vers nous, il s’est tourné vers eux

– Lui : Messieurs, je vous présente ma femme, Mirabelle, ce sont mes collaborateurs tamsir et stéphane

– Moi : Ravie de vous rencontrer Messieurs

– Stéphane : Nous aussi et l’heureux événement c’est pour bientôt j’imagine

– Moi : Oh oui, pour très bientôt

Ils sont partis et nous sommes entrés dans son bureau

– Lui : Assieds toi, tu dois être fatigué

– Moi : Oh si tu savais, merci

– Lui : J’imagine mais c’est presque fini plus que quelques semaines

– Moi : Pas forcément Chems ils ont tendance à naître bien avant la date

– Lui : J’ai lu cela aussi

– Moi (en souriant) : Tu as lu combien de livres toi?

– Lui : Beaucoup, je voulais tout savoir

– Moi : Même comment changer les couches?

– Lui : Bien sur, tu sais que je ferai tout pour ce bébé, tu me crois?

– Moi : On verra le moment venu, vous les hommes, pour faire les enfants vous êtes toujours prêts mais pour changer les couches alors là plus personne

– Lui (en souriant) : On verra ma chérie, je pourrai te surprendre

– Moi : Hum c’est cela

– Lui : Mira, je sais de quoi tu veux parler, laisse-moi te dire juste que c’est non

– Moi : Si Chems, tu le feras, je ne suis pas venu jusqu’ici pour t’entendre me dire non

– Lui : Tu ne peux pas me demander cela, après tout ce qu’il a fait, c’est non

– Moi : Il a fait quoi? dis-moi ce qu’il a fait?

– Lui : Il a voulu détruire notre vie ,il nous a séparés, il m’a menti, m’a trahit m’a volé et cela je ne vais pas le lui pardonner

– Moi : Laisse moi rire, tu penses qu’il nous a fait du mal mais pas plus que ce que tu m’as fait toi

– Lui : Et je le regrette vraiment , tu ne peux même pas savoir à quel point je m’en veux, je m’en veux tellement de t’avoir fait du mal, de les avoir laisser nous séparer à cause de leur mensonge je t’ai blessé

– Moi : Stop Chems, tout ce mal dont tu parles, c’est toi qui les a permis de nous le faire donc ne viens pas me fatiguer avec cela, je suis la seule qui ait souffert dans cette histoire donc si moi je peux pardonner toi tu pourras le faire

– Lui : Moi aussi j’ai souffert Mira et cela tous les jours depuis ton départ je me sentais mal, dès fois j’avais juste envie que tu reviennes malgré que je croyais fermement à ta culpabilité mais mon orgueil m’en empêchait. Il ne se passe pas un jour sans que je regrette amèrement ce que je t’ai fait, tout ce que j’ai dit, je suis tourmenté tous les jours par mes actes. j’avais pitié de lui ,mais je ne devais pas flancher, et je savais que nous étions sur un terrain glissant on allait se dire du mal si on continuait et cela n’arrangerait rien en la situation.

– Moi : Ok on se calme, Chems on ne va pas se disputer pour cela, nous avons tous souffert dans cette histoire et je pense que c’est assez pourquoi vouloir en mêler d’autres personnes, tu dois penser à ses enfants toi aussi, tu es un père pense à ton enfant s’il te plait. Tu n’aimerais pas qu’on le sépare de toi je t’en prie Chems.

Il semblait être en proie à un grand dilemme, mais je savais qu’il allait finir par céder,

– Moi : Chems, je t’en prie

– Lui : D’accord mon bébé, tu as gagné, je vais retirer ma plainte

– Moi : Merci, merci beaucoup

– Lui : Je ne le fais que pour toi ,

– Moi : Et je t’en remercie,

– Lui : Je suis si désolé Mira, mon DIEU si tu savais

– Moi : Que veux-tu que je te dise Chems

– Lui : Que tu sais au moins que je regrette, que j’espère qu’un jour tu me pardonneras, tout le mal que je t’ai fait, je me suis comporté comme le dernier des imbéciles avec toi. J’ai besoin que tu me pardonnes.

– Moi : Ce n’est pas simple, Chems , tu m’as fait tellement de mal, tu m’as humilié, tu m’as jeté comme une chaussette sale, je t’ai supplié Chems, je me suis même mise à genoux, tu n’as rien voulu savoir, toutes ses horreurs que tu m’as dis. Tu m’as abandonné quand j’avais le plus besoin de toi, je t’aimais moi, je t’aimais tellement, je t’ai tout donné, Chems il suffisait seulement que tu demandes, mais cela ne t’a pas suffi. Tu ne voulais rien de cela, tu pensais que toutes les femmes se valent que j’étais comme ta pute de cousine à la première occasion tu t’es débarrassé de moi. Tu n’as jamais eu confiance en moi, c’est bien beau de tout mettre sur le dos de ta sorcière de tante mais tu es encore beaucoup plus fautif qu’elle, tu ne m’a jamais fait confiance, on peut dire que tu n’attendais que cette occasion.

– Lui : Ne dis pas cela, moi aussi je t’aimais, peut être pas au début mais j’ai fini par t’aimer plus que tout au monde, et je t’aime toujours Mira. J’ai fait beaucoup d’erreur je le reconnais mais tu dois me pardonner, Mira, j’ai changé, laisse moi te le montrer, laisse moi me racheter.

Je ne savais pas quoi lui dire, tout se bousculait dans ma tête, je ne savais vraiment pas quelle décision prendre, je n’avais aucune garantie qu’il n’allait pas recommencer. J’avais besoin de temps pour bien réfléchir au calme.

– Moi : Ne me presse en rien Chems, pour le moment, je veux juste accoucher en paix c’est tout ce qui m’importe.

– Lui : J’attendrai le temps qu’il faudra Mirabelle, tout le temps dont tu auras besoin pour me pardonner

– Moi : Maintenant, je veux rentrer, à la maison, je suis fatiguée, pourrais tu me ramener

– Lui : Mais bien sur mon bébé, je te ramène

– Moi : Merci

Il a pris mon sac et m’a tendu la main pour m’aider à me relever, mais j’ai chancelé un peu, il m’a alors pris dans ses bras pour me soutenir. J’ai senti ses mains sur mon ventre , j’étais un peu surprise, quand je l’ai regardé il les a retirées rapidement comme un enfant fautif

– Lui : Il bouge toujours autant

– Moi : Non de moins en moins je pense qu’il est à l’étroit

– Lui : Ton ventre est énorme tu es sur qu’il n’y a qu’un seul?

– Moi : Bien sur qu’il est seul, je suis un peu lourde Chems, je n’arrive plus à m’asseoir trop longtemps c’est tout à fait normal.

– Lui : Je suis désolé de t’avoir retenu aussi longtemps, viens je te ramène

Je me suis endormie dans la voiture, j’étais fatiguée, Chems m’a réveillé quand nous sommes arrivés devant la maison.

– Lui (en me touchant l’épaule) : Hé réveilles toi, nous sommes arrivés

-, Moi : Ah ok, bon merci pour tout Chems et n’oublie pas de retirer cette plainte, je peux compter sur toi

– Lui : Tu as ma parole prends soin de toi, je t’appelle plus tard

– Moi : D’accord, au revoir

Je suis rentrée dans la maison , j’étais fatiguée; toutes ses émotions m’avaient lessivée, je ne voyais que mon lit, il fallait que je dorme donc j’ai rejoint directement mon lit. Je me suis réveillée que vers 20h pour manger et me recoucher.

Le lendemain à mon réveil j’ai vu plusieurs appels en absence de Chems. Avant même que je ne rappelle il m’a appelé

– Lui : Bonjour, tu vas bien?

– Moi : Oui et toi?

– Lui : Moi çà va, j’étais inquiet

– Moi : Mais de quoi

– Lui : Je t’ai appelé plusieurs fois hier

– Moi : Oui je l’ai vu ce matin, je me suis endormie hier

– Lui : Ah ok, je pensais qu’il t’était arrivé quelque chose, j’appelais juste pour prendre de tes nouvelles, savoir si tu allais bien

– Moi : Non, ne t’inquiète pas, je n’ai rien, juste la fatigue

Nous avons parlé encore pendant plusieurs minutes, après il a raccroché.

– Maman : Tu parlais avec qui?

– Moi : Chems

– Elle : Depuis quand Chems t’appelle tôt le matin

– Moi : Ah ça, on ne s’est pas vu hier, donc je n’ai pas pu te raconter ce qui s’est passé

– Elle : mais raconte moi tout

Je lui ai raconté toute l’histoire du début à la fin

– Elle : Hum, Dieu est grand, ils avaient pensé que le soleil ne se lèverait plus jamais, que jamais la vérité ne serait découverte, maintenant grâce à Dieu tout se sait. Ton mari devrait avoir honte de son comportement, de même que sa sorcière de tante, cette femme est mauvaise, elle voulait ta vie salir ta réputation à jamais. Mais Dieu ne dort pas.

– Moi : En tout cas, c’est fini maintenant

– Elle : Ce n’est pas encore fini ,se sera fini le jour au tout le monde saura que c’était faux, surtout les parents de ton père ce bande de vautours .

– Moi : Moi je ne les calcule plus depuis longtemps

– Elle : Tu comptes faire quoi maintenant?

– Moi : Je suis confuse, je n’ai pas pris de décision, je n’y arrive pas, il me demande de lui pardonner, mais Maman je n’ai pas de garantie qu’il ne recommencera pas.

– Elle : C’est vrai, mais moi je pense qu’il ne recommencera pas, de toute façon, nous accepterons plus jamais qu’il te ramène chez toi sans qu’il nous donne de solides arguments. S’il ne peut pas s’occuper de toi, il n’a qu’à le dire et nous allons dissoudre ce mariage.

– Moi : Tout à fait d’accord avec toi, mais je n’ai pas envie de retourner avec lui du moins pas tout de suite

– Elle : Tu as le droit d’être en colère mais ne perds pas de vue que tôt ou tard tu devras retourner dans ton foyer, tu es une femme et tu ne peux pas avoir une chose meilleure que ton mariage, un mari, des enfants. En plus se serait le moyen le plus rapide de fermer la bouche à toutes ses personnes qui parlent de toi. Si tu n’y retournes pas sa tante aura gagné donc tout ce que tu as subi c’est égal à zéro. Tu m’as comprise

Maman avait raison, mais j’ai assez galéré à cause de lui, je n’ai pas envie de revivre tous ses moments de détresse, je ne le supporterais même pas.

Chez Chems

J’étais assis au salon en train de réfléchir sur ma journée, et tout ce qui s’est passé depuis que j’ai découvert la vérité, j’avais tellement honte, mais aussi peur de me présenter de ma femme. Je ne savais pas quoi lui dire heureusement qu’elle est venue au bureau. À chaque fois que je décrochais mon téléphone pour l’appeler, je le reposer. Je sais qu’il me faudrait faire beaucoup d’effort pour qu’elle accepte de me pardonner, cela ne sera pas facile du tout, j’en ai conscience.

Mira a raison, je n’ai pas voulu lui faire confiance, ni à elle, ni à personne d’autre, je n’ai écouté personne dans cette histoire ni mon père ni Abdou. Tout le monde m’avait prévenu j’ai refusé d’ouvrir les yeux d’une certaine manière, je voulais croire à cette histoire, je ne sais pas pourquoi, peut être par peur de d’engager mon cœur à nouveau.

Mon téléphone sonna, encore un autre appel de ma tante, elle sait maintenant que je connais toute la vérité, elle m’appelle tous les jours.

Elle est même venue au bureau, j’ai refusé de la recevoir et j’ai dit au gardien de ne pas lui ouvrir la porte si jamais elle venait ici. Je ne veux plus jamais avoir affaire à elle, je n’arrive même plus à la regarder en face, tellement elle me dégoûte. Je ne voudrais pas lui faire du mal, et je sais que si jamais je l’ai en face de moi je ne pourrai pas me contrôler.

J’ai entendu du bruit dehors, comme une dispute, je suis sorti pour aller voir ce que c’est, j’ai trouvé Tata Seynabou en train de se disputer avec on gardien

– Moi : Que se passe-t-il ici Moussa?

– Lui : Monsieur cette dame veut entrer, je lui ai dit que vous ne voulez pas être dérangé

– Moi : Ouvre la porte et laisse la entrer

Ma tante est entrée et lui a lancé un regard assassin

– Moi : Bonjour ma tante

– Elle : Chems, c’est qui cet idiot que tu as mis devant ta porte

– Moi : Je suis désolé ma tante, c’est moi qui lui ai dit de ne pas ouvrir

– Elle : Ah bon, je peux savoir qui tu fuis?

– Moi : Viens t’asseoir d’abord ,je vais tout expliquer

– Elle : D’accord, moi-même, je suis fatigué ce con m’a énervé

Je lui ai servi une boisson, quand elle s’est rafraîchit, elle m’a demande

– Elle : Alors raconte moi, pourquoi as-tu demandé à ton gardien de ne pas ouvrir à ta tante

– Moi : Il a mélangé, je ne parlais pas de toi

– Elle : Tu parlais de qui alors?

– Moi : Tata aicha

– Elle : Aicha, que se passe-t-il avec elle?

– Moi : Elle m’a menti, tu sais toutes ses histoires que j’ai eu avec ma femme

– Elle : Oui qu’elle l’avait surpris avec un homme

– Moi : Tout cela était faux, elle était de mèche avec le chauffeur et la bonne pour comploter contre Mirabelle

– Elle : Cela ne m’étonne pas, je savais que c’était faux, Mirabelle n’aurait jamais pu faire cela, pourtant je t’avais dit de faire attention avec cette histoire.

– Moi : Je sais je suis un vrai idiot , et ce n’est pas tout, tu savais qu’elle a mangé tout mon héritage

– Elle : Je le savais, comme je suis l’unique sœur de ta mère ton père a jugé utile de m’en parler

– Moi : Pourquoi vous ne m’avez rien dit

– Elle : Tu étais jeune à l’époque après c’était trop tard il n’en restait plus rien de l’argent, et cela allait créer des problèmes

– Moi : Je n’arrive pas à croire qu’elle m’ait fait toutes ses choses, elle que je considérais comme ma mère et qui se disait être la meilleure amie de ma mère

– Elle : Qui t’a dit cela, Chems, c’est faux, ta tante n’a jamais aimé ta mère, elles ne s’entendaient même pas, elle n’a jamais voulu que ton père l’épouse, elle voulait qu’il épouse sa meilleure amie.

– Moi : Mais ce n’est pas ce qu’elle m’a raconté elle m’a dit qu’elles étaient inséparables

– Elle : Ta tante est une menteuse en plus de cela c’est une manipulatrice, elle a tout fait pour te prendre avec elle, dans le seul but de manger ton argent . Normalement c’était à moi de m’occuper de toi mais j’étais jeune en plus je n’avais pas de mari.

– Moi : Pour l’argent ce n’est pas grave, mais pour le coup qu’elle m’a joué, jamais je ne vais le lui pardonner, à cause d’elle j’ai chassé ma femme et maintenant elle me déteste.

– Elle : Tu n’y es pour rien, tu es aussi victime qu’elle

– Moi : Va dire cela à ma femme, elle me regarde avec tant de haine c’est normal aussi je la comprends, je suis un imbécile

– Elle : Non c’est faux et tu le sais très bien si Mirabelle ne comprend pas cela laisse moi lui parler

– Moi : Non, je ne veux pas

– Elle : Bien sur que si avec ton père nous pouvons aller lui parler de même qu’à ces parents

– Moi : Ce sont mes bêtises c’est à moi de les gérer, j’assumerai mes actes jusqu’au bout, personne ne doit intervenir ,ni toi ni papa

– Elle : D’accord nous te laisserons faire dans ce cas, mais si jamais cela ne marche pas nous on sera là, ton père et moi.

– Moi : D’accord

– Elle : Et ne déteste pas ta tante, Chems ce n’est pas de sa faute elle est mauvaise mais elle fait partie de ta famille et si jamais tu la suis dans ce jeu, tu vas finir par être comme elle. Et surtout évite qu’elle te donne à manger ou qu’elle rentre dans ta maison elle est capable de te marabouter cette sorcière.

– Moi : D’accord, tu restes dîner avec moi

– Elle : Et si on allait plutôt chez moi , au menu il y’a du couscous, je sais que tu adores cela

– Moi : Oh que oui, laisse-moi me changer et on y va…

__________________________________________

À Suivre…

Ma Vie

Épisode 20 et 21 (En route pour…..)

Auteur :

Je suis restée plus de dix minutes debout au séjour, après le départ de Chems à me demander, si je ne rêvais pas.

Mon Dieu cet homme voulait me rendre folle, je n’arrivais toujours pas à croire tout ce qu’il venait de me dire. Et son parfum, oh Seigneur son parfum lorsqu’il m’a embrassé, je me suis retenue pour ne pas le serrer dans mes bras, comme dis Mina je l’ai dans la peau cet homme.

Ma mère est venue

– Elle : Mirabelle, qu’est qu’il y a?

– Moi : Mais rien Maman

– Elle : Donc pourquoi tu es debout ça fait plus d’un quart d’heure en train de regarder la porte

Mais cette femme me voulait quoi

– Moi : Ah Maman toi aussi qui t’a dis que j’ai fait un quart d’heure débout?

– Elle : Mais parce que je t’ai observé pendant un quart d’heure c’est simple

– Moi : Tu n’as pas le droit de m’espionner

– Elle : Mais je ne t’espionne pas Mirabelle, je suis passée deux fois pour aller à la cuisine et tu es toujours debout avoue que cela fait plus d’un quart d’heure ici

– Moi : Maman, je suis perdue c’est pour cela, tu ne sais pas ce que Chems vient de me dire

– Elle : Qu’il va porter plainte contre sa sorcière de tante, la prochaine fois qu’elles s’attaqueront à toi.

– Moi : Il t’en a parlé aussi?

– Elle : Oui et beaucoup d’autres choses, je pense qu’il commence à ouvrir les yeux

– Moi : Oui mais pourquoi?

– Elle : Comment cela pourquoi

– Moi : Pourquoi maintenant, pourquoi en ce moment après tout ses mois.

– Elle : Peut être que c’est maintenant qu’il a su la vérité

– Moi : Je ne pense pas qu’il ait su quoi que se soit j’espère juste que ce n’est pas pour récupérer mon enfant

– Elle : Si tu veux vraiment savoir les raisons va lui demander, je n’ai pas les réponses à tes questions.

Elle avait raison il était le seul à pouvoir me fournir ses explications, peut être sait–il maintenant que je ne mentais pas, je n’avais pas trop envie d’espérer et que cela puisse être faux. Je ne pouvais plus prendre le risque de souffrir autant pour cet homme jamais je ne survivrai à une deuxième déception.

—Une Semaine Plus Tard—

Chez Chems

J’avais décidé de passer à la vitesse supérieure, il fallait que je parle à mon chauffeur afin de savoir ce qui s’était vraiment passé avec ma femme ce fameux jour. Je sentais que c’est le moment, car je venais de découvrir une chose très importante, il entretenait une relation avec la bonne. Donc je l’ai appelé dans mon bureau

Couple amoureux Photo: elisejulliard-photographies

– Lui : Vous vouliez me voir?

– Moi : Oui entre et ferme la porte, tu peux prendre place

– Lui : Merci patron

– Moi : J’aimerais te poser quelques questions?

– Lui : Bien sur je vous écoutez

– Moi : J’aimerais que tu me racontes ce qui s’est passé avec ma femme le jour où ma tante l’a surprit avec son amant

– Lui : Euh, vous voulez savoir quoi, je vous ai déjà tout raconté

– Moi : Oui sauf que je voudrais de nouveau entendre l’histoire

– Lui : C’est comme je vous avez dit la dernière fois, elle avait l’habitude de le faire venir dans votre maison à chaque fois que vous étiez en déplacement, moi-même, j’ai vu ce monsieur plusieurs fois.

– Moi : Vous l’avez vu et pourquoi, vous ne me l’avez jamais dit

– Lui : Nous savions que vous étiez épris de votre femme donc j’ai décidé de me taire

– Moi : Et vous pouvez me décrire cette personne

– Lui : Vous le décrire comment cela?

– Moi : Je veux connaitre sa taille son teint corpulence tout…

Il semblait réfléchir, comme s’il cherchait une réponse exacte à me fournir

– Moi : Je t’écoute, pour quelqu’un que tu as vu plusieurs fois, tu sembles un peu lent à le décrire

– Lui : Non je me rappelle de lui euh, il est clair très élancé plus que vous-même un peu mince

– Moi : Mais Moustapha ne m’aviez-vous pas dis qu’il était noir et que je le dépassais d’une bonne tête

– Lui : Astafourlah cela doit être cela, je me suis trompé

– Moi : Vous mentez

– Lui : Je ne mens pas, pour qu’elle raison je mentirai

– Moi : Alors dites moi pour quelle raison vous bafouillez, vous transpirez comme un malade alors que la clim est allumée, et pourquoi vous ne vous rappelez plus d’un homme que vous avez décrit dans les moindres détails il y’a à peine 6 mois.

– Lui : Je vous le jure, patron que je ne vous mens pas

– Moi : Inutile de te fatiguer, je sais toute la vérité, je voulais juste te donner la chance de te racheter en me disant la vérité et surtout le pourquoi de ton geste. Que t’ai-je fais de mal pour que tu puisses faire une chose pareille, je me suis toujours montré correct et respectueux envers toi, je t’ai toujours soutenu, j’ai toujours veillé à ce que tu sois à l’abri du besoin. Pourquoi, quel besoin avais-tu pour détruire mon mariage ?

– Lui : Je ne sais pas, je n’ai jamais voulu cela

– Moi : C’est trop facile, tu ne penses pas que je mérite de connaitre la vérité, toute la vérité

– Lui : Je n’ai jamais voulu cela, monsieur, je n’avais pas le choix, on m’y a obligé

– Moi : Et qui t’a obligé à faire cela?

– Lui : Votre tante

Je n’étais pas surpris du tout, j’avais des doutes qu’elle fût derrière tout cela,

– Moi : Comment cela, j ‘en ai marre maintenant, je veux que tu me racontes tout

– Lui : Vous vous rappelez les 900.000 frs CFA que vous avez perdus et que l’on pensait que c’était la bonne

– Moi : Oui mais où est le rapport avec cette histoire

– Lui : Tout est lié Monsieur Chems c’est moi qui les avais pris, malheureusement Awa était au courant et elle me faisait chanter pour cela. Cette fille vous a été envoyée par votre tante pour vous espionner, elle a décidé de tout dire à votre tante, cette dernière m’a menacé de tout vous révéler si je ne participais pas à leur coup. Je ne voulais pas aller en prison. Elles m’ont menacé, sincèrement, je ne voulais pas mais de me comprendre, j’ai des enfants de bas âge, ils vont devenir quoi si j’allais en prison.

– Moi : Quoi tu penses à tes enfants, tu ne t’es jamais demandé ce que je perdais dans cette histoire, vous êtes un être ignoble non seulement vous êtes un voleur, un menteur mais le pire dans tout cela vous êtes lâche.

– Lui : Je suis désolé, je n’ai jamais voulu vous faire du mal

– Moi : Tais toi, je ne veux plus jamais t’entendre, tu as raison d’être désolé pour ce qui est de mon argent je porterais plainte contre toi sois en sur. Maintenant quitte ma maison et ne reviens plus jamais

– Lui : Pardonne moi mon fils, je suis vraiment désolé, pour l’amour de Dieu.

– Moi : Dehors, j’ai dis

Après son départ, je suis sorti pour appeler la bonne mais aucune trace d’elle elle s’est volatilisée, elle n’avait même pas pris toutes ses affaires.

Je n’en revenais toujours pas , durant tout ce temps cette femme était dans ma maison, en train de m’espionner pour le compte de ma tante. Comme un fou, je suis tombé dans leur piège, je n’ai jamais voulu croire à ma femme et maintenant voilà le résultat. Je me demande ce que j’ai fait comment j’ai pu me comporter comme le dernier des imbéciles, comment j’ai pu traiter ainsi ma femme.

A lire aussi: https://bonheur-explosif.com/https-bonheur-explosif-com-p6215-histoire-damour-ma-vie/

Je me rends compte que je lui ai fait tellement souffrir, la pauvresse, à cause de moi elle a subi tant d’humiliation, elle a passé toute sa grossesse toute seule sans moi sans mon soutien. Et toutes ses choses horribles que je lui ai dites, mon Dieu comment allais-je sortir de ce bourbier.

—Le Lendemain—

Chez Mirabelle

Les filles sont venues me rendre visite aujourd’hui, donc il y avait de l’ambiance à la maison. Raïssa avait décidé de parler au bébé pour qu’il se retourne d’après c’était une discussion d’adulte. Elles étaient là à jouer aux folles, j’avais tellement ri que j’avais mal au ventre.

– Moi : Ça suffit vous voulez me faire mourir de rire, d’ailleurs toi Raïssa tu ne sais pas que tu traumatises mon enfant

– Elle : Quoi mais j’essaie de t’aider ma chérie

– Moi : Oui c’est cela, Mina tu n’as toujours pas récupéré ta voiture?

– Elle ; Non mais j’en ai une nouvelle

– Moi : Qui te l’a donné?

– Elle : Abdou

– Moi : Quoi depuis quand? on ne partage plus les détails croustillants de sa vie avec sa sœur

– Elle : Mais, il me l’a prêté le temps que je puisse récupérer la mienne

– Raissa : Faux il le lui a offert mais elle a refusé

– Moi : Quoi pourquoi tu as raison, tu es quel genre de personne toi

– Elle : Comme toi, je ne veux pas de sa voiture la mienne me suffit

– Raissa : En plus d’être borné tu n’as pas d’ambition

– Elle : Fous moi la paix toi, je prends la voiture et puis quoi encore

C’est à ce moment que la bonne est entrée pour me dire qu’il y avait un Monsieur pour moi.

– Moi : Il ne t’a pas donné son nom, mais fais le entrer

Je m’attendais à voir tout le monde sauf celui-là, j’étais comme paralysé

– Moi : Moustapha

– Lui : Bonjour tout le monde

– Moi : Vous chez moi, que faites vous ici?

– Lui : Je suis venu vous parler

– Moi : Vous etes sur que vous ne vous êtes pas trompé de maison, vous osez vous présenter devant moi

– Raissa : Mais que se passe-t-il ici , Mira c’est qui celui-là?

– Moi : Celui là c’est le chauffeur de Chems, l’homme qui m’a séparé de mon mari.

– Raïssa : Quoi c’est lui le fameux chauffeur, non mais attend tu te fous de nous, je pense que tu veux qu’on te lynche.

– Lui : Madame je suis venu pour vous demander pardon et vous expliquer les raisons qui m’ont poussé à faire ce geste

– Raïssa : Désoler mais désoler de quoi?

– Mina : Ça suffit Raïssa laissez le au moins parler c’est quoi ton problème, où est votre éducation toutes les deux. Monsieur prenez place vos pouvez lui parler nous allons vous laisser seuls.

Elle avait raison, je me perds là mais j’avais tellement la haine contre lui que je n’ai pas pu me contrôler.

– Moi : Non vous restez là, s’il veut parler il n’a qu’à le dire devant vous, Monsieur Moustapha je vous écoute

Il a commencé son récit, au fur à mesure qu’il continuait, j’eus envie de vomir tellement cela me dégoutait, lorsqu’il a terminé il me dit

– Lui : Il n’y a pas un jour qui passe sans que je ne regrette mon geste, je prie tous les jours pour demander pardon à Dieu mais je sais qu’il ne peut pas me l’offrir, il n’y a que vous qui pouvez me pardonner

– Moi : J’aimerais juste savoir une chose vous ai-je manqué de respect un jour ai-je été méchante avec vous

– Lui : Non Madame jamais vous avez toujours été bien avec moi

– Moi : Alors pourquoi, pourquoi avoir voulu gâcher ma vie, pourquoi?

– Lui : Je suis vraiment désolé, j’ai juste voulu me protéger, j’ai été un lâche, je l’avoue

Il a commencé à pleurer

– Raïssa : Hé faut pas venir pleurer , et nous apporter le malheur ici, quand tu le faisais tu as pensé à Dieu espèce d’hypocrite, tu gâches deux vies comme cela, tu n’as pas honte

– Moi : Cela suffit Raïssa, laisse le

– Elle : Non ne te fie pas à ses larmes de crocodile

– Mina : Ah Raïssa tu exagères toi aussi, laisse ce pauvre homme tranquille

– Moi : C’est bon Raïssa vous voulez mon pardon Monsieur moustapha,

– Lui : Je ne veux que cela Madame, je suis si profondément désolé de ce qui est arrivé

– Moi : Oui c’est bon, je vous pardonne

– Raïssa : Quoi si facilement

– Moi : Oui, je vous pardonne du plus profond de mon cœur

– Lui : Merci, j’ai toujours su que vous étiez une bonne personne

– Raïssa : Du vous le saviez il ne fallait pas lui faire tant de mal.

– Lui : Et je le regrette profondément

– Moi : Ce n’est plus rien de toutes les façons le mal est déjà fait, ne vous inquiétez plus mais je ne suis pas la seule concernée dans cette histoire vous devez demander pardon aussi à Chems, à lui aussi vous lui avez causé du tort.

– Lui : Lorsqu’il a découvert la vérité, j’ai essayé, mais il ne veut rien savoir il projette même de m’envoyer en prison.

– Moi : Ne vous inquiétez pas pour cela, je lui parlerai, il ne fera rien de tel, maintenant rentrez chez vous

Après son départ, j’ai dû faire face à la fureur de Raïssa, elle était tellement en colère contre moi…

– Elle : Comment tu as pu lui pardonner si facilement, pourquoi tu es comme ça, si naïve mon Dieu tu es désolent

– Moi : J’ai rêvé tant de fois de ce moment, dès fois même je m’imaginais en train de le poursuivre avec un bâton, il m’a fait beaucoup de mal je sais mais les gens ne sont pas parfaits. Tout au long de la vie on rencontrera des gens qui nous feront du mal. Mais ce n’est rien comparé au mal que vous feront les personnes à qui vous aviez confiance, cet homme n’est rien pour moi, c’est différent de Chems où une d’entre vous.

– Raïssa : Tu lui fais confiance,’après ce qu’il t’a fait

– Moi : La confiance, elle est importante dans la vie, mais voilà, on ne sait jamais à qui on peut faire confiance. De parfaits inconnus peuvent être dignes de notre confiance tout comme les gens qui comptent le plus pour nous peuvent nous décevoir. Ce qui fait que bons nombre de gens décident de ne faire confiance qu’à eux même. C’est sûrement la solution la plus simple. Mais moi je tiens à ce que la confiance fasse partit de ma vie, je ne veux pas vivre sans elle.

– Mina : On te comprend et on t’approuve n’est-ce pas Raïssa

– Raïssa : Pardonne-moi mon bébé, je suis fière de toi, tu es une personne merveilleuse Mira et tu as raison la haine ne te mènera nulle part.

– Mina : Que comptes-tu faire maintenant?

– Moi : Comme quoi

– Elle : Maintenant que Chems est au courant de toute la vérité.

– Moi : Je lui parlerai pour qu’il ne porte pas plainte contre ce monsieur

– Elle : Je ne parlais pas de cela, comptes tu lui parler de votre couple

– Moi : Ce qui m’intéresse c’est de mettre au monde mon enfant sans problème, je ne veux pas parler de notre relation.

– Elle : Mira s’il te plait

– Moi : N’essaie même pas ok, ce qui m’intéresse c’est mon bébé pas Chems,

– Raïssa : Tu ne pourras pas fuir éternellement tes problèmes, tôt ou tard, tu devras faire face

– Moi : Oui mais pour l’instant, je ne veux pas y penser, sincèrement ,je n’en ai aucune envie.

– Mina : D’accord, comme tu voudras

Le reste de la journée s’est passé très bien, nous avons oublié tout ce qui s’était passé et nous nous sommes amusés comme d’habitude. Bien que je ne cessais de penser à ce que je dois faire, j’ai toujours voulu que cette maudite histoire s’éclaircisse enfin mais maintenant que c’est arrivé je ne sais plus comment réagir quelle décision prendre.

—Deux Jours Plus Tard—

Après les faits, je n’ai pas eu des nouvelles de Chems, j’avais pensé recevoir un appel de lui, où qu’il vienne me voir. Ce Monsieur était revenu me voir pour me dire qu’il avait reçu une convocation à la police.

J’ai appelé Chems mais il ne décrochait pas, je lui ai laissé plein de messages, j’ai pensé qu’il allait rappeler mais ce n’était pas le cas, j’avais décidé alors d’aller le voir , histoire de lui parler du chauffeur, car tel que je le connais, je suis sure qu’il ne laissera rien passer et moi j’avais donné ma parole au gars.

Mon mari est quelqu’un de très dur dès fois, et je n’allais pas le laisser amener ce gars en prison. Donc le lendemain, j’ai appelé un taxi pour partir, durant toute la durée du trajet, je réfléchissais sur ce que j’allais lui dire, il est tellement têtu dès fois.

Lorsque je suis arrivée à son bureau, il était en réunion, donc j’ai attendu plus de trente minutes, finalement je n’en pouvais plus d’attendre, je me suis levée pour soulager un peu mes jambes.

C’est ce moment qu’il a choisi pour sortir de son bureau accompagné de deux hommes, il était temps j’en avais marre d’attendre. Dès qu’il m’a vu il s’est dirigé vers moi

– Lui : Mirabelle tu es là depuis longtemps

– Moi : Plus de 45min

– Lui : Mais pourquoi tu n’as pas appelé

– Moi : Chems il faudrait que tu décroches ton téléphone d’abord

– Lui : Je suis désolé excuse moi, je suis débordé ces derniers jours

– Moi : Ce n’est rien, je ne suis pas venu pour cela de toute façon

C’est à ce moment que les deux hommes se sont avancé vers nous, il s’est tourné vers eux

– Lui : Messieurs, je vous présente ma femme, Mirabelle, ce sont mes collaborateurs tamsir et stéphane

– Moi : Ravie de vous rencontrer Messieurs

– Stéphane : Nous aussi et l’heureux événement c’est pour bientôt j’imagine

– Moi : Oh oui, pour très bientôt

Ils sont partis et nous sommes entrés dans son bureau

– Lui : Assieds toi, tu dois être fatigué

– Moi : Oh si tu savais, merci

– Lui : J’imagine mais c’est presque fini plus que quelques semaines

– Moi : Pas forcément Chems ils ont tendance à naître bien avant la date

– Lui : J’ai lu cela aussi

– Moi (en souriant) : Tu as lu combien de livres toi?

– Lui : Beaucoup, je voulais tout savoir

– Moi : Même comment changer les couches?

– Lui : Bien sur, tu sais que je ferai tout pour ce bébé, tu me crois?

– Moi : On verra le moment venu, vous les hommes, pour faire les enfants vous êtes toujours prêts mais pour changer les couches alors là plus personne

– Lui (en souriant) : On verra ma chérie, je pourrai te surprendre

– Moi : Hum c’est cela

– Lui : Mira, je sais de quoi tu veux parler, laisse-moi te dire juste que c’est non

– Moi : Si Chems, tu le feras, je ne suis pas venu jusqu’ici pour t’entendre me dire non

– Lui : Tu ne peux pas me demander cela, après tout ce qu’il a fait, c’est non

– Moi : Il a fait quoi? dis-moi ce qu’il a fait?

– Lui : Il a voulu détruire notre vie ,il nous a séparés, il m’a menti, m’a trahit m’a volé et cela je ne vais pas le lui pardonner

– Moi : Laisse moi rire, tu penses qu’il nous a fait du mal mais pas plus que ce que tu m’as fait toi

– Lui : Et je le regrette vraiment , tu ne peux même pas savoir à quel point je m’en veux, je m’en veux tellement de t’avoir fait du mal, de les avoir laisser nous séparer à cause de leur mensonge je t’ai blessé

– Moi : Stop Chems, tout ce mal dont tu parles, c’est toi qui les a permis de nous le faire donc ne viens pas me fatiguer avec cela, je suis la seule qui ait souffert dans cette histoire donc si moi je peux pardonner toi tu pourras le faire

– Lui : Moi aussi j’ai souffert Mira et cela tous les jours depuis ton départ je me sentais mal, dès fois j’avais juste envie que tu reviennes malgré que je croyais fermement à ta culpabilité mais mon orgueil m’en empêchait. Il ne se passe pas un jour sans que je regrette amèrement ce que je t’ai fait, tout ce que j’ai dit, je suis tourmenté tous les jours par mes actes. j’avais pitié de lui ,mais je ne devais pas flancher, et je savais que nous étions sur un terrain glissant on allait se dire du mal si on continuait et cela n’arrangerait rien en la situation.

– Moi : Ok on se calme, Chems on ne va pas se disputer pour cela, nous avons tous souffert dans cette histoire et je pense que c’est assez pourquoi vouloir en mêler d’autres personnes, tu dois penser à ses enfants toi aussi, tu es un père pense à ton enfant s’il te plait. Tu n’aimerais pas qu’on le sépare de toi je t’en prie Chems.

Il semblait être en proie à un grand dilemme, mais je savais qu’il allait finir par céder,

– Moi : Chems, je t’en prie

– Lui : D’accord mon bébé, tu as gagné, je vais retirer ma plainte

– Moi : Merci, merci beaucoup

– Lui : Je ne le fais que pour toi ,

– Moi : Et je t’en remercie,

– Lui : Je suis si désolé Mira, mon DIEU si tu savais

– Moi : Que veux-tu que je te dise Chems

– Lui : Que tu sais au moins que je regrette, que j’espère qu’un jour tu me pardonneras, tout le mal que je t’ai fait, je me suis comporté comme le dernier des imbéciles avec toi. J’ai besoin que tu me pardonnes.

– Moi : Ce n’est pas simple, Chems , tu m’as fait tellement de mal, tu m’as humilié, tu m’as jeté comme une chaussette sale, je t’ai supplié Chems, je me suis même mise à genoux, tu n’as rien voulu savoir, toutes ses horreurs que tu m’as dis. Tu m’as abandonné quand j’avais le plus besoin de toi, je t’aimais moi, je t’aimais tellement, je t’ai tout donné, Chems il suffisait seulement que tu demandes, mais cela ne t’a pas suffi. Tu ne voulais rien de cela, tu pensais que toutes les femmes se valent que j’étais comme ta pute de cousine à la première occasion tu t’es débarrassé de moi. Tu n’as jamais eu confiance en moi, c’est bien beau de tout mettre sur le dos de ta sorcière de tante mais tu es encore beaucoup plus fautif qu’elle, tu ne m’a jamais fait confiance, on peut dire que tu n’attendais que cette occasion.

– Lui : Ne dis pas cela, moi aussi je t’aimais, peut être pas au début mais j’ai fini par t’aimer plus que tout au monde, et je t’aime toujours Mira. J’ai fait beaucoup d’erreur je le reconnais mais tu dois me pardonner, Mira, j’ai changé, laisse moi te le montrer, laisse moi me racheter.

Je ne savais pas quoi lui dire, tout se bousculait dans ma tête, je ne savais vraiment pas quelle décision prendre, je n’avais aucune garantie qu’il n’allait pas recommencer. J’avais besoin de temps pour bien réfléchir au calme.

– Moi : Ne me presse en rien Chems, pour le moment, je veux juste accoucher en paix c’est tout ce qui m’importe.

– Lui : J’attendrai le temps qu’il faudra Mirabelle, tout le temps dont tu auras besoin pour me pardonner

– Moi : Maintenant, je veux rentrer, à la maison, je suis fatiguée, pourrais tu me ramener

– Lui : Mais bien sur mon bébé, je te ramène

– Moi : Merci

Il a pris mon sac et m’a tendu la main pour m’aider à me relever, mais j’ai chancelé un peu, il m’a alors pris dans ses bras pour me soutenir. J’ai senti ses mains sur mon ventre , j’étais un peu surprise, quand je l’ai regardé il les a retirées rapidement comme un enfant fautif

– Lui : Il bouge toujours autant

– Moi : Non de moins en moins je pense qu’il est à l’étroit

– Lui : Ton ventre est énorme tu es sur qu’il n’y a qu’un seul?

– Moi : Bien sur qu’il est seul, je suis un peu lourde Chems, je n’arrive plus à m’asseoir trop longtemps c’est tout à fait normal.

– Lui : Je suis désolé de t’avoir retenu aussi longtemps, viens je te ramène

Je me suis endormie dans la voiture, j’étais fatiguée, Chems m’a réveillé quand nous sommes arrivés devant la maison.

– Lui (en me touchant l’épaule) : Hé réveilles toi, nous sommes arrivés

-, Moi : Ah ok, bon merci pour tout Chems et n’oublie pas de retirer cette plainte, je peux compter sur toi

– Lui : Tu as ma parole prends soin de toi, je t’appelle plus tard

– Moi : D’accord, au revoir

Je suis rentrée dans la maison , j’étais fatiguée; toutes ses émotions m’avaient lessivée, je ne voyais que mon lit, il fallait que je dorme donc j’ai rejoint directement mon lit. Je me suis réveillée que vers 20h pour manger et me recoucher.

Le lendemain à mon réveil j’ai vu plusieurs appels en absence de Chems. Avant même que je ne rappelle il m’a appelé

– Lui : Bonjour, tu vas bien?

– Moi : Oui et toi?

– Lui : Moi çà va, j’étais inquiet

– Moi : Mais de quoi

– Lui : Je t’ai appelé plusieurs fois hier

– Moi : Oui je l’ai vu ce matin, je me suis endormie hier

– Lui : Ah ok, je pensais qu’il t’était arrivé quelque chose, j’appelais juste pour prendre de tes nouvelles, savoir si tu allais bien

– Moi : Non, ne t’inquiète pas, je n’ai rien, juste la fatigue

Nous avons parlé encore pendant plusieurs minutes, après il a raccroché.

– Maman : Tu parlais avec qui?

– Moi : Chems

– Elle : Depuis quand Chems t’appelle tôt le matin

– Moi : Ah ça, on ne s’est pas vu hier, donc je n’ai pas pu te raconter ce qui s’est passé

– Elle : mais raconte moi tout

Je lui ai raconté toute l’histoire du début à la fin

– Elle : Hum, Dieu est grand, ils avaient pensé que le soleil ne se lèverait plus jamais, que jamais la vérité ne serait découverte, maintenant grâce à Dieu tout se sait. Ton mari devrait avoir honte de son comportement, de même que sa sorcière de tante, cette femme est mauvaise, elle voulait ta vie salir ta réputation à jamais. Mais Dieu ne dort pas.

– Moi : En tout cas, c’est fini maintenant

– Elle : Ce n’est pas encore fini ,se sera fini le jour au tout le monde saura que c’était faux, surtout les parents de ton père ce bande de vautours .

– Moi : Moi je ne les calcule plus depuis longtemps

– Elle : Tu comptes faire quoi maintenant?

– Moi : Je suis confuse, je n’ai pas pris de décision, je n’y arrive pas, il me demande de lui pardonner, mais Maman je n’ai pas de garantie qu’il ne recommencera pas.

– Elle : C’est vrai, mais moi je pense qu’il ne recommencera pas, de toute façon, nous accepterons plus jamais qu’il te ramène chez toi sans qu’il nous donne de solides arguments. S’il ne peut pas s’occuper de toi, il n’a qu’à le dire et nous allons dissoudre ce mariage.

– Moi : Tout à fait d’accord avec toi, mais je n’ai pas envie de retourner avec lui du moins pas tout de suite

– Elle : Tu as le droit d’être en colère mais ne perds pas de vue que tôt ou tard tu devras retourner dans ton foyer, tu es une femme et tu ne peux pas avoir une chose meilleure que ton mariage, un mari, des enfants. En plus se serait le moyen le plus rapide de fermer la bouche à toutes ses personnes qui parlent de toi. Si tu n’y retournes pas sa tante aura gagné donc tout ce que tu as subi c’est égal à zéro. Tu m’as comprise

Maman avait raison, mais j’ai assez galéré à cause de lui, je n’ai pas envie de revivre tous ses moments de détresse, je ne le supporterais même pas.

Chez Chems

J’étais assis au salon en train de réfléchir sur ma journée, et tout ce qui s’est passé depuis que j’ai découvert la vérité, j’avais tellement honte, mais aussi peur de me présenter de ma femme. Je ne savais pas quoi lui dire heureusement qu’elle est venue au bureau. À chaque fois que je décrochais mon téléphone pour l’appeler, je le reposer. Je sais qu’il me faudrait faire beaucoup d’effort pour qu’elle accepte de me pardonner, cela ne sera pas facile du tout, j’en ai conscience.

Mira a raison, je n’ai pas voulu lui faire confiance, ni à elle, ni à personne d’autre, je n’ai écouté personne dans cette histoire ni mon père ni Abdou. Tout le monde m’avait prévenu j’ai refusé d’ouvrir les yeux d’une certaine manière, je voulais croire à cette histoire, je ne sais pas pourquoi, peut être par peur de d’engager mon cœur à nouveau.

Mon téléphone sonna, encore un autre appel de ma tante, elle sait maintenant que je connais toute la vérité, elle m’appelle tous les jours.

Elle est même venue au bureau, j’ai refusé de la recevoir et j’ai dit au gardien de ne pas lui ouvrir la porte si jamais elle venait ici. Je ne veux plus jamais avoir affaire à elle, je n’arrive même plus à la regarder en face, tellement elle me dégoûte. Je ne voudrais pas lui faire du mal, et je sais que si jamais je l’ai en face de moi je ne pourrai pas me contrôler.

J’ai entendu du bruit dehors, comme une dispute, je suis sorti pour aller voir ce que c’est, j’ai trouvé Tata Seynabou en train de se disputer avec on gardien

– Moi : Que se passe-t-il ici Moussa?

– Lui : Monsieur cette dame veut entrer, je lui ai dit que vous ne voulez pas être dérangé

– Moi : Ouvre la porte et laisse la entrer

Ma tante est entrée et lui a lancé un regard assassin

– Moi : Bonjour ma tante

– Elle : Chems, c’est qui cet idiot que tu as mis devant ta porte

– Moi : Je suis désolé ma tante, c’est moi qui lui ai dit de ne pas ouvrir

– Elle : Ah bon, je peux savoir qui tu fuis?

– Moi : Viens t’asseoir d’abord ,je vais tout expliquer

– Elle : D’accord, moi-même, je suis fatigué ce con m’a énervé

Je lui ai servi une boisson, quand elle s’est rafraîchit, elle m’a demande

– Elle : Alors raconte moi, pourquoi as-tu demandé à ton gardien de ne pas ouvrir à ta tante

– Moi : Il a mélangé, je ne parlais pas de toi

– Elle : Tu parlais de qui alors?

– Moi : Tata aicha

– Elle : Aicha, que se passe-t-il avec elle?

– Moi : Elle m’a menti, tu sais toutes ses histoires que j’ai eu avec ma femme

– Elle : Oui qu’elle l’avait surpris avec un homme

– Moi : Tout cela était faux, elle était de mèche avec le chauffeur et la bonne pour comploter contre Mirabelle

– Elle : Cela ne m’étonne pas, je savais que c’était faux, Mirabelle n’aurait jamais pu faire cela, pourtant je t’avais dit de faire attention avec cette histoire.

– Moi : Je sais je suis un vrai idiot , et ce n’est pas tout, tu savais qu’elle a mangé tout mon héritage

– Elle : Je le savais, comme je suis l’unique sœur de ta mère ton père a jugé utile de m’en parler

– Moi : Pourquoi vous ne m’avez rien dit

– Elle : Tu étais jeune à l’époque après c’était trop tard il n’en restait plus rien de l’argent, et cela allait créer des problèmes

– Moi : Je n’arrive pas à croire qu’elle m’ait fait toutes ses choses, elle que je considérais comme ma mère et qui se disait être la meilleure amie de ma mère

– Elle : Qui t’a dit cela, Chems, c’est faux, ta tante n’a jamais aimé ta mère, elles ne s’entendaient même pas, elle n’a jamais voulu que ton père l’épouse, elle voulait qu’il épouse sa meilleure amie.

– Moi : Mais ce n’est pas ce qu’elle m’a raconté elle m’a dit qu’elles étaient inséparables

– Elle : Ta tante est une menteuse en plus de cela c’est une manipulatrice, elle a tout fait pour te prendre avec elle, dans le seul but de manger ton argent . Normalement c’était à moi de m’occuper de toi mais j’étais jeune en plus je n’avais pas de mari.

– Moi : Pour l’argent ce n’est pas grave, mais pour le coup qu’elle m’a joué, jamais je ne vais le lui pardonner, à cause d’elle j’ai chassé ma femme et maintenant elle me déteste.

– Elle : Tu n’y es pour rien, tu es aussi victime qu’elle

– Moi : Va dire cela à ma femme, elle me regarde avec tant de haine c’est normal aussi je la comprends, je suis un imbécile

– Elle : Non c’est faux et tu le sais très bien si Mirabelle ne comprend pas cela laisse moi lui parler

– Moi : Non, je ne veux pas

– Elle : Bien sur que si avec ton père nous pouvons aller lui parler de même qu’à ces parents

– Moi : Ce sont mes bêtises c’est à moi de les gérer, j’assumerai mes actes jusqu’au bout, personne ne doit intervenir ,ni toi ni papa

– Elle : D’accord nous te laisserons faire dans ce cas, mais si jamais cela ne marche pas nous on sera là, ton père et moi.

– Moi : D’accord

– Elle : Et ne déteste pas ta tante, Chems ce n’est pas de sa faute elle est mauvaise mais elle fait partie de ta famille et si jamais tu la suis dans ce jeu, tu vas finir par être comme elle. Et surtout évite qu’elle te donne à manger ou qu’elle rentre dans ta maison elle est capable de te marabouter cette sorcière.

– Moi : D’accord, tu restes dîner avec moi

– Elle : Et si on allait plutôt chez moi , au menu il y’a du couscous, je sais que tu adores cela

– Moi : Oh que oui, laisse-moi me changer et on y va…

__________________________________________

À Suivre…

Share this: