Couple_Sexe_StocksyMattAndTish_1024x768
74 / 100

Pour elle, une femme se doit être soumise à son mari, de s’occuper de son foyer et de préserver ce dernier, elle doit tout supporter pour le salut futur de ses enfants. Bien entendu, cette idéologie n’est pas partagée par la nouvelle génération qui a une autre vision du mariage…(Suite de l’histoire d’amour)

Ma Vie Épisode 25

Auteur :

J’avais commencé à faire mes valises le soir même, il fallait tout rassembler et c’était un vrai travail, car il y avait les bagages du bébé et les miens. Mes habits sales sont amenés au pressing par Baidy, à son retour, il m’a dit :

– Lui : On croirait que tu avais hâte de quitter notre maison

– Moi : Ta mère ne veut plus de moi ici, tu as oublié

– Lui : Ah, celle-là quand elle s’y met mais sérieusement, es-tu sure de vouloir repartir, si ce n’est pas le cas ne me le cache pas, tu sais que je ferai tout pour toi.

– Moi : Je sais petit frère mais t’inquiète c’est ma décision, j’aime mon mari malgré tout ce qu’il m’a fait

– Lui : Dans ce cas retournes y et sois heureuse frangine

– Moi : Merci ,tu me manqueras

– Lui : Et moi donc, sans mon bébé, mais je passerai te voir aussi souvent que je pourrais

– Moi : D’accord aide moi à ranger s’il te plait mon bébé

Une heure de temps plus tard nous avons fini la moitié du travail, je me suis arrêtée pour allaiter mon bébé, c’est là que ma mère est venue nous trouver

– Elle : Que se passe-t-il ici pourquoi ce bordel?

– Moi : Ce sont mes affaires ,je m’en vais

– Elle : Tu t’en vas mais où?

– Moi : Chez moi comme tu me le demandais tout ce temps ,je rentre»

– Elle : Tu veux dire chez ton mari, alhamdoulilah, je commençais à me décourager, tu vas vider ma maison »

– Moi : Merci pour la réaction, t’inquiète, je vais bientôt débarrasser le plancher

– Elle (en riant) : Au moins tu comprends vite, mais sérieusement , la place d’une femme mariée c’est auprès de son mari, un mariage ce n’est pas facile, surtout de nos jours mais c’est ce qu’une femme peut avoir de meilleur dans ce monde avec les enfants bien sur, tu comptes partir quand?

– Moi : Demain soir, Chems viendra me chercher

– Elle : D’accord je suis dans ma chambre si tu as besoin de moi je suis crevée aujourd’hui.

– Moi : C’est bon vas te reposer je vais m’occuper du dîner.

Ma mère était dure par moment, mais je sais qu’elle m’aime de tout son cœur. Je comprends sa réaction dés fois, car Maman était une femme conservatrice à l’image de toutes les femmes sénégalaises,

Pour elle, une femme se doit être soumise à son mari, de s’occuper de son foyer et de préserver ce dernier, elle doit tout supporter pour le salut futur de ses enfants. Bien entendu, cette idéologie n’est pas partagée par la nouvelle génération qui a une autre vision du mariage.

Mina m’a appelé le soir, et j’en ai profité pour lui dire que je retournais chez moi

– Elle : Ah, Dieu merci il était temps

– Moi : On dirait que vous avez tous le même mot à la bouche

– Elle : Bien sur c’est parce que nous t’aimons, tu as trop duré, en plus de cela tu risquais de le perdre pour de bon si tu continuais, dans tous les cas, je suis heureuse, je vais appeler Raïssa pour lui annoncer la bonne nouvelle.

– Moi : Stop, c’est à moi de le lui dire tu es rapide toi

– Elle : Je m’en fous, dés que je raccroche je l’appelle

Et bien sur elle l’a fait car cinq minutes plus tard Raïssa a appelé.

Le lendemain c’était un samedi j’ai pu dormir jusqu’à 11h

ma mère ne partant pas au boulot a prit Seydou avec elle. Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas aussi bien reposé, cela allait me manquer, si je retourne à la maison. Mais je n’ai pas le choix, il fallait rentrer.

Le soir vers 19h Chems est venu me chercher, avec l’aide de mon frère, ils ont mis tous les bagages dans la voiture.

Avec mon fils dans les bras, j’ai dit au revoir à tout le monde, Maman; elle est venue embrasser Seydou puis m’a dit

– Elle : Mon bébé va tellement me manquer, et toi taches de ne plus revenir ici

– Moi (en riant) : il n’y a pas de risque Maman, vu la façon dont tu m’as traité, tu es trop despotique, mais je t’aime.

– Elle : Je t’aime aussi très fort, que Dieu te garde ma fille

Je n’aime pas les aux revoirs trop tristes pour moi, je ne peux pas m’empêcher de pleurer. Je suis montée à l’arrière de la voiture avec mon bébé. Nous n’avons pas parlé, arrivés chez nous, il est descendu, m’a aidé puis un homme est venu, descendre les bagages, il me l’a présenté comme étant son nouveau gardien.

Nous sommes entrés dans la maison, je me suis arrêtée sur le seuil, et là les souvenirs ont renfloué avec tellement d’intensité, d’abord les mauvais souvenirs;

le jour où Chems me jetait dehors, mes pleurs cette détresse, la peur, l’angoisse.

Puis nos rires, des moments de pur bonheur, sont venus balayés les mauvais souvenirs comme par magie.

Quand j’ai ouvert mes yeux, j’ai ouvert, j’ai vu Chems qui m’observait il avait l’air inquiet, je lui ai souri pour le rassurer. Ils ont monté les bagages, je suis montée en même temps qu’eux il fallait que je couche mon bébé.

Quand je suis entrée dans la chambre, j’ai vu un berceau disposé sur l’autre coté de la pièce, j’étais contente qu’il ait pensé à cela, je n’étais pas sure qu’il veuille dormir avec lui avec tous ses pleurs.

– Moi : Merci

– Lui : C’est normal il est trop petit pour dormir seul

– Moi : On verra tu parles mais s’il te réveille trois fois par jour tu n’auras plus cette bonne volonté

– Lui : Dans tous les cas il faudra assumer, il n’a pas demandé à naitre après tout

J’ai couché Omar puis je suis partie prendre une douche quand j’ai fini nous avons diné, Chems, m’a dit qu’il l’avait préparé.

Après le diner, nous sommes partis nous coucher bien que le lendemain se fût un dimanche, j’avais décidé de me coucher tôt comme je me réveillais plusieurs fois par nuit mieux vaut se coucher tôt. Je ne sais pas à quel moment Chems m’a rejoint, tout ce que je me rappelle c’est sa présence à un moment donné de la nuit.

Le lendemain quand je me suis réveillée il n’y ‘avait aucune trace de Chems ni même du bébé j’ai regardé ma montre il faisait plus de midi passée. Je me suis brossée les dents rapidement puis je suis partie à leur recherche, je les ai trouvé dans le salon, il l’avait mis dans le couffin pendant qu’il était en train de lire le journal, à voir ce tableau mon cœur déborda de joie. Je suis venue l’embrasser ;

– Lui : Tu es enfin réveillée

– Moi : Pourquoi tu ne m’as pas réveillé, je ne sais pas ce qui s’est passé mais je n’ai rien entendu pendant la nuit, comment tu t’es débrouillé avec lui car je suppose que tu t’es levé pour t’occuper de lui »

– Lui : Oh, oui il s’est réveillé trois fois, je l’ai changé deux fois mais je pense que je ne sais pas toujours bien le faire car il y’a toujours une fuite mais pour le biberon t’inquiète je sais bien doser

– Moi : Je suis désolée tu dois être fatiguer

– Lui : Un peu mais heureux de pouvoir enfin m’occuper de lui, je découvre beaucoup de choses et cela me fait très plaisir en plus c’est mon tour à toi de te reposer

Quand je pense que les hommes surtout les Africains pour la plus part refuse de s’occuper de leurs enfants qu’ils considèrent comme des trucs de femme il y en a même qui refusent de dormir dans la chambre jusqu’à ce que le bébé fasse ses nuits complètes. Je me disais seulement que j’ai de la chance peut être que Chems est différent car il a pratiquement grandi en Europe.

Dans tous les cas je me sentais chanceuse.

– Moi : Tu sais quoi je vais aller prendre mon bain après je prépare à manger en parlant, tu veux manger quoi

– Lui : Soup kadia (plat sénégalais) ça fait longtemps je n’ai pas mangé cela on peut dire depuis ton départ

– Moi : D’accord comme tu voudras ; donne-moi une demi-heure

– Lui : Prends le temps que tu voudras ma chérie

Après mon bain, je suis descendu à la cuisine pour préparer le déjeuner, de temps en temps Chems venait me voir pour vérifier si j’avais besoin de quelque chose, je répondais non. Par moment j’entendais le bébé pleurer avant que je ne parte voir ce qu’il y a, il cessait les pleurs je me dis que Chems se débrouillait pas mal avec son fils.

Nous avons mangé où plutôt Chems a dévoré le repas, il m’a dit que c’était de loin le meilleur qu’il a mangé

– Moi : Merci, le plus important est que tu aimes, j’aime quand tu as de l’appétit, cela me fait plaisir, je vais aller faire la vaisselle

– Lui : Je n’ai pas pris de bonne car avec tout ce qui s’est passé j’avoue que je n’ai plus confiance en personne, tu pourras toujours en prendre toi

Il semblait gêné de reparler de cet épisode, je sens que cet épisode serait toujours entre nous comme un étau nous empêchant de nous libérer, de revenir aux rapports que nous avions après la rupture .

—Une Semaine Après Mon Retour—

Nous vivions comme des étrangers, mon mari se montrait galant et agréable mais je sentais toujours une certaine gêne comme s’il se retenait. Il n’était plus le même, il s’occupait du bébé me permettant de dormir, je me demande comment il fait à son travail, il devait être crevé, mais il le faisait avec beaucoup de joie ,il suffisait juste de le regarder. Mais moi cela ne me suffisait pas il fallait casser la barrière sinon jamais nous ne serons heureux.

Donc j’avais décidé de lui parler à son retour. Il est arrivé vers 19h , j’ai attendu qu’il se douche d’abord alors je lui ai dit

– Moi : Peut-on parler?

– Lui : Qu’est-ce qu’il y a tu as un problème?

– Moi : Non, j’aimerais juste que l’on discute sur certains points ne t’inquiète pas il n’y a rien de grave »

– Lui : D’accord dans ce cas je t’écoute

– Moi : Voilà , normalement cette discussion devait se faire depuis plusieurs jours déjà mais c’est comme si aucun d’entre nous ne voulait prendre l’initiative, mais en même temps je me suis rendue compte que nous ne pouvons pas avancer sans en parler

– Lui : Je sais, mais je pensais que tu ne voulais pas en parler que cela te rappeler de mauvais souvenirs, j’ai vu ta réaction lorsque tu es rentré dans la maison la dernière fois ,je m’en suis voulu de t’avoir fait tant souffrir

– Moi : Chems, c’est du passé tout cela ce n’est pas de ta faute mon chéri

– Lui : Non, Mira ce n’est pas du passé, je me suis comporté comme le dernier des salauds avec toi , tout est entièrement de ma faute pourquoi je ne t’ai pas écouté, mais non, je me suis comporté comme d’habitude, têtu, orgueilleux. Dés fois je me demande pourquoi tu es revenu, je me dis que c’est trop facile que tu m’aies pardonné aussi facilement.

– Moi : Chems, écoutes

Il a levé la main pour m’arrêter

– Lui : Laisse-moi parler, je ne sais pas si j’en serai capable la prochaine fois

J’ai su qu’il avait envie de se confesser

– Lui : Je n’ai jamais pu m’attacher aux gens, j’ai toujours été solitaire même étant enfant, j’avais toujours mon monde à moi. La mort de Maman m’avait anéantie puis Papa a épousé Tante Racky je l’aimais bien mais elle est partie aussi vite qu’elle est arrivée puis ce fut le tour de Papa lui-même(…)

Chems parlait avec regret comme si l’absence de son père était un abandon pour lui, alors que c’était faux et j’ai tenu à le lui dire

– Moi : Ton père n’a jamais voulu t’abandonner, il était tout aussi dépassé que toi il a pensé ne pas pouvoir s’occuper de toi correctement avec ses voyages incessants, il était convaincu que tu avais besoin d’une figure maternelle et ta tante l’a convaincue que c’est vraiment ce dont tu avais besoin.

– Lui : C’est maintenant que je l’ai compris, mais pour le petit-enfant que j’étais s’en était trop, je me suis renfermé sur moi-même et décidé de ne plus m’attacher aux gens.

Il s’est arrêté un long moment , perdu dans ses souvenirs, je ne lui ai rien dit je me suis juste contentée d’attendre qu’il reprenne son récit.

– Lui : Toutes ses années que j’ai vécues chez ma tante, je ne me suis jamais vraiment intégré complètement dans la vie familiale, mais je m’y sentais très bien ma tante était la première personne depuis Maman à s’occuper vraiment de moi, me donnant de l’amour, peut être c’est à cause de cela que je lui faisais si confiance. Elle m’a dit qu’elle était ma famille, et a tout fait pour me le démontrer et je l’ai cru.

Ma tante représentait tout pour moi , je l’adorais cette femme et elle me le rendait, nous étions très proche, je la considérais comme ma mère et surtout je lui faisais confiance. j’ai commencé à faire un peu plus confiance aux gens c’est comme ca que j’ai commencé à tisser des liens avec Abdou mais plus tard Nael est venue et a réduit en pièces tout ce que j’avais réussi à construire. Quand je t’ai connu, j’avais décidé de ne plus faire confiance, j’en avais assez donné, je voulais juste une femme pour perpétuer mon nom . Mais les choses ne se sont pas passées comme je l’espérais. »

– Moi : Qu’est-ce qui a changé Chems?

– Lui : Tout, tu as tout changé, la vie avec toi n’était pas du tout reposante, tu étais tellement rebelle, n’en faisant qu’à tête j’avoue que dés fois j’avais envie de te tuer.

– Moi (en riant) : Oh oui j’avoue que je pouvais être exaspérante toujours à me battre avec ta cousine à saler tes repas, une vraie gamine mais tu pouvais tellement m’énerver.

– Lui : C’est vrai mais la vie à tes côtés était aussi géniale , exaltante même , je n’ai jamais connu une personne si généreuse que toi ,je me suis finalement attaché à toi, chose que j’ai tout faite pour le nier, j’ai eu peur d’être déçu, je ne te connaissais pas assez.

Malgré tous ces facteurs j’ai fini par t’aimer très fort c’est ce que je voulais te dire quand j’étais en voyage. Quand ma tante m’a raconté cette histoire j’y ai cru peut être que c’est ce que j’ai toujours voulu croire. Je sais que Je t’ai blessé et rien de ce que j’ai raconté tout à l’heure ne pouvait justifier mon comportement à ton égard mais il m’a fallu beaucoup de temps pour comprendre que j’avais tort que je faisais une erreur. Je tiens à te demander pardon Mira , de ne pas ouvert les yeux plus tôt, de ne pas t’avoir cru, de t’avoir rendu malheureuse j’en suis profondément désolé.

Pour la première fois depuis que je le connais il s’est livré à moi, il a toujours été avare en tout ce qui le concerne, je sais que ce n’était pas facile pour lui de me parler ,mais il l’a fait, il a partagé ses peurs, ses angoisses avec moi et je l’aime encore plus pour cet acte. En plus de cela c’est la première fois que je reçois des excuses venant de Chems.

– Moi : Viens t’asseoir à mes côtés, maintenant tu m’écoutes attentivement, je veux que tu oublies tous ces mauvais souvenirs, toutes ses personnes qui t’ont trompées, je suis là maintenant, moi et ton fils ,je t’aime plus que tout Chems. Et arrêtes de t’en vouloir pour ce qui s’est passé même si je t’en ai voulu à mort à un moment donné, je t’ai pardonné lorsque je me suis rendue compte à tel point je t’aimais.

Je ne ressens pas de haine ni du rancœur seulement de l’amour. Malgré tous nos différends, j’ai été heureuse d’être ta femme, contrairement à ce que tu crois j’ai été heureuse avec toi et pour rien au monde je ne regretterais ces moments avec toi, ils font partie des meilleurs moments de ma vie. Je ne veux pas de barrière entre nous, ni du nouveau Chems ,je veux celui que tu étais avant car c’est de celui-là dont je suis tombé amoureuse. Tu es un homme bon , généreux, tu as un sale caractère je te l’accorde mais je t’aime c’est tout.

– Lui : Je ne te mérite pas Mira tu es si bonne, je ne peux pas te promettre la lune mais je ferai de mon mieux pour te rendre heureuse, d’être un bon père et un bon marl.

– Moi : Je sais que tu le seras j’ai totalement confiance en toi Chems

J’ai compris beaucoup de choses aujourd’hui, sur mon mari , sur son enfance, je me suis dit qu’être parent demandait beaucoup de responsabilités, un enfant toujours besoin d’attention, de se sentir aimer surtout s’il subit un choc émotionnel.

J’avais posé ma tête sur l’épaule de Chems, et je pensais à tout ce qui nous ai arrivé. Au lieu de nous détruire cette histoire nous a rendus bien plus fort . J’étais soulagée de lui avoir parlé au cela m’a permit de beaucoup, plus comprendre sa personnalité. C’est en ce moment que mon fils a choisi pour se manifester, je me suis levée pour aller le prendre.

__________________________________________

À Suivre…

Share this:

Laisser un commentaire