couple-reseau
69 / 100

J’ai juste souri. Abdoul est très gentil, serviable aussi, et souvent, je lui ramène des trucs pour l’encourager. Il travaille ici depuis que cette maison existe, il n’a jamais rien volé, il fait toujours bien son travail. Et je sais que s’il y a un problème, il fera toujours son possible pour aider; donc c’est quelqu’un de bien (Suite de votre histoire d’amour)

PARTIE 46 • FANNY LA SÉNÉGALAISE •
Interdit aux mineurs 

Après le boulot, je me suis dirigé directement chez Fanny, elle me manquait sérieusement.
Une fois arrivée chez elle, j’ai laissé ma veste dans la voiture, avant d’entrer dans leur maison. Je l’ai trouvé assise dans le salon avec Ally couché sur ses jambes.

—Moi:« Coucou… »
—Elle:« Bonjour chéri »

Je l’ai fait un gros câlin avant de dire à mon enfant:
—Moi:« Hey Ally ?… Tu ne me salue pas aujourd’hui ?! ».
—Fanny:« Il est comme ça depuis que le docteur l’a piqué ».
—Moi:« on l’a piqué pourquoi ? ».

—Elle:« Il est malade, hier il éternuait, toussait et grelottait. Le bout de son nez était tout rose donc j’ai appelé le Docteur et il m’a demandé de passer aujourd’hui. Donc nous y étions ce matin, et là-bas on l’a piqué ».
—Moi:« Waouh ! Je ne savais pas ».

—Elle:« Si tu deccrochais ton portable tu l’aurais su ».
—Moi:« Desolé, je n’ai pas fait volontairement ».
—Elle:« hummm…. ».
—Moi:« Je peux le prendre ? ».
—Elle:« Oui, vas-y !».

Je lui ai tendu les bras, il n’a eu aucune réaction, je l’ai donc attrapé, mais je ne parvenais pas à le décoller de sa mère; il ne voulait pas que je le prenne.

—Moi:« Il ne veut pas de moi aujourd’hui ».
—Elle:« Humm… sinon, ça se passe bien au boulot ? ».
—Moi:« Ça se passe bien, mon nouveau bureau est fantastique,et en plus l’entreprise vient d’avoir une nouvelle conseillère stratégique ».
—Elle en souriant:« waouh ! C’est magnifique ».

—Moi:« Ouais, mais j’ai quelque à te dire à ce propos ».
—Elle:« Je t’écoute ».
—Moi:« Tu te souviens de Nicole ?».
—Elle:« Oui, la fille avec qui tu sortais dans ton enfance ».
—Moi:« Oui…. »

—Elle en souriant:« Je t’écoute ».
—Moi:« Elle travaille avec moi, c’est elle la nouvelle conseillère stratégique de l’entreprise ».
—Elle:« Ah bon ?! et comment se sont passées les retrouvailles ?».
—Moi:« c’était bien, mais elle a beaucoup changé ».

A ire aussi //bonheur-explosif.com/histoire-damour-fanny-la-senegalaise-partie-43/

—Elle:« Eh! bein, maintenant tu vas travailler avec une femme ».
—Moi en sourire:« J’ai toujours travaillé avec des femmes, donc ne t’inquiète pas bébé ».
—Elle:« Je ne m’inquiète pas, mais j’ai peur. C’est ton ex tu l’as dit toi-même »
—Moi en souriant :« je sais chérie, il ne faut pas avoir peur, il n’y aura rien ».

—Fanny:« Oui je comprends et je te fais confiance, mais si elle te fait des avances ou si elle a un comportement bizarre, dis-le moi s’il te plait! »
—Moi:« D’accord ».
—Elle:« Promis ?!»
—Moi en souriant:« Oui je te le promets ».
—Elle:« Genial! Je t’aime mon petit lion, le Roi de mon Royaume-Uni ».
—Moi:« Je t’aime aussi ma tigresse ».

—Fanny en souriant :« Bon, Safi arrive après demain ».
—Moi:« C’est magnifique, Karim sera vraiment content ».
—Ally:« mamaaa… J’ai faim ».
—Elle en souriant:« Oh! Attends que je t’apporte la nourriture. Freddy tu ne manges pas aussi?! ».

—Moi:« Si si, tu as fait quoi aujourd’hui ? ».
—Elle:« pâte d’arachide et du riz, mais il y a aussi de la banane »
—Moi:« C’est bon, vas nous servir ».
—Elle:« D’accord ».

Elle m’a laissé l’enfant, avant de se lever et aller nous servir.
Elle est revenue quelques minutes plus tard, elle a posé les assietes à tables et puis nous nous sommes installés, avant de commencer à manger.

—Moi:« Ally mange non !»
—Fanny:« Il est déjà 18h, et depuis le matin il n’a rien avalé ».
—Moi:« ça ira, il s’établira bientôt ».
—Elle:« Hummm… Je t’aime Freddy ».
—Moi:« Je t’aime aussi ma tigresse ».

Nous avons mangé pendant un moment, puis après, nous avons un peu bavardé avant que je rentre chez moi.

Quelques jours après, il faisait déjà presque nuit et je revenais du boulot quand Abdoul m’a salué:
—Abdoul:« Bon arrivée patron ».
—Moi:« Bonsoir Abdoul. Comment vas-tu ? ».

—Abdoul:« Je vais bien monsieur ».
—Moi:« Super. Je t’ai acheté des trucs et demain je te les donne »
—Abdoul:« Allamdoulilah! Je remercie Allah de m’avoir donné un bon patron comme toi ».
—Moi:« (sourire) ».

J’ai juste souri. Abdoul est très gentil, serviable aussi, et souvent, je lui ramène des trucs pour l’encourager. Il travaille ici depuis que cette maison existe, il n’a jamais rien volé, il fait toujours bien son travail. Et je sais que s’il y a un problème, il fera toujours son possible pour aider; donc c’est quelqu’un de bien. C’est pourquoi je ne le néglige pas, il mérite les bonnes choses.

Bah, après notre conversation avec Abdoul, je suis entré dans la maison. Les lumieres étaient éteintes, donc il n’y avait pas de lumieres ,mais je voyais un long chemin tracé par des bougies allumées.
—Qui est venu ici ?? Me suis-je questionnée intérieurement.

Une fois devant la porte de ma chambre, je l’ai poussé doucement, et quand je suis rentré dans la chambre, il n’y avait plus de bougie, c’est la veilleuse qui était allumée. il y avait plein de pétales de roses sur le lit et par terre.

—Moi:« Il y a quelqu’un ?»
—….:« Oui.. C’est moi ».

J’ai senti quelqu’un se coller à moi et s’aggriper à mon T-shirt… Waouh ! C’était sûrement Fanny.

—Moi:« Fanny ?!».
—Elle:« Humm ?»
—Moi:« Qu’est-ce tu fais là ?».
—Elle:« Tu veux que je rentre ?. Si tu veux que je rentre chez moi, je rentrerai ».
—Moi:« Non tu peux t’asseoir, c’est juste que tu m’as fait peur ».

Elle n’a rien dit, elle a juste souri avant de venir me serrer dans ses bras. Elle portait une tenue vraiment sexy. Au début j’avais cru que c’était une simple petite robe de chambre mais non; devant elle est bien couverte mais derrière, c’était waouh.

Aussitôt, j’ai posé mes mains sur son petit corps chaud que j’aie caressé lentement comme pour la faire savoir que je suis là. Avec sa petite taille elle ne faisait aucun mouvement, son visage plaquait contre ma poitrine et les bouts de ses seins collaient à mon torses.

Ensuite, elle a passé ses minuscules mains sous mon T-shirt et me l’a enlevé simplement. Ses gestes sont sûres et précis, elle sait bien ce qu’elle cherche. J’ai posé mes mains sur ses fesses, et elle, continuait à caresser mon corps jusqu’à mon pantalon. Elle a ouvert ma braguette enfin, et a baissé mon pantalon.

—Moi:« Tu es sérieuse ? ».
—Fanny:« ….. »

Elle n’a rien répondu, elle m’a juste plaqué contre le mur et a englouti ma queue tout entière dans sa bouche.
Oh! Elle n’a jamais fait ça et je n’ai même jamais pensé à ça venant d’elle. Donc c’est dans cette cadence que nous avions fait l’amour avant de nous coucher coller l’un contre l’autre comme les sardines dans une boîte de conserve. Nous avons fait plusieurs trucs, c’était mirobolant; elle est vraiment douée, c’est pour cela je l’aime.

FANNY:

Je suis vraiment contente mes amis. Si vous savez ce que Freddy m’a fait hier avec le miel… Eh! J’ai decidé dorénavant de l’appeler mon lion miellé. Mdr

—Lui:« ça va ?»
—Moi:« Oui… Et toi ?»
—Lui:« Ouais, ça va ».
—Moi:« (sourire) ».
—Lui:« Pourquoi tu souris comme ça ?».
—Moi :« Bah, parce que ce n’est pas interdit ».
—Lui:« Hummm… ».

—Moi en souriant:« Mon lion mielé, j’ai faim ».
—Lui en souriant:« Je deviens ton lion mielé ?. Krkrkr »
—Moi:« Tu es doux comme le miel, et en plus, tu sais toi-même ce que tu m’as fait hier avec le miel ».

—Freddy en souriant :« Tu as failli m’arracher la peau ».
—Moi:« Hummm… Tu es vraiment doué, j’ai mal au dos ? ».
—Lui:« Ah bon! Tu veux un massage ? ».
—Moi:« Non chéri, ça va ».

—Lui:« Bon, alors allons nous laver »
—Moi en souriant:« Hummmm… D’accord mon petit lion miellé et le Roi de mon Royaume-Uni».
—Lui en souriant:« Fanny, tu es folle ».
—Moi:« Je suis folle de toi hein !. Sérieux ! Je t’aime Freddy ».
—Freddy:« Et moi aussi je t’aime. Bon, allons-y ».

Soudain, nous sommes partis nous laver. Il m’a déshabillé et s’est déshabillé aussi, avant de me porter et me déposer dans la baignoire. Je lui ai frotté le dos, le torse, le cou et tout. Et lui, m’a carrement lavé; bien lavé comme si j’étais son enfant.

Après il m’a enroulé dans ma jolie petite serviette rose, et puis il m’a embrassée doucement. C’était magnifique mes amis, et si je vous dis ce que j’ai ressenti en ce moment-là, vous ne comprendrez jamais, c’était mirobolant. Donc je me suis juste collée contre lui et j’ai posé ma tête sur son torse, et puis il m’a entouré de ses bras musclés. Si j’étais un chaton j’aurais ronronné. C’était doux et ça me rendait folle.

—Moi:« On peut faire le petit déjeuner ? ».
—Lui:« Oui, qu’est-ce que tu veux manger ?»
—Moi:« Le lait au chocolat »
—Lui:« D’accord, on descend alors ».
—Moi en souriant:« ouuii… ».

Je me suis habillé vite fait, c’était une culotte blanche, t-shirt beige et voilà. Mon bébé lui portait un pantalon pyjama blanc et un t-shirt bleu; il est tellement sexy mes amis.
Aussitôt, il est venu se coller à mon dos et a commencé à me pousser doucement; c’est comme ça qu’il est resté derrière moi jusqu’en bas.

On a pris le petit déjeuner et on a fait la vaisselle ensemble, puis après, on a regardé des films d’action, avant qu’il me ramène à la maison vers 21h. Ally était là et maman également, apparemment ils nous attendaient.

Du coup, nous avons salué maman, puis après quelques minutes Freddy lui a dit en souriant :
—Freddy:« Au fait maman, je vous ai apporté quelque chose ».

Soudain, il a remis un sac à maman et quand elle a ouvert le sac, elle s’est exclamée.

—Maman:« Oh!!! Mon fils… Mais c’est en or !»
—Freddy en souriant:« Mais oui, je ne vais pas quand même offrir du toque à ma belle maman ».
—Maman:« Eh ! Merci beaucoup mon fils ».
—Freddy :« De rien maman ».

Tout à coup, maman a commencé à faire tomber les larmes.

—Moi:« Maman, tu as quoi ? ».
—Maman en pleurant:« c’est l’émotion ma fille… »

Elle m’a tendu une boîte blanche contenant des boucles d’oreilles et chaînette en or, avant d’ajouter :
—Elle:« Ton père m’avait offert les même marques à l’époque ».
—Moi:« Ah! Je comprends. Mais courage maman ».

—Maman:« Hummmm… ».
—Freddy en souriant:« Bon, je vous laisse maman; il fait déjà tard ».
—Maman:« D’accord, et surtout merci. Ton geste me réchauffe le cœur ».
—Freddy:« (sourire) ».


Il a juste souri, puis nous sommes sortis. Je l’ai acoompagné jusqu’à sa voiture.

—Moi:« N’oublie pas de me faire signe quand tu seras arrivé oh!»
—Freddy:« Si, je ne vais pas oublier ».

Du coup, il m’a tiré vers lui, m’a pris dans ses bras et a posé un bisou sur mon front.

—Lui:« Tu sais que je t’aime non ?? ».
—Moi en souriant:« Oh! ne cherche pas à m’amadouer »
—Lui :«Hummm… Ferme les yeux ».
—Moi:« ok ».

J’ai fermé mes yeux, il s’est decollé de moi, puis je suis restée comme ça pendant deux bonnes minutes.

—Freddy:« Alors ouvre tes yeux !».

Du coup, je les ai ouvert lentement; il tenais une jolie bague à sa main droite.

—Lui en souriant:« C’est pour toi ».
—Moi:« Tu plaisantes ?!».
—Lui:« Mais non bébé !. Veux-tu être ma fiancée ?».
Je ne me suis pas fait demander deux fois, donc je lui ai directement répondu en criant :
—Moi:« Oui… Oui chérie je le veux !!».

Du coup, il me l’a fait porter au doigt; c’était craquant mes amis.
Ça m’a touché tellement que j’ai eu les larmes aux yeux. J’ai éclaté en sanglot et je me suis jetée dans ses bras. Il s’est contenté de me serrer dans ses bras, et m’a essuyé mes larmes, avant de m’embrasser.

—Freddy:« Ceci est un signe témoignant que bientôt nous allons nous marier. Je vais bientôt doter, puis tu seras mon épouse et par conséquent la mère de mes enfants ».
—Moi:« ….. ».

Je n’ai rien dit, mon coeur était en train de battre trop fort,et je n’arrivais pas à stopper mes larmes malgré qu’on soit en train de s’embrasser.
La bague était vraiment belle, donc elle était toute dorée et il y avait plein de petits diamants dessus, au sommet il y avait une jolie pierre Bleu; je ne sais pas comment le fabricant avait fait mais à l’interieur de la pierre il y avait de l’eau. C’était exceptionnel mes amis.

Bah, il m’a serré fort dans ses bras, et je ne faisais que pleurer, pleurer, pleurer comme une madelaine. Vous ne pouvez pas savoir à quel point son geste me rechauffe le coeur, je ne m’y attendais pas du tout.

Au début quand je me suis rendue compte qu’il avait des sentiments pour moi, je me suis juste dit que c’était un truc assez normal vu qu’on était tout le temps ensemble et qu’après un mois ou deux ce serait fini entre nous. Mais depuis mes 15ans jusqu’a ce soir, voici comment les choses ont évolué.

Eh! Ben, tout de suite il a essuyé encore mes larmes, et a commencé à me faire plein des bisous dans le cou; c’était fantastique mes amis.

À SUIVRE…

Share this: