Histoire d’amour: obsession passionnelle (Chapitre 7)

72 / 100

Nous avons continué à regarder la télé jusqu’à ce que la porte sonne, je prend mon téléphone qui est sur silencieux, lol j’ai beaucoup d’appel de Rahim humm. Alycia va ouvrir…(duite de l’histoire d’amour: obsession passionnelle)

Obsession passionnelle – Chapitre: 7

Après avoir fini de manger nous réglons l’addition, je mets mes écouteurs et prend le chemin de la maison.

Rahim: je peux raccrocher maintenant ?

Moi: tchiirrrrrpp.

Rahim: t’es autoritaire khadidja et je vais pas te laisser me marcher dessus comme ton chien Wallah moi je te dis, c’est pas parce que tu porte mon enfant que t’as tous les droit sur moi.

Moi: est-ce que c’est moi je t’ai forcé à m’appeler même? Eh Rahim retourne chez toi Wallah avant que je te jette de l’eau chaude à la gueule…….

Rahim: surveilles ton langage je ne suis pas ton pote.

Moi: vazi tu saoules tchiirrrrrpp, t’as intérêt à retourner chez toi sinon tu vas voir.

A Lire aussi : https://bonheur-explosif.com/histoire-damour-fanny-la-senegalaise-17/

Puis j’ai raccroché, je vais prendre le métro à la république, arrivé chez moi, je vais directement dans ma chambre, je me démaquille, avant de rejoindre la salle de bain afin de prendre une douche vite fait et retourne dans la chambre je m’habille d’une robe longue moulante beige puis je me parfume. Je commence à un peu rangé ma chambre et a mettre les vêtements dans l’ordre de saison comme c’est automne

Après avoir fini je vais rejoindre alycia au salon, elle regardait “demain nous appartient” je m’asseoi aussi et lui pique son pop-corn lol

Alycia: ça va la grossesse ?

Moi: oui je me sens hyper bien, de fois j’ai même l’impression de ne pas être enceinte tellement je suis normale, pas de nausées, pas de vomissement, pas d’envies rien, sauf la fatigue et le sommeil sérieux.

Alycia: que sa soit continuelle.

Moi: merci enfaîte j’ai beaucoup réfléchi, tu n’as plus besoin de payer le loyer.

Alycia : sérieux? Je veux dire t’es sûre ?

Moi: puisque je te dis.

Alycia: merci franchement

Moi: c’est normal, (caressant mon ventre) j’ai réalisé qu’il y a plus important que l’argent dans cette vie et il faut en profiter car tout peut arriver au moment qu’on s’y attend le moins

Alycia: je suis heureuse pour toi

Nous avons continué à regarder la télé jusqu’à ce que la porte sonne, je prend mon téléphone qui est sur silencieux, lol j’ai beaucoup d’appel de Rahim humm. Alycia va ouvrir.

Alycia: bonsoir Rahim

Rahim:(me regardant) bonsoir

Alycia: donne je t’aide.

J’ai même pas bougé un peu, alycia prend les sacs et les amènes dans la cuisine, il entre et referme la porte derrière lui, il vient s’asseoir

Alycia: tu veux que je te réchauffe la nourriture ?

Rahim: non ça va j’ai déjà mangé merci

Alycia: pas de quoi ben bon je vous laisse.

Moi: non reste de toute façon j’allais me coucher je suis fatiguée et je travaille demain matin vas-y bonne nuit.

Alycia: bonne nuit aussi

Rahim:(me regardant) j’y vais aussi

Moi: et tu vas où ?

Rahim:(me regardant) ben comme tu me regardes mal là je crois que le mieux c’est de m’en aller, j’ai un rendez-vous important demain donc je retourne à Marseille, je voulais juste m’assurer que tu vas bien.

Moi: si t’es un homme faut partir seulement.

Je me lève et vais dans ma chambre, suivi de Alycia

Alycia: je pense que t’es un peu dure avec lui.

Moi: c’est ce qu’il mérite, parce que je sais qu’il ne m’aime pas une fois que j’aurais accouché il ne s’intéresserait plus à moi.

Alycia: et toi tu l’aimes ?

Moi: bien sûre que oui

Alycia: en parle lui peut-être qu’il ressent la même chose.

Moi: il m’a clairement dit qu’il aime sa femme, qu’entre nous c’est impossible, il n’y aura rien juste du plaisir, il a profité de moi pour avoir un enfant comme sa femme est stérile.

Alycia: moi je crois pas cette histoire mais bon c’est pas mes affaires. A demain

Moi: à demain.

Elle s’en va, 30 minutes plus tard Rahim entre sourcils froncés, de toute façon tu ne sourit jamais cousin, il ferme la porte et s’adosse contre celle-ci les yeux dans son téléphone.

Moi: tu peux partir si tu veux

Rahim:(me regardant) après tu vas m’interdire d’approcher mon enfant.

Moi: non même pas, t’es un homme marié, t’es un homme indépendant, t’es un homme d’affaires, t’es un homme amoureux de sa femme et j’ai aucun droit de venir m’incruster dans ta vie et foutre la merde dans ton mariage, ton enfant tu auras tous les droits sur lui, mais je veux plus que tu t’approches de moi.

Un jour peut-être qui sait je rencontrerai quelqu’un qui m’aimera à ma juste valeur, un célibataire et qui acceptera mon enfant aussi, je n’ai rien contre toi, tout ce qu’il s’est passé entre nous, reste entre nous et on peut l’oublier puis continue d’avancer.

Rahim: tu sais bien que c’est impossible, cet enfant nous rappellera toujours l’un de l’autre, je suis désolé de t’avoir fait espérer, t’es une fille bien et je te souhaite d’être heureuse si sa peut te faire plaisir franchement.

Moi: merci retourne chez toi et prend soin de ta femme.

Rahim: humm tu veux pas qu’on passe la nuit ensemble pour la dernière fois?

Moi: Rahim je…tu…enfaîte….

A Lire aussi: https://bonheur-explosif.com/histoire-damour-le-destin-de-myriam-episode-12/

Je savais même plus quoi dire, il s’approche de moi et m’embrasse sauvagement comme pour exprimer sa colère, en une minute les vêtements sont partis, son souffle chaud plein de fougue qui fait dresser les pointes de mes seins, il descend sa tête entre mes cuisses tout mouillé d’excitation, me fait du cunnilingus en douceur qui éveille le volcan qui me fait tordre d’extrême plaisir, ses mains qui pressent mes seins et me fait crier son Nom de plaisir…..la nuit ne fait que commencer

Le lendemain

Je me réveille par la sonnerie de mon téléphone, je jette un coup d’oeil à l’horloge oh putain je suis en retard pour le travail, je suis seule dans le lit, il est sûrement parti, j’étais trop fatiguée pour m’en rendre compte, je vais me doucher j’enfile une combinaison de chez jenifer, me parfume vite fait prend mon sac

Moi: j’y vais

Alycia : d’accord bonne journée

**

Rendre une fille folle Crédit Photo: @fr.wikihow

Sira: t’es grave en retard là, c’est quoi ses yeux?

Moi:(baillant) laisse tomber mademoiselle la célibataire lol

Sira: humm coquine va.

Avec Sira on a un bon délire, on se comprend de ouff, c’est une franco-malienne, elle habite à 64 rue de Dinnah, moi 30 rue de Bourbonnais, donc c’est pas un peu distante, on commence le boulot dans la bonne ambiance les heures jusqu’à ce que je reçois un appel.

Moi: allô ?

…..: (pleure) tu veux détruire mon foyer khadidja ? Qu’est-ce que je t’ai fait ? Comment tu peux faire ça à une autre femme ? Mon mari vient de rentrer avec des suçons et griffures tu n’as pas honte de coucher avec un homme marié t’es vraiment une p*te……

Moi: t’as bien commencé mais tu viens de tout gâcher en me traitant de p*te, je ne suis pas allée le chercher au contraire c’est lui qui est venu de son gré, si tu le satisfaisait dans vos moments d’intimité il ne serait jamais allé voir ailleurs, tu sais j’avais décidé de mettre fin à tout ça et je lui-même demander de prendre soin de sa femme mais je me suis rendu compte que j’ai trop vite décidé.

Nia: tu n’as vaux pas la peine toi et ton bâtard que tu porte salle p*te.

Moi: je suis une p*te comparé à toi une mishtoneuse, moi au moins j’ai ce bâtard, et Rahim sera toujours le bienvenu chez moi ciao.

Puis j’ai raccroché avant d’appeler son mari

Rahim: ouais ?

Moi: t’es où là ?

Rahim: ben chez moi pourquoi ?

Moi: tu me manques .

Rahim: c’est pas toi t’as dit hier, on oublie ce qu’il s’est passé entre nous.

Moi: j’ai changé d’avis.

Rahim: tu changes trop d’avis franchement c’est pas bien, dans la vie il faut être visionnel et perspective.

Moi: eh garde tes leçons de moral pour toi alors tu viens quand ?

Rahim: je sais pas trop, je suis trop fatiguée.

Moi: ben prend le TGV c’est une heure de route, en plus c’est à 80€, comme ça tu conduis pas sauf si tu veux rester avec ta femme.

Rahim:(soupire) j’ai peur de mourir jeune sérieusement, j’ai 23 ans et je peux même plus vivre normalement, l’autre me cries dessus et l’autre me met la pression je vais devenir fou.

Moi: c’est ça les conséquences de polygamie alors je veux te voir aujourd’hui, enfaîte j’oubliais ta femme m’a appelé bye

Puis j’ai raccroché avant de retourner dans la salle de maquillage pour continuer le job mek-up fashion week la vie est dure hein

Share this: