o-HAPPY-BLACK-COUPLE-facebook
73 / 100

Je me déshabille et m’approche de lui, je vais l’enlacer par derrière, il sursaute et se retourne (Suite de votre histoire d’amour, Obsession passionnelle)

Obsession passionnelles Chapitre 2

Lui: on refait le truc de la dernière fois

Moi: sa dépend.

Lui: Rahim.

Moi: khadidja enchanté bon revenons à nos moutons tu me donne combien ?

Rahim: comme la dernière fois.

Moi: tu vas pas me lâcher hein.

Rahim: on verra d’abord tu vas commencer par lâcher cette bouteille d’alcool.

Moi: t’es beau hein ta femme à de la chance d’ailleurs dis moi pourquoi tu veux encore coucher avec moi madame n’est pas bonne

Rahim: parle pas de ma femme.

Moi: ah c’est le point faible de mon beau gosse au yeux bleu la chance.

Rahim: lâche cette bouteille.

J’ai mis la bouteille avec un peu d’alcool à l’intérieur dans la poubelle à contre coeur, nous embarquons dans sa voiture et nous prenons la route de son hôtel, pendant le trajet je ne faisais que danser et crier l’effet de l’alcool…

Amour: Vie de couple Ph: Uvira-Online

Nous arrivons à l’hôtel, il se gare dans le parking et nous entrons à l’intérieur, il récupère sa clef et nous montons dans sa suite, je me jette dans le canapé avec ma chaussure sale.

15 minutes plus tard je me lève et le rejoins dans la chambre, il venait de sortir de la salle de bain, il était sur son téléphone dos à la porte
Il à vraiment une belle corpulence, les abdos, la tablette chocolatée on dirait le prince Aladdin, sa femme à vraiment de la chance sérieux….

Je me déshabille et m’approche de lui, je vais l’enlacer par derrière, il sursaute et se retourne.

Rahim: va te doucher d’abord

Moi: non

Je commence à caresser les contour de son visage, ses abdos, ses tablettes, et je défais sa serviette avec mon index, en le regardant droit dans les yeux, j’approche ma bouche de son oreille avant de dire sensuellement.

Moi: c’est moi qui mène la danse aujourd’hui

Je mords lobe de son oreille, ses joues, sa lèvres inférieure, ses petits tétons, son gland commençait à redresser et être tendu donc je l’ai pris entre mes mains et j’ai commencé à le bander avec sensualité, il émettait des petits grognements, je me baisse au niveau de son érection qui a encore plus grossi et remplace mes mains par ma bouche pour une pipe comme dans les films d’adultes; effectue des vas et viens, des gorges profonds en accélérant le rythme.

A Lire aussi: https://bonheur-explosif.com/vie-de-couple-peut-on-surmonter-lincompatibilite-sexuelle-et-sauver-la-relation/

Après environ 15 minutes je le sens contracté ses muscles et tremblé en prenant mes cheveux crépus dans sa main et les serrent fort il explose en criant le Nom d’une certaine Nia tchiirrrrrpp, il se laisse tomber sur le lit moi je me lève et vais cracher sa semence dans la salle de bain c’est dégueulasse, je me rince bien la bouche avant de sortir, je le regardais reprendre son souffle

Je vais m’asseoir sur lui en califourchon, je me penche sur lui et le regarde Wallah qu’il est beau, je sais que je l’ai encore répété orh laissez moi tranquille tchiipp, je pose mes lèvres sur les siennes et commence à l’embrasser avec douceur, il répond à mon baisé et demande l’accès de ma langue que j’accepte bien-sur, et je commence à bouger, 5 minutes je me redresse, prend son gland pour me l’introduire quand il me stoppe……

Moi: quoi?

Il ouvre sa petite comonde et sort un préservatif qu’il enfile avant de me faire basculer sur le dos pour être en dessus….bon la c’est bon hein y’a des moins de 18 ans ici


Cela fait deux semaines que notre affaire dure, moi sa me dérange pas hein tant qu’il me paie, à chaque fois que je lui demande tu rentre quand et ta femme, il me dit c’est pas tes affaires tchiipp.

…….: Khadi je savais pas que tu t’es enfin trouvé un copain.

Moi: ah Mathieu c’est mon mari hein

Mathieu: qui l’aurait cru c’est pourquoi on te voit plus.

Moi: oui t’as tout compris

On va payé l’addition et sors du restaurant, on monte dans sa voiture et il me regarde

Rahim: je savais pas que j’étais ton mari

Moi: ben tu viens de le savoir bébé.

Rahim: khadidja il faut qu’on mette les choses au clair, moi je suis mariée et j’aime ma femme, entre nous il n’y a que du plaisir rien d’autre.

Moi: comment ça rien d’autre ? Euh Rahim y’a un truc entre nous depuis que nous couchons ensemble, Je sais que t’es marié, donc pas de soucis moi je suis ta maitresse et l’autre est ta femme c’est tout.

Rahim:(demarrant) si tu le dis

Nous arrivons à l’hôtel, il se gare et nous entrons, il pose son téléphone sur la commode avant d’aller dans la salle de bain pour se doucher, je vois son téléphone sonné c’est affiché “Mi amor” un petit truc s’est emparé de moi j’ai pris son téléphone et j’ai décroché

Sa femme: Allô

Moi: Allô (doucement) qu’est-ce que tu veux toi? Pourquoi tu appelles mon mec pauvre femme?

Sa femme: Allô eh c’est qui là ?

Moi: Allô(doucement) sa future femme imbécile qui d’autre, ne le rappelle plus quand il est avec moi, tu connais pas chacune son tour tchiirrrrrpp.

Puis j’ai raccroché avant de remettre le téléphone à sa place en mettant sur silencieux, et de faire comme si de rien n’était, il sort serviette autour du hanche.

Rahim: j’ai cru entendre mon téléphone sonné.

Moi: non pas du il a pas sonné.

Rahim: tu nous fais à manger ?

Moi: je sais même comment allumer le four

Rahim: et tes parents ?

Mon visage s’est directement transformé du sourire au renfermement, j’aime pas parler d’eux, c’est mon point sensible.

Moi:(sec) c’est pas tes affaires.

Je me lève, prend mon sac et entre dans la salle de bain, je ferme la porte à clef et me laisse glisser au sol, je sors du cocaïne et renifle un peu, je prend mon paquet de shit, enroule beaucoup et commence à fumer l’une après l’autre, en cogitant au passé et toute ses personnes qui se sont moquées de moi.

Moi je suis mauvaise, malchanceuse du sang aussi froid que la mort, tout ce que je retiens de mes géniteurs c’est ce maudit incendie qui les emporté tôt, j’ai grandi dans la Sude aveuglé par la fumée et la haine.

J’ai commencé à développer cette haine à l’âge de 13 ans quand j’ai commencé à capter que je n’avais pas de famille, en gros que j’étais seule dans ce monde d’hypocrite.

Avant mes 13 ans j’étais pas joyeuse non plus mais on va dire que mon sourire était sincère, je pleurais beaucoup pour des personnes qui n’en valaient pas la peine, j’ai vécu l’humiliation et l’injure de mes camarades car j’étais vraiment moche, j’étais aussi timide, réservé et je me laissais faire, plus les années passaient plus j’enjolivais et mon mauvais caractère apparaissait, même les gens qui m’harcelaient venaient me sucer, en gros c’est en partit à cause de ça que je me suis forgée.

Tout le monde choisit ses potes en fonction de leurs physiques non du mentale, c’est triste mais c’est la pure vérité, moi j’ai pas eu ce cas étant donné que j’étais mieux seule, même les surveillants de l’orphelinat me trouvaient mystique, elles venaient souvent me demander ce qu’il n’allait pas mais elles ont fini par me détester je pense.

On va dire qu’à partir de 13 ans ma discipline a déraillé, je me comportais mal, j’apprenais plus mes leçons, j’étais toujours sur la défensive et agressivité, je fuguais souvent aussi dans mes familles d’accueille sa me permettait d’évacuer toute la haine que je gardais en moi.

J’attends Rahim parler au téléphone sa doit être sa femme, je me lève et sors de la salle de bain pour aller mettre un peu d’huile au feu, je vais l’enlacer par derrière ma tête contre son dos.

Moi: Bébé j’ai envie de toi.

………….

Rahim: Allô, eh mon cœur c’est pas ce que tu crois Wallah je……elle a raccroché

Moi: ah tu parlais au téléphone je suis désolé

Il se retourne vers moi et me repousse violemment je tombe par terre comme une merde et parle calmement ce qui fait peur.

Rahim: de quel droit tu te permet de répondre mes appels encore moins de raconter n’importe quoi à ma femme?

Moi: mais j’ai pas décroché ton téléphone, pourquoi je ferais un truc pareille.

Rahim: Attends t’as pris de la cocaïne là? ….tu sais quoi vas t’en je veux plus te revoir et oubli moi, ni vu ni connu.

Je l’ai regardé un instant avant de me lever, je suis allée prendre mon sac et je suis partie, je vais prendre le métro pour le centre ville République, je vais au quai B je prend le bus C² direction saint-gregoire pour me rendre au cimetière du Nord, arrivé je dis bonjour au gardien avant d’entrer, je vais m’asseoir à coté de la tombe de mes parents, j’ouvre mon sac et sors du shit puis commence à fumer et piliers mon argent, j’ai beaucoup d’argent mais j’ai pas envie de le mettre dans une banque.

Les gens pensent que je dépense tout mon argent dans la drogue et l’alcool, ils se trompent complètement, moi je mets l’argent de coté pour pouvoir faire un don dans les orphelinat un jour Inchalla’Allah, je fini par m’endormir sur la tombe de mon père

Quelques temps sont passés rien d’exceptionnel toujours la même routine, j’ai plus revue Rahim, je continue d’avancer dans ma petite vie de clocharde et SDF, j’ai de plus en plus mal à supporter l’effet de la Drogue mais je peux pas m’en passer de cette vie de délinquance et vagabondage.

Maxime : tu devrais peut-être aller voir un psychiatre khadi, regarde toi, on voit juste tes os, tes yeux sont rouges, on dirait t’es sur le point de t’évanouir ou mourir sérieux

Moi: je crois ça serait mieux si je partais et je…trou noir

J’ouvre petit à petit les yeux et regarde autour de moi je suis dans une chambre blanche, qu’est-ce que je fous ici, j’essaie de bouger mais j’y arrive pas, je suis attachée, je commence à crier.

Médecin: pourquoi tu cries

Moi: laissez moi sortir, où est mon sac? Mon sac? Je veux mon sac.

Médecin: il est là personne l’a touché alors calme toi.

Moi: détachez moi.

A Lire aussi: https://bonheur-explosif.com/bonjour-tout-le-monde/

Médecin: d’accord je vais te détacher mais il faut que tu m’explique ce qu’il te pousse à te drogué car tu es dans un état pitoyable ton coeur ne fonctionne plus normalement, tu n’avais plus de sang dans tes veines et il nous a fallu beaucoup d’efforts pour te trouver du sang O Négatif pour te faire une transfusion sanguine le plus rapidement possible.

Moi: pourquoi vous ne m’avez pas laissé mourir?

Médecin: c’est pas nous plutôt le créateur alors raconte moi peut être que je pourrais t’aider.

Moi: personne ne pourrait me comprendre.

Médecin: explique moi alors.

Moi: il n’y a rien à expliquer laissez moi sortir

Médecin: d’accord comme tu veux, moi je voulais juste t’aider.

Share this:

Laisser un commentaire