74 / 100

J’ai 20 ans, mère célibataire, enceinte je ne sais de qui, après une grossesse non voulue je me retrouve avec une autre, sans pouvoir poser la question “est-ce que je suis prête?” Et un nouveau malheur qui me tombe dessus, attendre un enfant dans ses conditions c’est une vraie malchance…(Suite de l’histoire d’amour)

Obsession passionnelle Chapitre 23

J’étais assise dans le canapé avec Kalil qui joue aux voitures, j’ai été surprise de le retrouver au salon entrain de jouer, ces grands parents lui ont au moins appris les bonnes manières, quand il se réveille le matin, il descend du lit c’est un bon début quand-même

30 minutes plus tard

Police: Mademoiselle veuillez nous suivre au poste s’il vous plaît

Moi: comment ?

Police: nous avons retrouvé celui-là dans vos affaires, 5 kilo de cocaïne alors nous vous demandons de nous suivre s’il vous plaît

Moi:(en larme) mais j’ai rien fait elles ne sont même pas à moi, je sais pas qui vous a appelé, comment cette drogue s’est retrouvée chez moi mais je vous jure sur la tête de mon fils que je suis innocente, quelqu’un veut me faire du mal, je vous en supplie croyez moi, ne me faites pas sa devant mon fils

Police: vous dites tous la même chose, nous en doutons que cette Drogue se soit retrouvée ici par miracle ou quoi que ce soit mais vous nous en expliquerez davantage au poste

Moi: je veux un avocat

Waen: qu’est-ce qu’il se passe ici

Moi: rien amène le petit dans la chambre et appelle Rahim ou Karim s’il te plaît.

Kalil: maman

Moi: eh mon chéri maman elle revient ok

Kalil: non

Moi: regardes moi mon bébé maman elle sera de retour dans 30 minutes je te promets

Waen: dites moi c’est une blague là.

Moi: s’il te plaît waen ne t’en mêle pas et je veux pas que t’appelled Catherine encore moins Xavier c’est clair ?

Waen: mais c’est pas juste

Moi: s’il te plaît

Waen: humm

Je fais bisous sur tout le visage de mon fils en lui murmurant un “je t’aime” j’ai fait pareille à waen, les policiers m’ont menotté devant mon fils, je jure sur la tombe de mes parents que la personne qui m’a fait ce coup, le payera jusqu’au os, ils m’ont fait monter dans leur voiture, tous mes voisins ont été alertés par la sirène de ce fichu véhicule, du coup ils étaient tous sortis de leur appartement pour voir ce qu’il se passe, j’ai l’habitude d’être menotté mais là devant toute ses personnes qui me respectent et m’admirent s’en était trop pour moi, mes larmes coulent les unes après les autres, quelle personne m’en veut à ce point jusqu’au point de m’accuser de traffic

Je suis agressive, impulsive mais j’ai jamais fait de mal à quelqu’un qui pourrait vraiment m’en vouloir autant franchement c’est oufff

Après une longue heure, On arrive enfin au poste de police, Comment s’est passée le trajet, je ne saurais quoi vous dire sans doute j’ai pas arrêté de pleurer, parce je me voyais dans 2 ans plus tôt, j’ai personne pour me consoler, après la naissance de Kalil je m’étais promis de ne plus jamais remettre les pieds dans cet endroit, je faisais tout pour éviter des catastrophes.

//bonheur-explosif.com/histoire-damour-fanni-la-senegalaise-partie-27/

J’ai 20 ans, mère célibataire, enceinte je ne sais de qui, après une grossesse non voulue je me retrouve avec une autre, sans pouvoir poser la question “est-ce que je suis prête?” Et un nouveau malheur qui me tombe dessus, attendre un enfant dans ses conditions c’est une vraie malchance.

Policier: selon l’article 222-36 et 222-37 du code pénal, la plupart des actes de traffic de stupéfiants de nature délictuelle sont punissables de 10 de prison et de 7.500 000€ d’amende, alors vous pourrez réduire votre peine en nous disant qui vous a fourni cette drogue ?

Moi: elle n’est pas à moi

Policeuer: je répète ma question comment vous vous êtes procurée cette Drogue Mademoiselle?

Moi: j’ai appris à l’école qu’une personne accusée a parfaitement le droit de ne pas répondre aux questions posées, a le droit de se taire et par conséquent de garder le silence alors je vous le répète elle n’est pas a moi et je veux un avocat

Policier:(regardant l’ordinateur) alors qu’est-ce que on a là, ohh là vous êtes mal barrée, d’après nos recherches vous avez déjà un avertissement, parce que vous avez été arrêtée plusieurs fois…vol dans les magasins de marques, fugues dans les orphelinats, consommation illégale, bagarre dans les bars, conduite en état d’ivresse, agression sur un agent de sécurité, braquage dans un tabac au Nord, tout ça a 20 ans? si nous citons nous aurons pour la journée alors je vous propose de nous faciliter la tâche en nous balançant le nom de celui pour qui vous travaillez khadidja

Moi: je ne dirais rien sans mon avocat

Policier: enfermez la dans la cellule détention provisoire

Moi: vous n’avez pas le droit, je veux un avocat c’est mon droit alors j’exige en avoir un.

Deux autres policiers sont venus me prendre comme une délinquante les bras sur le dos

……: je suis l’avocat de Mademoiselle Cissé

Policier: je peux savoir à qui nous avons à faire ?

….François Boustugue Avocat de la famille Robyn j’ai été envoyé par Monsieur Rahim Robyn, d’après l’article 138 il est interdit d’enfermer une accusée en absence d’un avocat alors je vous demande de relâcher ma cliente merci

Policier: 5 kilo de cocaïne est assez pour enfermer une accusée, alors elle sera en détention provisoire en attendant la décision du tribunal.

M.François: je demande une liberté sous caution

Policier: allez y voir le juge pour ça, pour ma part et l’article 143, suivant du code procédure pénale et par l’article 131 et 135 du code militaire votre cliente est en mesure d’incarcération en prison mise en examen au cour d’une instruction avant son procès

M.françois: je demande un entretien seul à seul avec ma cliente.

Policier: vous connaissez les procédures

Nous sommes allés nous isolé dans une la salle d’interrogatoire.

M.François: Mademoiselle Cisse je vous demande de ne pas paniquer et bien faire attention à tout ce que vous dites puisque votre récit sera intégralement repris dans un procès-verbal

Moi: sortez moi de cet endroit

M.François: je ferais de mon mieux je te promets.

……..: Nous ferons notre mieux, bonjour moi c’est Yolande Austin l’avocate de Monsieur Karim Soumahoro.

Moi: Alors faites le mais le plus rapidement possible.


L’été hélas, touche déjà presque à sa fin…aussi pour prolonger les bienfaits des vacances je me retrouve en prison pour une chose que je n’ai pas fait, la vie est tellement injuste, comment cela se fait que je n’ai pas vue venir les choses, après mille réflexion je viens de réaliser qu’il n’y a qu’une seule personne qui ferait tout pour que je m’en aille……..

Comme chaque matin depuis quelques jours
Assise au sol les larmes aux yeux, projetée contre le mur le front écrasé sur le genoux, comme pour annihiler mes pensées la bouche entrouverte dans un ultime à l’appel d’amour maternel, les mains tâtonnant vers une sortie imaginaire, je relève la tête à la recherche de mon reflet dans cette cellule qui est désormais devenue mon repère depuis 2 semaines après le refus de ma libération sous caution.

Un arc-boutée devant une petite glace cassée en mille morceaux, regardant sans le vouloir cet être qui me ressemble beaucoup et si peu l’orpheline que je suis depuis huit ans, mon procès est prévu dans deux jours, mes avocats font de leur mieux pour me sortir de cette merde, ben ouais j’ai deux avocats celui de Karim et celui de Rahim, mais il faut savoir que j’ai un sale casier judiciaire donc je n’ai que 10% de chance pour me sortir de ce pétrin de merde, trop de malheur, je ne pleure même plus, c’est mes larmes qui coulent d’elles-mêmes

Rien ne justifie l’épreuve de la vie et la souffrance, la mort de mes parents, un accident grave, la brisure d’un amour, la perte brutale de ma liberté, surtout l’enfermement d’un innocent..tous ces chocs affectifs, physiques, spirituels qui sont venus remettre en question l’équilibre que j’ai patiemment construite, qui me font perdre mes repères et côtoies l’abîme.

J’ai souvent entendu que ces drames nous appellent à un travail sur nous mêmes, que nous aurions peut-être indéfiniment différé, ils ne nous rendent pas forcément meilleurs mais plus forts, plus libres sans doute plus ouverts à la souffrance d’autrui, vérités illustrées par ceux qui témoignent, gens connus et inconnus
Pêle-mêle tant que tout le monde se ressemble dans cette souffrance.

…….: t’as de la visite

Femme désespérée Photo: AfrikMag

Moi:(voix cassée) je ne veux voir personne.

Le policier: il dit que c’est important donc viens avec moi.

Il ouvre ma cellule, Je me lève et le suit dans la salle de visite c’est Rahim.

Policier: cinq minutes

Rahim:(me regardant droit dans les yeux) comment tu vas? en fait je veux dire putain qu’est-ce que je raconte (passe les mains sur son visage) y’a un problème khadidja, tu sais il n’y a qu’un seul juge d’instruction au TGI de Marseille et celui-ci est en vacances pour la semaine, normalement, dans ses cas pareille , un remplaçant doit avoir été prévu et désigné par l’assemblée générale des magistrats du siège, sauf que cela n’a pas été fait, le président du tribunal a donc allégué l’urgence de la situation en gros ta grossesse, et a désigné une collègue magistrale pour prendre cette ordonnance, jusqu’à là s’allait dans notre avantages

Moi:(voix cassée) mais?

Rahim: après des réquisitions du paquet François et Yolande ont essayés de faire vouloir ses arguments et d’obtenir un renvoi, mais malheureusement ils n’ont pas été entendus, et ils ont décidé de porter ton affaire devant la chambre d’instruction de la cour d’appel de Rennes qui a estimé que le président du tribunal était dans son bon droit en désignant une juge remplaçante. Je suis désolé.

Moi:……….

Rahim:(me regardant) dis quelque chose

Moi:(doucement) comment va mon fils ?

Rahim:(me regardant) il avait la grippe mais maintenant ça va, il est chez mes parents avec Waen, il dit qu’il ne veut pas retourner en Bretagne.

Moi:…..

Rahim:( regardant mon ventre) comment il va?

Moi:(doucement) bien

Rahim:(me regardant droit dans les yeux) je sais que c’est pas le moment mais est-ce que tu sais s’il est de moi ou………

Moi: je sais pas Rahim et franchement en ce moment c’est le cadet de mes soucis.

Rahim:(me regardant droit dans les yeux) moi j’ai besoin de le savoir pour avoir l’esprit tranquille

Moi:………..

Rahim:(me regardant) tu savais que Nia me trompait ?

Moi: comment ?

Rahim:(me regardant) ne me fait pas répéter ce que tu sais déjà khadidja, tu savais très bien que Nia me trompait et t’as préféré ne rien dire, pourquoi ?

Moi: c’était pas à moi de le faire, comment tu le sais ? Tu sais avec qui elle te trompe ?

Rahim:(me regardant) c’est pas tes affaires ah j’oubliais tu te rappelles quand je t’ai dit que ta rencontre avec Karim n’était pas une coïncidence ben figures toi que lui et Nia ce connaissent très bien et d’après le détective privé Nia aurait demandé à Karim de te séduire afin de t’éloigner de moi.

Moi: tu mens, je te crois pas

Rahim:(me regardant droit dans les yeux) tu crois que je serais capable d’inventer un truc pareille khadidja ?

Moi:……………

Rahim:(furieux) je ne sais même pas pourquoi je me casse la tête pour ta gueule alors que tu me fais même pas confiance azi je m’en vais

Il se lève

Rahim:( déposant une enveloppe sur la table) essaie de faire des examens médicaux au revoir.

Moi: dis à Nia de surveiller ses arrières, car les Alpha frappent souvent là où sa fait le plus mal quand on s’y attend moins.

Rahim:(me regardant) qu’est-ce que tu veux dire par là ?

Moi: aurevoir Rahim et dit à aux avocats de ne pas poursuivre les recherches car j’ai beaucoup réfléchi et j’ai trouvé une solution

Rahim:(me regardant droit dans les yeux) qu’est ce que tu manigances khadidja ?

Moi: GARDIEN

Il arrive et m’amène dans ma cellule.

Deux jours plus tard

Les parties se communiquent mutuellement les documents relatifs au litige (demande, argumentaire, preuve) tout le monde s’est déplacé pour venir me soutenir même la mère Karim et le père de Rahim, je suis assisté par mes deux avocats, au cours de l’audience le juge auditionne les parties et éventuellement les témoins qui m’ont vu au baby showerr de Raïssa.

Ils disent que les droits de la défense sont prérogatives dont dispose une personne lors d’un procès mais moi j’ai rien pour ma défense

Le juge: qu’est-ce vous avez à dire pour votre défense Mademoiselle cissé?

Je balaie la salle du regard, tous les yeux étaient braqués sur comme s’ils attendaient une réaction de ma part car depuis qu’ils ont commencé l’audience je n’ai pas prononcé un seul mot, j’ai pensée à mon fils, à mon bébé

Le juge: Mademoiselle ?

M.François: ma cliente n’est pas en mesure de………

Moi:(doucement) je plaide coupable.

M.François: Mademoiselle tu n’es pas en……

Moi:(me redresse) les poudres qu’ils ont retrouvées dans mon appartement sont à moi.

Le juge: Mademoiselle vous êtes sûre des propos que vous dites?

Moi: oui Monsieur le juge.

Le juge:(clic) l’audience est levé, nous nous retrouvons dans 2 heures pour la réponse des membres du jury. merci

Share this: