Jeune fille
69 / 100

« tu es une trainée car s’il refuse sa paternité c’est qu’il ne te fait pas confiance, je peux même jurer que tu fréquentais d’autres hommes sinon comment expliquer son refus ,combien en as-tu connu ?”Episode 4 de “Ma vie…”

MA VIE ET MON HISTOIRE D’AMOUR

ÉPISODE 4

Je suis rentrée à la maison vers 19h ,ma mère était assise dans la cour avec son chapelet à la main ,dès qu’elle m’a vu ,elle s’est précipitée vers moi.

-ELLE : «Tu était où espèce d’inconsciente, j’étais tellement inquiète, je pensais qu’il t’était arrivé un malheur !».

-MOI: « Je suis désolée maman, je suis si désolée ,et je te demande pardon pour t’avoir causer tant d’humiliation »

-MAMAN : «Fallait y penser avant d’écarter les jambes Zawadi, quand les gens vous parlent vous n’écoutez jamais, tu as vu dans quelle situation tu nous a mise ,un enfant qui en plus n’a pas de père »

Pour la première fois de ma vie, ma mère m’a semblé vulgaire, ses phrases ont eu l’effet d’une bombe sur moi.

-MOI : « je te le jure maman, c’est lui le père,je n’ai jamais connu un autre homme dans ma vie ».

-MAMAN : «tu as le kilo de vouloir même se justifier ,tu n’as pas honte !. Zawadi tu m’as déçu »

Elle avait raison, je n’avais pas le droit de la mettre dans une telle situation, à cause de mes bêtises, je vais l’exposer aux vindictes populaires.

Car s’il y avait une chose que j’étais vraiment convaincue c’est le scandale qu’allait causer ma grossesse.

Cela faisait maintenant deux semaines depuis l’incident de chez Rody, ma mère était toujours en colère contre moi, elle refusait de me parler.

J’étais épuisée, je ne mangeais plus, je passais la plupart de mon temps à pleurer, enfermer dans ma chambre.

C’est comme si le ciel m’était tombé sur la tête, à chaque fois que je pensais à Rody, j’avais envie de crier ,cet homme avait anéanti ma vie, il m’avait berné, m’a utilisé avant de me jeter comme un vieux objet, et le pire c’est que je l’ai laissé faire.

Ma mère avait parlé à ses frères de toute la situation, mes oncles sont venus et ils se sont directement attaqués à moi, ils m’ont dit que j’étais la honte de la famille, qu’il n’ont jamais été humiliés ainsi, l’un d’eux est parti jusqu’à me dire que :

« tu es une trainée car s’il refuse sa paternité c’est qu’il ne te fait pas confiance, je peux même jurer que tu fréquentais d’autres hommes sinon comment expliquer son refus ,combien en as-tu connu ? réponds-nous ! »

J’avais commencé à pleurer, puis ma mère a essayé de prendre ma défense.

Relation d’amour Ph: Pexel

-ELLE : « Ne te permets pas de l’insulter, si tu veux vraiment traiter quelqu’un de pute retournes chez toi tu en trouveras en pagaille »

-LUI:« C’est comme cela tu me parles, mais ça ne m’étonne pas que ta fille ne connait l’auteur de sa grossesse, avec l’éducation qu’elle a reçu ,mes enfants au moins ne sont pas enceintes »

-MAMAN : «Dis moi toi en tant que mon frère qu’as-tu fait pour mes enfants et moi,je n’ai pas de leçon de morale à recevoir venant de toi ,je vais te demander de sortir de ma maison immédiatement ».

En partant il s’est mis à crier que j’étais une pute, qu’il y avait pas pire humiliation pour cette famille que de mettre au monde un enfant sans père ,que maman devait me mettre dehors au lieu de me défendre.

Je me suis mise à pleurer, c’était tant d’humiliation pour moi, je savais que ce n’était rien comparé à ce qui allait m’arriver quand les autres seront au courant.

Je regrettais amèrement le jour où j’ai rencontré Rody, je l’ai maudis mille fois , toute ma vie était gâché à cause de lui.

Le soir Dan est venu, je lui ai raconté tout ce qui s’est passe pendant la journée avec mes oncles.

Il m’a consolé

-DAN:«Je suis désolé, arrête de pleurer maintenant, tu risque de tomber malade »

-MOI : «Si lui en tant que mon oncle pense ainsi, que feront les autres ,ils me traiteront de tout les noms , ils diront tous que je suis prostituée»

-LUI : « dès l’instant que tu es enceinte, il ne faut pas se gêner ,ce qui est fait est déjà fait, je suis autant fautif que toi, j’aurais dû te protéger contre cet homme, j’aurais dû ne pas lui faire confiance »

-MOI:«Tu n’y es pour rien toi,tout est de ma faute, je suis désolée »

-LUI:«Je sais que tu es une bonne fille Christella, la fille la plus sérieuse que je connaisse, tu n’as pas à avoir honte, c’est lui qui est un imbécile, je ne dirai pas que cela sera facile mais nous allons nous en sortir ensemble »

Le soutien de Dan m’était indispensable pour me remonter la morale.

-LUI:« Promets-moi que tu seras forte et courageuse, un jour viendra où il regrettera de t’avoir traiter ainsi, et surtout Christella ne fais pas des bêtises je t’en supplie »

Je n’ai rien dit ,je savais à quoi il faisait allusion, à l’avortement, je ne vais pas mentir en disant que j’y n’y ai pas pensé au contraire mais cette idée a été abandonnée très tôt, je n’avais nullement envie de tuer un innocent.

Une semaine plus tard, j’allais mieux ,bien que dès fois j’étais malade comme un chien, entre les vomissements et les nausées, je n’arrivais plus à faire un pas sans m’arrêter.

Ma mère me disait que je n’avais encore rien vu ,que le pire restait à venir.

Et pourtant dès que j’allais mieux je partais à l’Université, donc je m’arrangeais toujours pour ne pas rater les TD.

Mon père n’était toujours pas au courant de mon état ,on avait l’intention de le lui cacher aussi longtemps que possible.

J’étais à ‘deux mois de grossesse, je passais tout mon temps plonger dans les études ,cela m’evitait de penser à Rody, à sa trahison et à ma grossesse.

Un jour, alors que j’étais à la bibliothèque, j’ai reçu un appel dès que j’ai vu le numéro mon coeur à manqué le battement, c’était le numéro de Rody, bien que j’eusse supprimé son numéro, je le connaissais par coeur.

J’étais tellement surprise que j’ai laissé sonner sans décrocher, à son deuxième appel j’ai décroché.

-MOI:«Allô»

-RODY : «Salut Christella ,comment ça va ? »

-MOI:«Tu veux quoi Rody ? »

-LUI:« Calme toi, je veux seulement te parler, je t’ai vu ,viens je suis devant votre bibliothèque »

Je suis sortie, il m’attendait devant la bibliothèque.

-MOI:« Tu veux quoi Rody ? »

-LUI:« Allons dans la voiture, nous serons plus à l’aise »

J’ai hésité un instant avant de le suivre, j’avais hâte de savoir ce qu’il voulait me dire.

-MOI:« Je t’ écoute Rody, dépêches toi »

-LUI: « Christella laisse moi te présenter mes excuses, je n’avais pas le choix ,ma mère m’a obligé d’épouser cette femme. J’ai toujours eu des projets pour nous deux, je pense que nous finirons un jour par être mari et femme car je t’aime. Vraiment je suis désolé chérie. ok ?»

A Lire aussi: //bonheur-explosif.com/https-bonheur-explosif-com-p6315-histoire-dalour-la-fille-de-la-bonne/

J’ai fait le oui de la tête …

Un petit lueur d’espoir est alors née dans mon coeur, ses paroles j’en ai rêvé des jours durant.

-MOI : « M’aimer ,cela j’en doute fort vu la façon dont tu m’as humilié, d’ailleurs je suis épuisée je rentre déjà »

-LUI:«Attends bébé, je suis désolé ,ce qui m’importe beaucoup c’est ton bien-être , c’est pour cela j’ai trouvé un bon médecin, il a accepté de te faire avorter, tu ne risque rien Christella »

Je le regardais comme s’il venait de la planète mars ,je me suis dit Christella comment as-tu pu aimer un monstre pareil, cet homme était égoïste, méchant, cruel ,

Ces paroles ont fait taire la petite voix pleine d’espoir dans mon coeur, je me suis traitée d’idiote.

-LUI:« dès que nous finirons ce petit détail ,nous allons pouvoir songer à nous marier, tu verras nous serons heureux ».

J’avais envie de de rire ,il pensait que j’allais le laisser me rouler dans la farine encore une fois, en plus il ose appeler notre enfant ce petit détail, j’étais révoltée ,il me dégoûtait tellement que je ne voulais pas passer une minutes de plus avec lui.

-MOI:«Tu as fini»

-LUI:« Oui,si tu veux, on peut y aller aujourd’hui même »

J’avais envie de rire, toutes ces belles paroles et promesses c’était pour me proposer d’avorter.

J’ai ouvert la portière de sa voiture, puis je suis sortie de la voiture sans me retourner, je n’ai pas pleuré, je ressentais juste un grand vide.

Je n’ai pas osé parler de cet épisode à ma mère car je ne voulais pas lui faire plus de mal.

Du coup je suis partie chez Dan,heureusement qu’il était chez lui car je n’avais pas de crédit pour l’appeler.

Dès qu’il m’a vu il a su que je n’allais pas bien, il a juste ouvert les bras et je suis partie m’y réfugiée.

J’avais commencé à pleurer, les larmes coulaient, et un moment plus tard tout mon corps était secoué par mes sanglots.

Il m’a laissé pleurer ,il se contentait juste de me tenir dans ses bras.

C’était pitoyable et très honteux…

Lorsque je fus prête ,je lui ai tout raconté, il bouillait de rage mais il ne voulait pas me couper paroles ,dès fois j’étais étonné par tant de maturité malgré son jeune âge ,Dan n’avait que 25ans.

Je ne sais pas ce que je deviendrai sans lui, son amitié et son soutien, qui me sont tellement précieux.

-LUI:«christella oublie cet homme lâche, crois-moi qu’il regrettera un jour ,alors dis moi est-ce tu es allé voir le docteur?»

-MOI:« Non ,tu sais que je n’ai pas d’argent »

-LUI:«Ne t’inquiète pas pour cela, je me charge de cela, sois juste prête le jour J ,je viendrai te chercher »

-MOI: «Je n’ai pas envie de te fatiguer ,tu n’es pas tenu de faire tout cela pour moi »

-LUI:«Qu’est-ce que tu me racontes ,tu es ma soeur Christella, je t’aime très fort et je ferai tout mon possible pour que tu traverses pas cette épreuve seule ,je te soutiendrai jusqu’au bout, tu peux compter sur moi »

-MOI:« moi aussi je t’aime, merci pour tout »

Je ne savais pas quoi lui dire de plus, je sais qu’il peut se permettre, ils ont beaucoup d’argent mais rien ne l’oblige à m’aider,il est mon seul ami dans ces sombres moments .

Encore une fois Rody m’a démontré à quel point je me suis trompée sur lui,je venais de découvrir son visage, vil calculateur et manipulateur.

Il m’a déçu car sans le vouloir ,j’avais un petit espoir qu’il change d’avis, j’avais du mal à accepter qu’il m’ait vraiment fait cela ,qu’il soit le même homme que j’avais aimé, mais il m’a déçu ,je n’attends plus rien de lui.

Quelques jours plus tard ,j’étais à six mois de grossesse….

À SUIVRE…

Jr Cibangu

Share this: