Spread the love

Dans quelques jours, les princes William et Harry se retrouveront au Sunken Garden pour célébrer la mémoire et la vie de la princesse Diana qui aurait eu 60 ans ce 1er juillet. Mais que faisait-elle à Paris ce tragique 31 août 1997.

Dans quelques jours, les princes William et Harry se retrouveront au Sunken Garden pour célébrer la mémoire et la vie de la princesse Diana.

Cette dernière aurait en effet célébré ses 60 ans ce 1er juillet si elle vivait toujours. Elle avait en effet perdu la vie le 31 Août 1997 à Paris dans un tragique accident de voiture.

Selon le  Daily Mail de ce 21 juin, rapporté par « Voici », l’ancienne épouse du prince Charles n’aurait jamais dû se trouver dans la capitale française à cette date.

A Lire aussi: Prince Harry :pourquoi a-t-il appelé son ex la veille de son mariage avec Meghan Markle ?

Colin Tebutt, l’ancien chauffeur et garde de la princesse de Galles, témoigne que l’engagement de la princesse des cœurs contre les mines avait irrité le parti conservateur britannique et que c’est pour échapper à leur colère que Lady Diana avait décidé de rester à Paris avec son petit ami Dodi Al-Fayed plus longtemps qu’elle ne l’avait initialement prévu.

Échaudée par la polémique qui montait au Royaume-Uni, la princesse aurait décidé de faire un changement de dernière minute afin de laisser à la polémique le temps de s’éteindre.

“Elle n’est pas revenue le jeudi comme prévu parce que les conservateurs l’ont à nouveau attaquée à propos de mines. Elle a été accusée d’avoir utilisé la campagne pour renforcer sa propre image, ce qui était désagréable et qui l’a bouleversée. Elle nous a donc contactés et nous a dit qu’elle ne voulait pas de tous les tracas qui l’attendraient inévitablement au Royaume-Uni. Elle avait décidé de revenir plutôt le week-end “, s’est souvenu Colin Tebutt, rapporté par le magazine Voici.

La polémique avait commencé en janvier 1997 lorsque Diana s’était rendue en Angola et avait appelé à une interdiction internationale immédiate des mines terrestres.

Mais le ministre conservateur de la Défense, Earl Howe, avait vu rouge estimant que Diana était ” un danger public ” et “mal informée sur la question des mines antipersonnel”.

Son collègue Conservateur Peter Viggers l’a également accusée d’avoir ignoré des “arguments techniques” et d’avoir mené un débat à la hauteur de celui de Brigitte Bardot pour défendre les chats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recipe Rating