maxresdefault
69 / 100

Nous vous proposons l’épisode 24 de votre histoire d’amour: “le destin de Myriam”. Les histoires d’amour ne sont pas que parsemé de souffrances mais aussi de joie… en espérant que les intrigues de Jeune filles Comme Myriam et Nicole vous font plaisir, je vous invite à poursuivre l’aventure. Bonne suite de lecture et ne manquez pas de partager avec vos amis et dans vos forums ou groupes sociaux.

ÉPISODE 24 LE DESTIN DE MYRIAM
Myriam : 
Je me suis faite réveiller par ma filleule qui me tirait les cheveux. L’enfant-là dort quand sa mère est là ,mais dès qu’elle est avec moi elle est en mode insomniaque. Je suis sûre qu’Alice la drogue.

Vu comment elle est folle ,elle en serait bien capable ou c’est son lait qui contient des somnifères. On l’appelle Myria pour ne pas avoir la confusion entre elle et moi.
-Moi :« Bonjour ma petite chérie. Tu as bien dormi»

-Myria : « Dadadadada »
-Moi :« Tu as faim c’est ça ? »
-Myria:« Dadadadada »
-Moi :« Oui je sais. Maman est méchante. Elle nous abandonné pour tonton Jordan »
-Myria :« Dada »

On dirait qu’elle est en pleine discussion avec moi.
Elle est bavarde comme ça alors qu’elle ne sait même pas encore parlé.

-Moi :« On va prendre la douche »
-Myria :« Dadada »
-Moi :« Mais oui une bonne douche et après on va manger. Tu es d’accord ? »
-Myria :« Dada »
-Moi :« Tapes moi comme ça »

J’ai pris sa petite main de bébé pour la taper sur la mienne.
Elle s’est mise à rire.
C’est fou comme elle ressemble à sa maman cet enfant. Si elle a pris quelque chose de son salaud de père ça ne doit pas être grand-chose.

Je me suis levée avant de la prendre. Je l’ai mise debout et je lui ai pris les mains pour la faire marcher. A un moment je l’ai lâché et elle marchait toute seule vers moi. C’est trop beau

-Moi : « Oh c’est qu’elle sait marcher maintenant la chérie. Félicitations »
Je l’ai soulevé et je lui ai fait plein de bisou. Je suis partie la laver ensuite.

A Lire aussi:

Je l’ai habillé puis je lui ai donné à manger.
Après le petit déjeuner, je suis restée jouer avec elle. Elle m’a encore sorti son dadadada. On a discuté même si on ne se comprenait pas. A défaut d’avoir des adultes à qui parler j’ai un mignon bébé.

Vers 12 heures trente je lui ai donné son déjeuner, j’ai changé sa couche et je l’ai mise au lit. Je lui ai chanté une berceuse et elle s’est endormie dix minutes après.

Je peux aller prendre ma douche à présent. Enfin je croyais avant qu’Alice n’entre comme une furie dans l’appartement. Il s’est passé quoi entre aujourd’hui et hier. Elle m’a dépassé en ne me lançant aucune question , avant de se diriger vers la cuisine pour prendre le pot de glace et se mettre à manger comme une ogresse.

Elle est souvent comme ça quand elle a des problèmes de cœur. Au moins elle ne pleure pas.
Je suis allée lui prendre le pot que j’ai remis dans le frigo

-Moi :« Qu’est-ce qui s’est passé avec Jordan »
-Alice :« On a rompu »
-Moi :« Vous avez quoi ?. C’est une blague j’espère »
-Alice :« Non. Je l’ai quitté »

-Moi :« Et pour quelle raison lice ? »
-Alice :« Je lui ai demandé de ne pas se mêler de ma vie et il ne m’a pas écouté. Il se prend pour qui celui-là. Je lui ai interdit d’aller chez mes parents ,mais monsieur veut aller demander ma main comme le veut la tradition, tradition de mes couilles oui »

-Moi :« De un tu n’as pas de couilles et de deux tu te prends pour qui toi pour demander à ton futur mari de ne pas se mêler de ta vie. Du moment que tu as accepté de sortir avec lui tu l’as toi-même introduit dans ta vie »
-Alice :« Moi je ne m’occupe pas de ses problèmes alors de quel droit il se permet de vouloir me rabibocher avec mes parents ?.

Monsieur se permet même de me menacer d’annuler le mariage jusqu’à ce que j’accepte de revoir mes parents »
-Moi : « Et tu es fière de dire que tu ne t’occupes pas des problèmes de ton futur mari. Non mais tu entends ce que tu dis ».

-Alice :« Tu es pour qui toi ?. Pourquoi tu le défends d’ailleurs alors que c’est moi qu’on a blessé »
-Moi :« Personne ne t’a blessé ici donc ne viens pas jouer à la victime. S’il fait tout pour que tu te réconcilies avec tes parents c’est parce qu’il t’aime et qu’il veut le meilleur pour toi »

-Alice :« Non mais je rêve. C’est toi qui me sort des âneries pareilles alors que tu sais mieux que quiconque ce que ça fait de se faire jeter comme une chienne par ses parents. J’avais besoin d’eux Myriam. Je me suis fait trahir par ce salopard de Moussa et ça me faisait déjà mal.

J’étais enceinte en plus. Tout ça ils le savaient. J’étais perdue et j’avais peur. Je pensais pouvoir compter sur eux et qu’est-ce qu’ils ont fait, ils m’ont foutu dehors comme si je n’avais aucune valeur à leurs yeux. Ce sont-ils souciés seulement de ce que j’allais devenir toute seule dans la rue enceinte de trois mois.

Non ils s’en foutaient. Ont-ils seulement cherché à savoir ce que je suis devenue, si j’étais morte ou vivante ?. Non ,alors ils peuvent bien venir maintenant jouer aux parents modèles en demandant pardon comme s’ils avaient fait une simple bêtise. Je refuse de leur pardonner et si c’est la seule condition pour que Jordan reste avec moi je suis désolée ,mais il peut déjà aller voir ailleurs »

Elle s’est mise à pleurer.
Ehhh que faire ?
Alice est tellement têtue donc je ne vois vraiment pas quoi faire pour qu’elle revienne à la raison.

D’un côté je la comprends parce que j’ai à peu près la même histoire qu’elle.
La seule différence est que ses parents regrette leurs erreurs , ce que mon salopard de père ne fera jamais vu l’importance qu’il accorde à sa petite personne.

D’un autre côté je ne peux pas la laisser mettre fin à sa relation juste pour une histoire de pardon. J’ai pris une chaise pour aller m’installer à ses côtés
-Moi :« Je sais tout ça ma chérie et je comprends ta position mais penses-tu vraiment que ça vaut le coup de mettre un point à ta relation et ton mariage avec Jordan.

Il t’aime ma puce et je sais que toi aussi tu l’aimes alors penses à vous avant de réagir comme ça. Je suis sûre qu’il ne te demande pas de redonner à tes parents l’amour que tu avais pour eux un an avant, mais juste d’apprendre à leur pardonner.

Je sais qu’ils t’ont blessé et que c’est dur pour toi mais fais le pour lui si tu ne veux pas le faire pour tes parents. Ça lui fera plaisir que tu fasses un effort et tu ne feras que renforcer vos liens. Tu n’as pas envie que Myriam soit chouchoutés par sa tante et par ses grands-parents.

Je sais ce que c’est que de se sentir seule au monde alors crois-moi ce n’est pas ce que tu souhaites. Tu as la chance de tomber sur un homme qui t’aime, qui passe outre tes défauts et qui ne t’a jamais fait aucune réflexion dépassée et qui de surcroit aime ta fille alors réfléchis y deux fois avant de le quitter »

-Alice: « Snifff. Il n’a pas pris en considération mon avis. Je ne voulais pas. Il n’avait pas le droit d’y aller sans mon accord »
-Moi :« Peut-être mais il a pensé à toi en le faisant. Il faut savoir pardonner dans la vie sinon tu stagnes au même endroit pendant qu’eux continueront d’avancer.

Je peux te paraître hypocrite en disant ça parce que je sais que je ne pardonnerai pas à mon père, mais je ne veux pas que tu ressens la haine que moi je ressens.
Ce n’est pas sain, alors écoutes Jordan s’il te plait. Tu me promets d’y réfléchir ? »

-Alice :« Je ne peux pas promettre »
-Moi :« Ok mais penses à ce que je t’ai dit. Si tu as la chance de retrouver ta famille ne la laisse pas passer par rancœur ».

La sonnette a retenti dès que j’ai fini ma phrase.
On savait tous les deux qui c’était.

Elle a un homme comme ça et elle veut le laisser filer pour des bêtises. Vraiment Alice déconne
-Alice :« Je ne veux pas le voir »
-Moi :« Moi je dois lui parler donc je vais aller ouvrir »
Elle s’est levée pour aller s’enfermer dans sa chambre.

Je me suis levée à mon tour pour aller ouvrir la porte à Jordan.
-Jordan : « Salut beauté »
-Moi : « Bonjour mon amour »
On s’est fait la bise et je me suis décalée pour qu’il entre. J’ai refermé la porte avant de l’amener vers le salon

-Jordan :« Elle est rentrée »
-Moi :« Oui dans sa chambre. Ça va toi ? »
-Jordan: « Oui. Ça peut aller »
-Moi :« Je pense que tu devrais la laisser se calmer un peu avant de lui parler.

Alice est têtue alors si tu insistes elle risque de se braquer »
-Jordan:« Pourtant je ne lui demande pas la mer à boire.

Tout ce que je veux c’est qu’elle redonne une chance à ses parents. Pourquoi fait-elle la difficile ?»
-Moi :« Elle ne fait pas la difficile. Ils l’ont abandonné au moment où elle avait besoin de leur soutien alors comprends que ça soit difficile pour elle de faire l’impasse sur cette histoire.

Tu ne gagneras rien avec elle en la brusquant. Elle a la tête dure alors si tu veux réussir quelque chose avec elle, mieux vaut y aller doucement »
-Jordan :« Je l’ai fait Myriam mais elle ne veut pas m’écouter.

Elle en fait qu’à sa tête. Parle-lui s’il te plait. J’ai parlé avec ses parents et ils regrettent vraiment. C’est par sa sœur qu’ils avaient de ses nouvelles. Ils veulent se faire pardonner mais apparemment la honte les empêche de venir vers elle.

A Lire aussi:

Elle a juste à faire un pas pour que tout rentre dans l’ordre »
-Moi :« Ce n’est pas aussi facile Jordan. Laisse-lui le temps et elle se rendra compte d’elle-même. Elle m’a dit que tu l’as menacé ».
-Jordan:« mdr elle exagère. Je lui ai juste dit qu’on ne se mariera pas tant qu’elle ne se sera pas réconciliée avec ses parents »

-Moi :« Je comprends pourquoi elle t’a quitté. Alice et menaces ne font pas bon ménage. Elle reviendra à de meilleurs sentiments. Elle est juste impulsive. Tu devrais la conseiller en lui donnant le choix.

Ne lui impose pas ses parents »
-Jordan:« Je sais comment elle est et je crois que tu as raison. Je vais la laisser souffler un peu. Et toi ça va amour ? »
-Moi :« Oui. Merci de t’en inquiéter »
-Jordan: « Tu sais que tu peux compter sur moi pour tout »

-Moi :« Oui je sais Jordan. Je sais »
-Jordan :« Bon comme la dame boude, je vais partir pour qu’elle puisse sortir de sa chambre »
-Moi :« D’accord. Bonne journée »
On s’est fait la bise et il est parti.

Alice a fait son apparition dès que j’ai refermé la porte.
-Moi :« J’espère que tu n’écoutais pas notre conversation »
-Alice :« Non »
-Moi :« Disons que je te crois.

A ta place j’irai chercher mon homme et discuter avec lui. On est à Abidjan et les filles sont rapides.
Tu n’auras pas le temps de dire ouf quand elles te l’auront déjà piqué, surtout qu’aux dernières nouvelles il est célibataire, beau-gosse et compréhensif »

-Alice :« Si tu es amoureuse de lui faut le dire aussi »
-Moi :« Si tu n’étais pas ma sœur, je te l’aurais pris depuis belle lurette. Comme toi tu ne sais pas apprécier les bonnes choses, les autres vont le faire à ta place »
-Alice: « Eh Myriam !! »

-Moi : « Rien du tout. Reste là à faire l’intéressante et tu comprendras ta douleur. Les hommes n’ont pas de temps pour les gamineries »
-Alice :« Tchip »
-Moi : « Bon bref je vais prendre ma douche. Profites-en pour réfléchir à ce que je t’ai dit ».

Elle m’a fait la tête pendant le reste de la journée sous prétexte que je soutiens Jordan au lieu de la soutenir elle mais je m’en fous.
Je ne soutiens personne mais elle. a tort donc je le lui dis.

Enfin elle a compris parce qu’elle s’est réconciliée avec lui quelques jours après.
Deux semaines après elle a finalement accepté d’aller voir ses parents.

Selon Jordan (parce qu’elle n’a pas voulu m’en parler) elle a déversé tout son venin sur ses parents.
Au moins elle a soulagé son cœur et c’est déjà ça.
Jordan est allé faire officiellement sa demande aux parents d’Alice accompagné de sa famille un mois après.

En y est tous allé d’ailleurs. Il y avait toute la famille d’Alice aussi qui était présente. Il a remis sa dot et ils ont fait leurs rites. C’était beau. J’étais trop contente pour ma petite sœur.

Un mois après la remise de dot, on était entrain de se préparer pour la réception de mariage.
Alice et Jordan se sont mariés devant Dieu et devant la loi. Jordan a donné son nom à Myria (non cet homme me plaît quoi). Il est officiellement son père.

Junior était aussi là. Enfin il est venu une semaine avant le mariage. On s’est vu à la mairie et à l’église quelques heures auparavant vu qu’on était les témoins des mariés.

Il ne m’a pas adressé la parole une seule fois.
C’est limite si je ne passais pas pour invisible. Nos regards se sont croisés quelques secondes mais je n’y ai pas lu l’amour que j’y voyais avant.

Au contraire c’est limite du mépris que reflétaient ses yeux. Mais bon je mets sur le coup de la retrouvaille.
Vous allez me traiter d’idiote mais je garde encore un peu d’espoir pour qu’il me revienne
-Alice:« Tu penses à quoi ? »
-Moi :« Que tu allais me manquer. Oh tu es magnifique ma chérie ».

Elle a décidé de mettre une robe assez simple pour la réception au lieu de sa robe de mariée, Alice et ses choses.

Elle était belle dans sa robe de mariée mais dans cette robe elle est juste sublime.
-Alice :« Mais je viendrai te voir tous les jours »
-Moi :« Ingrate comme tu es là. Je peux toujours rêver »
-Alice: « Moi ingrate. Tu viens de gâcher tes chances de me revoir »

-Moi : « Qu’est-ce que je disais ?»
-Alice : « Tu pensais à lui n’est-ce pas ? »
-Moi :« Un peu j’avoue »
-Alice:« Mais oublie le. Je te l’ai dit et je te le répète il ne mérite pas ton amour ».

-Moi :« ça me fait mal qu’il m’ignore de la sorte »
-Alice :« C’est un imbécile. Je dois faire quoi pour que tu le comprennes enfin »
-Moi :« Il est temps d’y aller »
-Alice:« On n’a pas fini la discussion »

On a fini dernières touches puis on est parties.
Jordan nous attendait sur place. Il a pris sa femme et ils ont fait leur entrée précédés par les demoiselles et garçons d’honneur.

Quand on s’est tous installés, j’ai risqué un coup d’œil vers lui et je l’ai surpris entrain de rigoler avec une fille que je n’ai jamais vue d’ailleurs.
Je me suis dit que c’est sûrement une de leurs amis en commun lui et Jordan .

J’ai eu un pincement au cœur qui s’est transformé en coup de poignard quand je l’ai vu l’embrasser discrètement sur la bouche après s’être éclaté de rire avec elle.
Qu’ai-je fait pour mériter ça ?

À SUIVRE…

Share this:

Laisser un commentaire