69 / 100

Après une petite pause, nous revenons avec la 6è partie de votre palpitante histoire d’amour : les réalités de la vie. Dans cette partie, Sylvie laisse dévoiler toute sa fragilité devant le regard envoûtant de Henri. Naissance d’une histoire d’amour? Lisez plutôt et partagez avec vos amis.

PARTIE 6  LES RÉALITÉS DE LA VIE 

Puis je lui ai dit ceci
-Moi:« Eh arrête !. tu crois que tu peux me manipuler avec tes mots doux ?. D’ailleurs j’ai n’ai pas besoin d’entendre ça, d’accord ? ».

Il m’a regardé sans rien dire, puis Sylvie a dit à Fiston pour le remercier de l’avoir complimenté.
-Sylvie:« Merci chéri, toi aussi tu es beau »
-Fiston :« Humm j’aime quand tu m’appelles comme ça. Je devrais te dire des compliments plus souvent »

-Moi :« T’inquiètes Fiston, même si elle te le dit pas, je sais qu’elle t’adore »
-Fiston:« C’est vrai ça Sylvie»
-Sylvie:« Arrêtes de rêver mon cher Fiston. D’ailleurs viens avec moi, on va chercher la voiture de mes parents »

-Fiston :« D’accord ma belle ».
Sylvie m’a regardé et m’a fait un clin d’œil du genre “ On vous laisse quelques minutes ”. Elle a souris et est partie avec Fiston derrière la maison.
Eh ben, il ne restait plus que nous deux. Je ne savais pas quoi dire car il me faisait trop d’effet ce mec et c’est de pire en pire.

Nos yeux se sont croisés. Woauh ce mec m’envoutait avec son regard marron clair.
-Henri:« Pourquoi tu me regardes comme ça ? »
J’ai entendu ça c’est comme si je tombais du haut d’un immeuble quoi. Il n’est vraiment pas normal ce mec et d’ailleurs je n’étais pas la seule à regarder l’autre donc je lui ai dit

-Moi :« Pourquoi tu me regardes aussi comme ça ?
-Henri :« Tu veux vraiment savoir ?»
-Moi :« Bah oui hein, je n’aurai pas posé la question sinon »
-Henri:« Parce que tu ressembles à une guenon »
-Moi :« Pardon ? ».

Je vous jure quand il m’a dit ça j’ai eu envie de pleurer. C’est un salaud de la pire espèce ce mec.
-Henri :« je sais que tu as bien entendu. Allons-y monter dans la voiture, on a déjà perdu assez de temps comme ça ».

J’ai voulu pleurer tellement que son qualificatif “ guenon ” m’a fait mal.
J’ai tellement honte parce qu’au fond de moi je sais que si je me suis faite belle ce soir c’est pour lui plaire et il me traite de guenon.

Je suis sortie de la maison sans lui accorder un regard. D’ailleurs Je ne dois plus lui parler, fini même s’il me plait à mourir.
J’étais vexée comme pas possible, j’aurais dû le gifler. Il l’aurait bien mérité ce sale con.

Je suis montée derrière la voiture avec Sylvie pendant que Fiston conduisait la voiture et l’autre là était devant avec lui.

Du coup je reçu un message venant de Sylvie.
-Message de Sylvie:« il s’est passé quoi là. Pourquoi tu fais ta tête des mauvais jours »
-Moi :« Rien en fait , si tu veux savoir il m’a traité de guenon »

Elle a éclaté de rire  cette folle, tellement fort que les garçons voulaient savoir ce qui se passent mais bon elle n’a rien dit.

-Sylvie :« Mdr il t’a dit ça ?»
-Moi :«Il n’y a rien de drôle Sylvie. Je ne parlerai plus jamais à ce con »

-Sylvie: « Ne te vexes pas ma puce. C’est juste qu’il s’est rendu compte en te voyant aussi belle que tu lui plais et il ne veut pas te l’avouer par fierté »
-Moi :Hummm, c’est un connard je te dis »
-Sylvie :« J’ai une idée. Teste-le en le rendant jaloux. Ça marchera à tous les coups »

-Moi :« Je verrais et si tu as raison il va me payer cher ce qu’il vient de me faire ».
-Sylvie:« ok, vous êtes trop marrants tous les deux »
-Moi :« Arrêtes de rire tu passes pour une folle là ».
Effectivement les garçons le regardaient bizarrement.

-Sylvie:« Vous avez quoi à me regarder de la sorte. J’ai le droit de rire non ?»
-Henri:« Bien sûr sauf que tu es flippant là »
-Sylvie:« Il est trop charmant ce garçon. Si tu savais »
-Henri:« Quoi ? ».
-Sylvie:« Oh rien ».
Tout à coup on est arrivé devant la boite.

Il n’était que minuit mais il y’avait déjà plein de personnes devant la porte. On va devoir attendre quelques minutes avant d’entrer je crois.
On a pu rentrer cinq minutes après. Eh bien c’était très grand et déjà à moitié rempli. Je suppose que ça doit être beaucoup fréquenté. Humm, c’était chic

On a décidé d’aller nous installer dans un coin pour boire quelque chose d’abord parce que pour l’instant il n’y a pas encore grand monde sur la piste de danse.
Le serveur est venu prendre nos commandes. Il était d’ailleurs très mignon. Il nous a demandé ce que l’on voulait prendre en espagnol.

C’est Sylvie qui traduisait pour les garçons. Elle parlait très bien à cause de sa mère. Moi aussi je me débrouille pas mal.
Avant j’étais moyen, je connaissais juste ce que j’ai appris à l’école mais c’est Sylvie qui m’a permis de maîtriser.

-Sylvie en espagnol :« Trois cocktails sans alcool »
-Moi aussi en espagnol :« Même chose pour moi »
-Le serveur :« Je vous les apporte tout de suite ».
-Sylvie en souriant :« Gracias (merci )».
Le serveur lui a rendu son sourire et a tourné les talons pour aller nous apporter nos commandes.

Du coup j’ai dit à Sylvie en espagnol pour que les garçons ne pigent rien.
-Moi :« Je crois que tu viens de gagner un point avec le serveur »

-Sylvie :« Ah oui tu crois. Il est mignon »
-Moi :« C’est sûr avec le sourire que tu lui as fait »
Sylvie avait du succès au niveau des mecs. Il faut dire qu’elle est très belle, mais difficile à draguer.

-Fiston :« On est là je vous rappelle »
-Moi :« lol ne sois pas jaloux Fiston ».
Du coup le serveur est revenu avec nos commandes.
Il nous a servi en me disant
-Le serveur :« Votre cocktail a été payé par celui qui est assis là-bas ».

Vu qu’il a pointé du doigt, même les garçons se sont retournés pour voir même s’ils n’ont pas dû comprendre grand-chose mais je pense que ça ne va pas tarder.
Puis nous l’avons dit merci en lui souriant. Il m’a fait un clin d’œil en retour.

Pour vous décrire le mec, c’est le portrait craché d’un bon gentleman. Pas mal comme mec.

-Sylvie:« Eh bien ma chérie on dirait que lui te trouve belle »
Henri a directement levé la tête, il a dû comprendre que Sylvie le visait en disant ça.
Puis il s’est contenté de sourire.
-Moi :« Possible. En tout cas c’est gentil de sa part de m’avoir offert mon verre ».

On est resté là à discuter en attendant de finir nos verres. Bien sûr je ne parlais pas avec Henri, j’ai décidé de l’oublier complétement.

-Sylvie:« Bon on va danser ».
-Moi :« Je te suis »
-Sylvie :« Et vous ? »
-Henri :« Allez-y, on vous rejoint ».

On est allé faire les folles sur la piste de danse. On a dansé pendant une vingtaine de minutes. Fiston a fini par nous rejoindre pendant qu’Henri est allé danser avec une jolie brune.

Du coup j’ai vu celui qui m’avait offert le verre tout à l’heure se dirigeait vers moi.
-Lui en espagnol :« Salut belle demoiselle »
-Moi :« Salut merci pour le cocktail »
-Lui :« je t’en prie, une aussi belle fille que toi mérite plus qu’un cocktail ».

Non mais quel menteur ce mec mais il pourrait me permettre de tester Henri si toute fois Sylvie a raison.
J’ai souris
-Lui :« Est-ce que c’est possible que vous m’accordiez une danse»
-Moi :« Avec plaisir ».

Il m’entraina un peu plus loin. Je faisais tout pour qu’il ne me colle pas.
On ne sait jamais, ça peut lui donner des idées.
-Lui :« Je me nomme Sergio »

Moi : Eh bien Sergio ravi de te connaitre. Moi c’est Clara ».
-Sergio:« Un joli prénom pour une jolie demoiselle ».
Humm, qu’est-ce que je vous disais, le monsieur est un vrai baratineur.

-Sergio:« Vous êtes de quel pays ? ».
-Moi : Je suis gabonaise, mais je viens de la Belgique ».
-Sergio:« Super. Je parle Flamand et wallon également car ma mère est belge ».

-Moi :« Ah oui. Mais moi je ne parle pas les dialectes belges sauf je les comprends. Tu parles aussi français ?»
-Sergio : « Oui bien sûr j’essaie de parler. J’ai été en France pendant 2 ans »

-Moi:« C’est génial ».
Il a commencé à me parler en français. Il se débrouillait pas mal mais il avait quand même un fort accent espagnol.

Il était très marrant ,et j’étais entrain de rigoler quand j’ai entendu quelqu’un me tirer en disant
-Lui :« Je récupère ma copine si ça ne te dérange pas »
Non mais dites-moi que je rêve. Décidément ce gars me surprendra toujours. Depuis quand est ce que je suis sa copine ?.

Il se fout de moi là c’est claire sinon je ne vois pas pourquoi il dirait un truc pareil.

-Moi :« Lâche-moi tout de suite »
-Henri :« Non tu viens avec moi »
-Sergio: « Tu es venu avec ton copain. Si je savais… »
-Henri:« Ouais. Il fallait bien regarder avant de l’inviter.

A Lire aussi:

Tu aurais vu qu’elle était assise à côté de moi »
-Moi :« Non mais c’est quoi ce délire. Tu veux me pourrir la vie c’est ça ? »
-Henri:« Je te fais juste remarquer que c’est impoli de danser avec un autre mec alors que tu es venu avec moi ».

Ah là j’ai dû rater quelque chose parce que là je ne comprends pas ce qui ce passe.
D’où je lui ai manqué de respect ?. Me suis-je interrogée.

-Sergio:« Désolé mec je ne savais pas. Je … Je vous laisse »
-Moi :« Non attends… »
Mais il était déjà reparti avec ses potes.
Je me suis retournée vers Henri folle de rage. J’avais qu’une envie c’est de lui mettre une bonne gifle.
-Moi :« Tu es fier de toi. Tu es content de m’avoir gâché ma soirée.

Non mais c’est quoi ton problème ? »
-Henri:« Je n’aimais pas la façon qu’il avait de te reluquer et toi tu étais là à lui faire les yeux doux »
-Moi :« Et en quoi ça te regarde ?. Je fais ce que je veux, tu n’es pas mon père à ce que je sache ».

-Henri:« Non mais tu es venu avec moi donc je te protège ».
-Moi :« je ne t’ai rien demandé que je sache. Je ne veux pas de ta prot… protection ».

Du coup je suis dirigeais vers Sergio pour lui expliquer le malentendu si je peux l’appeler comme ça quand Henri m’a tiré à nouveau par le bras. Décidément ça devient une habitude chez lui.

-Henri :« Tu comptes aller où comme ça. Tu n’as pas compris ce que je viens de te dire ou quoi ?. Je ne veux pas que tu t’approches de lui »
-Moi :« Alors tu vas baisser d’un ton d’accord ?. Tu n’as pas d’ordre à me donner ok, alors vires de là parce que tu me soûles»

-Henri:« Ok je ne vais pas me répéter. Essaies juste d’aller danser avec lui et je te jure que tu ne vas pas assumer ».
-Moi :« Tu me menaces ? »
-Henri:« Exactement alors soit tu danses avec nous soit tu ne danses pas. Et n’essaie pas de me provoquer »
Je voulais y aller quand même mais finalement j’ai laissé tomber parce que je ne savais pas de quoi il était capable.

Il se fout de moi ce mec.
J’avais la haine contre lui en ce moment. Vous ne pouvez pas savoir.
-Moi :« Je te hais. Tu ne peux pas savoir à quel point »
Il allait répondre quand Sylvie arriva.
-Sylvie :« Hé il se passe quoi là ? Pourquoi vous criez comme ça ?»

-Moi :« Rien je crois que je vais rentrer chez moi ».
-Sylvie:« Pourquoi ? On est là que depuis une heure »
Sylvie en se tournant vers Henri
-Elle :« Tu lui as fait quoi ? »
-Moi :« Il ne m’a rien fait mais je ne me sens pas bien ce soir »

-Sylvie :« Tu veux que je te conduise ? »
-Moi :« Non t’inquiètes je vais prendre un taxi »
-Sylvie:« Tu es sûre. Je peux rentrer aussi ma puce »
-Moi :« Non reste ma puce. Ce n’est pas la peine »
-Sylvie:« D’accord, je viens te voir dès que je rentre alors »

-Moi :» Ok amuse toi bien et ne te fais pas de soucis pour moi ».
Je lui ai fait un bisou pour la rassurer car je ne veux pas qu’elle écourte sa soirée pour moi.
Je me suis dirigée vers la sortie quand j’ai senti quelqu’un me suivre. Je me suis retournée pour voir qui c’était.

-Moi :« Tu veux quoi encore. Ça ne t’a pas suffi d’avoir gâché ma soirée »
-Henri:« Arrêtes de faire la gamine stp. Je vais te chercher un taxi ».

En plus monsieur n’est même pas désolé de me voir rentrer. Super la soirée de mes rêves.
-Henri:« vas-y j’ai déjà régler »
-Moi :« ce n’était pas la peine. Tu peux reprendre ton argent. Mes courses je les règle toute seule »
-Henri:« Grouille toi , le monsieur n’a pas que ça à faire »
-Moi :« Tchippp».

Je suis remontée dans le taxi en claquant la porte pour lui montrer mon énervement. Le taximan m’a regardé avec des yeux, j’ai failli fuir en même temps je l’ai bien cherché.
Et à mon désespoir, Henri est rentré dans la voiture par l’autre porte.

-Moi :« Tu comptes aller où comme ça ?»
-Henri:« Tu n’as quand même pas cru que j’allais te laisser rentrer seule »
-Moi :« J’ai l’impression de vivre un cauchemar »
-Henri:« Ne dis pas ça ,je sais que c’est un rêve pour toi de te retrouver à côté de moi »

-Moi :« Et c’est reparti pour un tour »
-Henri:« Allez fais pas cette tête. J’ai fait ça pour ton bien. Ce mec était mal intentionné »
-Moi :« Et comment tu sais ça toi ?. Tu n’es pas dans sa tête que je sache ».

-Henri :« Non mais tu oublies que je suis un mec aussi donc je sais comment les mecs fonctionnent »
-Moi :« Bien sûr j’oubliais que tu es le pire mec sur cette terre »
-Henri:« c’est pour ça que tu m’aimes ».
Quand il a dit ça mon cœur a fait boom.

Vous devez vous dire “ elle n’était pas fâchée elle ” mais bon je me comprends. Je pense que je vais l’éviter au maximum. Il m’attire autant qu’il m’énerve et je n’ai pas envie de souffrir de nouveau à cause d’un mec.

-Moi :« Oui prends tes rêves pour des réalités. Et puis je n’ai pas envie de te parler alors ignore moi »
-Henri:« Je te laisse tranquille si tu me promets d’éviter les mecs au maximum »
-Moi :« Pourquoi ?. Ça te dérange de me voir avec d’autres mecs ? »

-Henri :« Non bien sûr ».
-Moi :« Alors je fais ce que je veux »
-Henri:« Mais pourquoi tu es aussi têtue ? »
-Moi :« Mais pourquoi tu es aussi lourd ? »
-Henri:« Si je te le dis ça risque de te tuer »
-Moi :« alors fous-moi la paix ».

On était déjà arrivé devant la maison. Je suis sortie de la voiture sans lui prêter attention.

J’ai ouvert la porte et je m’apprêtais à monter dans ma chambre quand il m’a appelé.
-Henri: « Clara ? »

Oh mon dieu il m’arrive quoi. Je vous jure que je fonds littéralement quand il prononce mon prénom.
Je l’entends d’une façon différente quand c’est lui qui le dit.
-Moi (toujours désagréable je sais) : « Quoi encore ?»
-Henri:« Tu es magnifique ce soir ».

A Lire aussi:

J’étais là à le regarder genre ça me fait ni chaud ni froid alors qu’à l’intérieur de moi c’était la méga fiesta le festival de Rio je vous dis.
Mon cœur jouait au tambour pendant que mon cerveau répétait “ il me trouve belle ”.

J’avais qu’une envie c’est de le prendre dans mes bras pour lui dire à quel point je le trouve beau et séduisant, mais au contraire je fait semblant de lui envoyer un baiser volant avant de lui faire un doigt d’honneur.

Je me suis dépêchée de monter dans ma chambre avant qu’il m’attrape sinon ça va mal se passer pour moi.
Je me suis endormie dès que j’ai posé ma tête sur mon oreiller mais j’ai quand même senti un doux bisou sur ma joue qui m’a fait sourire dans mon sommeil. Je ne sais pas si j’ai rêvé ou pas mais ça m’a fait du bien.

À SUIVRE…

Share this:

Laisser un commentaire