Vie-couple-africain

Tout ce que je lui ai dit est vrai, je suis sûre que je serais la femme la plus heureuse sur cette terre si cela était le cas,mais malheureusement,je ne l’aimais pas et lui non plus(suite de l’histoire d’amour)

MA VIE ET MON HISTOIRE D’AMOUR❤

ÉPISODE 10❤

Je suis restée juste un jour à l’hôpital, avant qu’on ne m’autorise à sortir, Dan est venu

me chercher, pour me conduire à la maison.

Quelques jours plus tard , nous avons fait le baptême de ma fille , il y avait pas grand monde,juste quelques collègues proches du campus, mes rares

connaissances et bien sûr Dan et sa mère.

J’avais décidé de lui donner le nom de ma mère ,si c’était un garçon c’est sûr qu’il porterait le nom de Dan , cet homme état mon ange gardien, je ne pouvais pas tout simplement le remercier.

Après Le baptême de mon bébé ,il a fallu la déclarer à l’état-civil,c’est bizarre je n’avais jamais pensé à cet aspect de la situation.

Je me suis mise à imaginer ce qui serait écrit sur ses papiers concernant le père , je me suis

Destin-de-Myriam-2
coiffure femme africaine tissage 35227 coiffure femme africaine tissage photo:whereitstands

rendue compte de l’humiliation que se serait pour elle.

Dan est entré dans la chambre,il m’a trouvé entrain de pleurer,il est venu s’asseoir à côté de moi , il a posé sa main sur mes épaules

-LUI : «Christella, qu’est-ce que tu as ma chérie?, tu as mal quelque part ?»

N’obtenant pas de réponse, il a commencé à me secouer

-DAN :« Christella s’il te plait parle moi , qu’est-ce qui te met dans cet état ?»

-MOI : «Oh mon dieu , j’ai honte Dan»

-LUI :« mais honte de quoi , explique-moi ma chérie pour que je puisse comprendre »

J’ai continué de pleurer,n’obtenant pas de réponse, il m’a secoué

-DAN:«Répond-moi s’il te plait , tu m’inquiètes »

-MOI:«Oh mon dieu, Daniel tu te rends compte, ma fille n’a pas de père »

-LUI:« mais que vas-tu chercher encore bien sûr qu’elle a un père c’est juste qu’il ne l’a pas reconnue »

MOI:« tu ne comprends rien ce qui va figurer sur son acte de naissance ,père inconnu dis-moi »

LUI:«C’est vrai que je n’avais pas pensé à cela »

J’ai recommencé à pleurer de plus belle , il a réfléchi quelques minutes avant de me dire

-LUI:« j’ai trouvé une solution »

Je me suis toute suite redressée, le regardant avec des yeux pleins d’espoir

-LUI:« je vais lui donner mon nom »

-MOI:« quoi , tu es malade , tu sais que je ne vais jamais accepter »

-LUI:« Zawadi Bahati Christella, écoute moi très bien car je ne vais pas me répéter , je ne le fais pas pour toi mais pour elle , imagines-toi ce que serait sa vie , si sur ses papiers s’est marqué père inconnu , comment va-t-elle supporter , regardes ce que tout cela impliquera pour elle. Je veux qu’elle soit fière qu’elle ait toutes ses chances dans la vie »

-MOI:« je sais ,mais je ne peux pas te laisser faire cela,Da c’est trop ,sincèrement trouvons autre chose, en plus qu’allons nous lui dire une fois qu’elle sera grande ? »

-LUI:« le jour où elle sera en âge de comprendre on lui dira la vérité chérie , toute la vérité, je ne te demande pas ton avis , de toute façon, je le ferai

ne pense pas que je le fais par dépit ,je le fais parce que je le veux en plus c’est mon devoir envers toi , je t’ai toujours dit qu’importe ce dont tu auras besoin, je serais toujours là pour toi »

A Lire aussi: https://bonheur-explosif.com/title-https-bonheur-explosif-com-p6232-histoire-damour-ma-vie/

Je l’ai serré dans mes bras en pleurant

-MOI:« merci, qu’allais-je devenir si je ne t’avais pas dans ma vie ?»

-Lui en riant :« je me le demande moi aussi »

-MOI : «Tu es l’homme le plus magnifique sur cette terre Dan, pourquoi je ne suis pas tombée

amoureuse de toi , tu allais faire un mari et un père merveilleux »

-LUI:« Pourquoi penses-tu que toutes les filles rêvent de m’avoir comme mari ?»

J’ai poussé un soupir en levant les yeux au ciel

-MOI : «Parce que c’est vrai, toutes les femmes rêveront t’avoir pour mari ».

Tout ce que je lui ai dit est vrai, je suis sûre que je serais la femme la plus heureuse sur cette terre si cela était le cas,mais malheureusement,je ne l’aimais pas et lui non plus, nous ne serions que des amis.

Et cela dès que nous nous sommes connus, tout au long de notre amitié il a joué le rôle de Frère,d’ami, et parfois même de père,bref il a toujours été présent dans les pires comme dans les bons moments, et aujourd’hui encore il venait de me leprouver.

Avec mon bébé,on s’apprivoisait petit à petit, j’avoue que je suis toujours maladroite avec elle,de la façon de la tenir, comment lui donnerson bain, heureusement que maman était là pour m’aider.

Deux semaines après le baptême, elle a refusé de téter, au début nous pensons qu’elle était malade, on l’a amené chez le pédiatre mais aprés l’avoir vu,il a dit que tout était normal.

J’ai essayé de lui redonner le sein mais elle refusait de téter, finalement nous nous sommes

résolus à lui faire un biberon qu’elle a tété goulument, quand j’ai changé avec le sein elle l’a

encore refusé.

Avec maman on a compris qu’elle ne voulait pas du sein, ce constat m’a fait beaucoup de mal, comme si en me rejetant elle me privait de ses moments de complicité unique entre une mère et son enfant. Je suis même partie jusqu’à dire à ma mère qu’elle avait peut-être senti que je ne la désirais pas au début.

Finalement c’est le pédiatre qui nous a expliqué qu’il y a des bébés qui refusent l’allaitement maternel.

J’étais un peu inquiète nos finances allaient en souffrir, car le lait artificiel coutait cher

-MAMAN : « nous allons nous débrouiller ,il suffit juste de serrer la ceinture et de diminuer les dépenses , ne t’inquiète pas nous allons nous en sortir »

Je savais que maman dirait n’importe quoi pour me rassurer, mais j’étais consciente de l’état de nos finances , cela allait être très dur pour nous.

Heureusement qu’elle n’avait besoin de rien,Dan et sa mère avaient acheté tout ce dont elle avait besoin ,il y’avait même des vêtements qu’elle pourrait porter jusqu’à l’âge de 3 ans.

Un mois et demi plus tard ,je m’étais complètement rétablie de mon accouchement ,en me regardant rien ne pouvait témoignait qu’il y’a deux mois j’ai eu un bébé , deux jours après mon accouchement ma mère avait commencé à attacher mon ventre , bien sûr au début cela

faisait un mal de chien, mais elle a su me persuader de ne pas l’enlever ;et le résultat en est plus que satisfaisante.

Je pouvais recommencer mes cours, à chaque fois que je partais à l’université, j’amenais ma fille chez ma grand-mère maternelle, elle m’aidait en la gardant quand j’allais au campus . Je n’avais jamais osé le lui demander, mais elle s’est

proposée volontairement , et lorsque mes oncles l’ont su,ils se sont opposés mais elle n’a pas

cédé, elle m’a juste dit

-GRAND-MÈRE :« je veux que tu sois consciente de tout les obstacles qui vont survenir dans ta vie, tu es une mère célibataire et la plus part des hommes que

tu croiseras n’auront qu’un seul but prendre du bon temps avec toi , tu es devenue très vulnérable. Je veux que tu les fasses attention, n’accepte jamais encore de baisser la tête devant eux , ils pensent tous que tu as gâché ta

vie , montre leur quelle femme se cache derrière cette jeune fille , relèves la tête et bats toi jusqu’à ta dernière force, sois digne de la

confiance que te porte ta mère, tu m’as compris Zawadi ? »

-MOI:« D’accord mami, j’ai compris et merci de la garder pour moi »

-ELLE :« je la garderais à chaque fois que le besoin se fera sentir »

C’est la première fois que je me séparais de mon bébé , même pas une heure de temps plus tard elle me manquait déjà, si cela ne dépendait que de moi,j’allais rester avec elle jusqu’à ce qu’elle ait aumoins six mois , mais cela signifiait perdre cette année d’études , ce à quoi ma mère s’est violemment opposée , elle a dit ton avenir avant tout.

J’avais raté beaucoup de cours , je vais devoir bosser jour et nuit pour pouvoir m’en sortir , de toute façon je ne dormais pas la nuit à cause du bébé Julia (Julia le nom de ma fille).

Quand je suis entrée dans l’auditoire tout le monde

me regardait ,j’ai cherché la chaise la plus proche pour m’asseoir , mais leurs murmures venaient jusqu’à moi , certains ont même parlé à voix haute surtout les deux filles à côté de moi

«Attend elle n’était pas enceinte celle-là » a réagi l’une d’elles

« si apparemment elle a accouché » a répondu l’autre.

Elles ont continué leur conversation

« elle n’a pas l’air de quelqu’un qui vient d’accoucher, tu as vu son ventre »

« hum c’est vrai , elle est mariée ?»

« non d’après une de ses connaissances on l’a enceinté »

« je me le disais aussi , elle a l’air trop jeune »

Je n’ai pas levé mes yeux sur mes cours, car ses paroles aussi désobligeantes fussent-elles ,ne

méritent pas une considération de ma part.

A la fin des cours ,je suis partie attendre Évelyne à l’arrêt de bus pour que nous rentrions ensemble,comme chaque jeudi , nous sommes devenues très proche depuis notre première rencontre.

Je l’aimais bien, on passait beaucoup de temps ensemble,comme elle vivait seule avec son fils, j’allais des fois passer la journée avec elle, et ce qui me plaisait le plus chez elle c’est le fait qu’elle ne me posait jamais des questions.

Tout ce qu’elle sait de ma vie c’est ce que j’ai vraiment voulu lui raconter et dans ce cas, elle

se contentait juste de me conseiller sans juger.

Et ce qui nous rapprochait le plus c’est le fait que nous étions des éprouvées de la vie , Evelyne étaitce qu’on appelle tous une femme batte ,pendant plus de 7ans elle a vécu dans un spirale

de violence.

Au début c’était des petites gifles puis c’est devenu beaucoup plus violent, son mari la battait presque chaque jour, c’est vrai qu’en analysant la situation,on se disait mais pourquoi elle ne divorce pas ou bien moi jamais je n’accepterais cela d’un homme pour rien au monde.

Sauf que c’est beaucoup plus compliqué que cela, on n’arrive pas à fuir , on se dit tout les jours que cela va changer, surtout s’il revient toujours à genou te supplier de lui pardonner , promettant de ne plus jamais le refaire ,qu’il t’aime qu’il était désolé ,qu’il ne savait pas pourquoi il se comportait ainsi avec toi.

Après ses bonnes résolutions , elle lui pardonnait toujours , tout redevenait normal , elle commençait à avoir espoir que tout était fini,qu’ils allaient vivre heureux à partir de maintenant, sauf qu’elle se trompait , un petit fait de rien du tout le faisait retomber dans la violence , il prenait comme excuse qu’elle lui avait mal parlé , qu’elle avait tardé à rentrer ,le repas n’était pas chaud, tous les moyens étaient bons pour la frapper.

Elle avait honte d’en parler et le jour où elle a eu le courage d’en parler à sa mère , cette dernière qui a dit que le mariage n’était pas simple , qu’elle devait éviter de mettre en colère son mari, qu’elle devait le respecter et éviter tout ce qui le mettait dans cet état.

Ce que sa mère ne comprenait pas c’est que son mari était un malade ,dans la société africaine surtout congolaise tout était pardonné aux hommes , l’image de la femme était d’être soumise et de toujours supporter , tout ceux que les hommes faisaient étaient pardonnés, du simple fait qu’ils étaient des hommes , comme s’ils n’avaient pas de cœur pour ressentir la douleur qu’ils nous infligeaient .

Évelyne est restée avec cet homme ,jusqu’à ce que Dieu les ait donnés un fils , et durant tout ce temps ,il continuait à la battre même en étant enceinte, il lui a fallu tout le courage du monde pour pouvoir partir.

Elle ne voulait pas que son fils grandisse dans cet environnement de violence,elle voulait d’une autre vie pour les deux , jusqu’à maintenant elle ne sait pas pourquoi elle est restée toutes ses années aux côtés de cet homme.

Meme si elle l’a quitté , elle avait besoin de beaucoup de temps pour reprendre sa vie en main , refaire confiance aux hommes.

Elle l’avait aimé profondément ,jamais elle ne se serait douté que cela allait finir ainsi , c’était une femme détruite complètement sur le plan psychologique.

Je suis passée chez ma grand-mère récupérer ma fille , à mon arrivée elle dormait , d’après maman dengambo (grand-mère en swahili),la journée s’est bien passée , elle était calme et elle n’avait pratiquement pas pleuré .

A notre arrivée à la maison , j’en ai profité pour faire un petit sommeil ,je ne dormais pas la nuit.

J’étais très fatiguée en plus de cela je devais réviser tout les soirs, je me demandais comment

je faisais pour tenir pendant la journée, mais je n’avais pas le choix.

La vie m’était vraiment injuste,…

Ah Zawadi ,quelle souffrance !‼

À SUIVRE….

Jr Cibangu❤

Laisser un commentaire