Histoire d'amour

ÉPISODE 22

MA VIE ET MON HISTOIRE D’AMOUR

Rody Kalala se tenait à l’entrée de la porte accompagné de la femme

que j’avais vu le jour où je suis partie chez lui. Il semblait aussi

surpris que moi de me trouver ici.

Je me suis raidie sur ma chaise , le visage

complètement livide, je me suis imaginée des

milliers de fois cette scène et maintenant que

c’est là je suis incapable de bouger un seul

doigt.

Arlon à coté de moi a senti que quelque chose

n’allait pas ,il a suivi mon regard et là il a

compris ce qui se passait sans que je ne lui dise

rien, et malgré le fait que j’aie vite fait de

détourner les yeux ; j’avais peur de sa réaction ,

qu’il se trompe sur le vrai sens de ma réaction

mais contre toute attente il m’a pris les mains et

les a serrées dans les siennes.

A cet instant la seule chose dont j’avais besoin

c’est qu’il ne dise rien et je pense qu’il a compris

car il n’a rien dit me laissant le temps de digérer.

J’ai essayé de me donner contenance ,il le fallait

étant donner que Rody est venu s’asseoir à la

table voisine de la notre.

J’essayais de suivre le cours de la discussion

tant bien que mal ,évitant de regarder vers leur

direction, des fois je sentais son regard sur moi

mais il suffisait d’un seul regard d’Arlon pour

qu’il se détourne.

Après que l’on ait servi à manger ,les filles(Sifa

et Gracia) ont décidé d’aller faire un tour aux

toilettes, elles ont insisté pour que je les

raccompagne mais je ne voulais pas car le fait

de me lever signifiait que je vais devoir passer

devant Rody.

Elles ont encore insisté et j’ai été obligé de dire

oui, en plus je me suis dit que j’allais en profiter ,

pour reprendre un peu mes idées.

Arlon m’a soufflé à l’oreille

-ARLON:« tu es sûre que tout va bien?»

-MOI:« oui ne t’inquiète pas , je reviens »

Je me suis dirigée vers les toilettes avec les

filles ,je suis passée devant lui ,j’avais

conscience de son regard derrière mon dos mais

je ne me suis pas retournée.

Dans les toilettes Gracia (la femme d’Abdoul)

m’a dit

« Christella ta robe est trop belle , tu as vu

comme tout le monde te regardait surtout le

monsieur en bleue ,j’avais l’impression que ses

yeux allaient sortir de leurs orbites»

Le monsieur en question n’est autre que Rody .

C’est vrai que la dernière fois qu’il m’a vu j’avais

maigri ressemblant à une cloue et presque à

terme ,je faisais juste pitié.

Mais depuis cette période j’avais tellement

changé, je ne ressemblais en rien à la pauvre

fille qu’il a connu, il a été vraiment déçu, s’il

attendait à trouver une loque humaine, c’est vrai

qu’il semblait surpris de me trouver là, il avait

pensé qu’il m’avait détruite à jamais, que j’allais

le pleurer toute ma vie.

Il m’avait volé quelques années mais pas ma vie,

ma vie c’est moi qui déciderai ce que j’en ferai,

pas une personne d’autre.

je me suis regardée dans le miroir , et j’ai vu une

femme belle et confiante et je me suis dit

pourquoi tu vas laisser cette pourriture gâcher ta

soirée, Il t’avait fait assez de mal comme cela, je

passais la plus belle soirée de ma vie avec le

seul homme que j’ai toujours voulu, je ne le

laisserais pas faire.

J”étais déterminée , cette soirée avait

commencé comme dans un rêve et c’est comme

cela qu’elle doit se terminer.

J’ai été interrompue dans mes pensées par

Gracia

-ELLE:« ça fait longtemps que tu es avec Arlon ?

»

-MOI:«non tu te trompes nous sommes juste

amis »

-ELLE:« hum ,ma chérie à qui tu vas faire croire

à cela , je sais c’est trop récent tu ne veux pas

en parler t’inquiète je comprends »

Je n’ai plus dit un mot , elle semblait tellement

sûre de ce qu’elle avançait car j’ai compris que

c’était peine perdu de discuter avec elle.

Je les ai suivies dehors et nous sommes parties

rejoindre nos places.

dès que je me suis assise prés d’Arlon, il m’a dit

-ARLON: « tu vas bien , tu sais si tu ne veux plus

rester nous pouvons rentrer chez nous »

-MOI:« mais pourquoi »

Il a désigné Rody de la tête

-MOI:«pour rien au monde je n’aimerais être

ailleurs qu’ici avec toi , il ne compte plus ,ne

t’inquiète pas il ne peut plus me faire du mal »

-LUI:« tant mieux sinon je lui casse la gueule »

Je l’ai souri et il m’a embrassé les bouts des

doigts

« hé les amoureux ça va, vous exagérez aussi »

c’est Jacques qui venait de parler.

J’ai pensé qu’Arlon allait démentir dire que nous

étions juste amis mais non au contraire il a ris

avec eux ,quand j’ai levé les yeux c’est pour

rencontrer deux yeux qui me fixaient avec un

regard noir , je lui ai rendu mon plus beau

sourire, il a détourné les yeux furieusement.

A partir de ce moment il n’a plus regardé vers

ma direction , le reste de la soirée s’est terminée

comme elle avait commencé ,à la fin nous

sommes restés un peu bavardé avec les amis

d’Arlon ,avant de regagner la voiture pour rentrer

chez nous.

Je n’ai pas revu Rody et sa femme ,je ne sais

même pas à quel moment ils sont partis , et

sincèrement je m’en foutais.

-ARLON:« on y va tu es bien installée ?»

-MOI: « oui , merci »

Je n’ai jamais connu Arlon aussi attentif

prévenant avec moi, décidément cette soirée

méritait d’être vécue, il ne disait rien concentré

sur la route

-MOI:« merci pour tout c’est la plus belle soirée

de ma vie »

-LUI:«c’est à moi de te remercier et je suis

content qu’elle t’ait plu , cet imbécile a failli tout

gâcher »

Il a prononcé cette dernière phrase en me

sondant de son regard, il voulait savoir ce que

cette rencontre m’avait fait.

-MOI:« il n’a rien gâté Arlon ! »

-LUI:« j’ai dit ,il a failli Chris »

-MOI:« tu penses qu’après toutes ses années il

peut encore m’atteindre ,j’avoue que cela m’a

fait un choc de le revoir mais c’est tout je

n’arrive même plus à ressentir de la haine pour

lui »

Puis me regardant bizarrement

-LUI: « tu es sûre de toi là ?»

-MOI: « je n’ai jamais été aussi sûre d’une chose

de toute ma vie, il ne peut plus me faire du mal»

-LUI:« tu m’en vois ravi, je pense que ce n’est

qu’aujourd’hui qu’il a eu conscience de ce qu’il a

réellement perdu ,et si jamais il s’avise de

t’approcher ,je le massacre »

Il n’a plus parlé moi non plus jusqu’ à la maison,

j’ai vite fait de le remercier pour la soirée avant

de me diriger vers ma chambre

-LUI:« mais tu cours vers où comme cela ,il ne

fait pas encore tard reviens on va discuter un

peu »

-MOI:« daccord , je me déshabille et je reviens »

Je suis partie voir d’abord ma fille elle dormait

de poing ferme, son petit visage reflétait toute

son innocence , j’avoue que des fois j’avais mal

pour elle , elle grandissait sans père mais

Rody mérite-t-il un tel joyeux , c’est un lâche en

plus de cela un traître ,elle n’avait pas besoin

d’un tel homme dans sa vie et moi non plus.

Je me suis déshabillé et j’en ai profité pour

prendre une douche avant de rejoindre Arlon.

Je l’ai trouvé entrain de se faire un café

-LUI: « elle dort ?»

-MOI:« Comme un loir , avec toutes les bêtises

qu’elle fait dans la journée, des fois j’ai

l’impression qu’elle ne s’arrête jamais »

-LUI:« elle a beaucoup d’énergie ,il faut demander

à Dan des fois nous sommes dépassés »

-MOI:« oui, le temps passe trop vite ,elle grandit

rapidement »

-LUI: « hum à qui tu le dis ! ,toi hier tu étais un

bébé toi-même »

-MOI en riant :« tu aimes bien te moquer de moi

hein !»

-LUI: « non même pas , c’est juste que je me

rappelle quand tu venais voir mon frère et que tu

le suivais partout même quand il allait jouer au

football »

-MOI:« j’imagine comment il a dû souffrir le

pauvre »

-LUI:« tu ne le lâchais pas d’une semelle ,et lui

aussi te trimballer partout »

-MOI:« oui comme toujours c’est mon seul et

unique ami , dès que je l’ai vu je l’ai adoré »

-LUI:« et moi »

Sa question m’a prise au dépourvu, qu’allais-je

pouvoir bien lui dire, j’ai opté pour la franchise

-MOI:« euh toi, je pense que j’avais peur de toi

,en plus je te trouvais tellement hautain»

-LUI:« quoi ,c’est ce que tu penses de moi ?»

-MOI:« ce que je pensais de toi , maintenant ça

va, tu es devenu moins hautain,au temps tu ne

riais jamais , et tu étais constamment derrière

notre dos »

-LUI:« j’espère que tu n’as plus peur de moi

maintenant Chris ? »

-MOI:«quand tu es en colère oui sinon ça va ,je

commence même à te trouver humain »

-LUI:« je ne suis plus un dragon ?»

-MOI en riant : « exactement »

Nous avons tous les deux ris

-MOI:« tu sais tu dois rire plus souvent cela te

change »

-ARLON:« non ,je ne veux pas perdre ma

réputation de dragon moi »

Ce que je voulais vraiment lui dire c’était que

quand il riait il devenait plus beau mais cela je

ne pouvais pas le lui dire

-LUI:« je ne veux plus pour rien au monde que tu

aies peur de moi , d’accord , je veux que tu me

fasses confiance, ne me craigne pas , tu me

comprends ?»

-MOI:« je pense que oui »

Nous sommes restés ensemble à discuter,il me

racontait ses voyages,son boulot et moi je

l’écoutais fasciner par ses récits, rêvant de vivre

la même chose un jour, sortir du pays.

C’est là que Dan nous a trouvés quand il est

rentré, on a continué la discussion à trois jusqu’à

ce que je commence à somnoler , je les ai

souhaité bonne nuit.

Pour moi la nuit a été bonne, j’ai dormi comme

une petite fille avec le sourire, je me sentais

protéger.

Le lendemain malgré l’heure tardive à la quelle

nous avons dormi, je me suis levée la

première,j’avais perdu l’habitude de faire la

grasse matinée ,avec Julia s’était devenu

impossible, je me levais tôt.

Quand j’ai fini de m’occuper d’elle ,je suis passée

à la cuisine, j’avais envie de préparer un bon un

plat , pour maman Nicole elle revenait du voyage

aujourd’hui vers 12H.

D’ailleurs dans quelques heures,je dois réveiller

les garçons(Arlon et Dan) pour qu’ils aillent la

chercher s’ils ne se réveillent pas.

Aidée par la bonne, nous avons préparé le repas

vers 9h tout était presque fini, après je suis

partie réveiller Dan, qu’il aille chercher sa mère.

Cela m’a fallu plus de dix minutes pour le tirer du

lit , et le pousser dans sa douche, vingt minutes

plus tard ,il est descendu,

-DAN:« tu es pire que ma mère toi ,tu ne peux

pas me lâcher une minute »

-MOI:« non et en parlant de ta mère , dans moins

de deux heures son avion va atterrir »

-LUI: «ça va c’est bon j’y vais »

A peine qu’il est parti la copine d’Arlon s’est

pointé , celle-là avait la manie de se pointer

toujours aux heures de repas.

Je l’ai vu à travers la cuisine , elle s’est dirigée

directement à l’étage , je l’ai arrêté

-ELLE:« ah Christy c’est toi ça va ?»

-MOI:« c’est Christella et oui ça va,, vous allez

où ?»

-ELLE:« Quelle question , voir Arlon bien sûr »

-MOI:« oui mais l’avez vous appelé avant parce

qu’il est entrain de dormir»

-ELLE:« je n’ai pas besoin de l’appeler , j’ai le

droit de le voir quand je veux »

-MOI:« je n’en disconvins pas mais quand on

entre dans une maison on se signale d’abord ,tu

ne peux pas venir et rentrer ainsi »

-ELLE:« es-tu entrain de m’empêcher de monter ,

en plus est ce que c’est ton problème , tu es qui

toi pour me poser toutes ses questions ?»

-MOI:« je ne suis pas entrain de me disputer

avec toi,je t’ai posé une question toute simple

»

-ELLE:«tu n’as pas en m’en poser , je vais monter

le voir et ce n’est pas toi qui vas m’en empêcher

»

J’avais envie de la laisser passé pour éviter les

problèmes mais la façon dont elle me défiait m’a

fait changer d’avis.

-MOI:« ah bon tu paries ,essayes de passer et tu

verras »

Elle a avancé d’un pas et je lui ai barré le chemin

-MOI:« je ne plaisante pas , tu ne monteras pas

ses escaliers »

-ELLE« je rêve où tu viens de me pousser !»

Avant que je n’aie le temps de parler Arlon était

descendu

-ARLON:« je peux savoir se qui se passe ici ? »

-ELLE:« ah tu veux savoir ,cette petite folle

m’interdit de monter te voir , elle m’a

pratiquement fait tomber en me poussant »

-ARLON:« tu peux arrêter de crier s’il te plait ,

j’ai mal à la tête et d’ailleurs que fais tu là »

Je n’ai jamais vu une si bonne comédienne de

toute ma vie , ses yeux sont devenus larmoyant

-ELLE:« pourquoi tu me parle ainsi devant elle ,tu

sais très bien pourquoi je suis là, je suis venue te

voir ,elle s’est jeté sur moi comme une

sauvageonne,elle m’a pratiquement fait tomber ,

m’interdisant d’ accéder dans la maison

-ARLON:« tu as fais cela Zawadi ? »

Ah, j’étais devenue Zawadi pas Chris, je l’ai

regardé, il était énervé, ,l’autre folle continuait à

débiter ses conneries.

-ELLE:« tu ne trouves rien d’autre à faire que de

crier sur moi , alors qu’elle m’a agressé c’est

comme

cela qu’elle accueille tous tes invités? »

-MOI:« ne me traite pas de sauvage , et dis la

vérité, je ne t’ai pas touché et je ne t’ai jamais

interdit d’entrer ici tout ce que je t’ai dit c’est de

ne pas monter qu’il dormait»

-ELLE:« tu en es une , tu vas me faire quoi me

frapper à nouveau ?»

J’ai voulu parler mais Arlon m’a arrêté

-ARLON:« bon ça suffit Zawadi ,tu te calmes

maintenant»

-MOI:« mais …»

-LUI:« j’ai dit assez c’est bon comme ça »

J’étais tellement j’étais en colère, j’avais juste

envie de la gifler

-ELLE:« un conseil mademoiselle ,dans la vie il

faut savoir rester à ta place cela t’évitera bien

des ennuis »

-ARLON:« laisse la tranquille veux -tu et réponds

à ma question, que fais tu ici , et ne me dis pas

que tu es venue me voir, je pensais être clair

avec toi la dernière fois que nous avons parlé»

-ELLE:« je refuse de parler de notre vie devant

celle-là »

-MOI:« hummm je m’en vais »

je les ai plantés là bas et je suis retournée à ma

cuisine.

Ils ont commencé à se disputer, les cris fusaient

de partout, cinq minutes plus tard, elle est sortie

de la maison en claquant la porte.

Arlon est venu me trouver dans la cuisine, il était

en colère

-LUI:« Qu’est-ce qui te prend maintenant ? »

-MOI:« comme quoi ?»

-LUI:« tu penses que c’est normal d”agresser les

gens comme cela ?»

-MOI:« c’est ce qu’elle t’a dit, je ne l’ai pas

touché , »

-LUI:« ce n’est pas ce qu’elle a dit »

-MOI:« mais je m’en fous de ce qu’elle t’a dit

voilà »

-LUI:« hey surveille ton langage, ne me parles

pas ainsi »

J’avais envie de lui dire mais va te faire voir

avec ta cruche , avant de me reprendre , je me

suis retournée vers mes marmites en l’ignorant

complètement.

-ARLON:«lorsque je te parle tu me regardes »

Je me suis retournée de nouveau vers lui

-MOI:« je t’écoute »

-LUI:« je ne veux plus de ce genre de chose ,tu

n’as pas le droit de malmener les gens ainsi »

-MOI:« et toi ne transpose pas ta colère sur moi

d’accord ! ,je ne suis pas tenue de la supporter ,

mon seul tord s’est que j’ai voulu te laisser

dormir »

-LUI:«je ne sais pas quel était ton but ni qui a

tort , qui a raison mais que cela ne se reproduit

plus, tu n’as jamais été ainsi donc ne commence

pas maintenant, est ce que c’est clair ?»

-MOI:« très clair »

Il est ressorti, je tremblais de colère, je lui en

voulais , en meme temps cela m’apprendra ,la

prochaine fois je me mêlerais que de ce qui me

regarde.

C’était injuste, je voulais juste qu’elle ne le

dérange pas,mais une petite voix me disait tu es

sûre que sm c’était juste pour cela ou bien tu ne

voulais pas qu’elle reste seule avec lui, et à vrai

dire je ne savais pas pourquoi je l’ai arrêté, mon

cœur n’a pas supporté de les voir ensemble,

aussi bizarre que cela puisse être j’étais jalouse.

Une heure de temps plus tard Dan est rentré

avec sa mère, j’étais heureuse de la revoir , cela

m’a même fait oublier ma colère.

J’ai attendu qu’elle finisse son bain et qu’elle se

soit reposée avant de servir à manger.

Durant tout le repas Arlon était de mauvaise

humeur, répondant que quand sa mère lui parlait

tandis que moi,j’ai fait comme s’il n’était pas là.

Après le déjeuner il a pris ses clés pour partir

,Dan lui est remonté dormir, nous sommes restés

que seules avec maman Nicole.

Elle me racontait son voyage ,quant au fil la

discussion elle m’a demandé

-ELLE:« qu’est ce qu’il a encore ?»

-MOI:« qui ,Arlon ?»

-ELLE: « oui »

-MOI:« il est fâché contre moi »

-ELLE:« toi mais qu’est-ce que tu lui as fait ?»

Je lui ai tout raconté

-ELLE:« hum je vois , elle aurait dû me trouver ici

c’est quoi ses manières , on ne rentre pas chez

les gens comme cela, de toutes les façons tu as

bien fait de l’arrêter, je n’aime pas cette fille du

tout et c’est pour cela qu’il est faché j’espère

qu’il ne t’a rien dit de désobligeant »

-MOI:« non rien de tout cela ,il pense qu’elle a dit

la vérité et du coup ,il m’en veut mais tu sais

très bien que j’ai l’habitude de ses colères

maintenant »

-ELLE:« en tout cas ne te laisse pas faire, s’il a

envie de recevoir ses copines il n’a qu’à les voir.

chez lui;des fois je me demande ce qu’il fout ici

alors qu’il a un toit »

J’ai haussé les épaules , je n’en savais rien ,

Arlon était compliqué.

Mais je pense qu’avec le temps je vais bien le

connaitre.

À SUIVRE…..

Share this:

Laisser un commentaire