Photos-érotiques-de-Couple-en-Noir-et-Blanc-J.-Bourrat-1

Il a toujours été ainsi mais le décès de maman a envenimé les choses, il refusait de s’ouvrir aux gens,même pour moi sa propre sœur s’était difficile…(Suite de l’histoire d’amour)

ÉPISODE 23

MA VIE ET MON HISTOIRE D’AMOUR

Le soir nous avons dîné sans Arlon ,je suppose qu’il boudait toujours, je me suis couchée tôt car je devais me lever tôt le lendemain matin.

Le lendemain j’ai préparé Julia puis je l’ai ramené au jardin avant d’aller à l’université. Dan iras la chercher à sa descente car je devais passer chez Évelyne , avant d’aller à l’école de Guelord,car il y avait une union des parents des élèves avec l’école donc il se pourrait que je rentre un peu tardivement.

Après mes cours Évelyne est venue me chercher et nous sommes parties chez elle ,

-ELLE: « alors ,raconte-moi, comment tu vas?, ça fait longtemps nous ne nous sommes pas vues !»

-MOI:« toi aussi tu exagères cela fait juste une semaine »

-ELLE:«oui mais tu m’as manqué, alors et ta soirée de la dernière fois, tu t’es bien amusé j’espère »

-MOI:« s’était idyllique jusqu’au lendemain »

-ELLE:« comment cela , que s’est –il passé ?»

-MOI:« disons que mon prince charmant s’est transformé en grenouille »

-ELLE:« qu’ a-t-il fait encore ? »

-MOI:« tu te rappelles de la fille dont je t’ai parlé la dernière fois »

-ELLE:« celle qui vient sans s’annoncer ?»

-MOI:« exactement, elle est revenue hier , elle a voulu monter à l’étage pour voir Arlon , je lui ai demandé de ne pas monter qu’il dormait, mademoiselle a commencé à crier sur moi , c’est le bruit qui a réveillé Arlon, donc quand il est venu , elle lui a menti en lui disant que je l’avais poussé , ils se sont disputés , elle est rentrée . Arlon est venu me trouver dans la cuisine en s’énervant contre moi »

-ELLE:« et qu’as-tu dis-toi ? »

-MOI:« rien ,je n’ai rien dit Évelyne, il est venu crier sur moi puis il est parti»

-ELLE:« dis moi Christella , est-ce vrai ce qu’il te reprochait ?»

-MOI:« non ,même pas ,c’est juste que je ne voulais pas d’histoire , tu ne connais pas Arlon ,il n’aime pas être contredit »

-ELLE:« oui mais ne le laisse pas t’accuser gratuitement»

-MOI:« oh laisse ,je m’en fous de ce qu’il peut penser , il n’a qu’à crier , de toute façon je n’ai jamais aimé les disputes »

-ELLE:« oui mais faut savoir se défendre dans la vie , sinon tu finiras piétiner »

Je n’ai rien dit,je savais qu’elle faisait allusion à elle

-ELLE:« en plus pourquoi tu l’as arrêté ,je suis sûre que ce n’était pas pour ménager ses heures de sommeil »

-MOI:«je ne sais pas pourquoi ,je l’ai fait et c’est tout »

-ELLE:« dis plutôt que tu étais jalouse,quand je te dis que tu aimes cet homme tu refuses de me croire»

-MOI:« laissons Arlon tranquille , parlons plutôt de toi , alors et le gars que j’avais trouvé ici la dernière fois ?»

-ELLE:« il était ici hier , il passe me voir presque tous les soirs , il dit qu’il veut m’épouser »

-MOI:« c’est génial , alors tu sors avec lui ?»

-ELLE:« je ne suis pas une adolescente, j’ai trente ans passées , donc je n’ai pas le temps pour les amourettes »

-MOI:« donc qu’est-ce que tu attends Évelyne »

-ELLE:« je ne sais pas et s’il devient comme mon ex mari, je n’arrive pas à faire confiance à nouveau»

-MOI:« stop , tous les hommes ne sont pas comme ton salaud de mari , tu es jeune , tu as toute la vie devant toi , tu ne vas pas le laisser gâcher ta vie , si tu n’ouvres pas ton cœur aux autres comment est-ce que tu pourras t’en sortir , en plus cela fait trop longtemps que tu es seule, promet-moi que tu vas juste essayer avec lui»

-ELLE:« je vais essayer promis »

Je suis restée encore une demi heure avant de partir à l’école de Guelord.

Normalement c’était à mon père de d’y aller mais il avait un empêchement d’après ses dires, sa femme idem.

Il m’a fallu plus d’une heure pour faire le tour de tous ses professeurs ,ils étaient tous unanime , Guelord était serieux , travailleur , le seul souci est qu’il est très réservé.

Il a toujours été ainsi mais le décès de maman a envenimé les choses, il refusait de s’ouvrir aux gens,même pour moi sa propre sœur s’était difficile.

-MOI:« je suis fière de toi , et j’en suis sûre que maman de là haut est aussi fière de toi »

-GUELORD:« elle me manque tellement »

-MOI:« je sais mon amour,, à moi aussi elle me manque»

-LUI:« Pas un jour ne passe sans que je ne pense à elle »

-MOI:« hey on ne parle pas de choses tristes , tu es premier de ta classe cela se fête, tu sais quoi on part dîner ensemble, d’accord ?»

-LUI:« d’accord »

Nous sommes repartis chez mon père, il n’était pas là,mais j’ai trouvé sa femme et mes demi-frères, ils étaient tous réunis autour de leur mère, entrain de discuter, ils formaient un tableau de famille presque parfait.

-MOI:« bonsoir »

Ils ont à peine répondu à ma salutation,ni ma demi-sœur ni ma tante (Dada bella) aucune n’a daigné lever sa tête.

Comme mon père n’était pas là,je me suis retournée vers Dada Bella

-MOI:« bon dada (grande soeur en swahili ) ,je vais partir avec le petit , je le ramène plus tard »

-ELLE:« unh hum »

C’est ça sa réponse,je suis partie sans me retourner de toute façon, sa réponse m’importait peu, je ne faisais que la tenir au courant.

Guelord m’a dit que depuis la dernière fois qu’Arlon était venu la voir , elle ne lui regardait plus c’est comme s’il n’existait pas pour elle ,bien évidemment cela lui arrangeait dès l’instant qu’elle n’était plus derrière son dos .

Nous sommes partis manger ,puis nous sommes allés manger de la glace à Good cream ,il était heureux comme on venait de passer un bon moment.

Guelord ne cessait de demander après Arlon

-MOI:« il ne pouvait pas venir mon chèri, lui aussi a sa vie »

-LUI:« oui , mais il m’a dit qu’il trouvera toujours du temps pour moi »

-MOI:« ce n’est pas parce qu’il te l’a dit qu’il en trouve forcement , je suis sûre qu’il aimerait bien passer du temps avec toi»

-LUI:« je l’aime bien moi ,Arlon me fait trop rire »

Ah ça mon petit tu es le seul à qui il fait rire , pour ma part il n’y a pas homme plus autoritaire plus suffisant que lui sur cette terre.

Vers 20h 30 , je lui ai ramené chez mon père que j’ai trouvé à la maison d’ailleurs, il ne m’a rien dit à part que c’est bien de sortir de temps en temps avec lui.

Je lui ai transmis tout ce qu’on m’a dit à l’école de Guelord,il semblait fier de lui,mais la chose la plus troublante est lorsqu’il m’a demandé si j’allais bien, si je n’avais pas de problème, où en étais-je avec mes études.

Quand j’ai dit à mon père que j’étais en licence il semblait surpris puis il a dit

-LUI:«cela ne m’étonne pas tu as toujours été intelligente »

Cette phrase toute simple m’a fait du bien ,peut être parce que c’est le seul vrai compliment que j’ai reçu de mon père de toute ma vie , même si je sais que c’est ridicule , cela m’a fait plaisir.

Je lui ai dit que je devais rentrer qu’il

faisait tard il a sorti de l’argent pour me donner le transport, je lui ai répondu que j’avais assez d’argent mais que c’était gentil de sa part.

Je n’en revenais toujours pas de toute ma vie jamais mon père ne m’avait demandé si j’avais besoin de quoique se soit.

J’ai pris mon taxi pour rentrer au Bel-Air où j’habitais et durant tout le chemin de retour,je ne cessais de peser à mon père, j’allais avoir bientôt 24 ans et jamais mon père ne s’est occupé de moi. Aussi loin que je me souviens ,ni des cadeaux , même pas un mot gentil, j’ai grandi en passant que c’est ce qui est normal que tous les pères se comportaient de la même façon.

Et aujourd’hui en moins de trente minutes il a fait ce que j’ai toujours attendu de lui toutes ses années , je voulais qu’il s’intéresse à moi, juste un peu d’attention, c’était trop d’émotion pour moi,je ne savais plus quoi penser.

Arrivé à la maison, je suis partie prendre mon bain avant de dresser la table pour le diner,Dan est venu me trouver à la cuisine,

-LUI:« Christella dépêche toi ,j’ai trop faim »

-MOI:« mais pourquoi vous n’avez pas mangé sans moi !, pourquoi m’attendre ? »

-LUI:« maman est sortie , en plus on avait pas envie de manger tout seul »

-MOI:« hum, patiente un peu j’ai presque fini »

-MOI:« tu ne me demandes pas comment va ta fille ?»

-MOI:«Je sais qu’elle se soit endormie, on ne s’est pas vu de toute la journée»

-LUI:« pourtant elle t’a attendu mais je suppose qu’elle était trop fatiguée »

Nous avons diné tous les trois, dans un silence pesant car ni moi ni Arlon ne parlions, au début c’est Dan qui tenait la conversation mais comme personne ne suivait il s’est tu.

Après le diner il est venu me trouver dans ma chambre

-LUI:« alors que s’est-il passé avec le dragon cette fois-ci »

-MOI:«je n’en sais trop rien , tout ce dont je sais c’est qu’il est pénible et que moi j’en ai marre des ses sautes d’humeur »

-DAN: « waouh Christella qui se rebelle , c’est du nouveau cela »

-MOI:« arretes de te moquer de moi ,s’il me crie encore dessus je lui casse sa grosse tête et je suis très sérieuse »

-LUI:«je ne me moque pas , c’est rare de te voir fâché,mon frère a vraiment déconné , fais moi signe si tu as besoin d’aide »

-MOI:« besoin d’aide pourquoi ? »

-LUI en souriant:« pour casser sa grosse tête »

J’ai éclaté de rire, il arrivait toujours à me faire rire qu’importe le moment où je me trouve

-LUI:« bon je t’adore plus que tout mais je vais dormir je bosse demain ,bonne nuit Chris»

-MOI:« bonne nuit »

Cinq minutes après son départ on a frappé à la porte, je suis partie ouvrir pensant que c’était Dan qui avait oublié quelque chose ,mais non s’était Arlon

-ARLON:« je peux entrer ? »

Je me suis effacée pour le laisser entrer avant de refermer la porte derrière lui

-LUI:« je suis venu te dire au revoir ,je dois voyager demain matin pour 10 jours »

-MOI:« c’est bien,je te souhaite un bon voyage »

-LUI:« c’est tout ?»

-MOI:« tu veux quoi encore ? »

-LUI:« Eh ben, que tu fasses comme d’habitude »

-MOI:« ne t’en fais pas , je ne veux rien »

-LUI:« ok je vois tu boudes encore »

Sa dernière phrase m’a fait sortir de mes gonds,je me suis jetée sur lui

-MOI:« ah bon, tu penses que je boude, figure toi que je ne veux pas de tes cadeaux, j’en suis libre non , que crois tu que tu peux venir me crier dessus , comme si j’étais ton esclave et après m’offrir des cadeaux , excuse moi de te dire que cela ne marche pas ainsi !»

-ARLON:« tu reviens encore sur cette histoire Chris ? »

-MOI:« bien sûr que je vais en revenir , non seulement tu as eu tort , tu ne t’es pas excusé, tu te comportes comme un dictateur Arlon »

Il s’est rapproché de moi

-LUI:« ah bon comme cela, je suis un dictateur , un esclavagiste ,un dragon,avec quel mot encore vas-tu m’appeler »

-MOI:« je ne l’ai pas dit comme cela mais toi-même tu sais qu’il y’a une part de vérité , il faut toujours que l’on t’obéit »

Avant que je ne finisse ma tirade , il m’a attiré dans ses bras et m’a embrassé, ce fut un baiser possessif comme s’il voulait me marquer avec la surprise, j’ai essayé de le repousser, mais il m’a maintenu fermement et a approfondi son baiser

,à ma grande surprise j’ai commencé à ressentir du plaisir, je lui ai offert mes lèvres pour qu’il aille plus loin quand il a senti que je m’abandonnais , son baiser s’est fait plus doux.

Je ne sais pas combien de temps ce baiser a duré ni comment mes bras se sont retrouvés accrochés à son cou, tout ce dont j’ai conscience c’est le manque que j’ai ressenti quand il y a mis fin.

Je le regardais à travers mes paupières mi-clos ,essayant de calmer les battements de mon cœur ,ce baiser n’avait rien à voir avec ceux que j’avais reçus de Rody , j’avais même pensé que c’est moi qui avait un problème tellement je ne ressentais rien alors que celui là ,il était intense plein de fougue et de tendresse à la fois.

-LUI:« ne me regarde pas comme cela , et ne t’attends pas à ce que je m’excuse car je ne le ferai pas ,j’ai rêvé de le faire cela fait une éternité déjà»

Je ne disais toujours rien ,j’étais encore dans mon nuage , c’est là que je me suis rendue compte que j’étais toujours accrochée à lui, il a passé ses doigts sur mes lèvres ,c’était une

caresse douce

-ARLON:« tu m’as entendu Chris ? »

Entendre quoi,j’essayais de remettre mes idées en place, il avait parlé mais je n’ai pas entendu

-MOI:« pardon ?»

-LUI:« de ne pas attendre des excuses de ma part »

-MOI:« ah ça ne t’inquiète pas, je ne t’en demande pas Arlon»

-LUI:« tant mieux car je ne regrette rien, au contraire j’ai envie de recommencer , tu me fais perdre tous mes moyens et comme je ne suis pas sûr de pouvoir me retenir ,je m’en vais»

J’avais envie de lui crier recommence s’il te plait, mais au lieu de cela, je me suis décidée à le lâcher avec regret

-LUI:«il faut qu’on ait une décision sérieuse à mon retour on parlera d’accord ?»

Il s’est dirigé vers la porte après m’avoir embrassé sur le front, je me suis rendue compte que je ne lui ai pas demandé combien de temps il comptait faire avant de revenir

-MOI:«Arlon attend , tu vas rester pendant combien de temps »

-LUI:« une semaine, bonne nuit Chris»

J’ai refermé la porte et je me suis adossée contre elle,savourant toujours le moment,j’aurai aimé qu’il dure encore plus longtemps.

À SUIVRE…

Share this:

Laisser un commentaire