Un couple en amoureux
Spread the love
31 Views

ÉPISODE 30

MA VIE ET MON HISTOIRE D’AMOUR

Dépuis l’annonce de notre mariage ,la mère d’Arlon est entrée dans une frénésie totale ; elle s’était mis en tête d’organiser un grand mariage, et cela, sans notre consentement bien sûr, car nous aurions préfère une cérémonie simple et le plus rapidement possible.

Mais s’était sans compter avec la détermination de sa mère, ce qui lui a value de nombreuses disputes avec son fils ; disputes qui étaient fréquentes et auxquelles je refusais de prendre part bien qu’elle m’y mêlât tout le temps

-MAMAN NICOLE :« Christella tu n’as pas d’avis toi ,tu ne peux pas dire à mon têtu de fils que tu veux une grande fête avec toutes tes amies ;tu es une fille ,toutes les filles rêvent d’un grand mariage »

-MOI:« euh sauf moi ; de toute façon je n’ai pas d’amie donc je suis d’accord avec Arlon une petite fête serait beaucoup mieux »

-ELLE:«tu ne trouves rien d’autre à me dire !»

-MOI:« Tu m’as demandé mon avis ,je te l’ai donné »

-ELLE: « bon si c’est cela tu peux garder ton avis je n’en ai pas besoin »

-ARLON:« Viens Chris ,allons il ne sert à rien d’essayer de lui parler ,quand elle est ainsi elle refuse de comprendre »

j’ai suivi Arlon dehors je n’en pouvais plus de toute cette tension;en sortant nous l’avons entendu crier

-ELLE:« c’est cela cassez-vous; ce mariage, je le ferai avec ou sans vous »

sa dernière phrase nous a fait rire tous les deux

-MOI:«tu ne penses pas que ça serait mieux qu’on la laisse faire comme elle veut ; car moi j’en peux plus sincèrement »

-LUI:: « tu as raison c’est la meilleure solution ; moi aussi je n’en peux plus »

-MOI:« Pendant des semaines c’est la seule chose sensée que j’ai entendue venant de toi »

-LUI::« bon ça va, n’exagère pas aussi ,tu sais pourquoi je veux accélérer ce mariage ; je ne tiens plus Chris j’ai peur de te sauter dessus à chaque fois que nous sommes seuls »

-MOI:« Crois-moi tu n’es pas le seul »

-LUI:qu’est-ce que tu viens de dire ?»

-MOI:«moi ,rien du tout !»

-ARLON:«oh non, tu ne t’en tireras pas aussi facilement depuis que je te connais c’est la première fois que tu fasses allusion à ton désir pour moi; je me demandais vraiment si tu en avais ; et j’avoue que cela me surprend que ce genre de pensées traversent cette petite tête, c’est vraiment une merveilleuse surprise »

-MOI: « oh tu serais tellement surpris par la nature des pensées qui traversent ma tête.»

-LUI:«quand tu seras mienne ;je me ferai un plaisir d’exploiter chacune de ses pensées »

je me suis battue en retraite car je perdais le contrôle de la discussion;je ne sais pas ce qui m’a pris de lui parler ainsi ; j’avais seulement envie de flirter avec lui ; d’être un peu plus coquine mais avec Arlon ce n’était pas possible sans qu’il essaie de tirer profit de la situation ; si je continuais, j’allais bientôt me retrouver dans une situation disons un peu délicate ; je commençais à connaitre son tempérament fougueux.

-MOI: «tu peux me ramener chez ma grand-mère s’il te plait ?»

-LUI:«bien sûr , va prendre tes affaires »

j’avais déja fait quelques pas quand je

l’entends me lancer

-ARLON:« et changes toi par la même occasion s’il te plait »

j’avais oublié que j’avais mis un leggins,tenues qu’il détestait le plus, des fois il me faisait rire avec ses côtés vestimentaires .

Arlon m’a déposé chez ma grand-mère, mais il’n’est pas rentré ;j’ai ressenti un petit malaise une fois devant la porte d’entrée ;j’espérais ne pas y trouver mes oncles car ce n’était pas vraiment le meilleur moment pour une énième affrontement avec eux.

Heureusement que cette fois-ci ils n’étaient pas là; mama (grand-mère) était seule à la maison

-ELLE:« ah te voilà , depuis le temps que je t’appelle c’est maintenant que tu te pointes !»

-MOI:« Désolée mama; je n’ai pas pu me libérer »

-ELLE:« Tu n’as même plus le temps de venir voir ta vieille grand-mère; j’espère juste que tu prends le temps de te reposer »

-MOI:«j’essaie ce n’est pas si simple tu sais , j’ai un avenir à bâtir ,une fille à élever et bientôt un foyer »

-ELLE:« je sais mais tu es forte tu y arriveras au nom de Dieu !»

-MOI:« Amen »

A Lire aussi: Jennifer Lopez : la chanteuse est très affectée, voici pourquoi

-ELLE:« et pour les préparatifs du mariage de votre côté ?»

-MOI:« tu sais que si cela ne dépendait que de moi on ferait quelque chose de simple »

-ELLE:« Ah non il n’en est pas question, tu mérites le meilleur avec tes tantes, nous voulons te donner le plus beau mariage ; je suis si heureuse pour toi »

-MOI:«merci mama »

-ELLE:«La seule chose qui manque à mon bonheur c’est que tu te réconcilies avec tes oncles ; ils sont vraiment en colère contre toi»

-MOI:« ce n’est pas nouveau, je peux savoir les raisons cette fois-ci ?»

-ELLE:«Ils ne se sentent pas impliquer dans ton prochain mariage »

-MOI:«vous avez été les premières personnes à qui j’ai parlé quand j’ai su pour mon mariage »

-GRAND-MERE:«nous oui mais pas tes oncles, ils font partie de ta famille que tu le veuilles ou pas »

-MOI:« je n’ai jamais prétendu le contraire; mais vu la situation que voulais-tu que je fasse cela fait des mois qu’ils refusent de me parler la dernière fois que nous nous sommes vus, ils m’ont traité de tous les noms»

-ELLE:« cela n’est pas une raison pour que tu refuses d’aller leur parler de ton mariage»

-MOI:« Arlon est venu les voir avec mon père ;mon père lui-même est revenu les voir à deux reprises que veulent-ils de plus ?»

-ELLE :« ah nous y voilà ton père encore lui ; tu as la mémoire courte toi avec tout ce qu’il vous a fait subir tu oses me parler de ton père , eh ben laisse moi te dire qu’il a perdu le droit de donner ta main quand il vous a lachement abandonné »

-MOI: «mama s’il te plait »

-ELLE:«quoi tu oses le défendre maintenant, ce sont eux qui doivent donner ta main pas ton père, il a perdu ce droit quand il vous a quitté »

-MOI:«je ne défends personne ; je suis tout à fait d’accord avec toi;même si je trouve que c’est injuste ce que tu racontes car mon lâche de père comme tu l’appelles n’est en rien diffèrent de tes chers fils car eux aussi nous ont abandonné lâchement c’était leur sœur et pourtant ils l’ont fait en quoi sont-ils meilleurs; réponds-moi; et je suis désolée de te le dire mais tes chers fils continuent de nous tourner le dos particulièrement moi et pourtant je ne m’en plains jamais !»

-ELLE:« Ils t’ont rayé de leur vie mais tu ne fais aucun effort pour renouer avec eux »

-MOI:« Je n’irai pas vers eux mama , je refuse ,ne me le demande même pas !»

-ELLE : « Je vois que ton père a réussi à te faire changer d’avis en ce qui le concerne ; ce n’est qu’un vil manipulateur et cela me désole que tu puisses oublier si vite ;je ne suis en rien d’accord avec ce que mes fils ont fait et ce qu’ils continuent de faire mais ton père ne trouvera jamais grâce à.mes yeux , pas après ce qu’il a fait à ma fille ,ta mère ne l’oublie pas »

-MOI:« Je n’ai rien oublié mama au contraire mais nous ne sommes pas là pour faire le procès de qui que se soit j’essaie d’avancer je ne veux plus haïr ni mon père ni mes oncles mais ce n’est pas pour autant que je vais leur faire la cour s’ils veulent participer tant mieux au cas contraire nous ferons sans eux»

-ELLE : « tu veux aller de l’avant, raison de plus pour essayer de faire la paix avec tes oncles , de toute façon je ne t’ai pas appelé pour qu’on se dispute essayons plutôt de parler des préparatifs car tes tantes ne vont pas tarder à arriver ».

Mon rapprochement avec mon père n’était pas bien vu par ma famille maternelle, ils pensaient tous qu’il le faisait pour s’accaparer de la maison; mais moi,j’essayais de croire au plus profond de moi qu’il était animé par d’autres motivations et je me raccrochais à cet espoir.

Je pensais que c’était fini mais malheureusement pour moi ,mes tantes ne sont pas venues seules ,elles étaient accompagnées de mon grand-oncle.

Je commençais à me sentir mal à l’aise car je savais que rien de bien allait sortir de cette rencontre.

Après m’avoir à peine saluer, il s’est tourné vers sa mère et ils ont commencé à converser entre eux de mon côté j’ai eu à discuter avec mes tantes , je subissais une véritable interrogation ; le montant de ma dot , où comptons-nous vivre une fois mariés tant de questions dont je n’avais pas les réponses.

A vrai dire ;je n’en avais aucune idée , je savais qu’Arlon avait une maison mais j’ignorais qu’il comptait me faire vivre là-bas ;pour ce qui est de ma dot je n’ai jamais demandé

-MOI:« je n’ai pas encore discuté de ce point avec lui mais je vous promets de le faire le plus rapidement possible »

«il parait que tu te maries ?» c’est mon oncle qui venait de parler

-MOI: « oui »

il est resté silencieux un moment avant de me lancer

-LUI:« C’est bien; j’espère que tu arrêteras ta vie dissolue ; et que tu seras enfin une femme respectable »

il l’avait dit d’une manière si humiliante ,j’ai regardé mama et mes tantes m’attendant à ce qu’elles prennent ma défense ,elles semblaient gêner mais n’ont rien dit; mes larmes ont menacé de déborder

-MOI:« le mariage ne changera rien en moi car j’ai toujours été une femme respectable ,tu n’as pas le droit de porter ce genre de jugement sur moi »

-LUI:« une femme respectable toi, les jeunes filles de bonne famille ne tombent pas enceintes, qui plus est incapable de dire le père de son enfant, arrête de prendre tes airs avec nous tu n’es rien !»

« ça suffit laisse la tranquille ; tu en as assez dit » C’est tante Agnès qui venait de parler.

-ONCLE:« Elle est insolente ; elle ne respecte rien ; je ne lui permettrais pas de me parler mal ainsi, tu mériterais qu’on te corrige c’est ce que ton incapable de père aurait dû faire»

-MOI: « Tu n’es pas mon père , tu es un monstre. tu ne mérites même pas que je te réponde »

-LUI:« Que Dieu me préserve de mettre au monde une dévergondée de ton espèce »

j’ai tremblé sous le coup de l’humiliation et de la colère ,les larmes que j’avais essayé de retenir depuis le debut ont commencé à couler librement sans que je puisse les arrêter

« Christella s’il te plait ne pars pas je t’en supplie ,regarde ce que tu as encore fait tu ne peux pas t’empêcher d’être si méchant si cruel » c’est tante Agnès qui venait de parler.

-MOI: «C’est bon ma tante ; je vais bien je t’assure ,je dois juste rentrer»

-TANTE:« Reste s’il te plait ne pars pas dans cet etat »

-MOI: « Pour me faire traiter de pute encore une fois ,non merci ; on se voit au mariage »

je me suis précipitée vers la porte avant de pleurer pour de bon devant ce monstre.

Il a fallu que j’envoie un message à Arlon le suppliant de venir me chercher, je ne pouvais pas prendre le risque de l’appeler il aurait deviner rien qu’à ma voix que quelque chose n’allait , je ne l’est pas attendu longtemps, en moins de dix minutes il était là.

J’étais tellement soulagée de le voir que je n’ai pas pu le lui cacher

-ARLON:« tu es sure que tout va bien ?»

-,MOI:« oui ça va !»

-LUI:« je déteste quand tu me mens et tu le sais »

-MOI:« qu’est-ce qui te fais croire que je mens»

-LUI:« Tu t’en fous de moi , tu as une mine affreuse »

je me suis tu , je connais Arlon,si je lui raconte les monstruosités de mon oncle ,ll est capable de faire demi-tour

-LUI:«Je t’écoute »

-MOI:« D’accord tu as raison ; je viens de passer une journée affreuse »

-LUI: «Ne me dis pas que tes crétins d’oncles t’ont encore causé des problèmes parce que si c’est le cas on y retourne et je leur règle leur compte »

il fallait que je trouve rapidement une histoire plausible à lui raconter , je détestais lui mentir mais je ne pouvais pas lui dire la vérité ,j’avais tellement honte de ce que mon oncle m’avait dit

surtout que ses paroles contenaient une part de vérité malheureusement.

j’avais peur qu’ entendant ses choses ;il finit par me juger comme tous les autres, bien sûr il ne m’a jamais donné de raisons de douter de lui ,mais qu’importe la peur était là, elle ne me

quittait pratiquement jamais

-MOI:« Pas exactement; disons qu’ils sont à l’origine figures-toi qu’ils ne sont pas d’accord avec l’idée que tu sois parti demander ma main à mon père plutôt qu’à eux ;je me suis disputée avec grand-mère ,elle aussi partage leur opinion »

-ARLON:« c’est quoi cette histoire encore ; ton père est la seule personne habilitée à donner ta main ,personne d’autre ;en plus ces gens ne t’ont jamais témoigné le moindre respect;ils s’en foutent de toi mais malgré cela je m’y suis rendu ,je ne l’ai fait que pour toi ,ton père au moins essaie de se racheter tout leur contraire »

-MOI:« j’espère juste qu’il ne joue pas avec mes sentiments Arlon, je ne supporterai pas une autre trahison de mon père , tu comprends ?»

-LUI: « Je sais chérie ; ne les laisse pas te replonger dans cette spirale de haine ,n’oublie pas ce que je t’ai appris »

-MOI: « Pardonner et aller de l’avant ,je n’ai pas oubliè bébé »

-ARLON:« c’est bien je suis fière de toi , de toute façon tout ira bien, je ne laisserai jamais personne te faire du mal tu le sais ?»

-MOI:« Oui j’en suis certaine »

-LUI:« Parfait maintenant si je t’invitais à dîner ,histoire de te faire oublier cette dure journée »

-MOI:« oh ça me ferait vraiment plaisir »

c’était l’occasion idéale de lui poser toutes les questions soulevées par la discussion avec mes tantes.

Arrivés à la maison ; nous avons trouvé sa mère toujours occupée à émettre des appels, j’avais l’impression qu’elle allait appeler le monde entier

-ELLE:« vous êtes de retour et ta grand-mère elle va bien»

-MOI:«oui en pleine forme ; où est Julia ? »

-ELLE : « elle ne doit pas être loin , depuis ce matin elle ne m’a quitté d’une semelle , je pense que j’ai trouvé ma secrétaire, elle m’a beaucoup aidé contrairement à d’autres »

-MOI:«Euh en parlant de cela nous avons décidé avec Arlon de vous donner carte blanche »

-ELLE: « vous avez fait un bon choix , ce mariage j’y tiens , je veux qu’il soit une réussite totale ,la première fois qu’il s’est marié ,il l’a fait de manière solennelle ; sans fête ni rien ; il est mon

ainé et toi Zawadi tu es la fille que je n’ai jamais eu ,c’est comme si je mariais mes deux enfants à la fois , il est impensable de ne pas vous offrir un mariage de rêve »

je regardais cette femme et je me disais que j’avais vraiment de la chance , elle était si entière

-MOI: « je suis heureuse que nous nous réconcilions , je ne supporte pas nos disputes”

-ELLE:« j’avoue que ces derniers jours , nous avons fait que nous disputer mais c’est tout à fait normal entre mère et fille mais tu sais que je t’aime fort Christella »

-MOI:« Je t’aime aussi bon je vais aller me préparer on m’a invité à dîner »

je suis remontée dans ma chambre après avoir pris mon bain , mes pensées sont allées à ma mère comme tous les soirs.

J’avais passé une journée horrible encore une fois , mon oncle avait réussi à me faire sentir plus bas que la terre, je pensais avoir été au-dessus de tout cela mais je m’étais trompée, ils continueraient toujours à m’humilier, qu’importe ce que je ferai, leur méchanceté envers moi n’avait pas de limite.

Mais il suffisait que je pense aux paroles que ma mère me répétait souvent: “ tu es une bonne fille, la meilleure que je connaisse , ne laisse jamais personne te dire le contraire ”

elle avait raison , ils ne pouvaient pas me briser pas après tout ce que j’ai traversé , je suis plus forte qu’eux.

je suis partie chercher ma fille malheureusement elle s’était déja endormie nous nous sommes pratiquement pas vues pendant toute la journée ,je me suis promis de me racheter demain , je ne voudrais pas qu’elle se sente négliger.

A 20h ;j’ai fini de m’habiller et je suis partie chercher Arlon

-ARLON:« Déja d’habitude il fallait que je te menace de partir sans toi pour que tu te décides à sortir enfin dans la maison»

-MOI: « Je sais mais ce n’est pas tous les jours qu’on fête sa dernière sortie en tant que célibataire, je veux profiter au maximum de cette soirée donc dépêche-toi »

-MOI:« D’accord chef, je suis à toi dans maximum dix minutes »

Dans une semaine nous allons nous marier et je ne pense pas avoir l’occasion de passer une soirée en tête à tête avec lui dans les jours qui viennent , et j’ai tellement de choses à lui demander.

À SUIVRE…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recipe Rating




Tu peux être aussi intéressé par ceci