Ma vie et mon histoire d’amour: épisode 36


Vie-couple-africain

70 / 100

ÉPISODE 36
MA VIE ET MON HISTOIRE D’AMOUR

Le Jour suivant ce fut un samedi, je devais me rendre au cimetière comme chaque samedi depuis plus d’une année et demi maintenant, j’y allais prier pour ma mère , nettoyer sa tombe si nécessaire, c’était assez rare pour les femmes de se rendre dans les cimetières dans nos sociétés ,mais moi j’avais besoin d’y aller c’était ma manière de rester proche d’elle,on disait souvent que les morts pouvaient nous entendre de là-haut.
De ce fait j’avais pris l’habitude de lui parler de nous, de Guelord, de moi sa petite fille et de tous les évènements importants de nos vies.

Et cela m’aidait car à chaque fois que je quittais les cimetières, je repartais le cœur léger, malgré le fait qu’elle me manquait à chaque instant de ma vie, je savais qu’elle était en paix , elle avait trop souffert dans sa vie maintenant elle se reposait ,j’en étais convaincue cela ne pouvait pas être autrement.

J’étais entrain d’enlever les mauvaises herbes quand j’ai senti quelqu’un me toucher l’épaule, je me suis retournée pour me trouver nez-à-nez avec mon père , je m’attendais à trouver tout le monde ici sauf lui
-MOI: « qu’est-ce que tu fais ici ?»
-LUI:« Je viens ici tous les vendredis »
-MOI:« comment cela se fait que l’on s’est jamais
rencontrer ? »

-LUI:« et pourtant je viens à chaque fois aux mêmes heures »
-MOI:« tu as raison j’avais l’habitude de venir plus tard c’est pour cela on ne s’est jamais rencontré »
En plus je me rappelle qu’un jour le gars que je payais pour qu’il s’occupe d’enlever les mauvaises herbes m’avait dit qu’il y’avait un homme qui venait souvent se recueillir sur la tombe, mais sur le coup j’avais pensé à mes oncles pas à mon père.
Je continuais de le regarder n’arrivant toujours pas à y croire. C’est mon père qui a mis fin à ce silence lourd
-PAPA:« je sais que c’est difficile pour toi de me croire mais le fait de venir ici m’aide à me sentir en
paix »

Je ne disais toujours rien continuant à le regarder
-LUI:« tu sais avant qu’on ne se sépare ta mère et moi , elle était ma meilleure amie, elle me manquait mais plus encore maintenant que je sais que je ne la verrai plus , je ne pourrai jamais lui dire combien je regrette »
Je sondais son visage pour voir s’il était réellement sincère , s’il n’était pas entrain de simuler mais tout ce que j’ai vu c’est un visage montrant une grande peine

-MOI:« tu sais, moi j’ai pris l’habitude de lui parler chaque fois que je vienne , je suis sûre qu’elle t’entend »
-LUI:« je l’espère j’ai tellement besoin qu’elle me pardonne »
je ne savais pas quoi lui dire, j’avais l’impression d’avoir en face de moi un petit garçon , il regrettait vraiment
-MOI:« je suis sûre qu’elle te pardonnera, même de son vivant elle n’arrivait pas à t’en vouloir »
-LUI:« je sais ,ta mère était une bonne personne , pour elle c’est trop tard mais pour vous je ferai l’mpossible pour que vous me pardonniez »

-MOI:« je vais te laisser ,je passerai chez toi ce soir pour prendre Guelord pour le weekend , je t’en avais parlé ,j’espère que tu n’as pas oublié »
-LUI:« non, d’ailleurs il t’attend avec impatience »
-MOI:« à ce soir père »
Apres ma sortie des cimetières, je suis partie directement déjeuner avec Évelyne ,depuis mon mariage je ne l’ai pas revu , on s’envoyait juste des texto ;j’avais tellement hâte de la revoir.
Évelyne était toujours aussi douce , cette douceur qui m’a attiré en elle la première que je l’ai vu , c’est une personne qui inspire confiance , son visage reflétait toute la bonté qui résidait dans son âme , elle paraissait si fragile et pourtant si forte ,si courageuse .

A Lire aussi:People – Nicki Minaj : la chanteuse veut un procès pour régler son contentieux avec Tracy Chapman

Je l’ai connu quatre ans plutôt. lorsque j’étais enceinte de Julia et depuis ce jour , elle était devenue pour moi une amie ,une confidente, Bref la sœur que je n’ai jamais eu et j’aimerais tellement la voir enfin heureuse
-ÉVELYNE :« bon tu ne me caches rien, je veux tous les détails croustillants de ta lune de miel, tu ne me
caches rien »

-MOI:« Évelyne depuis quand tu es devenue si curieuse ?»
-ELLE : « oh tu ne m’auras pas ainsi , vas-y raconte-moi, c’était comment ?»
J’ai fini par capituler devant tant de détermination et je lui ai tout raconté
-ELLE :« donc si je comprends bien le sexe avec lui c’est génial »
-MOI:« Évelyne arrête s’il te plaît, tu ne vois pas que tu me gênes »
Je regardais autour de nous pour voir si quelqu’un ne nous avait pas entendus
-ELLE :« cela est une chose tout à fait naturelle, ne sois pas si coincée »
-MOI:« je ne suis pas coincée , c’est juste que je n’aime pas parler de sexe »
Elle a éclaté de rire

-ELLE : « donc si je comprends bien , tu n’aimes pas parler de sexe mais tu adores pratiquer »
-MOI:« j’adore rien du tout , tu vas me lâcher un peu ? »
-ELLE :« d’accord , soyons sérieux tu participes quand vême quand vous le faites ? »
-MOI:« Évidemment, cela ne se fait pas tout seul »

-ELLE :« c’est bien , les hommes n’aiment pas les femmes passives au lit ,il faut savoir prendre les rênes de temps en temps, je sais que tout cela est nouveau pour toi , mais je suis là si tu as besoin de conseil »
-MOI:« là c’est officiel quelqu’un m’a changé ma copine, tu vois comment tu parles, on dirait une experte »
-ELLE :« je te signale que j’ai été marier pendant 3 longues années et mon salaud d’ex-mari on pouvait tout lui reprocher mais il s’y connaissait en matière de performance sexuelle, de ce côté là aucune femme ne peut l’en vouloir »
-MOI:« je sais ce qu’il te faut Évelyne »
-ELLE :« quoi ma puce ?»

-MOI:« Un mari parce que là tu as un sérieux problème »
Nous avons ris toutes les deux
-MOI:« je suis sérieuse, Évelyne il faut que tu te remaries, pense un peu à ton fils, il a besoin d’un père et toi d’un mari »
-ELLE :« je lui sers de mère et de père en même temps, je fais ce que je peux »
-MOI:« Je sais, et tu le fais merveilleusement bien, il suffit juste de le voir pour comprendre mais, tu as besoin de te reposer sur quelqu’un , de ne plus compter que sur toi-même , tu mérites d’être aimé d’ailleurs ou est l’officier qui te draguait , tu l’as renvoyé lui aussi ?»

-ELLE :« ne t’inquiète pas pour lui il refuse d’être renvoyé, il est plus que déterminé, mais tu sais je préfère faire attention avec lui, vu ce qui m’est arrivé avec mon ex-mari ,cette fois-ci, je veux prendre mon temps »
-MOI:« tu as raison de te méfier mais s’il te plaît laisse ,oublie le passé donne toi la chance d’être heureuse à nouveau , arrête d’avoir peur dis toi que tu ne peux pas vivre pire que tu as déjà vécu ,tourne le dos au passé et tu verras que tout ira bien »
-ÉVELYNE : « j’essaierai ma chérie , promis , bon mon heure de pause va bientôt finir tu veux que je te dépose quelque part ?»
-MOI:« non je suis venue avec le chauffeur, il va me déposer chez mon père après mes courses ,je dois
récupérer les Guelord pour le weekend »

-ELLE :« ah bon, tu pars chez la sorcière bonne chance »
-MOI:« je ne la calcule plus tu sais , j’y vais pour voir mon frère et mon père c’est tout »
Après avoir quitté Évelyne je suis partie faire les courses en prévision du weekend avec Guelord. J’avais prévue de partir chez mon père vers 18h , comme ça je profiterais de l’occasion pour le voir en même temps.
Quand je suis arrivée là-bas , j’ai trouvé Guelord dans son chambre ,son sac déjà fait et déposé sur le lit.
-MOI:« et toi , tu ne veux pas me faire un câlin aujourd’hui mon chéri »
Il est venu en trainant les pieds ,je lui ai donné deux bisous sonores ,il s’est empressé de reculer il n’aimait plus mes effusions cela le mettait mal à l’aise , je mettais cela sur le compte de l’adolescence ,il avait 15 ans et demi maintenant, c’était un grand garçon, il était grand pour son âge ,il allait bientôt me dépasser par la taille ,c’est fou comme ils grandissent vite
-MOI:« Guelord notre père est où ? »

-LUI:« au salon avec tante Bella »
Je me suis dirigée vers le salon , je n’avais aucune envie de rencontrer ma tante (Dada Bella) , heureusement que mon père était présent , elle allait être moins venimeuse devant lui
-MOI:« bonjour père , bonjour ma tante»

-PAPA:« ah Zawadi c’est toi approche ne reste pas devant la porte viens t’asseoir à côté de moi, je pensais que tu n’allais plus venir , j’allais même t’appeler »
-MOI:« j’avais juste des courses , je suis désolée »
-LUI:« ce n’est rien, ton mari va bien »
-MOI:« oui , il va très bien »
-LUI:« je viendrais vous voir un de ses jours , et ma petite fille»
J’ai marqué un temps d’arrêt avant de répondre, mon père n’a jamais demandé à voir Julia, certes il demandait de ses nouvelles.

-MOI:« d’accord quand tu voudras , je voudrais vous
demander une chose ,serait-il possible d’offrir un portable à Guelord , comme cela je pourrai le joindre plus facilement ? »
-LUI:« tu ne pense pas qu’il est trop jeune pour le portable , d’ailleurs tu peux les appeler sur mon téléphone ou bien sur le fixe , il y a toujours quelqu’un à la maison pour répondre »
-MOI:« oui mais dès fois je veux le joindre à des
heures où ils ne sont pas avec toi , et le fixe à chaque fois que j’appelle personne ne décroche , en plus Guelord est assez grand quand même »

Ce que je ne voulais pas lui dire c’est qu’à chaque fois je tombe sur sa femme , et elle me dit que Guelord n’est pas là ,ou bien qu’il dorme avant de raccrocher brutalement ,et lorsque j’appelle ma sœur elle me le passe.
-LUI se tournant vers sa femme: « tu étais où toi quand le téléphone sonnait d’ailleurs il y’a combien de bonnes dans cette maison, elles servent à quoi si elles ne peuvent répondre au téléphone »
-DADA BELLA :« c’est bizarre ,moi je sors rarement en plus de cela , il y’a toujours quelqu’un à la maison trouve une autre excuse pour acheter un portable à ton frère mais ne ment pas »
-MOI:« je n’ai pas intérêt à mentir »

-ELLE : « si tu mens, tu ne vas pas venir ici raconter tes bêtises pour me mettre en mal avec mon mari »
-MOI:« bon , père je m’en vais »
-LUI:« non reste Zawadi, tu t’énerves pourquoi ,elle ne t’a rien dit de mal , ce n’est pas la peine de la traiter de menteuse »
-ELLE :« mais c’est une menteuse , elle ment sur tout, tu es le mieux placé pour le savoir »

Je me suis levée pour partir ,je n’avais plus rien à faire ici de toute façon ,mais mon père m’a retenu par le bras.
-LUI:« je ne sais rien du tout ,maintenant laisse nous seul comme tu ne veux pas te comporter comme une grande personne »
-MOI:« ce n’est pas grave père , de toute façon j’allai partir »
-ELLE :«c’est cela casse-toi, personne n’a besoin de toi ici »
-PAPA : « c’est normal, toi tu n’as pas besoin d’elle ce
n’est pas ton enfant , moi oui c’est ma fille voilà toute la différence et cette maison est aussi la sienne je te signale , donc tu lui fous la paix tu as compris »

-ELLE :« ce genre d’enfant il n’y a que toi qui veule les mettre au monde, il y’a pas de quoi en être fier »
-LUI:« Mesures bien tes paroles ,si jamais tu l’insultes , tu ne passeras la nuit sous mon toit à toi de voir »
Ma tante a hésité avant d’ajouter quelque chose quand elle s’est rendue compte qu’il ne plaisantait pas elle a quitté le salon à grand pas ,complètement furieuse.
-PAPA:« je suis désolé Zawadi »

-MOI:« ce n’est rien , c’est à moi de m’excuser je ne voulais pas créer de problèmes entre vous »
-LUI:« ne t’inquiète pas pour cela , j’ai compris son jeu maintenant , elle est mauvaise , fourbe ,oui ne me regarde pas comme ça , il y’a tellement de choses que tu ignores , que moi-même j’ignorais jusqu’à maintenant »
-MOI:« comme quoi ? »
-LUI:« un jour je te raconterais , pas aujourd’hui nous avons besoin de parler tranquillement j’ai tellement de choses à te dire »

-MOI:« Fais-moi signe le jour que tu seras prêt, je viendrai »
-LUI:« d’accord , laisse moi prendre mes clés pour vous déposer »
-MOI:« ce n’est pas la peine ,je suis venue avec le chauffeur de mon mari ,il nous attend dehors ,je veux ramèner Guelord dimanche c’est bon »

-LUI:« oui passez un bon weekend, on verra pour le téléphone »
J’ai pris mon petit frère puis je suis partie ,il fallait d’abord partir récupérer ma fille chez la mère d’Arlon.
Au cours du chemin Guelord m’a affirmé que Dada Bella ne lui adressait plus la parole dans la maison depuis que notre père l’a menacé parce qu’elle avait crié sur lui un jour , par contre ma sœur et mon père
s’occupaient bien de lui.

Guelord a même lancé que notre père était devenu gentil , et qu’il était heureux d’avoir un père gentil, moi par contre mon jugement resté mitigé , avec tout ce qu’il nous a fait vivre je n’arrivais toujours pas à lui faire confiance, mais j’étais consciente de ses efforts pour lui rendre heureux.
Pour ma marâtre, dès l’instant qu’elle ne touchait plus Guelord j’étais en paix.
Dada Bella n’a pas de coeur, elle est une vraie diablesse, je la déteste vraiment…

À SUIVRE…

Share this: